Société : La France recherche désespérément un nouvel Abbé Pierre et un nouveau Coluche

Société : La France recherche désespérément un nouvel Abbé Pierre et un nouveau Coluche

Rappel :

A quand un nouvel Abbé Pierre ? A quand un nouveau Coluche ? A quand une humanité digne de ce nom ?

Les Robin des villes ne sont plus et rien n’est entrepris pour enrayer la misère puisque bien au contraire, aujourd’hui, cette misère est entretenue à coups de lance pierres.

Finalement, la détresse détonne plus dans les cœurs insensibles, figés par un train train quotidien et hypnotisés par un monde consumériste que dans celles et ceux qui meurent tous les jours dans les rues glaciales de nos grandes villes.

L’humanité déraille, se trompe de chemins et va à sa perte. Les tristes spectacles auxquels l’on assiste tous les jours dans les rues de France et partout ailleurs à travers le monde  en sont les preuves irréfutables.

Dans la nature, la solidarité est de mise ne serais-ce qu’au niveau des végétaux. L’homme, qui se dit au sommet de l’évolution en est bien incapable car son égocentrisme et son déni sont directement liés à une déchéance qu’il a lui-même programmé.

Témoignage poignant d’un homme, l’Abbé Pierre, homme comme il n’en existe malheureusement plus aujourd’hui.

“…Et pendant ce temps, toutes les nuits, il y a des hommes, des femmes et des petits enfants qui en plein Paris  sont étendus dans la neige, sur le trottoir. Pour les chiens qui crèvent dans la rue il y a une fourrière !

Est-ce que pour nos frères et nos sœurs il n’y aura rien ? Les asiles sont pleins nous a-t-on dit. Un brave agent à qui l’on disait : Mais vous ne pouvez pas les conduire quelque part pour les sauver ? Il répondait : Si ils ne sont pas morts, nous n’avons pas de consigne. Si ils étaient morts, on appellerait la morgue.”

Abbé Pierre

Ce qui a changé aujourd’hui dans nos comportements c’est que l’empathie pour le plus grand nombre a été reléguée 6 pieds sous terre au profit de l’insouciance, de l’oisiveté, de l’ignorance mais aussi et surtout de la cupidité.

La misère humaine n’a ni frontière, ni culture et ni religion. La misère humaine uni en son sein l’espoir, la miséricorde et l’amour de son prochain. Méditons là dessus.

Unissons-nous pour faire de ce monde notre monde quelles que soient nos origines et notre religion.

L’amour et l’amitié ont le même et unique dieu.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

Notre belle société : Regardez cette vidéo et voyez notre monde dans toute sa splendeur !

Notre belle société : Regardez cette vidéo et voyez notre monde dans toute sa splendeur !

La joie de vivre des SDF et le calvaire des nantis !

Tu n’as nulle part où aller dormir et on te chasse des seuls petits recoins qui pourraient te servir de refuge pour t’assoupir quelques heures ; même les animaux sont plus solidaires.

Regardez-donc cette vidéo et pour certains, cessez de faire de votre déni votre ligne de conduite car cette ligne vous conduira tout droit vers votre propre enfer, celui que méritez amplement.

Pauvre tarés d’égoïstes !!!!

Il est vraiment grand temps que certains se prennent une magistrale claque en pleine gueule et l’après-crise du cov-19, croyez-moi, va remettre dans bien des cas, l’église au milieu du village…

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Suisse : Initiative pour plus de logements abordables

Suisse : Initiative pour plus de logements abordables

La question ne se pose même pas. Tant que des gens seront à la rue, la Suisse ne pourra pas se regarder en face

Des loyers de plus en plus chers, des primes maladies qui ne cessent de prendre l’ascenseur, un coup de la vie qui n’en finit pas de grimper et des salaires qui stagnent …

Infrarouge nous propose un débat sur l’initiative : “pour plus de logements abordables”, parce qu’il faut une initiative pour permettre aux gens de se loger dans des conditions abordables ou autrement dit : “humaines”. Mais où va le monde. A quand une initiative pour que les gens puissent manger à leur faim ?

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

En Californie, les villes sont peuplées…de sans-abri. Face à des loyers indécents et des autorités dépassées, ils seraient 130 000 à dormir dans les rues.

Source de l’image >>>

En Californie, les villes sont peuplées…de sans-abri.

Face à des loyers indécents et des autorités dépassées, ils seraient 130 000 à dormir dans les rues.

Les citadins exaspérés par cette invasion de sans abris et par le manque d’hygiène essayent de trouver des solutions et parmi elles :

Un promoteur immobilier a été jusqu’à proposer d’installer des bus remplis d’alcool afin d’attirer les infortunés sans logis puis de les chasser vers le Mexique…

Le système s’essouffle et arrive en bout de course.

“Nous vivons dans un monde où les hommes sont des loups pour les hommes, où l’empathie ne cesse de perdre du terrain et où le paraître prévaut sur l’être. La facture est sur le point de nous être présentée” (ndlr.)

Hallucinante société !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

SOCIÉTÉ : Personne n’a faim, personne n’a froid … Le scandale des invendus

SOCIÉTÉ : Personne n’a faim, personne n’a froid … Le scandale des invendus

Détruire les invendus permet aux marques de réaliser de grosses économies car garder les stocks ça coûte cher et les détruire leur permet de payer moins d’impôts sur les sociétés : 60 millions d’€ de vêtements neufs seraient détruits chaque année.

Alors que des associations se battent corps et âme pour maintenir les plus démunis dans la dignité, de l’autre côté du miroir, c’est l’hôpital qui se moque de la charité.

Tu peux crever à partir du moment ou je paye moins d’impôt ! Ce monde est tout simplement et tout bonnement répugnant ! Bande de saloperies,vermines et crevures de merde ! Et je pèse mes mots !!!!!  Vous faites quoi de celles et ceux qui crèvent sur les trottoirs en plein hiver ?  Il est temps que tout cela s’arrête.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Le quotidien d’un SDF : Monstrueuse société qui ne fait que se regarder le nombril

Le quotidien d’un SDF : Monstrueuse société qui ne fait que se regarder le nombril

J’ai été moi-même SDF durant près d’une année à Genève et ne peux avoir pour cet homme que de l’empathie et de la compassion.

Stéphane Guibert / Finalscape

Vidéo :

TEMOIGNAGE. Willy, 70 ans, SDF à la rue depuis 5 ans. Il raconte son quotidien, sa vie d’avant, le regard des gens, son avenir…

 

Social : Quand la poésie s’invite à Genève

“La poésie est le chemin de la paix”

“Aller à la rencontre des personnes en difficulté, sans abri ou démunies, leur offrir des espaces conviviaux d’accueil, activité, échange, aide, repas et hébergement gratuits,chaque jour de l’année.” Telle est la vocation de l’association genevoise fondée par Noël Constant :  Carrefour-rue. >>> et qui opère sur le terrain depuis 50 ans.

Parmi les nombreuses mains tendues par cette association dont j’ai la chance de faire partie, il y a le “Codebar” qui propose régulièrement des concerts et des spectacles où tout le monde peut s’exprimer librement. C’est gratuit, l’ambiance y est conviviale et chaleureuse.

Un petit arrêt sur image et sur la poésie avec cette vidéo qui nous prouve qu’en chacun d’entre-nous peut sommeiller un poète.

Merci à Vince pour ce partage.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Société : Pouvoir se regarder dans le miroir c’est vital !

L’artisan et le malheureux

Une fable moderne

Jean de La Fontaine aurait pu nous la proposer dans son répertoire : Il était une fois un marchand qui lutait contre l’injustice.

Pouvoir se regarder dans le miroir c’est vital !

Voici l’histoire d’un artisan à qui l’on refusait de venir en aide à son prochain !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Enfants de lumière : Cette génération qui pense autrement

Avez-vous entendu parler des enfants de lumière ?

Cette génération qui pense autrement

Viennent-ils d’une autre planète, sont-ils des anges ? Ces enfants qui pensent autrement et qui se dévouent pour les autres…

À 9 ans, elle construit des abris pour SDF.

Quand elle avait 6 ans, Hailey Fort qui habite près de Seattle, aux Etats-Unis a croisé un homme qui faisait la manche. Elle a alors demandé à sa mère si elle pouvait lui offrir un sandwich. Depuis ce jour, la petite fille n’a cessé de venir en aide aux personnes démunies.

Hailey a commencé par créer un potager et a distribué 115 kilos de fruits et légumes en 2015. À 9 ans elle c’est lancée dans un projet encore plus ambitieux. Elle a décidé de construire un abri pour son ami Edward avec une fenêtre et des murs isolés avec des jeans recyclés.

Cette enfant a reçu une bourse pour construire 11 autres abris. Elle a récolté 60’000 euros pour offrir des produits de première nécessité et chaque hiver, elle récolte des dizaines de manteaux chauds.

Du haut de ses 12 ans,  Hailey est déjà un modèle.

Il existe de nombreuses discussions qui entourent l’idée de ce qu’est un « enfant des étoiles ».

Êtes-vous l’un d’entre eux ? >>>

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Suisse : Il faut savoir GENÈVE – AUGUSTINS – Les sans-abris expulsés par les branchés

GENÈVE – AUGUSTINS – Les sans-abris expulsés par les branchés

Insignifiant aux yeux de certains mais  important pour moi

Mardi 27 août, 15h : sur la place des Augustins, quatre policiers et trois flics municipaux, tous gantés de plastique noir, soulèvent une la personne qui a trouvé refuge sous l’auvent du kiosque de la place depuis plusieurs mois. Résigné, silencieux, il ne résiste pas verbalement mais se débat pour qu’on ne le touche pas, puis fini par se laisser porter par les flics qui l’embarquent en abandonnant toutes ses affaires stockées dans deux caddies, ainsi que sa guitare. Pendant ce temps là, la nouvelle gérante du Pop-up store tout juste installée dans le kiosque lave calmement ses vitres afin de pouvoir y appliquer un autocollant annonçant l’ouverture de ce lieu fraîchement rénové. 

Ce kiosque, qui est en réalité un ancien abri de bus et des toilettes publiques, est propriété de la Ville de Genève. Abandonné pendant longtemps, il a servi à de nombreuses personnes comme abri, comme lieu de refuge et de rencontre et se trouve au centre des pratiques sociales qui anime cette place.

Lire la suite