Politique & médias : Nicolas Dupont-Aignan s’en prend à l’équipe de “C à vous” et doit quitter le plateau

Le leader de Debout la France a accusé les journalistes de l’émission de France 5 et notamment  Patrick Cohen de “cirer les pompes du pouvoir” et de “cracher à la figure des opposants”.

“C’est pas le service public qui vous paie pour cracher à la figure des opposants ?” Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a accusé l’équipe de “C à vous” de “partialité”, mercredi 6 mars, pendant le direct de l’émission de France 5. Refusant de présenter des excuses, le candidat aux élections européennes a été prié de quitter le plateau, ce qu’il a fini par faire.L’ancien candidat à la présidentielle a concentré la plupart de ses critiques sur le journaliste Patrick Cohen, qu’il a qualifié de “serviteur du pouvoir”. “C’est un macroniste, il est sur le service public et il passe sa vie à cirer les pompes de Macron, a-t-il lancé. C’est un cireur de pompes du pouvoir, il est payé pour ça.” Patrick Cohen l’a, en retour, accusé de “diffamation” et a failli quitter le plateau.

Lire la suite

Science & Vie : À 9 ans, un enfant vend ses dessins pour secourir les SDF

À seulement 4 ans, Arthur a eu l’idée de vendre ses dessins pour pouvoir offrir des sandwichs aux sans-abri. Aujourd’hui, avec l’argent récolté, il veut aller encore plus loin pour aider les plus démunis.

Arthur vend ses dessins pour pouvoir offrir des sandwichs aux sans-abri. Certaines de ses toiles se vendent jusqu’à 50 ou 200 euros.

Les gens dans la rue, je ne tolère pas”. Du haut de ses neuf ans, Arthur Soufflet n’a pas les mêmes préoccupations que ses camarades de classe. Depuis ses quatre ans, le petit garçon passionné de dessin vend ses toiles pour acheter des produits de première nécessité à ceux qui vivent dans la rue. “Quand j’étais petit, j’ai rencontré un sans-abri et ça a bouleversé mon destin“, explique Arthur.

Le déclic ? Quand ses parents lui ont expliqué, petit, que certaines personnes n’avaient pas de toit. “Il a été bouleversé, raconte sa mère, Peggy, à l’Obs qui a rencontré la familleIl demandait sans cesse pourquoi, comment la France, le Président, pouvaient laisser ces personnes dans une telle situation”.

Alors Arthur a agi. Seul, il a monté cette action solidaire qui prend de l’ampleur petit à petit. “Un jour il est arrivé au petit déjeuner et il a dit : « ça y est, j’ai trouvé. Je veux faire des dessins, je vais les vendre et avec l’argent, j’achèterai une maison pour qu’il n’y ait plus de pauvres par terre »”, reprend sa mère. “Quand même c’est triste, nous on est tous debout, on a une maison et là il y a une personne au milieu de la rue, elle est triste, elle n’a pas de maison. J’étais triste et j’ai commencé à les aider“, raconte Arthur à franceinfo junior.

Françoise Demonfaucon, adjoint au maire de Cambrai, est impressionnée : “Ce qu’il fait, ça ne peut pas laisser indifférents les gens. C’est quand même exceptionnel de voir un petit bout de chou réaliser et penser que plein de personnes qui sont en difficulté et être touché par les gens qui sont dans la rue, qui n’ont pas à manger.”

Si ses toiles ne se vendaient pas plus d’un euro au début, certaines valent aujourd’hui jusqu’à 50 ou 200 euros. Et tout l’argent récolté est réinvesti au profit des sans-abri. Arthur achète lui-même dans des boulangeries les sandwichs, qu’il offre ensuite aux sans-abris

“On ne le pousse pas”

Sandwichs, couvertures de survie, gants, chaussettes… Le petit garçon organise ces maraudes solidaires dès qu’il le peut. Je préfère les aider, plutôt que de rester ici sans rien faireOn ne le pousse pas, c’est vraiment son truc. A son âge, c’est important que ça ne soit pas une obligation.”, ajoute sa mère.

Et à observer sa page Facebook “L’aventure d’Arthur”, l’intiative prend de l’ampleur. Arthur y partage souvent ses actions et ses expositions. Car les toiles du petit garçon sont exposées régulièrement dans différents lieux de la région.

Il reçoit des courriers tous les jours, de toute la France. “Arthur, on aimerait tant que le monde te ressemble…”, lui écrivent par exemple Michèle et Marc.

Le but final, c’est d’acheter un maison ou immeuble“, dit Arthur sans rire. Sa mère y croit presque. Il a récolté 50€ la 1ère année, 1500€ cette année : “Qu’est-ce qui nous dit qu’il ne sera pas à 150 000 dans deux ans“.

GILETS JAUNES SUR RTL “LES AUDITEURS ONT LA PAROLE”

GILETS JAUNES SUR RTL “LES AUDITEURS ONT LA PAROLE”

Pascal Praud est réputé pour ne pas porter les gilets jaunes ni sur ses épaules, ni dans son cœur ! Un auditeur Montluçonnais régulièrement présent sur le terrain à Paris témoigne des violences policières durant les manifestations.

Émission diffusée sur RTL, le lundi 18 février 2019 dans : “Les auditeurs ont la parole”, animée par Pascal Praud qui est également présentateur et producteur de : “L’heure des pros” & “20h. foot” sur CNEWS.

Il répond à Franck, Gilet Jaune Montluçonnais, témoin des méthodes des forces de l’ordre lors des  différents actes à Paris.

Un direct dans lequel s’accusent mutuellement l’auditeur et le journaliste de conspirationnisme et de propagandisme. (ndlr.)

Démocratie directe : POUR MACRON, LA SUISSE «N’EST PAS DU TOUT UN EXEMPLE…»

Source de l’image

S’exprimant jeudi avec une poignée de journalistes, le président écarte toute idée que la France s’inspire de la démocratie directe helvétique, «qui ne marche pas aussi bien qu’on le pense».

«On n’est pas du tout fait pour ça. Je crois aux identités profondes des peuples.» Le président français Emmanuel Macron a invité jeudi soir quelques journalistes pour participer à une «discussion au coin du feu», une première dans son mandat. Le journaliste du «Point », Emmanuel Berretta, a participé à cette causerie dans laquelle il a été question de la démocratie suisse. Une des revendications des gilets jaunes est d’introduire un «référendum d’initiative citoyenne» (RIC), s’inspirant plus ou moins de la tradition helvétique.

Le journaliste a pu constater combien cette idée ne trouvait pas grâce aux yeux du président: «La Suisse, et son recours fréquent aux «votations populaires», n’est absolument pas le modèle qu’Emmanuel Macron veut prendre en exemple. Lors de la conversation au coin de feu que nous avons eue avec lui, jeudi, il a écarté fermement cette solution, tout comme il avait déjà fermé la porte au RIC.»

«Un modèle inadapté»

Emmanuel Macron insiste donc sur «l’identité profonde des peuples », ce qui veut dire, selon ses propos rapportés par «Le Point», que «La France n’est pas la Suisse et la Suisse ne marche pas aussi bien qu’on le pense. Le modèle suisse est inadapté. La Suisse, c’est 6 millions de personnes… Et d’ailleurs les Suisses, comme disait je ne sais plus qui, ils commencent toujours avec des questions de gauche et ils finissent avec des réponses de droite».

«La France n’est pas la Suisse»

Au-delà de cette boutade (et le fait que la Suisse compte 8 millions de personnes aujourd’hui), le président a insisté sur les différences fondamentales avec la France: «La Suisse a un système confédéral, avec une présidence tournante, des équilibres politiques très différents, un rapport différent à l’ouverture et la fermeture, une acceptation des inégalités, un rapport au monde qui est profondément différent. […] Nous sommes un peuple violent, depuis des siècles et des siècles. La France n’est pas la Suisse.»

Et, effectivement, la Suisse n’est pas la France, en tout cas pour ce qui est de cette violence séculaire… (Le Matin)

Source : Le Matin.ch

Gilets jaunes : BHL donne son avis sur le plateau de l’émission On est pas couché

Bernard-Henri Lévy s’est vu rappeler la réalité de la sociologie du mouvement GJ et de la répression dont il fait l’objet par l’avocat Charles Consigny.

Émission On est pas couché diffusée le 26 janvier 2019, enregistrée peu de temps avant la mutilation de Jérôme Rodrigues.

GILETS JAUNES : Menacé par sa hiérarchie pour “déloyauté”, il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le gouvernement

Menacé par sa hiérarchie pour “déloyauté”, il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le gouvernement dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, l’instrumentalisation des forces de l’ordre par le pouvoir et les conditions de travail difficiles dans un contexte de hausse des cas de suicides chez les policiers.

 

Souvenirs : Dupont-Aignan provoque un esclandre sur Canal Plus

Le candidat de Debout la République à l’Elysée a déclenché les réactions indignées des animateurs du “Grand journal” de Canal+, vendredi, en s’attaquant aux “éditorialistes de bazar”.

Cette vidéo qui remonte à 2012 met en avant le candidat qui on le sait n’a pas sa langue dans sa poche. Un souvenir médiatique que je désirais partager. (ndlr)

Le candidat de Debout la République à l’Elysée Nicolas Dupont-Aignan s’en est pris vendredi 13 avril aux “éditorialistes de bazar” lors du “Grand journal” de Canal+, espérant “s’en débarrasser un jour”, ce qui a provoqué les réactions indignées d’Ariane Massenet, Michel Denisot et Jean-Michel Aphatie, les animateurs de l’émission.

Crédit vidéo : Canal plus France

Selon une source non vérifiée, le salaire de certains journalistes :

Tous ces journalistes se gardent bien de parler de leurs avantages fiscaux.

Au-delà de 3 mois de présence les journalistes ont droit à la totalité de la rémunération mensuelle pendant 3 mois,
directement liés à l’accident du travail ou à la maladie professionnelle, l’intégralité de leur rémunération dans la limite de 2 ans

En France tous les salariés sont exonérés d’impôt sur 10% de leurs revenus

En France tous les journalistes ont droit depuis 1934 à une exonération supplémentaire de 30 % (avec un plafond) qui s’additionne aux 10%.

En 1996, un premier ministre a osé tirer un trait sur certaines niches !

Une profession va particulièrement se plaindre « LES JOURNALISTES».

Alain LAMBERT ex-rapporteur du budget au Sénat se souvient : « De la hargne de journalistes et de la trouille des politiques ».
Le premier ministre de l’époque avait tenu bon, mais il avait accepté une première concession à la profession : la création d’un fonds budgétaire pour compenser la hausse d’impôt que subiront les journalistes.

42.500 journalistes bénéficieront de cet avantage.

Quand on pense que le gouvernement a défiscalisé les heures supplémentaires pour les ouvriers et employés !…
Savez-vous que des proches des journalistes, (qui ne sont pas journalistes) se déclarent journalistes sans carte de presse.

Et maintenant des journalistes de l’audiovisuel ont demandé un abattement supplémentaire de 10 % pour des frais esthétiques ET PENDANT CE TEMPS , LES RETRAITES SE FONT PONCTIONNER DE 1,7% DE CSG EN PLUS !

 

Le mouvement des gilets jaunes vu par le média américain HBO

How The Yellow Vest Protesters Scored A Huge Victory Against Macron

After three weeks of protests, France’s planned fuel tax is now on hold. This is how the yellow vest protesters scored a huge victory against President Emmanuel Macron.

Comment les gilets jaunes ont remporté une énorme victoire contre Macron.

Après trois semaines de manifestations, la taxe sur les carburants a été suspendue. C’est ainsi que les gilets jaunes ont remporté une énorme victoire contre le président Emmanuel Macron.

HBO

Voilà pour la vue d’ensemble du média HBO dans ses grands titres. Mais le malaise est bien plus profond et les revendications des manifestants bien plus complexes qu’une simple hausse des taxes sur les carburants.

Stéphane Guibert / Finalscape

Bon réveillon à toutes et à tous, soyez prudent si vous devez prendre le volant

Je me joins à tous mes contributeurs, à tous les contacts et lanceurs d’alerte qui me font l’amitié de m’adresser des informations pertinentes pour vous adresser un très bon réveillon et une excellente nouvelle année.

Soyez prudent si vous devez prendre le volent passé le cap de minuit.

Bien à vous.

Stéphane Guibert / Finalscape

Après l’acte 5 des Gilets jaunes, les policiers annoncent leur acte 1

Après un cinquième samedi de mobilisation chez les Gilets jaunes, mouvement qui selon les chiffres officiels commence à s’essouffler, ce qui d’ailleurs est contradictoire avec les chiffres avancés par les gilets jaunes eux-mêmes, la police Française annonce quand à elle son mouvement acte 1

« Je viens vous l’annoncer solennellement , l’acte 1 des policiers se prépare. »

Linda Kebbab dénonce les mesures injustes concernant sa profession que Macron et le gouvernement vont mettre en place dès le 1er janvier 2019.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK