Coronavirus : La patente du virus remonterait à juillet 2015

Coronavirus : La patente du virus remonterait à juillet 2015

Business is business !

Duperies, forfaiture et mensonges : L’Europe et l’Euro ne sont qu’une vaste fumisterie

Source de l’image >>>

Duperies, forfaiture et mensonges : L’Europe et l’Euro ne sont qu’une vaste fumisterie

15 ans après le référendum de 2005 et la forfaiture de 2007, les français semblent enfin prendre conscience de l’ampleur du mensonge dans lequel ils vivent.

“La désobéissance aux traités européens est un préalable absolu à toute politique progressiste. Parce qu’en effet, dans ce cadre-là, tout est impossible.”

Extrait de l’interview d’Eric Stemmelen par Christian Savestre

Dans son ouvrage «Opération Macron», tout récemment publié, Eric Stemmelen dissèque implacablement l’opération de propagande massive, sans aucun précédent, orchestrée par les milliardaires possédant les médias, qui a permis l’accès au pouvoir de celui qu’ils avaient choisi.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

L’histoire de l’argent et des banques : Familles Rokefeller, Rothschild et Morgan

L’histoire de l’argent et des banques : Familles Rokefeller, Rothschild et Morgan

Ou comment depuis le XVIIe siècle nous sommes devenus les esclaves des banques

  • Découvrez comment le vol et l’accumulation des véritables richesses du monde se trouvent entre les mains d’une poignée d’individus.
  • Découvrez comment la crise de 1929 et celle de 2008 ont été provoquées par ces mêmes individus.
  • Découvrez comment les banquiers décident si les gens peuvent manger ou non.

Celui qui contrôle l’argent contrôle le monde et c’est toujours cette même poignée d’individus qui contrôle l’argent. Il faut bien comprendre que l’échec et la souffrance de milliards de personnes représente le succès et l’accomplissement d’une poignée de personnes; c’est à dire, les élite des banques centrales qui ont convaincu le monde de les laisser créer de l’argent. Ces élites disposent déjà de fortunes conséquentes, alors quel est leur objectif final, quel est leur vrai programme ?

Vidéo :

Extrait du documentaire “THRIVE”

Stéphane Guibert / Finalscape /VK

Consomme ou crève ! Le néolibéralisme va-t-il causer notre perte ?

Consomme ou crève ! Le néolibéralisme va-t-il causer notre perte ?

La réponse est oui !

Petit récapitulatif :

  • Nous venons d’apprendre que dans la branche du vivant qui comportait, et de loin, le plus d’individus et de loin le plus d’espèces, la biomasse a chuté de 67% en une décennie.
  • Nous venons d’apprendre il y a quelques jours que la moitié des points dits de basculements irréparables sont déjà atteints.

Retour sur l’article >>>

Débats sur le réchauffement climatique, mais quelle belle embrouille :

CLIMAT, GREENWASHING & GRETA THUNBERG

Comment expliquer qu’à elle seule, cette adolescente issue de nulle part ait réussi à mobiliser les adolescents de la terre entière et ce en l’espace de quelques semaines seulement ? Prouesse qu’aucun homme ou femme politique n’a pu atteindre jusqu’à ce jour.

Cette simple question permet d’émettre un doute sur la sincérité de son message !

Qui est Greta Thunberg et d’où vient-elle  ? Je vous invite à vous poser la question…

Pensée unique, les moutons qui s’en vont à l’abattoir, et si nous réfléchissions un peu plus loin que l’émotionnel ?

Dès lors, je vous propose de suivre la rubrique “Climat” sur mon blog et vous verrez à quel point l’implication de l’homme dans le réchauffement climatique est un mensonge !

Réchauffement climatique il y a et cela est indéniable mais rien ne nous permet de certifier que nous en sommes la cause.

Le climat a toujours évolué et au moyen âge, par exemple, il faisait plus chaud qu’aujourd’hui ; pourtant, l’homme n’émettait pas de gaz à effet de serre.

L’industrie du “Greenwashing” tire des milliards de cette foutaise, ce qui permet de nouvelles taxes et un maintient des populasses dans la peur. On se retrouve à l’aube de l’an 1000 où il fallait payer si on ne voulait pas mourir.

J’ai visionné des dizaines d’heures de conférences, analysé plusieurs centaines de sites liés au changement climatique et peux vous assurer que l’impact humaine n’a rien à voir dans l’évolution du climat.

En revanche, nous devrions avoir la même énergie concernant notre rôle sur l’environnement, ce que les médias mainstream minimisent car de gros intérêts financiers sont en jeu : L’industrie pétrolière, l’industrie textile ou l’industrie agrochimique notamment.

Calotte glaciaire :

Si on regarde les images fournies par la NASA, on a l’impression de voir un poumon respirer : La calotte s’estompe puis se renforce. Un iceberg qui fond, à l’échelle de la planète, c’est une feuille qui tombe de son arbre en automne mais les médias se focalisent sur ce seul événement en nous disant : “Voyez de quoi nous sommes responsable”

Retour sur l’article >>>

Et cetera, Et cetera, Et cetera …

Stéphane Guibert / Finalscape

LA CLOCHE FÊLÉE DU GLAS MONDIALISTE

À entendre les cris d’orfraie poussés par les richissimes maîtres d’œuvre de la destruction des nations, on pourrait croire que leurs coffres-forts sont déjà tous en cours d’éventration. En tout cas, partout, aux quatre coins de France, on n’entend plus qu’eux. Idem pour le son grêlé de la cloche du glas mondialiste et celui du tocsin de la médiacratie aux ordres, que ces mal lotis de l’âme n’arrêtent plus de faire sonner. À tout va !

Du coup, ces salauds de pauvres sont avertis. Ils n’ont qu’à bien se tenir. D’autant que, le cinq décembre prochain, ils vont voir ce qu’ils vont voir…

L’avertissement est sérieux ! Sauf que, relativement à ce tohu-bohu politico médiatique -d’ordre quasi paranormal, une question se pose : Ne s’agirait-il pas de la peste ploutocratique qui s’alarme de la présence du choléra populaire ? La réponse, à tous les coups, est oui ! En tout cas, ça en a tout l’air. Car c’est bien à ce petit jeu psycho-sadique que s’adonne la mafia du Nouvel Ordre cosmopolite de ce temps.

Or, au-delà du paradoxe apparent, cette manipulation n’est rien d’autre qu’une insanité. Une insanité élaborée par une poignée d’authentiques pestiférés moraux qui, eux, animés par la seule volonté d’asseoir leur pouvoir hégémonique sur l’ensemble de la planète, considèrent que la majorité des êtres humains qui peuplent le Globe sont, pour la plupart — à l’égal d’une viande d’embouche avariée — tous porteurs d’un choléra civilisationnel. Un choléra qui, évalué à l’aune de leurs instincts corrompus, n’aurait plus lieu d’exister. Et que, dès lors, il conviendrait d’éradiquer au plus tôt.

Quant au tour de passe-passe de cette méthode, il sert, évidemment et en toute hypocrisie, à justifier les abominations morbides des ingérences attentatoires et à entreprendre selon les profits escomptés, les guerres criminelles les plus abjectes. Le tout, bien sûr, sous couvert de prétendus dysfonctionnements démocratiques. Sauf que ce type de modus vivendi vise, à terme, on le sait, d’abord à dépouiller et acculer au désespoir les plus démunis d’entre-nous pour ensuite, et dans un second temps, se donner le droit de trucider sans état d’âme quelque quatre vingt pour cent pour cent du genre humain.

Ok, nous n’en sommes pas encore là. Mais quand même… En témoigne, le monument élevé à la gloire des dix commandements du Nouvel Ordre Mondial – Les Georgia Guidestones, situé aux states :

 http://www.versdemain.org/articles/gouvernement-mondial/item/limiter-la-population-mondiale-a-500-millions

En attendant, si le mois de décembre est celui des fêtes de Noël et des cadeaux et non un ersatz du culte maçonnique ; du denier de la veuve ou d’un ticket pour nulle part, alors il importe que l’appétit vorace, gargantuesque des prédateurs surnantis qui nous écrasent vivants, ainsi que l’incompétence sociopathique des ploutocrates mondialistes, soient jugulés au plus vite. Les poubelles de l’histoire feront le reste.

Pour cela, toute peur foulée aux pieds, à l’instar des Gilets Jaunes, il suffit d’un état d’esprit allié à un droit de conscience puissant, à une détermination forte : solidement ancrée dans le cœur d’un peuple aux antipodes de la faiblesse.

Vous avez dit 5 décembre ? Banco !

 

Ci-dessous, une vidéo explicite de l’acteur Vincent Lindon : 

https://twitter.com/Callystor/status/1201574876320022528

 

Manifestation du 5 décembre 2019 : Réaction de François Asselineau

https://www.youtube.com/watch?v=SfrB9cIKcPc&feature=emb_rel_pause

Vaccins : Le jogging de la mort

Le hic, dans ce type de sport, englobant la prévention des maladies, c’est que les véritables bénéficiaires de cette saga médicale à haut rendement financier, ne sont sûrement pas ceux que l’on croit.  D’ailleurs, on les connait. Peu ou prou, mais on les connait. Ce sont toujours les mêmes. De plus, discrets, ils cultivent le secret jusqu’à l’inconcevable. Même que de ce point de vue, le gang des “Bilderberg” n’a rien à leur envier. Leurs signes distinctifs ? Ils sont quasiment tous membres du gotha pharmaceutique mondial : aujourd’hui plus communément connu sous le nom de “Big Pharma ”.

À ce propos, loin d’être préventive, comme ils tentent de nous le faire accroire,  l’efficacité handicapante ou létale de cette industrie de la pseudo santé, tend de plus en plus, à mesure que le temps passe, à être scientifiquement démontrée.  
S’agissant de leurs colossaux profits, générés par leurs coupables alliances avec un banditisme politicien de haut vol, un mercantilisme véreux et une cupidité sans bornes, on peut comprendre pourquoi ces “innovateurs” mortifères d’une expérimentation médicale à outrance (onze doses presque simultanément) : sur des poupons cobayes âgés de moins de deux ans, dans un monde médical en constant délabrement moral, ne font pas dans la dentelle. Et pour cause. Etant donné que, pour ce qui est des tristes joggeurs des manipulation biomédicales aux petits pieds et de mauvaise augure démocratique, c’est plutôt dans le crêpe noir du deuil qu’ils se réalisent le mieux. Nécessité lucrative oblige.

Le petit d’homme, excepté son existence, vue sous l’angle de la seule rentabilité, et en dépit de sa vulnérabilité, reste, lui, considéré comme quantité négligeable. Les deux comptes rendus ci-dessous, en font foi.

“Vaccins : le combat d’une mère”

 « Cela fait presque sept ans que l’on se bat, on est épuisés, c’est tellement injuste. » “La vie de la famille Valla a basculé le 15 mars 2013Ce jour-là, leur fils Solal est vacciné pour la première fois. Dans la seringue, Infarix Hexa qui comprend six valences (DTPolio, hépatite B, coqueluche et Haemophilus influenze), Prévenar contre les infections à pneumocoques et Rotateq en prévention des gastro-entérites liées au rotavirus. Né le 6 janvier 2013, Solal a alors un peu plus de deux mois. C’est un bébé en parfaite santé« Ma grossesse a été normale, j’ai accouché à terme de mon petit garçon qui pesait 3,049 kg et que j’ai allaité, raconte Jihan, sa maman. Il a babillé à trois semaines, à deux mois, il commençait à redresser sa tête tout seul, il était tonique, souriant, éveillé. »

Le soir de la vaccination, Solal a 39° de fièvre. La température descend avec du paracétamol mais remonte trois jours plus tard accompagnée de diarrhées. Rien d’inquiétant selon le médecin de la PMI qui a fait l’injection : « Il m’a dit que c’était un effet secondaire banal et fréquent des vaccins », se souvient la maman. Mais les troubles continuent : l’enfant se crispe, hurle, régurgite, se constipe… Les parents consultent cinq pédiatres, la réponse est toujours la même : tout est normal. Le 26 avril, le nourrisson reçoit une deuxième vaccination avec le Pentavac (DTPolio, coqueluche et Haemophilus influenze). À nouveau, il est fiévreux mais, cette fois, il semble absent et peine à mobiliser son côté droit. « Les médecins ont tout mis sur le compte de ses coliques et m’ont dit que j’étais trop stressée », affirme sa mère.

Pire : un mois plus tard, le 27 mai, un rappel d’Infanrix Hexa et de Prévenar est administré à Solal sans crier gare : « Je ne voulais pas qu’on lui fasse ce troisième vaccin. J’ai fait part de mes craintes au pédiatre sur l’hypotonie de mon fils. Il l’a pris, la remué pour évaluer la tenue de sa tête et m’a dit que c’était un “gros paresseux”. Je n’ai pas eu le temps de réagir qu’il lui avait déjà fait la piqûre », dénonce Jihan.

Les jours suivants, l’état de santé de son bébé s’aggrave tellement qu’elle exige la prescription d’un électroencéphalogramme qui s’avérera anormal. Hospitalisé à l’hôpital de Valence, l’enfant est transféré dans un état critique à l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron. Les parents signalent la corrélation entre les vaccinations et l’apparition des symptômes. En vain : les médecins suspectent un facteur génétique, neurologique puis métabolique mais les examens ne confirment pas ces hypothèses. Finalement, un diagnostic tombe : encéphalite d’origine inconnue. Jihan Valla n’y croit pas. Pour elle, c’est sûr, l’origine est vaccinale. Cette inflammation du cerveau figure d’ailleurs dans la liste des effets indésirables « très rares » de certains vaccins.

Solal aura 7 ans en janvier prochain. Il ne parle pas, ne marche pas. Depuis cette année, quatre bénévoles de l’association « Ensemble vers l’école » viennent chaque jour, sauf le dimanche, le faire travailler selon la méthode des 3 I (Interactif, Individuel, Intensif) afin de favoriser sa plasticité cérébrale et son développement psychomoteur. Un kinésithérapeute vient aussi lui faire pratiquer des exercices trois fois par semaine. « Solal fait des progrès. Il se met à quatre pattes et à genoux tout seul et commence à jouer avec des objets », se réjouit Jihan qui lui fait suivre un traitement de soutien du système immunitaire par la méthode NAET-TRM. Néanmoins, l’enfant souffre encore de violentes douleurs abdominales, digestives et urinaires, ainsi que de céphalées.

Lire la suite

VIDEO. Après ses « paroles répugnantes » sur LCI, Julie Graziani est virée de la revue « L’Incorrect »

Mise à jour : jeudi 07 novembre 2019 – 18:06 –

POLEMIQUE : L’ex-éditorialiste s’en était pris à une mère célibataire au Smic lundi sur LCI : « Si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer non plus »

« Qu’est-ce qu’elle a fait pour se retrouver au Smic ? Est-ce qu’elle a bien travaillé à l’école ? Est-ce qu’elle a suivi des études ? Et puis si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer non plus dans ces cas-là. » Ses propos, Julie Graziani, alors éditorialiste à la revue L’Incorrect, les a tenus lundi sur le plateau de 24H Pujadas sur LCI. Malgré le contrepoint apporté par la députée européenne Aurore Lalucq, la séquence a fait le tour des réseaux sociaux et créé une vive polémique. La chaîne info, elle, refuse les accusations de buzz pour le buzz, et parle de débat.

 

« Voilà, voilà, je suis désolée, ok ? »

De son côté, Julie Graziani a d’abord réitéré ses propos sur Twitter («Chacun est responsable de ses parcours de vie»), avant de s’excuser : « Voilà, voilà, je suis désolée, ok ? Je me suis laissée gagner par l’énervement et j’ai été trop dure ». Mais cela n’aura pas suffi pour son employeur.

C’est tout d’abord elle qui a annoncé jeudi matin cesser sa collaboration avec L’Incorrect«effectif dès aujourd’hui». Sauf qu’il s’avère que c’est plutôt l’inverse, et que la revue a décidé de se séparer de l’éditorialiste.

 

« Julie Graziani n’a pas pris conscience du caractère scandaleux de ses mots »

« Comme chacun sait, elle a eu des paroles plus que malheureuses, répugnantes, à l’endroit d’une mère de famille pauvre, écrit le directeur de la rédaction Jacques de Guillebon dans son édito de jeudi. Il apparaît que depuis ce triste passage, et malgré nos conseils et objurgations, Julie Graziani n’a pas pris conscience le moins du monde du caractère scandaleux de ses mots, et au contraire s’enferre dans un dédain plus que macronien pour “ceux qui ne sont rien”, en témoignent ses messages et vidéos sur Twitter par exemple. »

« En conséquence et après un délai de réflexion raisonnable, lui laissant à la fois le temps de revenir à la raison et de s’échapper hors la meute médiatique dans la dignité, continue-t-il, la rédaction de L’Incorrect a décidé qu’en aucun cas Julie Graziani ne pouvait plus la représenter, à la télévision ni ailleurs, sur les réseaux sociaux ou dans quelques médias. »

Docteur en science politique et chroniqueur dans Clique sur Canal+, Clément Viktorovitch était revenu mardi soir sur la polémique, qu’il ne qualifie pas de « dérapage » mais de stratégie rhétorique et même politique.

Voir aussi cette publication du média : L’incorect.

JULIE GRAZIANI NE REPRÉSENTE PLUS L’INCORRECT

Julie Graziani a représenté pendant un an notre magazine L’Incorrect sur divers plateaux de télévision, notamment dans l’émission « 24 Pujadas » sur LCI.

Lundi 4 novembre, comme chacun sait, elle a eu des paroles plus que malheureuses, répugnantes, à l’endroit d’une mère de famille pauvre.

Il apparaît que depuis ce triste passage, et malgré nos conseils et objurgations, Julie Graziani n’a pas pris conscience le moins du monde du caractère scandaleux de ses mots, et au contraire s’enferre dans un dédain plus que macronien pour « ceux qui ne sont rien », en témoignent ses messages et vidéos sur twitter par exemple.

En conséquence et après un délai de réflexion raisonnable, lui laissant à la fois le temps de revenir à la raison et de s’échapper hors la meute médiatique dans la dignité, la rédaction de L’Incorrect a décidé que Julie Graziani ne pouvait plus la représenter, à la télévision ni ailleurs, sur les réseaux sociaux ou dans quelques médias.

Jacques de Guillebon

Directeur de la rédaction

L’être humain et son implication dans le réchauffement climatique : Il n’y a que les cons ou celles et ceux à qui profite le crime qui ne changent pas d’avis

L’imposture de l’implication de l’être humain dans le réchauffement global de la planète

Quelques courts extraits d’articles déjà postés sur ces pages et compilés en quelques phrases :

Préambule :

Déjà, Bien que l’exemple devrait provenir des adultes, il faut reconnaître que depuis l’entrée en scène de Greta Thunberg idolâtrée par les jeunes et censée être leur figure de proue pour ce soit-disant combat de la dernière chance, on a pas vu grand-chose se concrétiser dans les actes de nos têtes blondes.

Ce sont toujours autant de canettes, de mégots de cigarettes abandonnés dans la nature, un petit pain acheté, un cornet en plastique qui file aux quatre vents et hormis faire du bruit, des selfies des grèves, acheter le dernier Jean pur coton à la mode qui demande pour sa production autant d’eau qu’il en faut à un être humain durant toute sa vie, se procurer le dernier iPhone qui détruit la faune en Afrique et qui exploite des gamins de 10, 12 ans, ces bonnes tartines d’une marque que je ne citerai pas et elle n’est pas la seule qui se livre à cette course folle à l’huile de palme détruisant les poumons de la terre etc, etc, etc … De la part de nos amis écoliers, quoi de concret ? Hypocrisie ? Déni ? Mensonge ? Où vous situez-vous les jeunes ? qu’attendez-vous pour agir en votre âme et conscience si vous êtes vraiment sincère dans votre démarche ?

Il faut tout de même se rendre à l’évidence : depuis l’avenue de cette jeune adolescente, le bilan en faveur du climat et de l’environnement est plutôt maigre et c’est même dégradé. Beaucoup de bruit pour un résultat pour ainsi dire inexistant à part les milliards engendrés par l’industrie verte et les ONG qui nous culpabilisent.

Cela n’engage que moi, mais malgré toute sa sincérité que je mets à demi-mot en doute aujourd’hui, cette adolescente est le produit d’un marketing issu de l’industrie du greenwashing et récupéré par les politiques eux-même instrumentalisés par l’oligarchie et le monde de la finance afin de masquer un tout autre problème qui nous vient dessus tel un tsunami : la crise financière et c’est sans compter une pensée unique que les médias mainstream complices, s’appliquent à nous imposer par un matraquage cérébral au quotidien.

Ceci dit :

Le climat de notre planète n’a pas eu besoin d’attendre l’apparition de l’homme pour changer. Elle a connu des périodes bien plus chaudes et bien plus froides et ce sont des scientifiques qui nous l’affirment avec des recherches et des analyses bien plus méticuleuses et approfondies que de simples rapports copiés-collés qui d’année en année sont accentués par un pessimisme de plus en plus catastrophique de la part d'”experts” du GIEC.

Depuis l’âge de 15 ans et jusqu’à il n’y a pas si longtemps que ça, j’étais moi aussi persuadé de notre responsabilité dans l’évolution du climat et c’est un ami qui m’a ouvert les yeux. Depuis, ce sont des dizaines d’heures de conférences et de reportages qui sont diffusés très tard sur les chaînes de télévision qui m’ont ouvert les yeux. Ce sont des articles et des rapports qui sont occultés voir même censurés qui m’ont permis de me poser des questions .

Je vous invite dans ce billet à visionner un reportage d’environ 60 minutes qui permet de voir notre implication sur le réchauffement climatique sous un autre angle.

Notre implication sur le changement climatique est hyper médiatisée alors que notre implication sur notre responsabilité concernant la destruction de notre biodiversité tourne en circuit restreint. Posez-vous donc les bonnes questions.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Sur VK

Sur Youtube

Retour sur l’article d’origine >>>

Propagande ou la fabrique du consentement

La fabrique du consentement

Si les techniques de persuasion des masses apparaissent en Europe à la fin du XIXe siècle pour lutter contre les révoltes ouvrières, elles sont développées aux États-Unis vingt ans plus tard.

Extrait du documentaire «Propaganda : La fabrique du consentement» diffusé sur Arte le 10 octobre 2019.

Voir le documentaire en intégralité >>>  [Disponible jusqu’au 23 décembre 2019]

Merci au groupe : “La vraie démocratie“pour le partage.

Stéphane Guibert pour Finalscape

Médias mainstream : la connivence politico-médiatique.

Jean-Claude BOURRET dénonce la connivence politico-médiatique.

Jean-Claude Bourret est une figure du paysage audiovisuel français.

Incontestablement, il est l’un des journalistes les plus célèbres de France.  Une carrière exemplaire : D’abord Journaliste à France Inter puis rédacteur en chef et présentateur des journaux de TF1, présentateur sur la 5 et  enfin rédacteur en chef  à RMC, ce journaliste a rapidement découvert l’interpénétration entre le pouvoir politique et le pouvoir médiatique.

Mise en ligne : (G.S / FINALSCAPE)