SUISSE VS UE : Pierre-Yves Maillard, le nouvel eurosceptique

L’europhile de jadis ne cache plus son opposition à une UE devenue trop néolibérale à son goût. Mais c’est sur lui que reposent tous les espoirs des milieux patronaux pour sauver la voie bilatérale avec l’UE.

C’est ce vendredi 7 juin en principe que le Conseil fédéral devrait prendre position sur l’accord institutionnel avec l’UE. Avant cette décision, on ne parle pourtant que d’un autre acteur: Pierre-Yves Maillard. Mercredi soir sur le plateau d’Infrarouge de la RTS, le nouveau président de l’Union syndicale suisse (USS) s’est affiché aux côtés de la vice-présidente europhobe de l’UDC Céline Amaudruz. L’ancien conseiller d’Etat vaudois, pro-européen convaincu dans les années 1990, a-t-il viré de bord? Ou son opposition intransigeante à l’accord-cadre ne constitue-t-elle qu’une posture ponctuelle?

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

La Suisse bientôt une province européenne ?

“Avec le Brexit, on voit concrètement comme ça se passe quand un pays n’est pas d’accord avec l’Union européenne,” selon Céline Amaudruz. La vice-présidente de l’UDC et conseillère nationale met en garde contre une signature “alors qu’on ne peut pas négocier” avec l’UE.

Secouée par le Brexit, défiée par la montée des souverainismes, l’Union européenne est plus mouvante que jamais. C’est dans ce contexte que la Suisse doit se déterminer sur l’avenir de sa relation avec Bruxelles.

C’est tout l’enjeu de l’accord global qu’exige l’Europe pour pérenniser nos rapports. Un contrat qui fait peur en Suisse, à gauche comme à droite.

Alors que faire? Signer? Renégocier? Résister?

L’émission complète >>>

Source et crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Voici un avis que je partage à 100%

Tant que l’EU aura cette attitude intolérable de donneuse de leçon, on ne négocie pas car négocier ce n”est pas se soumettre, c’est s’écouter, partager et surtout se respecter.
Actuellement l’EU veut nous mettre sous sa tutelle, on l’a vu avec la Bourse, avec son intolérable attitude à nous imposer sa Loi sur les armes, sur les échanges d’étudiants, etc…..
Collaborer oui mais pas se soumettre.
JAMAIS!

Stéphane Guibert / Finalscape

SUISSE VS EUROPE : L’HEURE DE VÉRITÉ ?

Secouée par le Brexit, défiée par la montée des souverainismes, l’Union européenne est plus mouvante que jamais. C’est dans ce contexte que la Suisse doit se déterminer sur l’avenir de sa relation avec Bruxelles.
C’est tout l’enjeu de l’accord global qu’exige l’Europe. Un contrat qui fait peur en Suisse, à gauche comme à droite.
Alors que faire? Signer? Renégocier? Résister?
Suisse-Europe: l’heure de vérité? C’est le débat d’Infrarouge, ce mercredi soir 5 juin en direct avec vos messages sur les réseaux sociaux.

Voici un avis que je partage à 100%

Tant que l’EU aura cette attitude intolérable de donneuse de leçon, on ne négocie pas car négocier ce n”est pas se soumettre, c’est s’écouter, partager et surtout se respecter.
Actuellement l’EU veut nous mettre sous sa tutelle, on l’a vu avec la Bourse, avec son intolérable attitude à nous imposer sa Loi sur les armes, sur les échanges d’étudiants, etc…..
Collaborer oui mais pas se soumettre.
JAMAIS!

Commentaire de Gapion Daniel

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Économies obligent : La SSR (télévision Suisse) cesse d’émettre sur le canal TNT

« A 500 m de la frontière, j’ai plus les chaines suisses. C’est pas normal! »

C’était annoncé, c’est désormais effectif. Depuis ce matin, les habitants de France voisine ne peuvent plus regarder les chaines de télévision de la SSR. Conséquence de la mesure d’économie consistant à arrêter la diffusion par télévision numérique terrestre. La TNT permettait jusque là de capter la SSR en zone frontalière grâce au débordement des ondes.

Ce sont près d’1,8 million de foyers qui en profitaient. Notamment dans la commune frontalière de Saint-Cergues en Haute-Savoie. C’est là qu’habite Jean-Paul Février, un retraité français, amateur de voiles, qui ne cache pas sa déception:

A noter, les Suisses habitant en France voisine pourront en effet continuer à recevoir les programmes de la SSR. Il leur faudra, pour cela, acheter une carte pour un montant unique de 60 francs. Puis, payer un abonnement annuel de 120 francs. A condition d’être équipé pour la réception par satellite.

Le Pôle métropolitain du Genevois français ainsi que des communes comme Ambilly, se sont émus de ce changement et ont adopté des motions. « Alors que l’agglomération franco-genevoise se développe et que ses
habitants commencent à prendre conscience de leur destin commun, ce recul médiatique est un très mauvais signe pour l’avenir de cette coopération », estime ainsi la municipalité d’Ambilly. Jean-Paul Février pense, lui aussi, que tout cela n’est pas très cohérent:

Une solution de diffusion via l’antenne de Léman Bleu a été évoquée. Mais la SSR, par l’intermédiaire de sa porte-parole, Lauranne Peman explique: « Nous ne réfléchissons pas à d’autres options. Les programmes RTS pourraient être repris par un opérateur tiers, mais, ce n’est pas du ressort de la SSR. » De son côté, Léman Bleu indique ne pas travailler activement sur cette option tout en restant « ouverte à la discussion dans le processus de recherche de solution qui s’est engagé entre la RTS et le Grand Genève ».

En attendant, Jean-Paul Février, lui, risque fort de ne pas retrouver ses programmes préférés de sitôt.

Si cela peut consoler cet auditeur de France voisine déçu et on peut le comprendre, la quantité négligeable des suisses qui captaient la SSR par voie terrestre et dont je fais partie sont eux aussi privés des chaînes Helvétiques. Des alternatives existent mais cela implique évidemment un investissement supplémentaire. Reste à savoir si l’enjeu en vaut la chandelle ? En ce qui me concerne, il ne s’agit pas d’une grosse perte et la SSR offre ainsi à la concurrence un créneau non négligeable de nouveaux auditeurs. En matière de repli sur soi-même le retrait de la SSR de la TNT n’en est qu’un exemple flagrant !  (ndlr.)

Vladimir Poutine : “la France a perdu sa souveraineté”

Selon le président Vladimir Poutine, son alliance avec l’OTAN et les États Unis a fait perdre à la France sa souveraineté.

C’est lors d’une interview avec le journaliste de la RTS (Radio télévision Suisse) Darius Rochebin que Vladimir Poutine déclarait notamment qu’il trouvait étrange que  pour discuter de ses affaire avec ses partenaires européens, la Russie doive se rendre à Washington.

Stéphane Guibert / Dinalscape

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

Petit coup de cœur personnel : Roger Federer

Un petit clin d’œil à ce compatriote qui bat des records en victoires depuis 20 ans, clin d’œil qui fera plaisir à mes concitoyens ainsi qu’à toutes celles et ceux qui apprécient le personnage : Roger Federer.

Stéphane Guibert / Finalscape

Vidéo :

Roland-Garros: après sa qualification pour son 8e de finale qu’il jouera dimanche, Roger Federer s’est adressé à ses fans avec humour et sympathie.

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

Médias : La RTS répond à ses auditeurs

Photo : Alexis Favre & Esther Mamarbachi

“Pourquoi supprime-t-on des commentaires sur Facebook?”

Avec “La question qui fâche”, Infrarouge répond à vos questions et remarques postées sur les réseaux sociaux !

Suisse : Genève a-t-elle un problème ?

Mise à jour : mercredi 15 mai 2019 – 22:35 –

Ah! Genève, son jet d’eau, sa cathédrale, son lac, sa bise à décorner les bœufs, et ses affaires.
Tendrement surnommées les Genferei, les affaires politiques se suivent et se succèdent. Des soupçons de fraude électorale aux notes de frais des élus, en passant par les suites de l’affaire Maudet, on en a compté sept, rien qu’en 2019. Et le décompte continue.
Alors y a-t-il une AOC genevoise sur les affaires et comment en sortir? C’est le débat d’Infrarouge ce mercredi soir 15 mai en direct avec vos messages sur les réseaux sociaux.

Source et crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Médias : BHL humilié et ridiculisé dans une émission de la télévision Suisse romande !

BHL se fait remettre en place par Slobodan Despot sur le plateau de la (RTS) Télévision Suisse, dans le cadre de l’émission “Infrarouge” concernant l’Europe et les GiletsJaunes.

“Monsieur Levy, J’ai juste une recommandation à vous faire : vous vous cherchez une stature de sauveur et de rédempteur mais enfilez un gilet jaune, vous voulez combattre la dictature alors enfilez un gilet jaune, allez prendre la tête d’une vrai manifestation où on vous tirera dessus avec des balles en caoutchouc et où vous ne risquerez que de perdre un œil et à ce moment là, vous rentrerez enfin dans l’histoire comme vous rêvez de le faire parce que jusqu’ici vous n’avez su prendre que des tartes à la crème.”

G.S / FINALSCAPE

Vidéo : Extrait de l’émission de la chaine Suisse RTS ‘”Infrarouge”. Notre rédacteur Slobodan Despot s’oppose à la vision de l’Europe de Bernard-Henri Lévy.

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Lanceurs d’alerte : Myret Zaki, Stéphanie Gibaud sur le plateau d’Infrarouge avec Alexis Favre

Mise à jour : samedi 11 mai 2019 – 01:55 –

Dans ma liste de contactes et je le revendique ! Oui pour sauver Assange !

Faut-il sauver le soldat Assange?

Héros pour les uns, salaud pour les autres, Julian Assange est en prison en Grande-Bretagne et fait face à une demande d’extradition américaine. Le sort du fondateur de WikiLeaks, caisse de résonance de tous les secrets du monde, n’en finit pas de diviser. Et avec lui, c’est la figure du lanceur d’alerte qui fait débat. Quelles sont les limites de la transparence? Y a-t-il des bons et des mauvais lanceurs d’alerte? Et nos démocraties ont-elles un problème avec la critique? Faut-il sauver le soldat Assange? C’est le débat d’Infrarouge, mercredi soir en direct.

Le débat sur la RTS

Crédit Vidéo : Radio Télévison Suisse>>>