VIDEO. Après ses « paroles répugnantes » sur LCI, Julie Graziani est virée de la revue « L’Incorrect »

Mise à jour : jeudi 07 novembre 2019 – 18:06 –

POLEMIQUE : L’ex-éditorialiste s’en était pris à une mère célibataire au Smic lundi sur LCI : « Si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer non plus »

« Qu’est-ce qu’elle a fait pour se retrouver au Smic ? Est-ce qu’elle a bien travaillé à l’école ? Est-ce qu’elle a suivi des études ? Et puis si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer non plus dans ces cas-là. » Ses propos, Julie Graziani, alors éditorialiste à la revue L’Incorrect, les a tenus lundi sur le plateau de 24H Pujadas sur LCI. Malgré le contrepoint apporté par la députée européenne Aurore Lalucq, la séquence a fait le tour des réseaux sociaux et créé une vive polémique. La chaîne info, elle, refuse les accusations de buzz pour le buzz, et parle de débat.

 

« Voilà, voilà, je suis désolée, ok ? »

De son côté, Julie Graziani a d’abord réitéré ses propos sur Twitter («Chacun est responsable de ses parcours de vie»), avant de s’excuser : « Voilà, voilà, je suis désolée, ok ? Je me suis laissée gagner par l’énervement et j’ai été trop dure ». Mais cela n’aura pas suffi pour son employeur.

C’est tout d’abord elle qui a annoncé jeudi matin cesser sa collaboration avec L’Incorrect«effectif dès aujourd’hui». Sauf qu’il s’avère que c’est plutôt l’inverse, et que la revue a décidé de se séparer de l’éditorialiste.

 

« Julie Graziani n’a pas pris conscience du caractère scandaleux de ses mots »

« Comme chacun sait, elle a eu des paroles plus que malheureuses, répugnantes, à l’endroit d’une mère de famille pauvre, écrit le directeur de la rédaction Jacques de Guillebon dans son édito de jeudi. Il apparaît que depuis ce triste passage, et malgré nos conseils et objurgations, Julie Graziani n’a pas pris conscience le moins du monde du caractère scandaleux de ses mots, et au contraire s’enferre dans un dédain plus que macronien pour “ceux qui ne sont rien”, en témoignent ses messages et vidéos sur Twitter par exemple. »

« En conséquence et après un délai de réflexion raisonnable, lui laissant à la fois le temps de revenir à la raison et de s’échapper hors la meute médiatique dans la dignité, continue-t-il, la rédaction de L’Incorrect a décidé qu’en aucun cas Julie Graziani ne pouvait plus la représenter, à la télévision ni ailleurs, sur les réseaux sociaux ou dans quelques médias. »

Docteur en science politique et chroniqueur dans Clique sur Canal+, Clément Viktorovitch était revenu mardi soir sur la polémique, qu’il ne qualifie pas de « dérapage » mais de stratégie rhétorique et même politique.

Voir aussi cette publication du média : L’incorect.

JULIE GRAZIANI NE REPRÉSENTE PLUS L’INCORRECT

Julie Graziani a représenté pendant un an notre magazine L’Incorrect sur divers plateaux de télévision, notamment dans l’émission « 24 Pujadas » sur LCI.

Lundi 4 novembre, comme chacun sait, elle a eu des paroles plus que malheureuses, répugnantes, à l’endroit d’une mère de famille pauvre.

Il apparaît que depuis ce triste passage, et malgré nos conseils et objurgations, Julie Graziani n’a pas pris conscience le moins du monde du caractère scandaleux de ses mots, et au contraire s’enferre dans un dédain plus que macronien pour « ceux qui ne sont rien », en témoignent ses messages et vidéos sur twitter par exemple.

En conséquence et après un délai de réflexion raisonnable, lui laissant à la fois le temps de revenir à la raison et de s’échapper hors la meute médiatique dans la dignité, la rédaction de L’Incorrect a décidé que Julie Graziani ne pouvait plus la représenter, à la télévision ni ailleurs, sur les réseaux sociaux ou dans quelques médias.

Jacques de Guillebon

Directeur de la rédaction

L’être humain et son implication dans le réchauffement climatique : Il n’y a que les cons ou celles et ceux à qui profite le crime qui ne changent pas d’avis

L’imposture de l’implication de l’être humain dans le réchauffement global de la planète

Quelques courts extraits d’articles déjà postés sur ces pages et compilés en quelques phrases :

Préambule :

Déjà, Bien que l’exemple devrait provenir des adultes, il faut reconnaître que depuis l’entrée en scène de Greta Thunberg idolâtrée par les jeunes et censée être leur figure de proue pour ce soit-disant combat de la dernière chance, on a pas vu grand-chose se concrétiser dans les actes de nos têtes blondes.

Ce sont toujours autant de canettes, de mégots de cigarettes abandonnés dans la nature, un petit pain acheté, un cornet en plastique qui file aux quatre vents et hormis faire du bruit, des selfies des grèves, acheter le dernier Jean pur coton à la mode qui demande pour sa production autant d’eau qu’il en faut à un être humain durant toute sa vie, se procurer le dernier iPhone qui détruit la faune en Afrique et qui exploite des gamins de 10, 12 ans, ces bonnes tartines d’une marque que je ne citerai pas et elle n’est pas la seule qui se livre à cette course folle à l’huile de palme détruisant les poumons de la terre etc, etc, etc … De la part de nos amis écoliers, quoi de concret ? Hypocrisie ? Déni ? Mensonge ? Où vous situez-vous les jeunes ? qu’attendez-vous pour agir en votre âme et conscience si vous êtes vraiment sincère dans votre démarche ?

Il faut tout de même se rendre à l’évidence : depuis l’avenue de cette jeune adolescente, le bilan en faveur du climat et de l’environnement est plutôt maigre et c’est même dégradé. Beaucoup de bruit pour un résultat pour ainsi dire inexistant à part les milliards engendrés par l’industrie verte et les ONG qui nous culpabilisent.

Cela n’engage que moi, mais malgré toute sa sincérité que je mets à demi-mot en doute aujourd’hui, cette adolescente est le produit d’un marketing issu de l’industrie du greenwashing et récupéré par les politiques eux-même instrumentalisés par l’oligarchie et le monde de la finance afin de masquer un tout autre problème qui nous vient dessus tel un tsunami : la crise financière et c’est sans compter une pensée unique que les médias mainstream complices, s’appliquent à nous imposer par un matraquage cérébral au quotidien.

Ceci dit :

Le climat de notre planète n’a pas eu besoin d’attendre l’apparition de l’homme pour changer. Elle a connu des périodes bien plus chaudes et bien plus froides et ce sont des scientifiques qui nous l’affirment avec des recherches et des analyses bien plus méticuleuses et approfondies que de simples rapports copiés-collés qui d’année en année sont accentués par un pessimisme de plus en plus catastrophique de la part d'”experts” du GIEC.

Depuis l’âge de 15 ans et jusqu’à il n’y a pas si longtemps que ça, j’étais moi aussi persuadé de notre responsabilité dans l’évolution du climat et c’est un ami qui m’a ouvert les yeux. Depuis, ce sont des dizaines d’heures de conférences et de reportages qui sont diffusés très tard sur les chaînes de télévision qui m’ont ouvert les yeux. Ce sont des articles et des rapports qui sont occultés voir même censurés qui m’ont permis de me poser des questions .

Je vous invite dans ce billet à visionner un reportage d’environ 60 minutes qui permet de voir notre implication sur le réchauffement climatique sous un autre angle.

Notre implication sur le changement climatique est hyper médiatisée alors que notre implication sur notre responsabilité concernant la destruction de notre biodiversité tourne en circuit restreint. Posez-vous donc les bonnes questions.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Sur VK

Sur Youtube

Retour sur l’article d’origine >>>

Propagande ou la fabrique du consentement

La fabrique du consentement

Si les techniques de persuasion des masses apparaissent en Europe à la fin du XIXe siècle pour lutter contre les révoltes ouvrières, elles sont développées aux États-Unis vingt ans plus tard.

Extrait du documentaire «Propaganda : La fabrique du consentement» diffusé sur Arte le 10 octobre 2019.

Voir le documentaire en intégralité >>>  [Disponible jusqu’au 23 décembre 2019]

Merci au groupe : “La vraie démocratie“pour le partage.

Stéphane Guibert pour Finalscape

Médias mainstream : la connivence politico-médiatique.

Jean-Claude BOURRET dénonce la connivence politico-médiatique.

Jean-Claude Bourret est une figure du paysage audiovisuel français.

Incontestablement, il est l’un des journalistes les plus célèbres de France.  Une carrière exemplaire : D’abord Journaliste à France Inter puis rédacteur en chef et présentateur des journaux de TF1, présentateur sur la 5 et  enfin rédacteur en chef  à RMC, ce journaliste a rapidement découvert l’interpénétration entre le pouvoir politique et le pouvoir médiatique.

Mise en ligne : (G.S / FINALSCAPE)

PRÉVENTION : RENCONTRE VIRTUELLE TROP BELLE POUR ÊTRE VRAIE

PRÉVENTION : RENCONTRE VIRTUELLE TROP BELLE POUR ÊTRE VRAIE

Et vous ? Vous auriez dit oui ?

Avec l’essor des sites de rencontre et des réseaux sociaux, il n’a jamais été aussi simple de faire la rencontre de personnes extérieures au cercle social habituel. Malheureusement, les escroqueries sentimentales deviennent aussi de plus en plus fréquentes avec l’augmentation des possibilités de rencontre.

Cette vidéo montre la différence susceptible de survenir entre notre comportement dans la vie réelle et notre comportement sur internet. Ainsi, alors qu’il ne nous viendrait pas à l’idée de remettre des sommes d’argent importantes à un inconnu croisé dans la rue, cela peut survenir sur internet après un échange de messages enflammés, dans le cadre d’une escroquerie sentimentale.

Le message qui est transmis est le suivant : le comportement adopté sur internet ne doit pas être différent de celui suivi dans la vie quotidienne. La prudence et le bon sens doivent toujours être de mise.

Pour votre sécurité sur internet :

  • Ne vous fiez jamais à une personne que vous ne connaissez que par internet
  • Ne transmettez jamais de mots de passe et de documents officiels (passeport, permis de conduire, etc.)
  • Ne divulguez jamais de photos ou d’informations intimes
  • Ne versez jamais d’acompte sans être sûr-e de la fiabilité de votre interlocuteur-trice

Incendie de Rouen : La politique du mensonge ?

On se souviendra de la catastrophe de Tchernobyl ou les accidents survenus dans la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux dans le Loire-et-Cher dissimulés par les autorités de 1969 à nos jours et dont les retombées sur la santé humaine ont été minimisées voir même dissimulées au grand public par les autorités. (Liens sous la vidéo)

ROUEN : TOUT VA TRÈS BIEN MADAME LA MARQUISE

Voici quelques images prises au lendemain de l’impressionnant incendie survenu dans la nuit du 26 au 27 septembre 2017 à Rouen.

Le dossier sera évidement développé au fur et à mesure des témoignages.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Liens :

Asphyxié par le nucléaire, le groupe EDF dans la tourmente et accidents nucléaires majeures en France, la politique du mensonge >>>

Une présentatrice météo, Brigitte Simonetta affirmait le 30 avril 1986 que le nuage radioactif de Tchernobyl ne pouvait pas traverser les frontières françaises, grâce à un anticyclone.>>>

 

L’arnaque concernant la responsabilité de l’homme dans le phénomène du réchauffement climatique

Source de l’image

De nos jours, émettre des réserves sur les causes du réchauffement climatique équivaut à prétendre que l’holocauste n’a pas en lieu.

Aujourd’hui, l’affaire du réchauffement climatique pourrait être comparée à une religion et les gens qui émettent des réserves quand à l’implication à part entière ou même partielle de l’homme en appelant à des débats sont désormais considérés comme des hérétiques.

Dans ce billet qui fait partie d’une rubrique largement alimentée sur ce site : le climat, vous allez voir comment le G.I.E.C a été créé et dans quelles conditions.

Concernant la menace d’une invasion de moustiques porteurs de maladies tropicales vers le nord, menace que brandissent les pros G.I.E.C, vous verrez qu’il n’aura pas fallu attendre la polémique du réchauffement climatiques pour que ces maladies fassent des ravages jusqu’en Arctique.

Petite analyse personnelle :

Le réchauffement climatique est un fait avéré mais il fait partie d’un cycle de convergences entre le soleil et la terre et cela depuis que le monde est monde. Pour se réchauffer ou se refroidir, notre belle planète n’a jamais eu besoin de l’homme. Nous sommes moins qu’un grain de poussière dans la création et notre arrogance face à tout cela n’a d’égal que notre bêtise et notre ignorance.

Le CO2 qu’envoient les humains dans l’atmosphère aujourd’hui représente 0.05% en comparaison de ce que les océans émettent depuis la nuit des temps. De plus, le CO2 est un aliment essentiel pour la faune végétale et plus il y en a, plus les forêts se développent

Le GIEC a été fondé à la demande de Margaret Thatcher qui à l’époque promouvait les centrales nucléaires soit disant écologiques en pointant du doigt le CO2.

Aujourd’hui, si on émet le moindre doute concernant l’implication de l’humain dans le réchauffement climatique, on passe pour un hérétique et on se retrouve automatiquement catapulté dans la case de la complosphère. Tu penses différemment, tu émets un doute et te voilà banni !

On taxe les petits consommateurs, les automobilistes alors que des industries telles que le fret maritime ou les aéroports en sont exempts. Cherchez l’erreur et le pire dans tout cela, c’est que ça marche !

Cela me fait bien sourire et de voir cette pensée unique se développer sous l’ériger d’une ado handicapée et instrumentalisée par l’industrie du Greenwashing ne me donnent que peu d’espoir quand à la clairvoyance des moutons que nous sommes.

La peur climatique aujourd’hui peut se comparer à la peur de l’an 1’000 et de la fin du monde où l’on disait aux gens qu’il fallait payer pour survivre.

Stéphane Guibert / Finalscape

Climat : La vérité sort de la bouche des enfants – ANITA – (Vidéo)

Voici ANITA.

L’histoire d’une jeune fille qui nous permet d’intégrer nos propres questions, réflexions et craintes sur les grands enjeux de notre époque. Sur les luttes actuelles. Nous espérons que ce film apportera une base de réflexion à partager tous ensemble.

Here’s ANITA. The story of a girl, which brings us to question our own fears about today’s great issues and fights. We hope this short film brings us food for thoughts that we all can share.

Disclaimer: viewer discretion advised.

Avertissement : ne convient pas à un très jeune public.

“Je suis venu ici il y a un an et si je reviens aujourd’hui, c’est que rien a changé aujourd’hui. Avec des millions de jeunes du monde entier, nous avons lancé le plus grand mouvement de la jeunesse pour le climat. Nous assistons impuissants à la sixième extinction de masse qui entraînerait une partie de l’humanité avec elle. Demain il n’y aura presque plus de vie sur terre.

Pendant ce temps, vous restez entre vous à vous venter du succès de vos entreprises, de vos parcours, vos réussites économiques mais que vous le vouliez ou non, vous n’avez pas d’autre choix que d’agir; car vous aussi, vos familles, vos enfants allez vivre dans cette maison qui brûle, sauf que vous dormez.

Vous continuez de financer les énergies fossiles. Chaque année, on extrait 15 milliards de tonnes de sable pour construire des routes, des gratciels et des îles artificielles. Les espèces disparaisses dix mil fois plus vite que la normale, les sols sont de plus en plus infertiles. Mais où comptez-vous nous emmener ?

Je voulais vous faire prendre conscience, je voulais que vous paniquiez. J’aimerais maintenant que vous pensiez …

À l’enfant que j’étais, celui dont vous vous servez depuis deux ans pour protéger votre cirque sans avenir. Je ne suis pas un pantin, je suis une vraie petite fille !

Qu’est-ce que je suis pour vous à part un coup de com’, une décoration pour vous prendre en photo ? Depuis le début vous ne faites que mentir à moi et à la terre entière ? Votre inconscience n’a d’égal que votre inhumanité. Vous dites que vous écoutez, que vous avez des solutions mais la seule chose que vous faites c’est de repousser l’apocalypse. Vous allez nous tuer, vous n’avez rien changé et en réalité je sais que vous ne changerez rien. Vous n’êtes capables d’efforts que pour satisfaire vos intérêts.

Lire la suite

Environnement : Un gouvernement libéral ne peut pas être écologiste

Pesticides : le gouvernement va proposer une distance minimale de 5 à 10 mètres. (Poudre de perlimpinpin)

Un gouvernement libéral ne peut pas être écologiste. Poudre aux yeux, poudre de perlimpinpin et comme toujours, duperies et fausses promesses. Voilà comment un gouvernement libéral qui est soutenu par les lobbies de l’agrochimie compose avec des artifices et des illusions.

Cela fait irrésistiblement penser à ce que nous disait le gouvernement concernant les radiations suite à l’accident de Tchernobyl à savoir : la France était protégée des retombées nucléaires grâce à l’anticyclone.

Les promesses des élites n’engagent que celles et ceux qui y croient !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Crédit vidéo : LCI

Une présentatrice météo, Brigitte Simonetta affirmait le 30 avril 1986 que le nuage radioactif de Tchernobyl ne pouvait pas traverser les frontières françaises, grâce à un anticyclone.

Le 30 avril 1986, quatre jours après la catastrophe de Tchernobyl, Claude Sérillon est en duplex pour Antenne 2 depuis la centrale nucléaire de Saint-Laurent-Nouan (Loir-et-Cher) . Au milieu de son JT, le présentateur lance un bulletin météo qui restera dans toutes les mémoires.

La présentatrice météo Brigitte Simonetta assure qu’un anticyclone doit protéger la France du nuage radioactif, panneau routier “Stop” sur la frontière hexagonale à l’appui.

C’est ce “stop” qui est resté dans la mémoire collective française, comme symbole du mensonge et de l’intoxication des autorités. La météo affirme qu’il restera “jusqu’à vendredi prochain (2 mai 1986), suffisamment puissant pour offrir une véritable barrière de protection. Il bloque, en effet, toutes les perturbations venant de l’Est”.

Lire la suite

Manipulations : Ces images qui émeuvent si bien l’opinion publique

Ces images qui manipulent si bien l’opinion publique

Le cheval de Troie à encore de beaux jours devant lui !

À partir du moment où tu cherches une autre vérité que la version officielle, aux yeux du plus grand nombre tu es un hérétique et le troupeau te catapulte dans la complosphère.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK