L’être humain et son implication dans le réchauffement climatique : Il n’y a que les cons ou celles et ceux à qui profite le crime qui ne changent pas d’avis

L’imposture de l’implication de l’être humain dans le réchauffement global de la planète

Quelques courts extraits d’articles déjà postés sur ces pages et compilés en quelques phrases :

Préambule :

Déjà, Bien que l’exemple devrait provenir des adultes, il faut reconnaître que depuis l’entrée en scène de Greta Thunberg idolâtrée par les jeunes et censée être leur figure de proue pour ce soit-disant combat de la dernière chance, on a pas vu grand-chose se concrétiser dans les actes de nos têtes blondes.

Ce sont toujours autant de canettes, de mégots de cigarettes abandonnés dans la nature, un petit pain acheté, un cornet en plastique qui file aux quatre vents et hormis faire du bruit, des selfies des grèves, acheter le dernier Jean pur coton à la mode qui demande pour sa production autant d’eau qu’il en faut à un être humain durant toute sa vie, se procurer le dernier iPhone qui détruit la faune en Afrique et qui exploite des gamins de 10, 12 ans, ces bonnes tartines d’une marque que je ne citerai pas et elle n’est pas la seule qui se livre à cette course folle à l’huile de palme détruisant les poumons de la terre etc, etc, etc … De la part de nos amis écoliers, quoi de concret ? Hypocrisie ? Déni ? Mensonge ? Où vous situez-vous les jeunes ? qu’attendez-vous pour agir en votre âme et conscience si vous êtes vraiment sincère dans votre démarche ?

Il faut tout de même se rendre à l’évidence : depuis l’avenue de cette jeune adolescente, le bilan en faveur du climat et de l’environnement est plutôt maigre et c’est même dégradé. Beaucoup de bruit pour un résultat pour ainsi dire inexistant à part les milliards engendrés par l’industrie verte et les ONG qui nous culpabilisent.

Cela n’engage que moi, mais malgré toute sa sincérité que je mets à demi-mot en doute aujourd’hui, cette adolescente est le produit d’un marketing issu de l’industrie du greenwashing et récupéré par les politiques eux-même instrumentalisés par l’oligarchie et le monde de la finance afin de masquer un tout autre problème qui nous vient dessus tel un tsunami : la crise financière et c’est sans compter une pensée unique que les médias mainstream complices, s’appliquent à nous imposer par un matraquage cérébral au quotidien.

Ceci dit :

Le climat de notre planète n’a pas eu besoin d’attendre l’apparition de l’homme pour changer. Elle a connu des périodes bien plus chaudes et bien plus froides et ce sont des scientifiques qui nous l’affirment avec des recherches et des analyses bien plus méticuleuses et approfondies que de simples rapports copiés-collés qui d’année en année sont accentués par un pessimisme de plus en plus catastrophique de la part d'”experts” du GIEC.

Depuis l’âge de 15 ans et jusqu’à il n’y a pas si longtemps que ça, j’étais moi aussi persuadé de notre responsabilité dans l’évolution du climat et c’est un ami qui m’a ouvert les yeux. Depuis, ce sont des dizaines d’heures de conférences et de reportages qui sont diffusés très tard sur les chaînes de télévision qui m’ont ouvert les yeux. Ce sont des articles et des rapports qui sont occultés voir même censurés qui m’ont permis de me poser des questions .

Je vous invite dans ce billet à visionner un reportage d’environ 60 minutes qui permet de voir notre implication sur le réchauffement climatique sous un autre angle.

Notre implication sur le changement climatique est hyper médiatisée alors que notre implication sur notre responsabilité concernant la destruction de notre biodiversité tourne en circuit restreint. Posez-vous donc les bonnes questions.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Sur VK

Sur Youtube

Retour sur l’article d’origine >>>

Propagande ou la fabrique du consentement

La fabrique du consentement

Si les techniques de persuasion des masses apparaissent en Europe à la fin du XIXe siècle pour lutter contre les révoltes ouvrières, elles sont développées aux États-Unis vingt ans plus tard.

Extrait du documentaire «Propaganda : La fabrique du consentement» diffusé sur Arte le 10 octobre 2019.

Voir le documentaire en intégralité >>>  [Disponible jusqu’au 23 décembre 2019]

Merci au groupe : “La vraie démocratie“pour le partage.

Stéphane Guibert pour Finalscape

Médias mainstream : la connivence politico-médiatique.

Jean-Claude BOURRET dénonce la connivence politico-médiatique.

Jean-Claude Bourret est une figure du paysage audiovisuel français.

Incontestablement, il est l’un des journalistes les plus célèbres de France.  Une carrière exemplaire : D’abord Journaliste à France Inter puis rédacteur en chef et présentateur des journaux de TF1, présentateur sur la 5 et  enfin rédacteur en chef  à RMC, ce journaliste a rapidement découvert l’interpénétration entre le pouvoir politique et le pouvoir médiatique.

Mise en ligne : (G.S / FINALSCAPE)

Syrie : Ils tuent et vendent des organes.

Casques Blancs

Ils tuent et vendent des organes.

“Nous pouvons affirmer avec certitude que plusieurs centres de Casques Blancs étaient contrôlés par des groupuscules terroristes ou des formations militaires illégales.” 

À l’ambassade de la fédération de Russie à Paris, TV Liberté interviewait le directeur de l’ONG “Fondation des études de la démocratie” et membre de la chambre civile de la fédération de Russie, Maxime Grigoriev dans le cadre d’une conférence sur le thème : “Crise humanitaire en Syrie, vérité et désinformation“.

Stéphane Guibert / Finalscape

Voir aussi :

Témoignages à l’Onu sur les Casques blancs : « Trafiquants d’organes, terroristes & pillards »

Les ‘Casques blancs’ n’étant pas un groupe de secouristes, mais une branche du terrorisme djihadiste, ils devraient être qualifiés d’organisation terroriste, a plaidé l’envoyé russe, lors de la présentation des témoignages sur leurs méfaits à l’ONU.

Encensés en Occident, qualifiés de secouristes humanitaires volontaires, les Casques blancs collaborent en réalité avec le terrorisme islamiste en Syrie. D’après Maxime Grigoriev, directeur de la fondation russe pour l’étude de la démocratie, les Casques blancs prélèvent des organes sur les victimes qu’ils prétendent ‘sauver’, mettent en scène de fausses attaques chimiques et autres sous l’œil des caméras, et pillent les corps et les maisons des Syriens tués et blessés dans la guerre.

En 2018, au siège de l’ONU à New York, Grigoriev a présenté les résultats de l’enquête de la fondation sur les Casques blancs. L’envoyé russe auprès de l’ONU, Vassily Nebenzia, a déclaré que les preuves montrent la dangerosité de ce groupe.

« Les Casques blancs méritent de figurer sur la liste des terroristes reconnus par les Nations Unies, » a déclaré Nebenzia.

Au lieu de volontaires, presque tous les membres des Casques blancs étaient des employés rémunérés, a expliqué Grigoriev. Il y a aussi ‘des preuves indéniables’ montrant que le groupe recevait des ordres écrits de Jaysh al-Islam, le groupe terroriste islamiste le plus malfamé pour son occupation de Douma.

C’est dans cette banlieue de Damas que les Casques blancs ont mis en scène l’attaque chimique ayant servi  de prétexte aux  tirs de missiles français, britanniques et étasuniens contre le gouvernement syrien en avril dernier.

« La parodie d’attaques chimiques était l’élément essentiel de l’activité des Casques blancs, a témoigné Grigoriev. Il a ajouté que le groupe s’impliquait aussi régulièrement dans « la fabrication de fausses informations et dans l’organisation de mises en scène de sauvetages. »

Il a cité un exemple précis qui s’est passé dans un lieu d’Alep appelé Jisr al-Haj, où les militants ont mis le feu à des ordures, apporté des corps de la morgue locale et filmée une mise en scène de sauvetage des Casques blancs. Grigoriev a cité un membre des Casques blancs, qui a témoigné que tous ceux qui participaient recevaient une prime de 50 dollars.

Interrogés dans le cadre de l’enquête, de nombreux résidents locaux ont parlé de personnes ‘secourues’ par les Casques blancs qui finissaient par mourir, avec des organes internes manquant. Parmi les témoins interrogés, un ancien membre d’Ahrar al-Sham a dit que son commandant, Shadi Kadik, aussi connu sous le nom d’Abou Adel Al-Halabi (d’Alep), avait reconnu l’existence de prélèvements d’organes. À Alep seulement, le nombre total de ces cas se monte à « au moins plusieurs centaines », a témoigné Grigoriev.

Au lieu de porter secours aux civils et aux enfants, les Casques blancs pillaient les maisons endommagées par les combats et le corps des morts. Ils obligeaient les enfants à sortir des écoles et des jardins d’enfants pour y installer des cabinets médicaux.

« Selon une grossière estimation, sur 26 centres opérant à la Ghouta orientale, dix se trouvaient dans des écoles et un dans un jardin d’enfants, » a dit Grigoriev en citant le témoignage d’un journaliste syrien de la région.

Incendie de Rouen : La politique du mensonge ?

On se souviendra de la catastrophe de Tchernobyl ou les accidents survenus dans la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux dans le Loire-et-Cher dissimulés par les autorités de 1969 à nos jours et dont les retombées sur la santé humaine ont été minimisées voir même dissimulées au grand public par les autorités. (Liens sous la vidéo)

ROUEN : TOUT VA TRÈS BIEN MADAME LA MARQUISE

Voici quelques images prises au lendemain de l’impressionnant incendie survenu dans la nuit du 26 au 27 septembre 2017 à Rouen.

Le dossier sera évidement développé au fur et à mesure des témoignages.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Liens :

Asphyxié par le nucléaire, le groupe EDF dans la tourmente et accidents nucléaires majeures en France, la politique du mensonge >>>

Une présentatrice météo, Brigitte Simonetta affirmait le 30 avril 1986 que le nuage radioactif de Tchernobyl ne pouvait pas traverser les frontières françaises, grâce à un anticyclone.>>>

 

L’arnaque concernant la responsabilité de l’homme dans le phénomène du réchauffement climatique

Source de l’image

De nos jours, émettre des réserves sur les causes du réchauffement climatique équivaut à prétendre que l’holocauste n’a pas en lieu.

Aujourd’hui, l’affaire du réchauffement climatique pourrait être comparée à une religion et les gens qui émettent des réserves quand à l’implication à part entière ou même partielle de l’homme en appelant à des débats sont désormais considérés comme des hérétiques.

Dans ce billet qui fait partie d’une rubrique largement alimentée sur ce site : le climat, vous allez voir comment le G.I.E.C a été créé et dans quelles conditions.

Concernant la menace d’une invasion de moustiques porteurs de maladies tropicales vers le nord, menace que brandissent les pros G.I.E.C, vous verrez qu’il n’aura pas fallu attendre la polémique du réchauffement climatiques pour que ces maladies fassent des ravages jusqu’en Arctique.

Petite analyse personnelle :

Le réchauffement climatique est un fait avéré mais il fait partie d’un cycle de convergences entre le soleil et la terre et cela depuis que le monde est monde. Pour se réchauffer ou se refroidir, notre belle planète n’a jamais eu besoin de l’homme. Nous sommes moins qu’un grain de poussière dans la création et notre arrogance face à tout cela n’a d’égal que notre bêtise et notre ignorance.

Le CO2 qu’envoient les humains dans l’atmosphère aujourd’hui représente 0.05% en comparaison de ce que les océans émettent depuis la nuit des temps. De plus, le CO2 est un aliment essentiel pour la faune végétale et plus il y en a, plus les forêts se développent

Le GIEC a été fondé à la demande de Margaret Thatcher qui à l’époque promouvait les centrales nucléaires soit disant écologiques en pointant du doigt le CO2.

Aujourd’hui, si on émet le moindre doute concernant l’implication de l’humain dans le réchauffement climatique, on passe pour un hérétique et on se retrouve automatiquement catapulté dans la case de la complosphère. Tu penses différemment, tu émets un doute et te voilà banni !

On taxe les petits consommateurs, les automobilistes alors que des industries telles que le fret maritime ou les aéroports en sont exempts. Cherchez l’erreur et le pire dans tout cela, c’est que ça marche !

Cela me fait bien sourire et de voir cette pensée unique se développer sous l’ériger d’une ado handicapée et instrumentalisée par l’industrie du Greenwashing ne me donnent que peu d’espoir quand à la clairvoyance des moutons que nous sommes.

La peur climatique aujourd’hui peut se comparer à la peur de l’an 1’000 et de la fin du monde où l’on disait aux gens qu’il fallait payer pour survivre.

Stéphane Guibert / Finalscape

Climat : La vérité sort de la bouche des enfants – ANITA – (Vidéo)

Voici ANITA.

L’histoire d’une jeune fille qui nous permet d’intégrer nos propres questions, réflexions et craintes sur les grands enjeux de notre époque. Sur les luttes actuelles. Nous espérons que ce film apportera une base de réflexion à partager tous ensemble.

Here’s ANITA. The story of a girl, which brings us to question our own fears about today’s great issues and fights. We hope this short film brings us food for thoughts that we all can share.

Disclaimer: viewer discretion advised.

Avertissement : ne convient pas à un très jeune public.

“Je suis venu ici il y a un an et si je reviens aujourd’hui, c’est que rien a changé aujourd’hui. Avec des millions de jeunes du monde entier, nous avons lancé le plus grand mouvement de la jeunesse pour le climat. Nous assistons impuissants à la sixième extinction de masse qui entraînerait une partie de l’humanité avec elle. Demain il n’y aura presque plus de vie sur terre.

Pendant ce temps, vous restez entre vous à vous venter du succès de vos entreprises, de vos parcours, vos réussites économiques mais que vous le vouliez ou non, vous n’avez pas d’autre choix que d’agir; car vous aussi, vos familles, vos enfants allez vivre dans cette maison qui brûle, sauf que vous dormez.

Vous continuez de financer les énergies fossiles. Chaque année, on extrait 15 milliards de tonnes de sable pour construire des routes, des gratciels et des îles artificielles. Les espèces disparaisses dix mil fois plus vite que la normale, les sols sont de plus en plus infertiles. Mais où comptez-vous nous emmener ?

Je voulais vous faire prendre conscience, je voulais que vous paniquiez. J’aimerais maintenant que vous pensiez …

À l’enfant que j’étais, celui dont vous vous servez depuis deux ans pour protéger votre cirque sans avenir. Je ne suis pas un pantin, je suis une vraie petite fille !

Qu’est-ce que je suis pour vous à part un coup de com’, une décoration pour vous prendre en photo ? Depuis le début vous ne faites que mentir à moi et à la terre entière ? Votre inconscience n’a d’égal que votre inhumanité. Vous dites que vous écoutez, que vous avez des solutions mais la seule chose que vous faites c’est de repousser l’apocalypse. Vous allez nous tuer, vous n’avez rien changé et en réalité je sais que vous ne changerez rien. Vous n’êtes capables d’efforts que pour satisfaire vos intérêts.

Lire la suite

Manipulations : Ces images qui émeuvent si bien l’opinion publique

Ces images qui manipulent si bien l’opinion publique

Le cheval de Troie à encore de beaux jours devant lui !

À partir du moment où tu cherches une autre vérité que la version officielle, aux yeux du plus grand nombre tu es un hérétique et le troupeau te catapulte dans la complosphère.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Climat : GRETA THUNBERG: MICHEL ONFRAY RÉPOND AUX CRITIQUES DANS “DIE WELT”

Mise à jour : samedi 24 août 2019 – 16:24 –

Le réchauffement climatique devenu religion, et Gretta Thunberg  ainsi que son staff ajoutent un chapitre au 1984 d’Orwell.

Michel Onfray vient de répondre au journal berlinois Die Welt au sujet de son récent texte polémique sur Greta Thunberg. Nous reproduisons la version française de l’interview éditée originalement en langue allemande.

Die Welt: Pourquoi Greta Thunberg vous agace-t-elle tellement?

Michel Onfray: Elle ne m’agace pas du tout: les bêtises des enfants sont toujours la faute des parents ou des adultes qui les entourent. A seize ans, personne ne dispose d’une pensée propre. A cet âge, on régurgite de la nourriture avec laquelle les adultes nous ont gavés. Personne n’échappe à cette loi. Dès lors, se pâmer devant la ventriloquie d’une jeune fille qui débite les discours que des adultes lui écrivent est un signe de nihilisme! J’en veux moins à cette jeune fille qu’à ceux qui l’instrumentalisent. Les adultes aiment l’entendre dire ce qu’ils lui ont appris depuis que le capitalisme a compris l’opportunité de l’écologie comme argument publicitaire pour faire ses bénéfices considérables. Qui ne souhaite aujourd’hui consommer et acheter propre, écoresponsable, bio, traçable, free carbone, etc?

DW: Elle pourrait très probablement être candidate au prix Nobel de la Paix. Serait-elle une bonne candidate?

MO: Elle est au lycée, n’a pas encore le bac, fait la grève de l’école, et va bientôt être nommée docteur honoris causa d’une université belge… Je propose qu’on la nomme tout de suite présidente d’un gouvernement mondial selon le souhait de Jacques Attali et que, dans la foulée on lui décerne le prix Nobel de médecine, avant la médaille Fields, le premier prix du Concours Chopin et la Palme d’or à Cannes. Soyons sérieux…

DW: Fait-elle des dégâts? Si oui, lesquels à vos yeux?

MO:Oui, elle fait des dégâts à la Raison en incarnant cette mauvaise idée du philosophe Hans Jonas selon laquelle il faudrait renoncer à la raison, à la réflexion, à l’argumentation, à la démonstration, autrement dit au débat philosophique, pour lui préférer une “heuristique de la peur”, autrement dit: qu’il faudrait urgemment faire peur pour convertir. Elle tue une seconde fois Socrate et remet en selle les sophistes.

DW: D’autres de vos collègues français, comme Pascal Bruckner et Raphaël Enthoven, l’ont également attaquée. Puis-je me permettre la question: Et si elle était un jeune homme? Provoquerait-elle les mêmes réactions chez vous (et chez vos confrères)?

MO: Vous n’êtes pas bien loin de l’insulte… Je vois sous votre question pointer l’accusation de misogynie ou de phallocratie. Mais le féministe que je suis ne sépare pas les hommes des femmes. Si une femme dit des sottises, je dit qu’elle dit des sottises, non pas parce quelle est une femme -précisions: une jeune fille…-, ce qui serait être vraiment misogyne, mais tout bêtement parce qu’elle dit des sottises. L’égalité oblige à un traitement égal: une bêtise est une bêtise, peu importe qu’elle soit proférée par un homme ou par une femme. Si une femme dit que la terre est plate et que je dis qu’elle se trompe, serais-je misogyne? Ou faudrait-il, au nom d’un féminisme dévoyé, dire qu’elle a raison, tant pis pour la vérité?

DW: Vous la décrivez comme un cyborg, un être neutre, qui ne sourit jamais, qui ne montre pas d’émotion, ni peine, ni joie, “une poupée en silicone” écrivez-vous. Vous l’attaquez donc tout d’abord pour son physique, en deuxième lieu pour son message (la peur). Pourquoi prêtez-vous attentions à son apparence extérieure, pourquoi ce “non-physique” est-il si crucial dans le rôle que vous l’attribuez?

MO: Est-ce que décrire un physique c’est attaquer le physique? Y a t-il dans ma description un jugement de valeur négatif, dépréciatif, insultant? Dire d’un visage inexpressif qu’il est inexpressif, dire qu’on ne remarque aucune émotion sur son visage, dire que son visage est lisse comme celui d’un cyborg: est-ce une vérité constatable ou une méchanceté? Pourquoi m’interrogez vous sur son physique et pas sur ce problème que je signale bien plutôt en affirmant qu’elle est le navire amiral du capitalisme vert? Ces questions sont autant de diversions politiques…

DW: Avez-vous pensé que son autisme puisse être un atout?

Lire la suite

Environnement : Plastique, la grande intox ou l’art des lobbys de culpabiliser les consommateurs

Mise à jour : lundi 18 août 2019 – 18:40 –

Chaque seconde, 10 tonnes de plastique sont produites dans le monde et une tonne fini dans les océans toutes les deux secondes !

Les marques se défausses en rendant responsables les consommateurs de cette pollution. Des multinationales comme Cocacola affirment aussi luter contre cette invasion mais les belles promesses ne sont pas toujours tenues et ces entreprises jouent parfois double jeu.

Pour ne pas être tenus responsables de la pollution, certains industriels ont trouvé la parade : désigner un autre responsable. Et ce coupable, c’est vous ! Sandrine Rigaud a enquêté sur les stratégies secrètes d’un des géants mondiaux des sodas et que ses promesses de recyclage de ses emballages.

Extraits ciblés de l’émission Cach investigation Plastique, la grande intox“, une enquête de Sandrine Rigaud diffusée mardi 11 septembre 2018 sur France 2.

Extraits sur VK :

Visionner l’intégralité de l’émission sur Youtube :

Pour rappel : “Hybrids

le court-métrage hallucinant où les poissons ont fusionné avec les déchets.

Imaginé par : Florian BrauchMatthieu PujolKim Tailhades, Yohan ThireauRomain Thirion et Vincent Govindin