Etienne Chouard: Wikileaks, La Vérité Sacrifiée “Julian Assange”

Source de l’image

La liberté d’information mise à mort !

WikiLeaks a été créé par Julian Assange pour servir de plate-forme de publication de documents secrets. Il a été rendu célèbre par la publication, en 2010, de milliers de documents issus de l’armée et de la diplomatie américaines : les « WarLogs » et le « Cablegate ».

Ces documents avaient révélé de nombreuses informations sur la conduite de la guerre en Irak et en Afghanistan par les Etats-Unis. A l’époque, WikiLeaks avait travaillé en partenariat avec des médias traditionnels, dont Le Monde, mais aussi avec le New York Times, le Guardian ou Der Spiegel.

Etienne CHOUARD dans l’émission de sud Radio revient sur la liberté de transmettre la vérité sur les gouvernements sans être en danger d’arrestation…

Le fondateur et dirigeant de WikiLeaks, Julian Assange, a été arrêté, jeudi 11 avril 2019, par la police britannique. Il lui est reproché d’avoir enfreint sa liberté conditionnelle en 2012, mais il est également visé par une demande d’extradition des Etats-Unis. Ces derniers le soupçonnent d’avoir aidé Chelsea Manning, une de ses sources, à pirater des ordinateurs appartenant au ministère de la défense américain, afin de publier des documents secrets sur WikiLeaks….

(Vidéo)

Lire la suite

Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni… Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?

APOCALYPSE NOW, OR NEVER ?

Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni… Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
class=”chapeau-long hidden-xs hidden-sm”>Le taux de chômage au Royaume-Uni a reculé pour atteindre 3.9%. Un plus bas historique depuis 1975 malgré les incertitudes liées au Brexit.

Avec un chômage à 3,9% (chiffre le plus bas depuis 1975), et une croissance des salaire de 3,4% (soit le plus haut depuis 2008), l’approche imminente du Brexit ne semble pas plonger le Royaume-Uni. S’il traverse indéniablement une crise politique, pourquoi est-ce que l’économie semble (pour l’instant ?) se porter très correctement outre-Manche ?

Vidéo :

Face à face sur les ondes de Radio Sud entre le leader de l’UPR, François Asselineau et Patrick Vignal, député  La France en Marche de l’Hérault.

Lors de ce face à face, on sent un François Asselineau déjà renforcé par un sondage lancé en début d’émission demandant aux auditeurs de voter pour ou contre le Frexit, sondage qui ne fait que grimper en faveur du oui et qui se termine en fin d’émission avec 89% d’auditeurs favorables ; ensuite, ceux qui connaissent l’ex candidat à la présidentielle de 2017 savent que François Asselineau maîtrise parfaitement son dossier  contrairement à son interlocuteur, Patrick Vignal qui se tire souvent une balle dans le pied, ce dont François Asselineau se rend compte dès le début de l’émission.

Au fil des mois et des années, au fil des coupes budgétaires et autres réformes antisociales partout en Europe, on voit les européistes en perte de vitesse et en manque d’arguments pour convaincre. Ce sont toujours les mêmes belles phrases qui reviennent et auxquelles les français ne croient plus si l’on se réfère à ce sondage représentatif ainsi qu’au mouvement des Gilets jaunes qui vient de vivre son acte 18.

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit vidéo  Sud Radio

PRIVATISATION DES BARRAGES : LE CASSE DU SIÈCLE

Source de l’image

« La privatisation des péages, c’est de la gnognote à côté de celle des barrages »

Bien comprendre ce qui se trame est à la portée de tous !

Gilles Balbastre, co-réalisateur du film “Les nouveaux chiens de garde” dénonce l’immense arnaque de la privatisation de tous les barrages hydro-électriques français d’ici 2020 voulue par le régime actuel.

Privatiser le service public c’est donner les pleins pouvoirs aux industriels. Imaginez vous un blackout électrique ! Cela permettrait aux multinationales et à leurs actionnaires de mettre autant de zéros qu’ils le désirent après la virgule.

Privatiser un pays comme le font la Grèce et la France par exemple, c’est jeter en pâture à une oligarchie assoiffée de pouvoir, d’argent et de sang comme cela est le cas en ce moment avec le mouvement “Gilets jaunes” des nations entières.

Il faut bien prendre conscience de ce qui lentement et sournoisement se déroule sous nos yeux égarés par des artifices savamment orchestrés ; il s’agit d’un asservissement mondialisé des populations au nom du néolibéralisme, ce rouleau compresseur sans âme qui ira jusqu’au bout, jusqu’à sa propre destruction tant qu’il aura une miette à se mettre sous la dent !

Un mal autodestructeur et absolu qui n’aura de cesse que d’enfler avant d’éclater !

À présent, il y a celles et ceux qui sont éveillés et qui lutent au péril de leur statut social et parfois même de leur vie comme c’est le cas avec les lanceurs d’alerte, il y a celles et ceux qui, satisfaits par leur sort ne regardent pas là où ça dérange et il y a celles et ceux que la dictature nourrit.

Une belle image de notre civilisation !

Lire la suite

Macron a liquidé l’imprimerie qui fabriquait nos passeports, cartes grises… et billets !

Un fleuron de la France en liquidation judiciaire éclaire ; cette imprimerie avait 400 ans !

L’imprimerie Arjowiggins, de Crèvecœur (cela ne s’invente pas) près de Jouy-sur-Morain  (Seine-et- Marne), est en liquidation judiciaire. Un savoir-faire de 400 ans rayé d’un trait de plume par Bruno Le Maire… Notre patrimoine qui part en fumée, les ouvriers désespérés qui brûlent les rouleaux de papier à filigrane, les machines qui vont être vendues à l’étranger ou en Europe, les détenteurs d’un savoir unique qui vont se retrouver au chômage…

Et c’est un drame pour les 240 ouvriers, et les 500 autres emplois dépendant de l’imprimerie dans la région.

Mais c’est aussi un drame national puisque c’est de là que sortait le papier pour vos passeports, vos cartes grises… papier hautement sécurisé, anti-fraude. Et liquidation d’autant plus incompréhensible qu’il y avait, qu’il y a des clients assurés, le renouvellement de passeports, cartes grises etc. étant un puits sans fond. Le carnet de commandes était plein. D’autant que cette imprimerie fabrique le papier des billets pour pas mal d’autres pays ! Le papier-monnaie  pour les billets d’Arabie saoudite et d’Israël, par exemple, sortait de Crèvecœur !

Dorénavant vos cartes grises seront… fausses puisque imprimées sur du vrai-faux papier, sans le filigrane historique. Et tellement faciles à imiter, histoire de nous voir noyés sous de faux passeports dorénavant fabriqués à l’étranger, en Espagne, par exemple !

Ce papier  qui disparaît, c’est du papier très sensible, et la sécurité était intense, dans cette imprimerie, proche de la défense militaire. D’ailleurs, on n’entre pas dans cette imprimerie comme dans un moulin… il y a du grillage partout, c’est comme des installations militaires. Installation proche de l’installation d’une centrale nucléaire…

Pour Pierre Jovanovic, interrogé dans la vidéo ci-dessous par Martial Bild, ce n’est pas un hasard s’ils ont coulé cette imprimerie ; elle  avait tout ce qu’il fallait pour imprimer, aussi, les nouveaux francs si la France décidait de sortir de la zone euro. Pour Jovanovic, en liquidant cette imprimerie, on supprime à la France toute possibilité de revenir en arrière. Je ne vois pas, comme Jovanovic, de rapport avec les européennes ; même si Macron subissait une défaite cuisante aux élections de mai prochain, cela ne changerait rien, il serait toujours président jusqu’en 2022, et cela n’amènerait en rien une sortie de la France de l’UE. Ce sont deux choses différentes. Mais il n’a pas tort sur le fond. La montée des populistes les inquiète tant qu’ils sont capables de pratiquer la politique de la terre brûlée préventivement, pour compliquer toute sortie de l’euro, dans 3 mois, 3 ans ou plus tard. Macron en est capable. Cela fait partie de ses obsessions, supprimer toute possibilité de sortir de l’UE et de l’euro.

Pierre Jovanovic nous fait remarquer une anomalie criante. Cette imprimerie, d’intérêt public s’il en est,  n’a jamais été nationalisée ! Au contraire. Elle appartenait au groupe Sequana (banque Worms) qui l’avait vendue à un fonds d’investissement suisse qui avait promis d’investir, de mettre plusieurs millions d’euros sur la table, euros qui ne sont jamais arrivés… Or, l’État était devenu actionnaire majoritaire dans la banque Worms en 2012…

La liquidation judiciaire a été délibérément et formellement organisée par l’État français, par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie de Macron… une liquidation décidée et actée en 5 minutes. Du jamais vu de mémoire d’homme… Une liquidation, comme le rappelle Jovanovic, ça dure, on temporise, on commence par licencier, par chercher des solutions, ça peut durer des mois, voire des années. Dans le cas qui nous occupe, 5 minutes.  Et que les services sociaux s’occupent des employés mis à la rue. Les caisses de l’imprimerie ont été soigneusement vidées avant que la liquidation ne soit annoncée…

Lire la suite

Vincent Lapierre : La crise au Vénézuela en 10 minutes

Dans cette vidéo, il n’est pas question de dire que tout va bien au Vénézuela et qu’il y fait bon vivre ni même de dire que le gouvernement n’y est pour rien dans cette crise, il est simplement bon de rétablir une scène hiérarchique des responsabilités.

Le premier responsable du chaos au Vénézuela ce n’est pas le gouvernement vénézuélien mais les États-Unis ou pour être plus précis : l’Empire qui cherche à reprendre le contrôle politique de la région contre la Russie et la Chine et le contrôle économique du pétrole vénézuélien.

C’est pour cela que ce pays est en crise ; et l’on peut accuser ici les médias internationaux de pratiquer l‘inversion accusatoire en dénonçant un chaos dont ils sont en réalité en partie responsable par leur propagande. Soyons sûrs que ce que eux veulent au Vénézuela, c’est la dictature comme elle a existé durant deux siècles avant Chavez et Maduro et qu’ils appelleront démocratie pour rassurer les braves gens qui regardent encore la télévision ; et si le prix à payer pour instaurer cette dictature c’est la guerre et le mensonge comme ils l’ont fait en Irak : (1 million de morts pour des armes de destruction massive qui n’existaient pas), si le prix pour instaurer cette dictature c’est des larmes et du sang, ils le feront tout comme ils l’ont fait impunément à travers l’histoire.

Vincent Lapierre

Vidéo

Lire la suite

Gilets jaunes, souveraineté & Frexit, Patrick D’hondt de Meta TV s’adresse au Premier ministre Édouard Philippe

Patrick D’hondt de META TV soulève lors d’un débat en présence du Premier ministre Edouard Philippe deux points essentiels liés à la crise sociale que traverse la France et qui sont marqués par le début du mouvement des Gilets jaunes :

Préambule de la vidéo :

Il parle d’une crise de représentativité au sein des institutions et d’une crise de citoyenneté :

Les Gilets jaunes revendiquent de passer du statut de simples citoyens au statut d’électeurs. Ils revendiquent le fait de redevenir les acteurs de leur propre destin avec notamment le R.I.C .

Selon lui, il faut aller vers la création monétaire et rendre à la banque de France la prérogative de battre monnaie (ce qui fait partie de la souveraineté d’un pays (ndlr.)), car la dette française est constituée par des intérêts qui ont été produits par des banques privées et qui sont remboursés sans exception par l’ensemble des français.

Pour que le mot démocratie trouve un sens, le mot souveraineté doit lui être indissociable. 

Afin que cela puisse se réaliser, il faut passer par l’abrogation de la loi de 1973, par l’abrogation de l’article 104 du traité de Maastricht ou de l’article 123 du traité de Lisbonne qui empêchent la banque de France de remplir son rôle.

Les élites assènent sans arrêt les valeurs de la République mais il faut être conscient que ces valeurs font partie de la volonté du peuple français. Or, en 2005, la volonté du peuple qui s’était prononcé dans les urnes à plus de 54% contre la constitution européenne a été bafouée en 2007 avec la ratification (par l’ancien Président de la République, Nicolas Sarcozi avec le soutient du président du PS de l’époque, François Hollande) du mortifère traité de Lisbonne.

Pour que la démocratie trouve un sens en France, il faut relancer un référendum sur l’Union européenne.

(Vidéo)

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Gilets Jaunes & Vincent Lapierre : Vincent Lapierre après son agression : « Je remets mon sort entre les mains des Gilets jaunes »

Une nouvelle fois, Vincent Lapierre a été agressé, samedi 2 février, alors qu’il couvrait pour Le Média pour tous, une manifestation de Gilets jaunes, à Toulouse. Une nouvelle fois, des militants d’extrême gauche, autoproclamés « antifas », ont pu, en toute impunité, tabasser un journaliste sans être nullement inquiétés par des forces de l’ordre qui dans le même temps ont pour consigne de réprimer les Gilets jaunes. 

(Article & vidéos)

Lire la suite

FAITS D’HIER – “CASSEURS” : LA POLICE PRISE EN FLAGRANT DÉLIT

“Après avoir observé d’étranges porosités dans les cordons de la police, le service d’ordre décide d’interpeller un des ‘casseurs’ les plus actifs”. Et découvrent qu’il s’agit… d’un policier !

Alors que les gilets jaunes manifestent aujourd’hui contre les violences policières, Serge Garde revient sur la manifestation des sidérurgistes du 23 mars 1979 à Paris.

Archives à conserver pour l’histoire : Les Pinçon-Charlot analysent le cas Emmanuel Macron

Les Pinçon-Charlot analysent le cas Emmanuel Macron

Tout le système oligarchique et politique est remis en question dans cette entrevue qui s’adresse à toutes celles et ceux dont les neurones ne tournent pas forcément qu’autour des nouvelles technologies, des “sitcom” et des selfies ; ou en d’autres termes, cette entrevue s’adresse à toutes celles et ceux qui sont éveillés et qui ont la tête sur les épaules. Merci à Michel et Monique Pinçon-Charlot pour cette analyse (ndlr).

Le couple de sociologues de la grande bourgeoisie analyse pour le média “Politis” la trajectoire d’Emmanuel Macron, « mandaté par la classe dominante pour donner un grand coup de balai sur les divisions politiques, qui paralysent les intérêts de l’oligarchie ». Ils dénoncent également la « corruption de classe » que révèle les « affaires » récentes.

Sur Youtube

Sur VK

G.S / FINALSCAPE

Kemi Seba : “L’Aquarius, j’en ai rien à foutre”

Kemi Séba, militant panafricaniste et farouchement anti-mondialiste, livre sa vision de l’immigration et de l’Aquarius, sanctuaire maritime de l’Humanisme.