La cafetière MOKA trop robuste pour une époque où l’obsolescence programmée est le maître-mot

La cafetière italienne à l’ancienne est un moyen simple de réduire les déchets. Pourtant, son fabricant, Bialetti, pourrait bientôt mettre la clé sous la porte, face au succès des machines à café en dose.

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Avant même d’avoir posé le pied sur notre satellite, l’homme avait déjà commencé à le polluer

Je ne sais pas si l’homme a réellement posé les pieds sur la lune mais j’en doute. Ce qui est certain en revanche c’est que où qu’il soit et quoi qu’il fasse, l’homme saccage et pollue. C’est plus fort que lui.

G.S / FINALSCAPE

Vidéo :

La première empreinte laissée par l’homme sur la Lune, il y a 50 ans, ce n’était pas une trace de pas… mais un sac de déchets, jeté par Neil Armstrong, avant même de fouler le sol lunaire. Voici toute l’histoire.

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Suisse & démocratie directe : Une initiative genevoise pour abolir les rentes à vie des conseillers d’Etat

A Genève, le parti Vert’libéral a déposé lundi matin au service des votations près de 7800 signatures pour son initiative populaire cantonale qui vise “l’abolition des rentes à vie des Conseillers d’Etat”. Plusieurs cantons ont déjà mis fin à ce système, mais pas Genève.

Le parti Vert’libéral – pourtant très minoritaire à Genève – a fait bien mieux que les quelques 5200 signatures requises pour son initiative, puisqu’il en a récolté 7785. Officiellement, il n’était épaulé que par le PBD et le parti évangélique (PEV). Toutefois, il dit avoir reçu le soutien de certains membres d’autres partis.

L’objectif du texte est de “mettre sur un pied d’égalité les anciens conseillers d’Etat ou chanceliers avec le reste de la population du canton”. Les Verts libéraux chargent le Grand Conseil de cette révision. Mais ils en fixent les grandes lignes: une rente annuelle à la fin du mandat sur une durée maximale de 24 mois, à hauteur de 70% du dernier traitement: soit les mêmes conditions que pour l’assurance chômage.

L’affaire Maudet en fond

La proposition arrive aussi sur fond d’affaire Maudet, à Genève: sa rente à vie fait beaucoup parler. Un contexte qui a peut-être facilité la récolte de signatures: “C’est vrai que c’était un peu sur toutes les lèvres: quand on récoltait, les gens nous parlaient systématiquement de Pierre Maudet”, commente Marc Wuarin, membre du comité des Verts’libéraux genevois et mandataire de l’initiative.

“Nous, ce que nous essayons sans cesse de rappeler, c’est qu’on ne l’a pas fait contre lui: c’est quelque chose qu’on a déjà fait dans d’autres cantons, au sein des Vert’libéraux, et qu’on veut continuer à faire. On le voit maintenant en Suisse, il y a ce mouvement afin d’abolir les rentes à vie qui se fait dans tous les cantons: Genève, c’est juste le prochain canton où il fallait le faire”, conclut-il.

>> Lire: “Je ne prétends pas à la rente, car je n’envisage pas de démissionner”

Ce texte ne prévoit pas d’effet rétroactif. Pour les Verts’libéraux, cette initiative doit aussi contribuer à restaurer la confiance de la population en ses politiques.

Sujet radio: Guillaume Rey

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Source et crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

La rue tue ! Tout peut basculer et personne n’est à l’abri (Et si nous redevenions des humains.)

Source de l’image

Ne pas être à l’abri de se retrouver sans-abri, quand la dure réalité de la vie nous rattrape .

Moi qui suis passé par là durant près d’une année, ce reportage me touche tout particulièrement. Heureusement que des associations existent qui à défaut d’éradiquer les problèmes, contribuent en tous cas à rendre des situations souvent devenues intenables, plus supportables tout en redonnant de l’espoir aux cabossés de la vie.

Parmi ces associations, une que je chéris tout particulièrement puisqu’elle m’a permis de me sortir de la rue : il s’agit de Carrefour rue qui oeuvre dans le canton de Genève en Suisse.

Témoignage émouvant, un cri du cœur. Un grand merci à la RTS (Radio Télévision Suisse) pour ce reportage.

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Mon témoignage sur une radio locale :

Suisse VS UE : L’Union européenne n’accorde pas l’équivalence boursière à la Suisse

Source de l’image

Le chantage ne prend pas, la guerre économique est déclarée entre l’ue et la Suisse !

L’Union européenne ne reconduira pas l’équivalence boursière, temporairement accordée à la Suisse jusqu’à fin juin. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a confirmé cette décision jeudi à la radio alémanique SRF. La Confédération a mis en place des rétorsions.

Les banques et les intermédiaires financiers basés dans l’Union européenne ne pourront plus traiter directement des actions cotées sur les Bourses suisses à partir du 1er juillet, alors qu’ils génèrent plus de la moitié des échanges sur les marchés d’actions helvétiques.

En réponse, le Département fédéral des finances (DFF) a annoncé jeudi soir l’activation de la mesure visant à protéger l’infrastructure boursière suisse, en raison de l’absence de prolongation d’équivalence de la part de l’Union européenne (UE).

Les plates-formes de négociation ayant leur siège dans l’UE se voient ainsi interdire “de proposer ou de permettre la négociation de certains titres de participation de sociétés ayant leur siège en Suisse”, et ce à dater de lundi (1er juillet) prochain.

“La mise en œuvre de la mesure sera accompagnée et surveillée de près par les autorités suisses”, prévient le DFF.

Une solution temporaire ?

Ignazio Cassis a indiqué espérer que ces mesures ne seront qu’une solution temporaire. Le chef du Département des affaires étrangères parle d’un malentendu, l’Union européenne accusant la Suisse de jouer la montre. “Nous ne pouvons pas simplement décider au Conseil fédéral et dire ‘c’est comme ça et pas autrement'”, a ajouté le Tessinois à la radio SRF.

Bruxelles pose comme condition à la prolongation de l’équivalence des progrès dans les discussions sur l’accord-cadre plus large entre l’UE et la Suisse, qui n’a pas encore été entériné par Berne.

>> L’analyse: “la fin de l’équivalence boursière est un cap sérieux. Une période glaciaire s’est ouverte aujourd’hui”

Source et crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Maltraitance animale : La vache fistulée ou vache à hublot (Vidéo)

Depuis peu, la France s’émeut concernant la pratique dite de la vache à  hublot.

En suisse, cette technique existe depuis près de 30 ans ; le but : tester des mélanges d’avoine expérimentaux lors de la digestion.

A la clé, une alimentation potentiellement plus équilibrée pour les bovidés.

Stéphane Guibert / Finalscape

Lire la suite

“Cash investigation” : Élise Lucet met en lumière “le scandale de la tomate”

Source de l’image

L’émission de France 2 “Cash investigation” est allée enquêter afin de répondre à une question : pourquoi les tomates n’ont aujourd’hui “pas de goût” ?

Le sujet peut paraître moins “explosif” que ceux traités habituellement par Élise Lucet dans “Cash investigation”, mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’il intéresse un grand nombre de personnes. En effet, l’émission de France 2 est allée mardi 18 juin sur les traces de la tomate, fruit star des beaux jours et qui est souvent taxé de “ne pas avoir de goût”.

Pourtant, les tomates sont belles, rutilantes dans les rayons des supermarchés, elles se conservent même plusieurs semaines. Mais elles ont en même temps perdu 50% de leurs vitamines.

L’équipe de “Cash investigation” est ainsi allée à l’Académie d’agriculture de France afin de se pencher sur les tables nutritionnelles des tomates au début des années 60 et de les comparer à celles d’aujourd’hui. “Et même pour nous, très franchement stupéfaction totale”, a confié Élise Lucet sur le plateau de “C à Vous” à propos du scandale de la tomate. “Tous les fruits et légumes ont perdu 27% de vitamine C, la moitié de leur fer, et tout cela en 60 ans“, appuie la journaliste.

Une meilleure conservation, mais un goût insipide

“Tous les scientifiques qui travaillent sur les tomates ont d’abord cherché à augmenter le rendement. Donc ils ne se sont pas posé cette question des nutriments”, souligne Linda Bendali, auteure de l’enquête qui a duré un an. Une perte de qualités nutritionnelles qui n’est pas perceptible par le consommateur. Jusqu’à ce qu’il ne s’y retrouve plus au niveau du goût. Grâce à un travail de croisement de variétés, des tomates hybrides ont été créées. Belles, rondes, bien rouges, et à la décomposition bloquée par une spécificité génétique.

Lire la suite

SUISSE VS UE : Pierre-Yves Maillard, le nouvel eurosceptique

L’europhile de jadis ne cache plus son opposition à une UE devenue trop néolibérale à son goût. Mais c’est sur lui que reposent tous les espoirs des milieux patronaux pour sauver la voie bilatérale avec l’UE.

C’est ce vendredi 7 juin en principe que le Conseil fédéral devrait prendre position sur l’accord institutionnel avec l’UE. Avant cette décision, on ne parle pourtant que d’un autre acteur: Pierre-Yves Maillard. Mercredi soir sur le plateau d’Infrarouge de la RTS, le nouveau président de l’Union syndicale suisse (USS) s’est affiché aux côtés de la vice-présidente europhobe de l’UDC Céline Amaudruz. L’ancien conseiller d’Etat vaudois, pro-européen convaincu dans les années 1990, a-t-il viré de bord? Ou son opposition intransigeante à l’accord-cadre ne constitue-t-elle qu’une posture ponctuelle?

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

La Suisse bientôt une province européenne ?

“Avec le Brexit, on voit concrètement comme ça se passe quand un pays n’est pas d’accord avec l’Union européenne,” selon Céline Amaudruz. La vice-présidente de l’UDC et conseillère nationale met en garde contre une signature “alors qu’on ne peut pas négocier” avec l’UE.

Secouée par le Brexit, défiée par la montée des souverainismes, l’Union européenne est plus mouvante que jamais. C’est dans ce contexte que la Suisse doit se déterminer sur l’avenir de sa relation avec Bruxelles.

C’est tout l’enjeu de l’accord global qu’exige l’Europe pour pérenniser nos rapports. Un contrat qui fait peur en Suisse, à gauche comme à droite.

Alors que faire? Signer? Renégocier? Résister?

L’émission complète >>>

Source et crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Voici un avis que je partage à 100%

Tant que l’EU aura cette attitude intolérable de donneuse de leçon, on ne négocie pas car négocier ce n”est pas se soumettre, c’est s’écouter, partager et surtout se respecter.
Actuellement l’EU veut nous mettre sous sa tutelle, on l’a vu avec la Bourse, avec son intolérable attitude à nous imposer sa Loi sur les armes, sur les échanges d’étudiants, etc…..
Collaborer oui mais pas se soumettre.
JAMAIS!

Stéphane Guibert / Finalscape

SUISSE VS EUROPE : L’HEURE DE VÉRITÉ ?

Secouée par le Brexit, défiée par la montée des souverainismes, l’Union européenne est plus mouvante que jamais. C’est dans ce contexte que la Suisse doit se déterminer sur l’avenir de sa relation avec Bruxelles.
C’est tout l’enjeu de l’accord global qu’exige l’Europe. Un contrat qui fait peur en Suisse, à gauche comme à droite.
Alors que faire? Signer? Renégocier? Résister?
Suisse-Europe: l’heure de vérité? C’est le débat d’Infrarouge, ce mercredi soir 5 juin en direct avec vos messages sur les réseaux sociaux.

Voici un avis que je partage à 100%

Tant que l’EU aura cette attitude intolérable de donneuse de leçon, on ne négocie pas car négocier ce n”est pas se soumettre, c’est s’écouter, partager et surtout se respecter.
Actuellement l’EU veut nous mettre sous sa tutelle, on l’a vu avec la Bourse, avec son intolérable attitude à nous imposer sa Loi sur les armes, sur les échanges d’étudiants, etc…..
Collaborer oui mais pas se soumettre.
JAMAIS!

Commentaire de Gapion Daniel

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse