Consommation, déchets, CO2 etc … l’enfumage des multinationales dans toute sa splendeur

Le vrai visage du néolibéralisme

ÉLISE LUCET : CASH INVESTIGATION

Les multinationales :

Elles financent des ONG qui culpabilisent le consommateur en lui reprochant la mauvaise gestion de ses déchets et de cause à effet, en le rendant responsable voire même coupable en le pointant du doigt tout en lui disant que ce sont ses choix à lui qui sont la résultante de l’état de la planète alors que si l’on regarde d’un peu plus près, ses choix lui sont imposés ; dans un premier temps, par des lobbies qui achètent (pour ne pas parler de corruption) des députés européens qui iront forcément dans le sens des intérêts des multinationales, ensuite, les choix du consommateur seront téléguidés par un matraquage publicitaire effréné faisant de lui l’idiot du village s’il ne fait pas comme tout le monde. (C’est kro kro mignon !) Corruption des élites, “brainstorming” (Lavage de cerveau), tous les ingrédients sont réunis !

En revanche et dans ce contexte très précis des déchets, on peu effectivement et malheureusement déplorer les agissements de certains consommateurs qui ne respectent pas l’environnement ; je veux parler notamment des pique-niqueurs qui laissent leurs déchets derrière eux, je veux également parler des décharges sauvages ou des fumeurs qui larguent leurs mégots un peu partout dans la nature mais il ne s’agit là que d’une goûte d’eau dans l’océan car l’industrie du plastique représente 10 tonnes de matières non biodégradables produites chaque seconde dans le monde et dont une tonne fini dans les océans toutes les deux secondes.

Les multinationales :

Elles pervertissent la taxe carbone en une foire aux bonnes affaires.

Les multinationales :

Elles mandatent des études démontrant aux États que les morts prématurées qui sont liées à la consommation du tabac allaient faire des économies sur le coût des retraites.

Le néolibéralisme dévoile sa vraie nature et son vrai visage, une immondice qui démontre une toute autre facette de notre société soit disant évoluée mais aux vues de ce qui est dit ci-dessus, la loi de la jungle définie par nous-même comme étant sauvage, barbare et sanguinaire demeure un paradis de paix, de tranquillité et de sûreté en comparaison de ce que nous sommes.

“Il faut bien prendre conscience de ce qui lentement et sournoisement se déroule sous nos yeux égarés par des artifices savamment orchestrés ; il s’agit d’un asservissement mondialisé des populations au nom du néolibéralisme, ce rouleau compresseur sans âme qui ira jusqu’au bout, jusqu’à sa propre destruction tant qu’il aura une miette à se mettre sous la dent !

Un mal autodestructeur et absolu qui n’aura de cesse que d’enfler avant d’éclater !

À présent, il y a celles et ceux qui sont éveillés et qui lutent au péril de leur statut social et parfois même de leur vie comme c’est le cas avec les lanceurs d’alerte, il y a celles et ceux qui, satisfaits par leur sort ne regardent pas là où ça dérange et il y a celles et ceux que la dictature nourrit.”

Je vous propose un petit récapitulatif de 3 émissions de Cash investigation

  • Plastique : La grande intox
  • Climat : Le grand bluff
  • Industrie du tabac : La grande manipulation

La vidéo se termine par une mise en garde de la journaliste Elise lucet concernant la loi liberticide sur le secret des affaires proposée par l’ERM et qui malgré les pétitions qui s’y opposaient a finalement été adoptée par l’Assemblée générale en juin 2018.  Cette loi sonne le glas du journalisme d’investigation et étouffe un peu plus la liberté d’expression, donc, la démocratie.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / Anonymiss France / SOS Climat / VK

Désolé pour la faute de frappe sur le mot “Cash” dans la vidéo

Environnement : Mobilisation de la jeunesse en faveur du climat … Oui mais … !

Mise à jour : samedi 16 mars 2019 – 13:45 –

En 1971, ce collégien paraît bien seul à s’indigner contre la pollution. En 2019, ils sont des milliers dans les rues.

Le tout est de savoir ce que la jeunesse actuelle est prête à faire dans le concret pou le climat car manifester c’est bien, agir c’est mieux.

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Le climat qui déchaîne les passions et qui divise de plus en plus la communauté scientifique pourrait bien être un enfumage médiatico-politique à l’échelle mondiale.

Le GIEC persiste en disant que ce phénomène de réchauffement global de la planète est dû dans sa majeure partie à l’activité humaine. Or, je vous invite à suivre la conférence de Vincent Courtillot, géophysicien français qui démonte scientifiquement les analyse établies par des centaines d’experts et y dénonce notamment l’enfumage du CO2.

Lire la suite

PRIVATISATION DES BARRAGES : LE CASSE DU SIÈCLE

Source de l’image

« La privatisation des péages, c’est de la gnognote à côté de celle des barrages »

Bien comprendre ce qui se trame est à la portée de tous !

Gilles Balbastre, co-réalisateur du film “Les nouveaux chiens de garde” dénonce l’immense arnaque de la privatisation de tous les barrages hydro-électriques français d’ici 2020 voulue par le régime actuel.

Privatiser le service public c’est donner les pleins pouvoirs aux industriels. Imaginez vous un blackout électrique ! Cela permettrait aux multinationales et à leurs actionnaires de mettre autant de zéros qu’ils le désirent après la virgule.

Privatiser un pays comme le font la Grèce et la France par exemple, c’est jeter en pâture à une oligarchie assoiffée de pouvoir, d’argent et de sang comme cela est le cas en ce moment avec le mouvement “Gilets jaunes” des nations entières.

Il faut bien prendre conscience de ce qui lentement et sournoisement se déroule sous nos yeux égarés par des artifices savamment orchestrés ; il s’agit d’un asservissement mondialisé des populations au nom du néolibéralisme, ce rouleau compresseur sans âme qui ira jusqu’au bout, jusqu’à sa propre destruction tant qu’il aura une miette à se mettre sous la dent !

Un mal autodestructeur et absolu qui n’aura de cesse que d’enfler avant d’éclater !

À présent, il y a celles et ceux qui sont éveillés et qui lutent au péril de leur statut social et parfois même de leur vie comme c’est le cas avec les lanceurs d’alerte, il y a celles et ceux qui, satisfaits par leur sort ne regardent pas là où ça dérange et il y a celles et ceux que la dictature nourrit.

Une belle image de notre civilisation !

Lire la suite

Michel Onfray : Le système fabrique notre consentement à l’esclavage

Vous voulez connaitre la vérité ? Alors lisez et écoutez. C’est un cadeau !

En 1988, Noam Chomsky exposait la manière dont les médias de masse fabriqueraient le consentement collectif au profit d’un ordre établi, d’une vision économique dominante ou d’intérêts privés ou institutionnels.

Chomsky ouvrait la brèche de la nuance des choses : il n’y a pas d’un côté les dictatures et de l’autre le paradis : chaque système tend à préserver son modèle en influençant, par la force ou par la ruse, les citoyens. La démocratie est donc tout autant soumise à cette influence organisationnelle qui se perpétue élections après élections.

La théorie de Chomsky peut sembler “complotiste” d’un premier abord. Pourtant, tout semble indiquer aujourd’hui qu’il avait raison. Pujadas lui même admettait dernièrement que son travail est au service d’une vision du monde : celle de la consommation de masse et de la croissance économique. Nécessairement, on peut se questionner sur le sort réservé à ceux qui sortent de cette vision. Que le gouvernement soit de gauche ou de droite, on constate que cette course à la croissance et à la consommation reste intacte dans les discours. Et ceci se ressent particulièrement en période électorale. On sait aujourd’hui que les sondages orientent les intentions de vote, tout comme la médiatisation des candidats. Macron, Fillon, Le Pen, une poignée de candidats ont été surmédiatisés, tels des constructions symboliques dans l’esprit des masses. Mélenchon, par exemple, bénéficie de moitié moins de visibilité. D’autres, comme François Asselineau ou Charlotte Marchandise, disparaissent des radars. Déjà en 2015, beaucoup se doutaient d’une nouvelle polarisation binaire des représentationspolitiques : Le FN servant une fois encore d’épouvantail pour ramener les brebis à la bergerie et perpétuer un modèle actuel.

Lire la suite

ENVOYÉ SPÉCIAL : Glyphosate, comment s’en sortir ?

Mise à jour : dimanche 20 janvier 2019 – 16:10 –

Grande soirée événementielle consacrée au glyphosate dans Envoyé Spécial. Peut-on sortir du glyphosate ?
Pourquoi interdire cet herbicide, considéré par  de nombreux scientifiques comme dangereux pour la santé, est-il aussi long et difficile ?

En préambule : “Glyphosate dans l’organisme, Pipi à Gogo”

Qui de Jamel Debbouze, Lilian Thuram ou Julie Gayet a le plus de pesticides dans ses urines ? Comment est-on contaminé par le glyphosate ?


Pour cette émission exceptionnelle, Élise Lucet va à la rencontre des citoyens sur le marché de Marly-le-Roi, en région parisienne, pour savoir ce qu’ils en pensent. Et elle leur propose de se prêter à une petite expérience…

… Le glyphotest d’Envoyé L’herbicide, produit artificiel, est partout. Y compris dans notre corps. Pour s’en rendre compte, nous avons demandé à des citoyens, parents, enfants, mais aussi des personnalités comme Laure Manaudou, Julie Gayet, Jamel Debbouze, Lambert Wilson, Lilian Thuram, et beaucoup d’autres, de nous donner un échantillon d’urine. Nous les avons fait analyser par un laboratoire indépendant. Notre glyphotest est surprenant.

Glypho or not glypho ?

Vincent et Olivier sont tous les deux céréaliers, l’un dans l’Aisne, l’autre dans le Loiret. Ils ont entre 40 et 50 ans, ont repris chacun l’exploitation familiale. L’un est pro-glyphosate, l’autre 100 % bio. Ils ont accepté de participer à une expérience inédite : passer chacun quelques jours sur l’exploitation de l’autre. Vincent va faire épandre du glyphosate à Olivier, qui n’a pas touché à un pesticide depuis vingt-sept ans ! Olivier va tenter de convaincre Vincent qu’on peut se passer de l’herbicide et gagner sa vie. Les agriculteurs sont les premiers concernés : que veulent-ils faire du glyphosate ?   Un reportage de Laura Aguirre de Carcer, Olivier Gardette, Marielle Krouk       Interdiction : le vote impossible.

Pourquoi les députés n’ont-ils pas voté l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate, suscitant un tollé dans leurs circonscriptions ? Emmanuel Macron avait pourtant annoncé vouloir en sortir, mais les élus ont refusé de l’inscrire dans la loi. Pourquoi cette question cruciale a-t-elle été débattue en pleine nuit, dans un hémicycle presque vide ? Envoyé Spécial décrypte les coulisses de cette soirée du 28 mai à l’Assemblée nationale. Nous avons aussi demandé aux 577 députés pourquoi ils n’avaient pas pris part au vote.

“Liste des 42 députés qui ont décidé dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 que l’interdiction du glyphosate d’ici 3 ans ne sera pas inscrite dans la loi avec ce message : “Doit-on attendre des élections pour stopper cela, ou serons-nous morts avant ?” (ndlr.)

Une enquête de Laura Aguirre de Carcer, Tristan Waleckx, Olivier Gardette, Marielle Krouk et Karim Annette   Monsanto, la fabrique du doute.

Monsanto, la firme américaine qui a inventé et commercialisé le glyphosate, est dans le viseur de la justice. Des documents internes et confidentiels, les « Monsanto Papers », révèlent comment le géant industriel a créé le doute, prétendant que le glyphosate n’était pas dangereux et en faisant rédiger en secret par ses propres scientifiques des études soi-disant indépendantes. Des documents accablants qui ont convaincu les juges lors d’un procès retentissant aux États-Unis : celui de Dewayne Johnson, jardinier atteint d’un cancer, qui a fait condamner Monsanto à 289 millions de dollars ! Vous entendrez son témoignage en exclusivité.
Une enquête de Tristan Waleckx, Guillaume Beaufils et Mikael Bozo     Sri Lanka, un pays sans glyphosate 

Un seul pays aujourd’hui se passe complètement du glyphosate : le Sri Lanka, dans l’océan Indien. L’herbicide a longtemps été utilisé par ce gros producteur de riz et de thé. Mais, peu à peu, un mal étrange a empoisonné les riziculteurs, touchés aux reins. Le produit chimique était-il responsable ? Pas de preuve irréfutable. Mais, par précaution, le gouvernement a décidé en 2015 d’interdire le glyphosate, mesure radicale unique au monde. Comment, dans les campagnes, les rizières, les plantations, a-t-on appris à vivre sans glyphosate ? Un reportage d’Élise Menand, Swanny Thiebaut, Cédric Baume et Marielle Krouk

Émission diffusée sur France 2 le jeudi 17 janvier 2019

Le lobbyiste Pro Monsanto Patrick Moore assure que l’herbicide est potable mais refuse d’en boire.

Théo souffre de graves malformations et se bat depuis sa naissance pour pouvoir respirer. Suspect numéro 1 : le glyphosate, auquel sa mère a été exposée sans le savoir pendant sa grossesse. Aujourd’hui, ils nous racontent leur combat judiciaire contre Monsanto.

Retour sur l’article >>>

Le glyphosate présent dans le désherbant Roundup est le produit phare de Monsanto. En 2015, l’Organisation mondiale de la santé classe le glyphosate comme cancérigène pour l’animal et comme “cancérigène” probable pour l’homme. Le géant des produits phytosanitaires répliquera en rémunérant des scientifiques pour signer des études montrant que le glyphosate n’est pas cancérigène.

En Suisse, le glyphosate est autorisé. Des traces de ce pesticide se retrouvent dans les urines de 37,5% des Suisses et dans un tiers des produits courants comme les pâtes, les biscotes ou les céréales complètes. De son côté, la firme Monsanto défend les scientifiques qui ont rédigé leurs études et juge “non fondées” les allégations des “Monsanto Papers”

Retour sur l’article >>>

Crédit vidéo :Radio Télévision Suisse

Voir aussi la rubrique consacrée à Monsanto >>>

Stéphane Guibert / Finalscape

Archives à conserver pour l’histoire : Les Pinçon-Charlot analysent le cas Emmanuel Macron

Les Pinçon-Charlot analysent le cas Emmanuel Macron

Tout le système oligarchique et politique est remis en question dans cette entrevue qui s’adresse à toutes celles et ceux dont les neurones ne tournent pas forcément qu’autour des nouvelles technologies, des “sitcom” et des selfies ; ou en d’autres termes, cette entrevue s’adresse à toutes celles et ceux qui sont éveillés et qui ont la tête sur les épaules. Merci à Michel et Monique Pinçon-Charlot pour cette analyse (ndlr).

Le couple de sociologues de la grande bourgeoisie analyse pour le média “Politis” la trajectoire d’Emmanuel Macron, « mandaté par la classe dominante pour donner un grand coup de balai sur les divisions politiques, qui paralysent les intérêts de l’oligarchie ». Ils dénoncent également la « corruption de classe » que révèle les « affaires » récentes.

Sur Youtube

Sur VK

G.S / FINALSCAPE

Manipulations et mensonges : De faux agriculteurs pour plébisciter le glyphosate

Source de l’image

Des groupes de faux agriculteurs ont été créés dans au moins sept pays par un lobby de la société Monsanto. Ces groupes se prononçaient en faveur du glyphosate.

Jusqu’où iront-elles ses multinationales pour nous enfumer et nous faire avaler leurs poisons ? Il est clair que de rendre malade puis soigner et non guérir est un marché juteux.

Stéphane Guibert / Finalscape

Vidéo du jour : La magie de la technologie. Le JT de France 3 a-t-il censuré une pancarte anti-Macron ?

Photoshop à échelle médiatique

Voir aussi >>>

G.S / FINALSCAPE

MÉDIAS ET PEUPLE DE FRANCE EN SOUFFRANCE

Témoignage, suite à la « manif » du 24 novembre, d’un journaliste en colère

Bis repetita : Lors de la « manif » du 1er décembre, on peut craindre que l’hystérie médiatique, avec sa cargaison de calomnies habituelles, son stock de nouveaux mensonges prêts à l’emploi et son salmigondis d’insinuations grotesques contre les Gilets jaunes ne se déchaîne plus fort que jamais.

Gérard Bardy

25 novembre, 06:38 ·

Lendemain de manif…
J’ai eu besoin d’un temps de récupération avant de pouvoir écrire cette chronique, tant ce que j’ai entendu et vu sur les radios et télés d’ “info continu” hier soir m’a plongé dans la stupeur et la colère.
Titulaire de ma carte de journaliste depuis plus de 40 ans, j’ai ressenti à la fois de la peine et de la honte !

Comment peut-on à ce point ignorer les faits et maquiller la réalité ? Pourquoi ? Au service de qui ?

Comme le samedi précédent, j’ai accompagné les “gilets jaunes” pendant huit heures, cette fois dans Paris, du 15ème arr jusqu’aux Champs Elysées en passant par le Champ de Mars, le Trocadéro et la place Charles de Gaulle.
Au milieu de 5.000 à 6.000 “gilets jaunes” venus de toute la France, je n’ai été témoin d’aucun (bien aucun) propos ou acte violent, ni entendu aucune (bien aucune) injure raciste ou homophobe ! Nous avons chanté la Marseillaise 50 fois au moins. A leur fenêtre, par centaines, des Parisiens nous ont applaudis. Et les automobilistes furent très nombreux à klaxonner en agitant un gilet jaune.
C’est cela la vérité.

Face à cette partie du peuple de France en souffrance, M. Macron et son ministre de l’Intérieur, Le Castagneur, n’ont eu pour réponse que d’ajouter le mensonge et la manipulation à leur mépris et à leur incompétence.
1) pourquoi les Champs Elysées sont-ils restés ouverts avec autant de matériaux projetables ou inflammables sur la chaussée ?
2) Pourquoi dès 10h du matin, Le Castagneur faisait-il téléphoner aux rédactions des radios et télés pour soutenir que les casseurs, au nombre de 100, étaient des militants de l’ultra-droite ?
3) Pourquoi ces casseurs ont-ils été laissés libres et en mesure de casser et de brûler à 16h encore ? (à 17h, place de l’Etoile, je vu un casseur tout de noir vêtu, avec son masque à gaz et son sac à dos, rejoindre le front des affrontements sans être contrôlé par les CRS)
4) Pourquoi le président Macron, dans son tweet, fait part de sa honte (il a raison) sans distinguer les “gilets jaunes” des casseurs ?

J’en conclu que le pouvoir a, pour le moins, favorisé l’action des casseurs pour jeter le discrédit sur les “gilets jaunes” et leurs revendications.
C’est tout simplement dégueulasse. Et les journalistes qui se sont faits complices ont gravement nui à la crédibilité de leur (ma) profession.

Lien : http://www.wikistrike.com/2018/11/un-journaliste-avec-40-ans-d-experience-indigne-par-les-mensonges-et-la-manipulation-des-medias-au-sujet-des-gilets-jaunes.html

 

Ci-dessous, une vidéo qui dénonce les simulacres gouvernementaux de la « vérité » macroniste.

Gilets jaune réponse d’un médecin a macron

Sur Youtube

Sur VK

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=OGnhukzZdtg

 

Fraudes fiscales : C’est aux bandits que l’on confie les clefs du commissariat

A écouter et partager sans modération !

Tout est dit dans cette vidéo qui doit être visionnée et partagée par un maximum de gens. Il en va de la survie de notre monde et de notre espèce. Le dormeur doit se réveiller !

Alors que les médias mainstream s’appliquent à nous renvoyer les images d’un théâtre de guignols de la politique, en arrière plan se dessinent des équations sournoises.

G.S / FINALSCAPE

Tout simplement splendide cette vidéo :

Monique Pinçon-Charlot :

« La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple ».

Elle est sociologue, ex-directrice de recherche au CNRS. Depuis 30 ans, avec son mari Michel, elle étudie les français les plus aisés. Ouvrage après ouvrage, elle dresse un portrait au vitriol de cette « oligarchie hautement prédatrice ». Dans son dernier livre, « Les riches au tribunal » (Éd. Seuil Delcourt), elle revient sur l’affaire Cahuzac, ex-ministre du Budget condamné pour fraude fiscale.

Crédit vidéo : France 24