Élections européennes : La parole est donnée à François Asselineau

Suivi sur les réseaux sociaux comme aucun autre homme politique français, François Asselineau, Président de l‘UPR, parti politique fondé en 2007 étant le seul parti à prôner la sortie de la France de l’Euro, de l’OTAN et de l’UE était l’invité de la rubrique : “Les 4 vérités” sur France 2.

Les classes françaises les moins favorisées et elles représentent la majeure partie des électeurs n’en peuvent plus et le paysage politique aujourd’hui sinistré par des années de débâcle et de scandales ne reflète aux yeux du plus grand nombre que corruption, fausses promesses et fraudes électorales à répétition.

Ce qui est notamment reproché aux élites en place, c’est leur connivence avec l’économie et les lobbies des firmes multinationales, les cadeaux fiscaux faits au grandes fortunes ainsi que l’accès facilité à l’évasion fiscale soutenu par les traités européens, ce qui se répercute systématiquement sur le pouvoir d’achat par le biais de coupes budgétaires et de taxes soumises aux français.

François Asselineau se prononce donc sur sa vision de l’Europe à la veille de ces élections.

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit vidéo : France 2

 

Médias : BHL humilié et ridiculisé dans une émission de la télévision Suisse romande !

BHL se fait remettre en place par Slobodan Despot sur le plateau de la (RTS) Télévision Suisse, dans le cadre de l’émission “Infrarouge” concernant l’Europe et les GiletsJaunes.

“Monsieur Levy, J’ai juste une recommandation à vous faire : vous vous cherchez une stature de sauveur et de rédempteur mais enfilez un gilet jaune, vous voulez combattre la dictature alors enfilez un gilet jaune, allez prendre la tête d’une vrai manifestation où on vous tirera dessus avec des balles en caoutchouc et où vous ne risquerez que de perdre un œil et à ce moment là, vous rentrerez enfin dans l’histoire comme vous rêvez de le faire parce que jusqu’ici vous n’avez su prendre que des tartes à la crème.”

G.S / FINALSCAPE

Vidéo : Extrait de l’émission de la chaine Suisse RTS ‘”Infrarouge”. Notre rédacteur Slobodan Despot s’oppose à la vision de l’Europe de Bernard-Henri Lévy.

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Julian Assange, l’homme traqué et arrêté pour avoir divulgué la vérité : C’est un des derniers bastions de la démocratie qui vient d’être anéanti !

Mise à jour : 11 avril 2019 – 22:45 –

Julian Assange, lanceur d’alerte, fondateur, rédacteur en chef et porte-parole du média Wekeleaks, cloitré durant 7 longues années dans un appartement londonien de la mission équatorienne afin d’échapper à ces monstres (et le mot est faible), qui lui reprochent d’avoir divulgué la vérité sur des actes criminels perpétrés aux États-unis vient d’être arrêté en début d’après-midi. Il risque l’extradition et sa vie est mise en danger.

Julian Assange n’a pas dévoilé de secrets d’État mettant en péril la sécurité intérieure de l’empire, il n’a fait que publier des ingérences criminelles, notamment au niveau de la C.I.A

Je vous propose une interview exclusive de 24 minutes qu’il avait accordé à Darius Rochebin, présentateur vedette de la RTS dans l’appartement londonien qu’il occupait en tant que réfugié politique, c’était en 2015.

>>> Une pétition a été mise en ligne pour le soutenir.

Stéphane Guibert / Finalscape

Vidéo :

Darius Rochebin reçoit Julian Assange, fondateur et rédacteur en chef de Wikileaks. Il est actuellement réfugié à l’ambassade d’Equateur à Londres. Pardonnez-moi, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 15 mars 2015.

Sur VK :

Sur Youtube :

“Je suis choqué. Assange n’a fait que dire la vérité”, clame Dick Marty

Dick Marty: “Cette arrestation est choquante pour quelqu’un qui a dit la vérité, qui a révélé des pratiques criminelles.”

L’arrestation de Julian Assange à Londres est “très choquante”, estime Dick Marty. “Assange n’a fait que dire la vérité. Il a révélé des actions criminelles et réveillé la conscience internationale”, déclare l’ancien rapporteur sur les prisons secrètes de la CIA pour le Conseil de l’Europe.

L’ancien procureur général tessinois dénonce les pressions de “l’empire” américain sur les États impliqués dans cette affaire et les méthodes de la justice américaine.

“Moi-même, j’évite pour l’instant de voyager aux États-Unis, révèle-t-il. Ils pourraient m’interroger sur les sources de mes rapports et me retenir, car je ne pourrais évidemment pas les dévoiler.”

P.s. Désolé pour le décalage avec la bande son. (ndlr.)

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a été arrêté jeudi à Londres.

N’extradez pas Julian Assange >>> Lien sur la pétition en fin d’article.

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a été arrêté par la police britannique dans l’ambassade d’Equateur à Londres, où il était réfugié depuis sept ans. Le lanceur d’alerte a été inculpé de “piratage informatique” aux Etats-Unis.

L’Australien de 47 ans a été arrêté en vertu d’un mandat de juin 2012 délivré par la justice britannique, pour non présentation au tribunal, et d’une “demande d’extradition américaine”, selon la police britannique.

Julian Assange a été placé en garde à vue puis il a été présenté jeudi en début d’après-midi devant le tribunal de Westminster, où il a été reconnu coupable d’avoir violé les conditions de sa liberté provisoire. Ce délit est passible d’un an de prison.

Inculpé de “piratage informatique” aux Etats-Unis

La justice américaine a annoncé avoir inculpé le lanceur d’alertes d’association de malfaiteurs en vue de commettre un “piratage informatique”. Cette peine est passible d’une peine maximum de 5 ans de prison.

Selon l’acte d’inculpation, qui était jusqu’ici sous scellé, l’Australien est accusé d’avoir aidé l’ex-analyste à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense ensuite révélés au public.

Porté hors de l’ambassade

Cheveux et barbe blanche, Julian Assange a été porté hors de la représentation diplomatique équatorienne peu après 9h GMT (11h en Suisse) par six policiers habillés en civil jusqu’à un fourgon de police.

“Près de 7 ans après être entré à l’ambassade équatorienne, je peux confirmer que Julian Assange est actuellement en garde à vue et fera face à la justice au Royaume-Uni”, a tweeté  le ministre britannique de l’Intérieur Sajid Javid, ajoutant “personne n’est au-dessus des lois”.

>> Les explications du correspondant de la RTS à Londres

“Fin illégale de l’asile politique”

WikiLeaks a réagi sur le même réseau social en accusant l’Equateur d’avoir “illégalement mis fin à l’asile politique d’Assange, en violation du droit international” et avoir “invité” la police britannique dans l’enceinte de l’ambassade.

De son côté, Moscou a rapidement réagi en accusant Londres d'”étrangler la liberté”.

Le président équatorien a défendu sur Twitter le retrait du statut d’asile à Julian Assange, une décision présentée comme “souveraine” et prise “après ses violations répétées des conventions internationales et des protocoles de la vie quotidienne”.

Depuis octobre, Quito appliquait au fondateur australien de WikiLeaks un protocole qui régule notamment ses visites et ses communications à l’intérieur de la légation, et prévoyait aussi que son non-respect implique un retrait de l’asile.

sjaq et les agences

“Expulsé d’ici quelques heures ou jours”

Le 4 avril, le compte de WikiLeaks annonçait sur Twitter qu’une source “haut placée de l’Etat équatorien avait dit à WikiLeaks que Julian Assange allait être expulsé ‘d’ici quelques heures ou jours’ en utilisant comme prétexte le scandale offshore des #INApapers – et a déjà un accord avec la Grande-Bretagne pour son arrestation”.

Les #INApapers concernent Lenin Moreno, le président équatorien, sa famille et son cercle d’amis, selon TeleSUR.

Le chef d’Etat est visé par une investigation en matière de corruption: la mesure a été votée par l’assemblée nationale équatorienne. Une enquête du journal en ligne La Fuente démontre un lien présumé entre le président, ses proches, et la compagnie offshore INA investment Corp.

Réfugié depuis 2012 dans l’ambassade

Julian Assange s’est réfugié dans l’ambassade en 2012 pour éviter d’être extradé vers la Suède, où il était accusé de viol, un dossier depuis classé.

L’Australien de 47 ans, naturalisé équatorien en 2017, était sous le coup d’un mandat d’arrêt britannique pour violation de ses conditions de liberté surveillée. Ses soutiens redoutent avec cette arrestation qu’il soit extradé vers les Etats-Unis pour la publication en 2010 sur son site de milliers de documents confidentiels du département d’Etat et du Pentagone.

Julian Assange a fondé en 2006 WikiLeaks, qui s’est fait connaître du grand public trois ans plus tard avec la publication de centaines de milliers de messages de bipeurs envoyés aux Etats-Unis le 11 septembre 2001.

Source & Crédit vidéos : Radio Télévision Suisse

N’extradez pas Julian Assange Pétition >>>

Christchurch : des Néo-Zélandaises se voilent en signe de solidarité (Je suis ou je ne suis pas ?)

Source de l’image

MEDIAS MAINSTREAM

Après l’attentat qui a coûté la vie à cinquante personnes, des non-musulmanes ont décidé dans tout le pays de porter un foulard islamique en soutien. (Source AFP)

Une semaine après la tuerie commise dans deux mosquées de la ville de Christchurch les gestes de solidarité sont encore nombreux. De nombreuses Néo-Zélandaises non-musulmanes ont décidé vendredi de porter un foulard islamique pour montrer leur soutien aux victimes de l’attentat qui a entraîné la mort de cinquante personnes et fait des dizaines d’autres blessées.

Je regrette et déplore sincèrement ce qui c’est passé pour les victimes de cet attentat en Nouvelle-Zélande et sincères condoléances à leurs familles ainsi qu’à toute la communauté musulmane parmi laquelle j’ai la chance de compter de très nombreux amis mais sauf votre respect, avec la démarche médiatique mondialisée actuelle, on se retrouve dans le cliché du : “JE SUIS” et comme d’habitude, avant l’analyse, c’est l’émotionnel porté par les médias mainstream qui prime sur le recul et l’analyse.

On se souviendra de la photo du petit Aylan Kurdi retrouvé mort sur une plage et que les médias de l’époque décrivaient comme étant un enfant Syrien tentant d’échapper à la guerre et dont les parents avaient été portés disparus en mer.

Il s’est avéré par la suite que cet enfant était issu d’un couple Turc qui se rendait en Europe afin de se faire soigner les dents. C’est bien après que les médias mainstream firent part et suite à des preuves irréfutables, de leur mea-culpa en reconnaissant que cet enfant avait été instrumentalisé afin de faire pleurer dans les chaumières et que son instrumentalisation était fabriquée de toutes pièces pour faire office de cheval de Troie, permettant l’arrivée massive de migrants prétendument syriens en Europe.

Idem pour les jeunes et le climat, idem pour tout ce qui peut manipuler les plus crédules d’entre nous.

Après le deuil, l’esprit d’analyse doit impérativement suivre si l’on ne veut pas demeurer dans la case du mouton de Panurge et finir à l’abattoir.

Voici l’analyse de l’évènement que l’un de mes contacts m’a transmis et qui pourrait déjà donner un début de piste quand à la véritable motivation de cet attentat :

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / Anonymiss France / SOS Climat / VK

Politique & médias : Nicolas Dupont-Aignan s’en prend à l’équipe de “C à vous” et doit quitter le plateau

Le leader de Debout la France a accusé les journalistes de l’émission de France 5 et notamment  Patrick Cohen de “cirer les pompes du pouvoir” et de “cracher à la figure des opposants”.

“C’est pas le service public qui vous paie pour cracher à la figure des opposants ?” Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a accusé l’équipe de “C à vous” de “partialité”, mercredi 6 mars, pendant le direct de l’émission de France 5. Refusant de présenter des excuses, le candidat aux élections européennes a été prié de quitter le plateau, ce qu’il a fini par faire.L’ancien candidat à la présidentielle a concentré la plupart de ses critiques sur le journaliste Patrick Cohen, qu’il a qualifié de “serviteur du pouvoir”. “C’est un macroniste, il est sur le service public et il passe sa vie à cirer les pompes de Macron, a-t-il lancé. C’est un cireur de pompes du pouvoir, il est payé pour ça.” Patrick Cohen l’a, en retour, accusé de “diffamation” et a failli quitter le plateau.

Lire la suite

Science & Vie : À 9 ans, un enfant vend ses dessins pour secourir les SDF

À seulement 4 ans, Arthur a eu l’idée de vendre ses dessins pour pouvoir offrir des sandwichs aux sans-abri. Aujourd’hui, avec l’argent récolté, il veut aller encore plus loin pour aider les plus démunis.

Arthur vend ses dessins pour pouvoir offrir des sandwichs aux sans-abri. Certaines de ses toiles se vendent jusqu’à 50 ou 200 euros.

Les gens dans la rue, je ne tolère pas”. Du haut de ses neuf ans, Arthur Soufflet n’a pas les mêmes préoccupations que ses camarades de classe. Depuis ses quatre ans, le petit garçon passionné de dessin vend ses toiles pour acheter des produits de première nécessité à ceux qui vivent dans la rue. “Quand j’étais petit, j’ai rencontré un sans-abri et ça a bouleversé mon destin“, explique Arthur.

Le déclic ? Quand ses parents lui ont expliqué, petit, que certaines personnes n’avaient pas de toit. “Il a été bouleversé, raconte sa mère, Peggy, à l’Obs qui a rencontré la familleIl demandait sans cesse pourquoi, comment la France, le Président, pouvaient laisser ces personnes dans une telle situation”.

Alors Arthur a agi. Seul, il a monté cette action solidaire qui prend de l’ampleur petit à petit. “Un jour il est arrivé au petit déjeuner et il a dit : « ça y est, j’ai trouvé. Je veux faire des dessins, je vais les vendre et avec l’argent, j’achèterai une maison pour qu’il n’y ait plus de pauvres par terre »”, reprend sa mère. “Quand même c’est triste, nous on est tous debout, on a une maison et là il y a une personne au milieu de la rue, elle est triste, elle n’a pas de maison. J’étais triste et j’ai commencé à les aider“, raconte Arthur à franceinfo junior.

Françoise Demonfaucon, adjoint au maire de Cambrai, est impressionnée : “Ce qu’il fait, ça ne peut pas laisser indifférents les gens. C’est quand même exceptionnel de voir un petit bout de chou réaliser et penser que plein de personnes qui sont en difficulté et être touché par les gens qui sont dans la rue, qui n’ont pas à manger.”

Si ses toiles ne se vendaient pas plus d’un euro au début, certaines valent aujourd’hui jusqu’à 50 ou 200 euros. Et tout l’argent récolté est réinvesti au profit des sans-abri. Arthur achète lui-même dans des boulangeries les sandwichs, qu’il offre ensuite aux sans-abris

“On ne le pousse pas”

Sandwichs, couvertures de survie, gants, chaussettes… Le petit garçon organise ces maraudes solidaires dès qu’il le peut. Je préfère les aider, plutôt que de rester ici sans rien faireOn ne le pousse pas, c’est vraiment son truc. A son âge, c’est important que ça ne soit pas une obligation.”, ajoute sa mère.

Et à observer sa page Facebook “L’aventure d’Arthur”, l’intiative prend de l’ampleur. Arthur y partage souvent ses actions et ses expositions. Car les toiles du petit garçon sont exposées régulièrement dans différents lieux de la région.

Il reçoit des courriers tous les jours, de toute la France. “Arthur, on aimerait tant que le monde te ressemble…”, lui écrivent par exemple Michèle et Marc.

Le but final, c’est d’acheter un maison ou immeuble“, dit Arthur sans rire. Sa mère y croit presque. Il a récolté 50€ la 1ère année, 1500€ cette année : “Qu’est-ce qui nous dit qu’il ne sera pas à 150 000 dans deux ans“.

GILETS JAUNES SUR RTL “LES AUDITEURS ONT LA PAROLE”

GILETS JAUNES SUR RTL “LES AUDITEURS ONT LA PAROLE”

Pascal Praud est réputé pour ne pas porter les gilets jaunes ni sur ses épaules, ni dans son cœur ! Un auditeur Montluçonnais régulièrement présent sur le terrain à Paris témoigne des violences policières durant les manifestations.

Émission diffusée sur RTL, le lundi 18 février 2019 dans : “Les auditeurs ont la parole”, animée par Pascal Praud qui est également présentateur et producteur de : “L’heure des pros” & “20h. foot” sur CNEWS.

Il répond à Franck, Gilet Jaune Montluçonnais, témoin des méthodes des forces de l’ordre lors des  différents actes à Paris.

Un direct dans lequel s’accusent mutuellement l’auditeur et le journaliste de conspirationnisme et de propagandisme. (ndlr.)

Démocratie directe : POUR MACRON, LA SUISSE «N’EST PAS DU TOUT UN EXEMPLE…»

Source de l’image

S’exprimant jeudi avec une poignée de journalistes, le président écarte toute idée que la France s’inspire de la démocratie directe helvétique, «qui ne marche pas aussi bien qu’on le pense».

«On n’est pas du tout fait pour ça. Je crois aux identités profondes des peuples.» Le président français Emmanuel Macron a invité jeudi soir quelques journalistes pour participer à une «discussion au coin du feu», une première dans son mandat. Le journaliste du «Point », Emmanuel Berretta, a participé à cette causerie dans laquelle il a été question de la démocratie suisse. Une des revendications des gilets jaunes est d’introduire un «référendum d’initiative citoyenne» (RIC), s’inspirant plus ou moins de la tradition helvétique.

Le journaliste a pu constater combien cette idée ne trouvait pas grâce aux yeux du président: «La Suisse, et son recours fréquent aux «votations populaires», n’est absolument pas le modèle qu’Emmanuel Macron veut prendre en exemple. Lors de la conversation au coin de feu que nous avons eue avec lui, jeudi, il a écarté fermement cette solution, tout comme il avait déjà fermé la porte au RIC.»

«Un modèle inadapté»

Emmanuel Macron insiste donc sur «l’identité profonde des peuples », ce qui veut dire, selon ses propos rapportés par «Le Point», que «La France n’est pas la Suisse et la Suisse ne marche pas aussi bien qu’on le pense. Le modèle suisse est inadapté. La Suisse, c’est 6 millions de personnes… Et d’ailleurs les Suisses, comme disait je ne sais plus qui, ils commencent toujours avec des questions de gauche et ils finissent avec des réponses de droite».

«La France n’est pas la Suisse»

Au-delà de cette boutade (et le fait que la Suisse compte 8 millions de personnes aujourd’hui), le président a insisté sur les différences fondamentales avec la France: «La Suisse a un système confédéral, avec une présidence tournante, des équilibres politiques très différents, un rapport différent à l’ouverture et la fermeture, une acceptation des inégalités, un rapport au monde qui est profondément différent. […] Nous sommes un peuple violent, depuis des siècles et des siècles. La France n’est pas la Suisse.»

Et, effectivement, la Suisse n’est pas la France, en tout cas pour ce qui est de cette violence séculaire… (Le Matin)

Source : Le Matin.ch

Gilets jaunes : BHL donne son avis sur le plateau de l’émission On est pas couché

Bernard-Henri Lévy s’est vu rappeler la réalité de la sociologie du mouvement GJ et de la répression dont il fait l’objet par l’avocat Charles Consigny.

Émission On est pas couché diffusée le 26 janvier 2019, enregistrée peu de temps avant la mutilation de Jérôme Rodrigues.