Maltraitance animale : Europe, peste porcine (Bisounours, c’est la douche froide !)

Faute de traitement efficace connu, les porcs et autres suidés malades doivent être abattus, enterrés ou incinérés dans les conditions sanitaires appropriées et dans le respect de la réglementation locale et internationales (Code OIE) nous dit Wikipédia mais les images qui suivent nous montrent une toute autre réalité.

Images : Lanceur d’alerte anonyme.

Je préviens les âmes sensibles que les images qui suivent sont intolérables mais doivent être néanmoins diffusées afin de divulguer la vérité sur la bassesse de certains hommes qui n’ont rien à voir avec la gent humaine et qui de par leurs actes cruels et barbares ouvrent sur notre monde dont je ne donne plus très chère, une porte de plus sur l’enfer.

Alors attention ! Si vous avez le cœur sensible, ne visionnez pas ces images.

Vidéo interdite aux moins de 15 ans ! (PG 15)

Stéphane Guibert / Finalscape

Aimer la viande jusqu’à quel prix ?

À l’approche des fêtes, alors que beaucoup d’entre nous vont se gaver, une petite pensée pour nos “amis” les animaux.

Vous qui aimez les fêtes entre amis, les barbecues débonnaires, le rassemblement humain, je vous laisse à votre bonne conscience…

Aimer la viande nous conduirait-il à l’abomination ?

Je ne suis ni végan, ni anti spéciste, je mange de la viande et l’apprécie mais pas à n’importe quel prix !

Bon appétit !

Stéphane Guibert / Finalscape

Attention à la dureté des images !

L’homme est en train de monétiser sa propre extinction

La culture de l’huile de palme, cause majeure de déforestation, condamne les orangs-outans à l’extinction.

Maltraitance : Terribles images de chasse en Espagne

Dans cette vidéo très choquante un chasseur espagnol envoie sa meute de chiens achever un cerf au bord d’un précipice…

Plusieurs chiens finissent par tomber dans le ravin, ainsi que le cerf épuisé.

Partagée par documentaliste animalier, la vidéo a entraîné de nombreuses réactions politiques.

“Les responsables de cette sauvagerie portent un nom : ce sont des criminels ! Finissons-en une bonne fois pour toutes (…)”

Attention à la dureté des images !

Le cerf qui murmurait à l’oreille des chevaux

L’ONCFS ABAT UN CERF CAR IL AIME TROP LES CHEVAUX!

Révoltant, ignoble ! Il n’y a pas de mots pour qualifier certains hommes. Un jeune cerf rendu orphelin par des chasseurs et qui avait été élevé par une jument a été abattu car son comportement trop familier envers les chevaux était qualifié d’anormal.

Le maire du village qui était contre cet abattage n’a rien pu y faire.

Parallèlement, en Suède, un élan blanc qui attirait les curieux devait subir le même sort ; une pétition de 35’000 signatures lui a sauvé la vie.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Souffrance animale, la zoochose : Il faut savoir

La “zoochose” :  Il s’agit d’un comportement animal que caractérisent l’ennui, la frustration, le stress, le confinement, le manque de lien social …

Sans la stimulation constante qu’implique la survie dans la nature, les animaux tombent dans l’ennui. Cet ennui devient une source de stress qui pousse les animaux à se rabattre sur la répétition permanente des seules activités que permet la captivité : la marche, la toilette … Parfois cela devient de vrais comportements névrotiques : Automutilation, coprophilie

Pour éviter que ces comportements ne dégénèrent, les zoos les plus aisés emploient des enrichissements : des activités censées stimuler les instincts naturels des animaux et empêcher la routine de s’installer. Les enrichissements permettraient de diminuer la zoochose dans 53% des cas mais la situation reste problématique dans les cirques et dans les zoos plus précaires.

Autre solution, les antidépresseurs comme le Prozac ou le Valium. En 2010, la vente de médicaments destinés aux animaux a rapporté 5,5 milliards de dollars aux États-Unis.

Certaines associations militent pour la fermeture pure et simple des zoos en mettant en avant leur impact sur la santé des animaux.

L’espérance de vie chez un éléphant en captivité est réduite de moitié en comparaison d’un congénère en liberté.

G.S / FINALSCAPE

Société : L’être humain, capable du pire comme du meilleur

Un shaman disait que l’homme était le rêve du dauphin et certains d’entre nous ressentent une réciprocité à ces mots ; d’autres par contre, dont les coutumes sont ce qu’il est encore gentil de qualifier de barbares en sont au Nadir, (opposé du zénith) en organisant une fois par an ce qu’ils appellent le Grind.

Le massacre des dauphins dans les îles Féroé est une triste réalité. Il s’agit d’une terrible tradition au cours de laquelle des centaines de dauphins sont tués. Un massacre d’une violence extrême, les cétacés étant piégés avant d’être tués au couteau.

La couleur azur qui borde les îles Féroé devient rouge sang. On appelle cette tradition le Grind et malheureusement pour les globicéphales, elle se poursuit. Malgré les dénonciations et les actions des associations, le massacre continue chaque année, entre juin et octobre.

>>>Voir aussi<<<

Quand je dis que l’homme est capable du pire comme du meilleur :

Un sauvetage de dauphins échoués sur une plage, de superbes images, un geste d’empathie, de quoi redonner à l’humanité des couleurs, de l’espoir et quelques lettres de noblesse car la vie, c’est cela aussi.

G.S / FINALSCAPE

Science & Vie : Ami d’un jour, ami de toujours. N’abandonnez pas vos animaux sur une aire d’autoroute

Chaque été, des milliers d’animaux sont abandonnés sur la route des vacances.

Le chien abandonné sur une aire d’autoroute n’est pas un mythe. C’est bien pendant la période estivale que l’on compte le plus d’animaux abandonnés : 60 000 en deux mois, soit 1 000 par jour, selon la fondation 30 Millions d’amis.

En cause ? Les départs en vacances et les propriétaires de chats et de chiens qui ne savent pas quoi en faire. Mais c’est aussi la période des portées de chatons. « La plupart des abandons ont lieu l’été, mais il y en a quand même beaucoup pendant tout le reste de l’année », précise Jérôme Michalon, sociologue spécialiste des rapports humains et animaux.

Abandonner un animal, un compagnon, son compagnon, c’est abandonner un enfant, son enfant.

Honte à eux !

Stéphane Guibert

Irresponsabilité et maltraitance, l’humain dans toute sa grandeur

Égoïsme, individualisme, déni, ces trois mots qui résument la gent humaine en général et rares, trop rares sont les moutons noirs qui se révoltent et agissent avec des gestes concrets et militants.

Sur la route des vacances, que ce soit sur le chemin de l’aller ou du retour, dans les interminables bouchons dans lesquels sont piégés les automobilistes, combien de mégots de cigarettes, de canettes, de sachets en plastique et autres détritus sont ils abandonnés sur le bord des routes ? Des tonnes !

Je vous propose une vidéo qui vous parle de la triste histoire d’une vache, Bellacorne qui, broutant paisiblement aux abords d’une route a avalé une canette de soda. Cette vache âgée de 7 ans a eu juste le temps de mettre bas le veau qu’elle attendait, la canette déchiquetée lui ayant perforé l’estomac, Bellacorne est morte pendant son accouchement.

Si des gestes tels que vider son cendrier dans la nature, jeter une canette en aluminium par dessus bord, des gestes pouvant au demeurant sembler anodins étaient évités par les millions d’automobilistes qui sillonnent les routes de France, cela serait déjà un énorme bon point pour notre environnement.

En seconde partie de vidéo, alors que les foules s’offusquent et à juste titre d’ailleurs, quand un chien étouffe dans une voiture parquée en plein soleil par son propriétaire, ces images, tournées aux abords d’un élevage de vaches en Italie où l’on voit ces pauvres bovins suffoquer, et le mot est faible, pendant la canicule.

Pendant votre barbecue qui se veut festif et que vous organisez entre amis et familles, ayez ne serais-ce qu’une petite pensée, une prière, même symbolique, une marque de respect pour un être de chair et de sang qui avait tout autant le droit de vivre que vous ainsi que celles et ceux que vous aimez et que l’on a sacrifié souvent, au prix d’atroces souffrance et ce, pour votre plus grand plaisir.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

L’enfer sur terre commence par ce que nous faisons subir à ces être que nous disons aimer

L’être humain s’octroie dans sa magnificence et la toute puissance qu’il croit avoir sur le reste du monde le droit de qualifier tel ou tel acte lui semblant barbare, d’inhumain.

Alors vous qui mangez de sa viande tous les jours, vous qui donnez à boire à vos enfants de son lait, vous qui très directement êtes responsable de ces camps de concentration pour animaux de par la consommation que vous en faites, qu’aurez-vous à me dire après avoir visionné ces images ?

Petit préambule sur la vidéo :

Il est clair que les pratiques qui sont visibles dans la vidéo ne sont pas exercées dans tous les camps de concentration pour animaux et que les images proposées sont même extrêmes mais elles existent, d’où l’importance de les visionner.  Et si vous avez le courage de les visionner, c’est que vous avez un cœur, que ce cœur bat une fois sur deux, sur trois ou sur 4 peut-être pour ces pauvres bêtes qui n’ont rien demandé à personne et à qui l’on fait vivre l’enfer sur terre pour une nourriture qui ne nous est finalement même pas indispensable alors que sous d’autre latitudes, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim toutes les 6 secondes.

Je ne suis pas antispéciste, je mange moi-même de la viande mais je pense que dans notre folie de consommateurs, les limites ont été amplement atteintes.

Avoir une petite pensée voir une petite prière pour remercier l’animal qui a été sacrifié et qui se se retrouve dans notre assiette serait déjà un premier pas allant vers le respect de la vie, cette  clairvoyance dont le système semble vouloir nous priver à tous prix.

Je vous invite donc à ouvrir votre cœur après avoir ouvert les yeux. Une mission essentielle à notre épanouissement et notre continuité sur cette planète.

Fin de préambule.

A toutes celles et ceux qui ne visionnent pas la vidéo et si votre lecture va jusqu’à ces lignes :

Merci pour cette lâcheté que nourrit votre déni et votre ignorance mais rassurez-vous, vous faites partie de la majorité des gens.

Ce que j’écris vous semblera certainement dur et péjoratif  mais les faits qui nous incriminent et qui s’accumulent chaque jour un peu plus ne font que me donner raison quand à notre implication et notre responsabilité dans ce qui détruit notre planète.

Que vogue la galère, nous verrons bien demain. C’est si facile !

Stéphane Guibert