France et dictature molle : La grenouille que l’on ébouillante à petit feu

Pour Manuel Valls, ancien premier ministre,  fils d’immigrés, de père Catalan et de mère Suissesse, l’Europe demeure le combat de sa vie.

Une année après l’élection d’Emmanuel Macron, Manuel Valls reste persuadé que l’on se dirige dans la bonne direction et que l’Europe reste la seule solution pour une cohésion mondiale raisonnable.

Évidemment, c’est sans se préoccuper du sort des peuples, ce qui ne figure apparemment pas dans l’agendât des privilégiés qui ne privilégient que des gens de leur propre caste.

Raisonnement qui à mon sens est politiquement correct pour les plus riches et politiquement insipide pour les plus pauvres comme il ce doit.

La monarchie Macron rassemble toutes celles et ceux qui par un revers de la main, sans aucun sentiment, au nom d’une économie pourtant moribonde, balayent les rêves d’un peuple qui aspire à la liberté, à la symbiose entre la nature et l’individu, c’est ce rouleau compresseur qui sans relâche détruit tout ce qui peut être amour, espoir, fraternité et liberté.

On nous tue lentement mais sûrement  et nous réagissons comme la grenouille que l’on ébouillante à petit feu.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Source des vidéos : Radio Télévision Suisse

Humour : Manuel Valls “Quand-même !”

Un bilan catastrophique pour le PS tout au long de ce quinquennat, voici une vidéo résumant le parcours de Manuel Valls durant ces cinq ans en passant par l’enfarinage à Strasbourg à la fameuse gifle en Bretagne, vidéo qui m’a bien fait rire.

Si vous désirez partager l’article sur Facebook, je vous invite à cliquer sur le bouton “Share” en fin d’article, sous le logo VK.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

France : Après la gifle infligée à Manuel Valls, on parle de violence. Mais quelle est la vrai violence aujourd’hui ?

Après la gifle infligée à Manuel Valls par le jeune Nolan Lapie lors d’un meeting en Bretagne, l’affaire c’est emballée tant dans les médias que sur les réseaux sociaux.

Manuel Valls était l’invité de Patrick Cohen sur France Inter dans le “07 – 09”.

Il parle de cette gifle comme d’un geste de violence qui est intolérable en démocratie. on se souviendra de la chemise déchirée lors de l’affaire Air France.

Le premier interlocuteur à intervenir se voit coupé d’antenne alors qu’il soutenait Nolan en précisant que tous les français aimeraient faire de même. Le candidat à l’élection présidentielle visiblement en campagne sur ce plateau n’a pas hésité à faire sa propre pub.

A l’heure ou ces lignes sont rédigées, le jeune Nolan Lapie a déjà été jugé et se trouve toujours en garde à vue.

Pendant que les politiques s’insurgent contre la violence, Tatiana Ventôse, animatrice de la chaîne Youtube “Le fil d’actu” relate de son côté un tout autre aspect de la violence :

Elle dit clairement que la gifle qu’à reçu le premier ministre Manuel Valls est une caresse en comparaison de la violence que fait subir son gouvernement aux citoyens, en effet :

  • Quand une caissière se fait renvoyer car elle a fait une fausse couche,
  • Quand des gens ont froid parce qu’ils n’ont plus les moyens de se payer le chauffage,
  • Quand des gens meurent de froid dans les rues parce qu’ils n’ont plus les moyens de se loger,
  • Quand on gaz des enfants et des manifestants pacifiques parce qu’ils refont le monde lors d’un rassemblement de “Nuit debout” ce n’est pas violent peut-être ?
  • D’ailleurs le jeune Nolan Lapie n’a-t-il pas été maîtrisé d’une manière violente ?

Les 49.3 à répétition, loi travail et la régression des acquis sociaux de plus d’un siècle, n’est-ce pas de la violence ?

Les gens du pays et les élites ne vivent pas dans le même monde !

Je voudrais à présent parler d’une autre forme de violence celle là même dont certains d’entre nous somme responsables, je veux parler de l’individualisme, de l’indifférence et de la désolidarisation de plus en plus marqués à notre époque.

Quand on passe à côté d’un SDF couché par terre et visiblement mal en point alors qu’il fait très froid et que sur les dizaines de passants qui l’évitent pour ne pas lui marcher dessus, pas un seul ne s’arrête ne serais-ce que pour lui demander ce qu’il a, n’est-ce pas là de la violence ?

Quand un entrepreneur qui n’est pas en mesure de payer son assurance parce que des clients n’ont pas honoré leurs factures, que pris à la gorge parce que manque de trésorerie, il risque de voir son entreprise être mise en liquidation, quand cet entrepreneur s’adresse dans un premier temps à un de ses amis pour lui venir en aide, que cet ami réalise puis diffuse sur les réseaux sociaux une vidéo évoquant le problème, quand cet ami met au point tout un réseau permettant aux gens d’être solidaires même en versant un euro symbolique et que le montant atteint représente tout juste la moitié du montant nécessaire alors que les 4000 Euros demandés, si chacun de celles et ceux qui avaient lu cette bouteille jetée à la mer avaient fait l’effort soit de venir directement en aide à cet entrepreneur soit en partageant tout simplement le message, quand on en arrive là, ne s’agit-il pas aussi d’une forme de violence ?

A ce sujet, je tiens à préciser qu’il n’est toujours pas trop tard et que l’on peut encore intervenir pour aider cet entrepreneur, Guy Poulain.

Il n’y a qu’à cliquer ici

Stéphane Guibert / Finalscape

France : Manuel Valls hué par la foule et giflé par un manifestant lors d’un déplacement en Bretagne

Alors qu’il était en déplacement en Bretagne, l’ex-Premier ministre en campagne pour la primaire de la gauche s’est fait légèrement gifler par un opposant, après avoir été hué lors de son arrivée.

Manuel Valls, décidément coutumier des déplacements mouvementé, a été giflé par un jeune opposant en sortant de l’hôtel de ville de Lamballe. Les chargés de la sécurité du candidat à la primaire de la gauche ont alors tout de suite mis le perturbateur à terre.

Dès son arrivée, Manuel Valls, accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, avait été accueilli par des huées de la part de manifestants hostiles.

>>>L’AUTEUR DE LA GIFLE<<<

Mise à jour de l’article 18/01/2017

Vue sous un autre angle :

A chaud, la réaction de certains élus :

500 000 chômeurs de plus en cinq ans… Et alors ? Ça empêche d’être candidat ?

500 000 chômeurs de plus en cinq ans…
Et alors ? Ça empêche d’être candidat ?

Avec cette seule réponse de Valls à Bourdin, tout le mépris d’une certaine classe politique pour le peuple. Quoi 500 000 chômeurs ? C’est pas un problème ça, je m’en tape, ce n’est pas ça qui va m’empêcher d’être candidat quand même…

Game over !

Même au sein de la prairie, on commence à avoir pitié de lui tellement il s’enfonce chaque jour un peu plus…