Santé publique & virus VIH : Devoir de mémoire envers les victimes du sang contaminé

Source de l’image

Mise à jour : samedi 16 février 2019 – 21:15 –

Le temps efface bien des blessures mais les cicatrices laissées par l’injustice restent indélébiles. Devoir de mémoire envers toutes les victimes qui ont été touchées par le sang contaminé durant les années 80,90 et dont les principaux responsables n’ont jamais été inquiétés.

L’affaire du sang contaminé est un drame sanitaire, considéré comme un scandale, ayant touché plusieurs pays dans les années 1980 et 1990 à la suite d’infections par transfusion sanguine. En raison de mesures de sécurité inexistantes ou inefficaces, de nombreuses personnes ont été contaminées par le VIH ou l’hépatite C à la suite d’une transfusion sanguine.

L’épidémie du SIDA fut initialement identifiée dans les années 1980. Par la suite, de nombreuses années de recherche ont été nécessaires avant de découvrir le VIH et de comprendre ses modes de transmission, notamment par le sang. Le délai avant l’adoption de mesures de prévention adéquates a provoqué la contamination, souvent fatale, de plusieurs centaines de personnes. (Source Wikipédia)

Rappel des faits pour la France :

Lorsqu’elle boucle son dossier en mai 1999, la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy a accumulé des dizaines de milliers de pièces à conviction. 134 tomes dont il ne reste aujourd’hui pratiquement rien. La juge avait alors identifié 570 victimes : des transfusés et des hémophiles contaminés par le SIDA à cause de produits sanguins non contrôlés et distribués au milieu des années 80.

Un premier procès à lieu en 1992, c’est celui du Docteur Michel Garretta qui fut condamné à 4 ans de prison ferme. Mais qui savait et qui a laissé faire ? Pour les victimes, le gouvernement de l’époque était forcément informé et c’est en 1994 qu’un procès débute à l’encontre de hauts responsables du gouvernement pour complicité d’empoisonnement, un crime passible de la réclusion à perpétuité. Les victimes devront attendre 1999 pour voir juger : Laurent Fabius, Georgina Dufoix et Edmond Hervé ; ce dernier sera le seul condamné sans peine d’emprisonnement.

Au dessus du Docteur Garretta et en dessous des trois ministres, il y avait l’appareil d’État, 23 hauts fonctionnaires et conseillers qui eux, n’auront jamais à s’expliquer devant un tribunal.

Stéphane Guibert / Finalscape

Voir aussi : Ces oubliés du sang contaminé >>>

 

Santé publique & vaccins : Entre intérêts financiers et santé, de quel côté penche la balance ?

Source de l’image

Débat houleux  sur les 11 vaccins obligatoires entre le pharmacien Serge Rader qui polémise sur la dangerosité de la vaccination massive sur des nouveaux nés et le pédiatre Aldo Naouri .

Théorie du complot ? Le secret lié au silence des autorités concernant la dangerosité des 11 vaccins inoculés à des nourrissons serait dû aux intérêts pharaoniques qu’empochent chaque années les multinationales de la pharmacom.

Il est indubitable que de nombreux accidents graves et décès soient directement liés aux vaccins mais l’industrie pharmaceutique se défend de ces allégations en disant que grâce à ces injections, ce sont des millions de vies qui sont sauvées chaque année de par le monde.

Entre intérêts financiers et santé, de quel côté penche la balance ?

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit vidéo : CNEWS

Santé publique : Vaccins, la santé n’a de prix que celui des bénéfices de la pharmacom

Toujours plus de méfiance autour des vaccins ainsi que des adjuvants qu’ils contiennent et qui selon certaines sources seraient responsables de maladies et de décès survenus chez des nouveaux nés.

Les lanceurs d’alerte ne cessent de nous mettre en garde quant aux retombées dévastatrices que la vaccination engendre : effets secondaires, maladies, décès … Les adjuvants seraient responsables d’une vague de décès soudaine parmi les nouveaux nés vaccinés. L’industrie pharmaceutique plébiscitée par les grands médias et les gouvernements se défend de ces allégations en disant que sans vaccination lors d’épidémies, les décès seraient beaucoup plus nombreux.

En poussant un peu plus loin la théorie du complot, au point où on en est, reste à savoir si les épidémies ne sont pas elles-mêmes provoquées par une industrie pharmaceutique en mal de dividendes. L’avenir le dira probablement.

Les vaccins, qui croire et que croire : une vidéo à ne pas manquer.

Lire la suite

Santé publique : Un pharmacien Suisse propose une alternative naturelle à un médicament contre les refroidissements

UN PHARMACIEN VAUDOIS FAIT TOUSSER NEOCITRAN

En fin d’article : Les dangers du paracétamol et des antidouleurs.

Alexandre Lo Russo a critiqué le fameux traitement sur les réseaux sociaux et propose une recette simple pour le remplacer. Cela n’a pas plu au distributeur.

Lire la suite

Santé publique : Phagothérapie VS antibiotiques, le traitement de la dernière chance

Source de l’image

Les bactéries résistantes aux antibiotiques pourraient causer dix millions de morts par an d’ici 2050. Face à l’urgence, on redécouvre les phages, des virus tueurs de bactéries. Des médecins les utilisent en France et en Belgique, mais pas en Suisse..

La phagothérapie représente un espoir sérieux et une alternative aux antibiotiques y compris en médecine vétérinaire, dans l’élevage par exemple ; et même dans les cultures, un phage contrôle le “feu bactérien” plutôt que des pesticides toxiques. Cela fait rêver mais c’est possible.

La phagothérapie est une technologie qui a fait ses preuves et qui sera utilisée par la médecine de demain. Il est alors  incontestable de dire qu’il s’agit là non pas de la solution mais d’une solution à l’instar des antibiotiques auxquels des bactéries telles que la mucoviscidose résistent et la médecine traditionnelle ne l’utilise pas encore. Il y a de quoi se poser des questions.” (ndlr.)

Merci à la RTS (Radio Télévision Suisse) et à toute l’équipe du magazine santé “36.9” pour ce reportage passionnant.

G.S /Finalscape

Sur VK

Sur Youtube

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Santé publique : Les bactériophages, virus mangeurs de bactéries, sont peut-être l’avenir de l’antibiotique.

Les résultats sont prometteurs, que ce soit dans la lutte contre les pneumonies, les infections urinaires, celles touchant la peau ou encore les os. Faut-il toutefois convaincre les autorités sanitaires.

Le bactériophage, virus qui ne s’attaque qu’aux bactéries et largement utilisé en Géorgie ainsi qu’en Russie n’est pas brevetable en Europe faute de tests et donc pas encore rentable pour l’industrie pharmaceutique.

Les bactéries deviennent de plus en plus résistantes aux antibiotiques que l’on retrouve dans de très nombreux aliments comme la viande et le poisson notamment. Le bactériophage pourrait être une solution à terme.

Retour sur l’article >>>

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Santé publique et laboratoires pharmaceutiques : Ils veulent nous faire avaler la pilule à tout prix

Entre les maladies inventées ou les maladies exagérées, tous les moyens sont bons pour nous faire passer à la caisse.

Pas mal critiquée sur les réseaux sociaux, la vidéo qui suit met en avant 5 points importants sur la prise de médicaments en France. Il faut mentionner que des points mis en avant dans ce document : le cholestérol et l’investissement des laboratoires pour influencer certains médecins ont bien été vérifiés lors d’un numéro de l’émission cash investigation : “Les vendeurs de maladie”, émission qui passe haut la main tous les testes en matière d’informations fiables.

Une étude faite sur la population américaine montre comment en changeant la virgule ou un chiffre d’un seuil, le nombre de patients augmente considérablement.

Deux exemples :

Autrefois on était diabétique au delà de 140 milligrammes par litre de sang mais en 1997, un comité de l’O.M.S a abaissé le seuil à 126 du coup, 1’700’00 américains supplémentaires sont catalogués comme diabétiques.

en 1998, le seuil passe de 240 à 200, soit 42’600’000 patients de plus autrement dit, 86 % de clients en plus pour les firmes pharmaceutiques.

Voir l’article >>> Article consulté plusieurs milliers de fois.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

 

Cancer, immunothérapie : Une découverte qui pourrait fondamentalement changer la donne

Lorsque notre organisme subit des attaques de bactéries, de germes ou de virus, nos globules blanc contrattaquent ou envoient des anticorps afin de luter contre les agressions.

En ce qui concerne les cellules cancéreuses, ces dernières envoient aux globules blanc une sorte de somnifère en les rendant inopérants.

Deux chercheurs ont mis au point un médicament qui réveille les globules blancs leur permettant de détruire le cancer.

Le 39è Président des États-Unis Jimmy Carter qui était atteint d’un cancer incurable, a été guéri par le biais de ce traitement qui à l’époque en était au stade expérimental.

Lire la suite

Santé : Le cannabis thérapeutique contre l’épilepsie légalisé en UK

Depuis le 1er novembre le cannabis thérapeutique est légalisé au Royaume Uni. Les médecins généralistes peuvent maintenant le prescrire.

On ne le dira et le répètera jamais assez, le chanvre qui est une manne pour l’humanité et dont toutes les industries nous ont privé jusqu’à aujourd’hui commence à titiller les papilles de nos grandes amies les multinationales.

Les bienfaits démontrés de cette plante, le chanvre, que ce soit dans le domaine des cosmétiques ou celui de la pharmacom, intéressent de grands investisseurs, bein voyons !

Tout comme la réserve mondiale des semences du Svalbard qui appartient déjà à de grands groupes tels que Dupont Pionner, Syngenta ainsi que la fondation Bill et Melinda Gates qui font partie des plus grands donateurs, le chanvre à de fortes chances de se voir réquisitionné par ces grandes firmes.

On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions, croyez bien que si ces grandes entreprises investissent massivement dans une plante salvatrice, ne soyons pas dupes, ça sera avant tout pour leurs propres intérêts et non dans ceux de notre environnement ou même le nôtre. Tant qu’il y a des milliards à se faire, après moi le déluge.

Dans ce billet, deux vidéos dont l’excellent reportage : “La guerre des graines”

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

La guerre des graines

Le nombre d’enfants nés sans bras ou sans mains augmente en France voisine: en tout 18 bébés dans l’Ain.

Depuis la loi secret des affaires, journalistes et lanceurs d’alerte ne peuvent plus enquêter sur les grandes firmes sans risquer de très lourdes amendes voir même des privations de liberté.

Faudra-t-il désormais attendre des scandales sanitaires comme celui qui est en train d’éclater avec cette affaire des bébés nés sans bras pour que les magouilles de certaines sociétés peu scrupuleuses éclatent au grand jour ?

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Et pour rappel :

Théo souffre de graves malformations et se bat depuis sa naissance pour pouvoir respirer. Suspect numéro 1 : le glyphosate, auquel sa mère a été exposée sans le savoir pendant sa grossesse. Aujourd’hui, ils nous racontent leur combat judiciaire contre Monsanto.

Il y a 12 ans, alors qu’elle était enceinte, Sabine, la maman de Théo utilisait un herbicide à base de glyphosate pour nettoyer le terrain occupé par ses chevaux. Quelques mois plus tard, elle accouche de Théo, victime de graves malformations de l’œsophage et de la trachée. Sabine a décidé d’attaquer en justice le géant mondial de l’agrochimie, Monsanto qui est à l’origine du glyphosate.

Les risques de malformation chez les fœtus exposés au glyphosate ont été prouvés en 2010 dans une étude de l’université de Buenos Aires .

Sabine reproche à Monsanto d’avoir caché la nocivité de leurs produits et tout particulièrement la nocivité pour les embryons, elle se dit déçue par Emmanuel Macron dont la fin du glyphosate faisait partie de son programme de campagne électorale. Quand il a nommé Nicolas Hulot au 3e poste du gouvernement, on s’est dit : “Wahou ! Peut-être que là, on a été entendu. Et on a vu évoluer en un an ces personnes qui probablement grâce aux lobbies, on reculé cette interdiction.”

Quand à Théo à qui l’on demande ce qu’il comprend dans tout ça, il déclare : “Ben je comprends que nous, on se bat, que mes parents, ils se battent pour ma cause, que Monsanto a beaucoup, beaucoup d’argent, et que l’argent fait, entre guillemets, “le pouvoir”. Qu’ils peuvent faire pression par beaucoup de moyens…”

Voir l’article complet >>>

Santé publique : L’Artémisia, cette plante qui peut sauver des centaines de milliers de vies

L’Artémisia, cette plante possède de nombreuses molécules actives contre la malaria et le paludisme.

Ces plantes qui font peur à l’industrie pharmaceutique. Parmi tant d’autres, l’Artémisia qui est connue depuis la nuit des temps par la médecine traditionnelle chinoise, à la vertu, sous forme de tisane, de soigner.

Et pour rappel :

Paludisme, le business de la Malaria !

Cette maladie tue en moyenne par année 500’000 personnes dont 90% en Afrique et contre laquelle il n’existe aucun  vaccin.

Un réalisateur belge, Bernard Crutzen, c’est penché sur le marché du traitement contre le Paludisme et en a tiré un documentaire intitulé : “Malaria Business” qui laisse entendre que le Paludisme pourrait être éradiqué en Afrique si les enjeux pour les firmes pharmaceutiques n’étaient pas aussi colossaux.

Le Paludisme en Afrique est avant tout une histoire de gros sous pour la pharmacom.

La plante Artemisia qui est originaire de Chine, qui est bon marché et qui pousse même en France connait une vive résistance en occident. Cette plante est reconnue pour ses pouvoirs fortifiants, elle est aussi un excellent stimulant digestif, antispasmodique, anti-inflammatoire, diurétique, antifongique mais aussi et surtout, elle est un puissant antibactérien. Il est à noter que les populations Africaines qui consomment cette plante sous forme d’infusion ne souffrent pas de la Malaria.

L’obsession des laboratoires est d’isoler les molécules bienfaitrices d’une plante et d’en faire un médicament pour pouvoir le commercialiser alors que la plante elle-même est tout aussi efficace si ce n’est plus que les médicaments.

Les laboratoires se sont rendu compte que la tisane avait un meilleur résultat que les “ACT” (Artemisinin-based combination therapy, en français Thérapie combinée à base d’artémisinine) et les différentes firmes pharmaceutiques propriétaires des brevets menacent de couper leurs appuis si les bienfaits de cette plante continuent à être démontrés et reconnus.

Lire la suite