Europe & France : Les riches encaissent l’argent que l’on prélève chez les pauvres

Ce n’est plus un secret et on l’aura bien compris, le régime néolibéral qui dirige l’occident ne profite qu’aux riches. 

Pour faire court et en schématisant :

les 30 glorieuses ont marqué le point de départ d’une économie tournant à plein régime, il fallait produire et consommer pour faire fonctionner la machine. Tout le monde en profitait, les consommateurs dont les revenus étaient ajustés au coût de la vie et dont le système attendait d’eux qu’ils consomment et les plus fortunés dont les bénéfices et dividendes ne faisaient que gonfler. Le consommateur était le mouton qui se faisait paisiblement tondre et l’actionnaire, le loup déguisé en berger bienveillant.

2008, la crise des subprimes : c’est un tsunami qui ravage l’économie de la planète toute entière. Il fallait renflouer les banques qui tombaient les unes derrière les autres tel un jeu de dominos. C’est l’argent public qui sauva les naufragés de la faillite et c’est à ce moment que la dette entra clairement sur scène. 2019, l’économie et les banques sont à nouveau mises à mal ; la consommation stagne ou régresse les rentrées d’argent sont moindres.  Pour les riches, pas question de partager quoi que ce soit avec ceux d’en bas et pas question non plus de se serrer la ceinture. Une solution toute simple se présente : mettre en avant la dette pour justifier des coupes budgétaires que l’on impose au peuple. Rendez-vous compte : les pauvres représentent 99% de la population mondiale ; imaginez la manne pour le 1% de la population restante.

Il faut bien prendre conscience que la mondialisation n’a rien de bon pour les esclaves que nous sommes. L’Europe que nous présentent les médias n’est qu’un artifice fait de paillettes, de fausses promesses et de mensonges éhontés ce qui jusqu’ici, il faut bien le reconnaitre, étaient assez convaincants ; mais les esprits se réveillent et l’insurrection gronde. Le système s’en rend compte et tel un animal aux abois, il joue ses dernières cartes pour résister.

À présent, souvenez vous des promesses de Macron lors de la présidentielle de 2017 concernant les retraites. Je vous laisse à vos bons souvenirs.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / Anonymiss France / SOS Climat / VK

Pour rappel : “Quand l’Europe sauve ses banques”

Un petit rappel sur le scandale européen du renflouement des banques par les contribuables.

SCANDALE DE LA CAGNOTTE TRUQUÉE PRO-GOUVERNEMENTALE

Le Youtubeur Boris Le Lay décrypte le scandale de la cagnotte ouverte en faveur des forces de l’ordre, chiffres à l’appui et dénonce un complot flagrant du système en place.

Il invite les français à verser quelques euros sur la plateforme  Leetchi afin qu’ils puissent se constituer partie civile devant la justice.

Sur Youtube

Sur VK

Où le bât blesse :

Le 5 décembre 2016, Manuel Valls alors Premier ministre sous François Hollande a décrété placer l’autorité judiciaire (l’un des trois pouvoirs), sous le contrôle direct du pouvoir exécutif.

Il s’agit du décret portant le numéro : 2016-1675 qui a été appliqué à partir du 1 er janvier 2017.

L’article 16 de la charte des droits de l’homme stipule :

Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Pour qu’une constitution soit légitime, il est indispensable que les trois pouvoirs nécessaires à la démocratie soient séparés : l’exécutif, le législatif et le judiciaire.(Dans ce cas très précis, le pouvoir judiciaire doit désormais dépendre de l’exécutif. Comprenez-vous ce que cela signifie ?)

Faute de constitution, la France est bel et bien devenue une dictature molle mais qui au fil des réformes se durcit de jour en jour.

Stéphane Guibert / Finalscape

“La police nationale n’a pas besoin de cagnotte”, a déclaré le directeur général de la police nationale (DGPN), Éric Morvan sur France Inter, Il a précisé que l’inspection générale de la police nationale (IGPN) avait reçu près de 200 signalements sur sa plateforme permettant à des particuliers estimant avoir été victimes ou témoins de violences policières d’alerter la police des polices.

Je pense que lui aussi comme Michel Delpuech, le préfet de police de Paris pourrait être sur la sellette comme, quelques LERM qu’on veut congédier et d’autres déjà mis dehors ou qui sont déjà partis d’eux-mêmes, à quand le röhmputsch, ça fait froid dans le dos…..

Monsieur Collomb est parti quand même de façon rapide mais après avoir parlé de révolution… Que notre Seigneur nous protège tous car nous rentrons dans les tribulations.

Médias mainstream : Analyse sur la manipulation par la terreur

Première publication : 28 mai 2018 – Mise à jour : 19 octobre 2018 – 13:30

Attention, vous êtes manipulés !

Depuis que l’homme est ce qu’il est (sans vouloir développer), rien ne le met plus en condition que l’émotionnel. Que ce soit pour l’amour d’un enfant, celui que l’on éprouve pour son ou sa conjointe, que ce soit  la compassion ou l’empathie que l’on puisse ressentir à l’égard de son prochain ou même de l’envie d’évasion et d’aventure, l’émotionnel est un moteur indissociable de nos actes au quotidien.  A l’opposé, l’émotionnel peut engendrer un sentiment d’insécurité et de peur.

Sur le plan positif, des médias tels que le cinéma ou la télévision par le truchement de séries diverses s’y emploient abondamment, en revanche, des médias mainstream tels que la télévision ou la presse liés à des intérêts économiques nous submergent d’images de violence, de guerre et de mort afin d’attiser nos peurs, nos angoisses et à fortiori notre sentiment d’insécurité.

Dans un contexte de crise mondiale profonde, les images de désolation nous confinent dans un sentiment d’isolement nous empêchant d’avoir une approche constructive et une analyse objective de la situation. De plus, ces images sont dans la plupart des cas sorties de leur contexte réel, manipulées voir même mensongères.

L’histoire qui se répète inlassablement tente de nous démontrer cette évidence crise après crise, guerre après guerre.

Nous sommes enlisés dans un marasme constitué d’un besoin de consommer, d’une insécurité toujours grandissante, d’une désillusion et d’un déni hors norme, ce qui nous empêche de nous rallier franchement et pleinement à des causes humaines et environnementales ceci faisant le jeu de ceux que nous croyons être nos maîtres.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Mise en scène d’attentat

Les 10 stratégies de manipulation par les médias

Les Etats-Unis auraient fait réaliser de fausses vidéos d’Al-Qaida

Illustration d’un message d’Oussama Ben Laden, leader d’Al-Qaida, diffusé en septembre 2009. (SITE INTELLIGENCE GROUP/AFP)

Rappel :

Selon un collectif britannique de journalistes d’investigation, le Pentagone aurait dépensé 540 millions de dollars dans le cadre de cette campagne de propagande.

“Plus de 540 millions de dollars pour réaliser de fausses vidéos islamistes”

Plus d’un demi-milliard de dollars. C’est, selon les enquêteurs du Bureau of Investigative Journalism (BIJ), ONG basée à Londres spécialisée dans la réalisation d’enquêtes journalistiques, le montant d’une facture très salée dont se serait acquitté le Pentagone entre 2006 et 2011. Il n’est ici question ni d’armes, ni de soldats, ni de véhicules – simplement de propagande.

La sulfureuse agence de communication et de relations publiques Bell Pottinger, connue pour travailler avec toutes sortes de régimes (Syrie, Biélorussie, Sri Lanka…), aurait signé en pleine guerre d’Irak (2003-2011) un contrat ultra-lucratif avec Washington — 120 millions de dollars par an — afin de produire les contenus de ce programme “top secret”. Un ancien salarié de l’entreprise, le vidéaste Martin Wells, a révélé au Bureau of Investigative Journalism les dessous de cette campagne, qui ont été publiés dimanche par le “Daily Beast” et le “Sunday Times” et relayés par France 24.

Le témoignage de Martin Wells

Outre des clips publicitaires anti-Al-Qaida, Martin Wells affirme que son ancienne entreprise produisait et montait de faux reportages vidéos aux images de basse qualité, de manière à les présenter comme des “productions de télévisions arabes”. Ils étaient ensuite vendus puis diffusés comme tels par les chaînes locales et continentales, sans préciser que l’armée américaine en était le commanditaire.

L’Irak, écrit le BIJ, était un eldorado pour les agences de communication : selon l’enquête, plus de quarante sociétés étaient rémunérées pour de la production de vidéos, de sondages, de placements médias. Bell Pottinger avait elle-même commencé à travailler en Irak dès mars 2004, une poignée de mois après l’invasion américaine, pour produire de façon très officielle des contenus promouvant la tenue d’élections démocratiques.

Fausses vidéos siglées Al-Qaida

Mais Martin Wells évoque une partie plus “sensible” de ce programme. La société Bell Pottinger, qui a employé jusqu’à 300 personnes — Britanniques et Irakiens — en Irak, aurait également eu pour mission de fabriquer de fausses vidéos de propagande portant la signature de l’organisation Al-Qaida. Objectif : piéger les personnes qui les visionnaient ensuite sur internet.

Plus d’un demi-milliard de dollars. C’est, selon les enquêteurs du Bureau of Investigative Journalism (BIJ), ONG basée à Londres spécialisée dans la réalisation d’enquêtes journalistiques, le montant d’une facture très salée dont se serait acquitté le Pentagone entre 2006 et 2011. Il n’est ici question ni d’armes, ni de soldats, ni de véhicules – simplement de propagande.

La sulfureuse agence de communication et de relations publiques Bell Pottinger, connue pour travailler avec toutes sortes de régimes (Syrie, Biélorussie, Sri Lanka…), aurait signé en pleine guerre d’Irak (2003-2011) un contrat ultra-lucratif avec Washington — 120 millions de dollars par an — afin de produire les contenus de ce programme “top secret”. Un ancien salarié de l’entreprise, le vidéaste Martin Wells, a révélé au Bureau of Investigative Journalism les dessous de cette campagne, qui ont été publiés dimanche par le “Daily Beast” et le “Sunday Times” et relayés par France 24.

Le témoignage de Martin Wells (en anglais)Outre des clips publicitaires anti-Al-Qaida, Martin Wells affirme que son ancienne entreprise produisait et montait de faux reportages vidéos aux images de basse qualité, de manière à les présenter comme des “productions de télévisions arabes”. Ils étaient ensuite vendus puis diffusés comme tels par les chaînes locales et continentales, sans préciser que l’armée américaine en était le commanditaire.

L’Irak, écrit le BIJ, était un eldorado pour les agences de communication : selon l’enquête, plus de quarante sociétés étaient rémunérées pour de la production de vidéos, de sondages, de placements médias. Bell Pottinger avait elle-même commencé à travailler en Irak dès mars 2004, une poignée de mois après l’invasion américaine, pour produire de façon très officielle des contenus promouvant la tenue d’élections démocratiques.

Fausses vidéos siglées Al-Qaida

Mais Martin Wells évoque une partie plus “sensible” de ce programme. La société Bell Pottinger, qui a employé jusqu’à 300 personnes — Britanniques et Irakiens — en Irak, aurait également eu pour mission de fabriquer de fausses vidéos de propagande portant la signature de l’organisation Al-Qaida. Objectif : piéger les personnes qui les visionnaient ensuite sur internet.

L’idée était en effet de se servir de ces clips comme appâts numériques. Gravés sur des CD, ceux-ci étaient encodés de manière à profiter d’une faille dans le logiciel de lecture de vidéos Real Player, afin de permettre, lors du visionnage, à la CIA de localiser l’ordinateur grâce à son adresse IP.

Ces CD, précise Martin Wells, étaient abandonnés par les forces américaines dans les habitations lors de perquisitions en Irak ; transmis sous le manteau, certains se sont retrouvés en Iran, en Syrie et même aux Etats-Unis.

Si le BIJ n’apporte pas d’information sur les conséquences de ces pistages, le Pentagone a bel et bien confirmé avoir eu recours aux services de l’agence Bell Pottinger durant cette période en Irak. L’ancien patron de Bell Pottinger, Tim Bell, a également confirmé au “Sunday Times” que sa société avait signé un contrat en relation avec des opérations militaires, “protégé par plusieurs clauses de confidentialité”, et rendait compte régulièrement de ses avancées au Pentagone, à la CIA et au Conseil de sécurité nationale.

Manipulation par l’image et l’émotionnel

Attention, vous êtes manipulés !

Depuis que l’homme est ce qu’il est (sans vouloir développer), rien ne le met plus en condition que l’émotionnel. Que ce soit pour l’amour d’un enfant, celui que l’on éprouve pour son ou sa conjointe, que ce soit  la compassion ou l’empathie que l’on puisse ressentir à l’égard de son prochain ou même de l’envie d’évasion et d’aventure, l’émotionnel est un moteur indissociable de nos actes au quotidien.  A l’opposé, l’émotionnel peut engendrer un sentiment d’insécurité et de peur.

Sur le plan positif, des médias tels que le cinéma ou la télévision par le truchement de séries diverses s’y emploient abondamment, en revanche, des médias mainstream tels que la télévision ou la presse liés à des intérêts économiques nous submergent d’images de violence, de guerre et de mort afin d’attiser nos peurs, nos angoisses et à fortiori notre sentiment d’insécurité.

Dans un contexte de crise mondiale profonde, les images de désolation nous confinent dans un sentiment d’isolement nous empêchant d’avoir une approche constructive et une analyse objective de la situation. De plus, ces images sont dans la plupart des cas sorties de leur contexte réel, manipulées voir même mensongères.

L’histoire qui se répète inlassablement tente de nous démontrer cette évidence crise après crise, guerre après guerre.

Nous sommes enlisés dans un marasme constitué d’un besoin de consommer, d’une insécurité toujours grandissante, d’une désillusion et d’un déni hors norme, ce qui nous empêche de nous rallier franchement et pleinement à des causes humaines et environnementales faisant le jeu de ceux que nous croyons être nos maîtres.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK / MondiAspora

Petit Emmanuel, tu as franchi la ligne rouge. Bravo et merci. Tu as perdu. Tu es déjà destitué.

Petit Emmanuel, tu as franchi la ligne rouge. Bravo et merci. Tu as perdu. Tu es déjà destitué.


Une vidéo de 8 minutes, communiqué de Politique de Vie, Christian Cotten, 8 mai 2018.

Un message dense et quelque peu codé que ceux qui comprennent sont invités à expliquer à ceux qui ont du mal à suivre. Concrétiser une rupture, c’est d’abord dans nos têtes, puis dans les mots.

Les vortex d’intelligence collective nourris d’amour et de lumière peuvent faire des miracles.

Merci de votre attention et de vos partages.

Petit Emmanuel, tu as franchi la ligne rouge. Bravo et merci. Tu as perdu ”

Communiqué de politique de vie. 1er. mai 2018. Fake news sous faux drapeau, message poétique de l’intelligence collective francophone, recadrage pédagogique et humoristique.

La vidéo en fin d’article

Cher Emmanuel, permets-nous de te remercier sincèrement. Ton enflure égotique hors de tout contrôle vient d’offrir aux peuples francophones une magnifique expérience d’éveil de la conscience. Merci à toi. Vraiment.

Très cher Emmanuel, tu mens et tu sais que tu mens. Et désormais la grande majorité des françaises et français le savent aussi. Tu as juste oublié du haut de la fatuité que tous ceux qui ne sont rien possèdent bien quelque chose : un cerveau et un cœur. Et il se trouve que les cerveaux de ceux qui ne sont rien plus quelques autres qui sont quelque chose sont en bien meilleure santé que le tien. Nous allons être très désagréables avec toi, Très cher Emmanuel. Mais ce sera avec beaucoup de compassion.

Soyons clairs et directs :

Ton cerveau, ça ne va pas. Cela ne va vraiment pas. Et ton cœur non plus d’ailleurs. Et désormais, cela se voit on ne peut plus clairement. Tes comportements d’adolescent immature sont radicalement inacceptables. Tu as franchi la ligne rouge, Petit Emmanuel. Tu as joué avec nous, tu as triché et tu as perdu.

L’uranium appauvri, cela te dit quelque chose ?

Ignorais-tu que tes militaires en usent et en abusent dans leurs armes prétendument conventionnelles, dans les têtes et les ailerons de leurs missiles ? Si tu l’ignores, tu ne peux te prétendre président et si tu le sais c’est encore bien pire. Très cher Emmanuel, tu es désormais un des tout premiers utilisateurs d’armes de destruction massive sur cette planète, contre un peuple et un pays qui ne nous a jamais agressé et sur qui tu as fait déverser, avec tes 12 missiles pour 16 millions d’euros, une véritable bombe radiologique qui va intoxiquer des millions de personnes pendant 4,47 milliards d’années. Tout comme d’autres avant toi ont empoisonné les terres de Bosnie, d’Irak, d’Afghanistan et de Libye. Certains de nos soldats en sont déjà morts,  contaminés à l’uranium appauvri qui a équipé les missiles que tu as si aimablement offerts en cadeaux à tes maîtres d’Outre-Manche et d’Outre-Atlantique. Pendant ce temps, AREVA, les amis de ton premier Ministre, continue à extraire mais illégalement sous protection des militaires français, l’uranium du Tibesti, au dépend du peuple libyen. Tu prétends faire ça au nom de la France. Sérieusement ?

Tu crois encore que nous, citoyens français libres et souverains allons accepter cela ? Petit Emmanuel, tu as franchi la ligne rouge. Tu as osé violer la charte de l’ONU, tu as osé violer le droit international et européen, tu as osé violer Marianne et sa belle constitution, même si celle-ci ne vaut plus rien depuis fin 2016, grâce à un certain Manuel. Tu as osé violer l’âme de chaque français en tentant de lui faire porter avec toi la responsabilité de ton crime de masse contre le peuple syrien.

Et la Libye à propos ?

Très cher Emmanuel, aligne les colonnes ! Nous sommes un peuple amoureux de la paix, nous sommes un peuple amoureux de l’amour et de l’esprit et nous sommes pleins d’amour pour le peuple syrien dont la culture dépasse tout ce que tu peux comprendre. Comment donc veux-tu que nous acceptions tes fanfaronnades mégalomaniaques ? Entends-tu dans nos campagnes et nos villes les colères populaires qui grondent ? Cheminots, étudiants de Tobiac, de Nanterre, de Rennes, de Nantes et d’ailleurs. Créatifs culturels de Notre Dame des Landes, personnels de santé et de sécurité. C’est bien pratique, n’es-ce pas quelques missiles empoisonneurs pour occulter les violences grandissantes que tu infliges au peuple français à coups de grenades au gaz de plus en plus toxiques ?

J’ai beaucoup de compassion pour toi, Petit Emmanuel car au fond nous sommes nombreux à avoir compris ceci : tu es une victime. Victime choisie dans l’innocence de l’enfance, préparée, programmée, sous lourde emprise psychologique. Certains t’ont conduit année après année à vendre 99% de ton âme aux mages sacrificateurs et barbares qui tentent encore de garder leur contrôle sur les peuples de la terre. Et tout cela pour l’illusion du pouvoir et quelques poignées de dollars.

Depuis des semaines, tu nous vends le vide d’une attaque sous faux drapeau qui aurait fait quelques dizaines de morts et de blessés prétendument intoxiqués par les méchants soldats du gouvernement syrien. Tout ceci strictement sans aucune preuve de quoi que ce soit sauf, précisément, les preuves d’une pure manipulation.

Combien de milliers de morts au Yémen dont tu ne parles pas puisqu’ils sont tués avec les armes de tes amis les forgerons Thales et Dassault, vendues aux Princes des Ténèbres saoudiennes et qatari  ? Combien d’handicapés et de morts dans les générations futures en Bosnie, en Irak, en Afghanistan, en Libye et maintenant en Syrie grâce à tes missiles à l’uranium appauvri ? Que fais-tu donc pour réparer le chaos libyen fabriqué par ceux que tu connais et qui sont aussi responsables des trafics d’organes, d’esclaves et d’armes sur les théâtres de guerre ? Qui profite ? Les terroristes sur notre territoire ? Depuis des jours, tu nous vends une guerre ridicule et injustifiable, une opération militaire politiquement dérisoire et en même temps radicalement toxique à long terme pour les population et tout autant dangereuse pour notre pays. Et tu prétends que ta guerre d’adolescent mal éduqué est légitime ?

Très cher Emmanuel, j’en suis sincèrement désolé mais tu n’es pas un comédien crédible et donc tu n’es plus légitime ni comme comédien ni comme président. Voici donc la mauvaise nouvelle du jour :

L’intelligence collective francophone a pris une décision irrévocable et non négociable. Tu es licencié, tu es destitué. En d’autres termes, tu n’existes pas et tu n’as jamais existé et tu n’existeras jamais dans aucun monde ni aucun temps. Tu es déjà destitué. La concrétisation de cette décision des citoyens libres et souverains des peuples francophones se fera dans le temps du juste moment. Rassures-toi, il te reste un pourcent de ton âme encore  connecté à la lumière. Alors, s’il te plait, prends le large, ce sera mieux pour toi. Oublies-nous, oublies la France et les français, oublies tes délires de grandeur et va mûrir loin de nous. Rendez-vous dans 30 ans, sauve-toi tant qu’il en est encore temps. Le peuple français ne te fera pas de cadeau. Tu as perdu, vous avez tous perdu la guerre de la conscience et de l’éveil, toi et des affidés, toi et tes maîtres mages noirs.

Il va être temps pour ton mentor Jacques Attali qui dépasse largement les 65 ans de décider en cohérence avec ses propos de prophète de malheur de sa propre euthanasie. Car vois-tu il n’est pas question qu’après t’avoir destitué, nous acceptions de repartir de plus belle dans les guerres de mêles dominants surchargés en testostérone et en cocaïne, au prétexte d’un suffrage universel et clairement mortifère qui donne le pouvoir à des élites indéfiniment corrompues par les prédateurs de la finance. Non, grâce à toi, merci encore, le peuple des citoyens souverains va reprendre son légitime pouvoir et nous allons inventer ensemble la Démocratie Souveraine de France. Le vide de ta présidence et ton prochain exil “à moins que tu ne préfères les plumes et le goudron” nous aurons bien aidé à la nécessaire transition vers une France prête à retrouver sa fonction d’exemplarité en inventant un nouveau modèle réellement démocratique de respect de la souveraineté populaire. Nous en reparlerons.

Merci à toi, Petit Emmanuel. Nous prierons pour la libération de ton âme. Adieu, j’ai dit Adieu

Multinationales : Le pouvoir hors-les-lois.

Multinationales : Le pouvoir hors-les-lois.

Ce qui se passe depuis des décennies au nez et à la barbe des peuples n’est rien d’autre qu’un transfert du pouvoir entre les mains des banques et des multinationales !

Alain Deneault, philosophe québécois, auteur de “La Médiocratie” et “Le totalitarisme pervers” nous explique le fonctionnement des multinationales qui lancent avec la complicité de nos élites une nouvelle offensive contre la démocratie avec la merveilleuse loi “secret des affaires“.

G.S

Crédit vidéo : DataGueule

Vincent Bolloré harcèle les journalistes et fait de la chaîne Canal un instrument de propagande

Témoignage effarant de Jean-Baptiste Rivoire, rédacteur en chef à Canal+, qui refuse de se taire face aux méthodes de Vincent Bolloré pour étouffer les journalistes d’investigation.
Si vous doutiez encore des véritables raisons qui poussent les oligarques à investir dans les médias…

Vidéo à regarder jusqu’au bout.

Vincent Bolloré a pris le contrôle d’une télévision nationale dans laquelle il viole en permanence la loi de 1986 qui prévoit que les intérêts d’un actionnaire ne doivent pas entraver la liberté éditoriale (censure) et c’est ce qui est vécu depuis 2015 sur la chaîne Canal + en permanence.

La dernière censure en date remonte à 2017, (l’effet papillon) au Togo. Le sujet évoquait la présence de manifestants qui se mobilisaient depuis des mois contre le dictateur Faure Gnassingbé. Le sujet a donc été balayé des plateformes de la chaîne et comme cela ne suffisait pas, la direction de Canal + nomée par Vincent Bolloré a fait diffuser un reportage pour expliquer que le Togo était un modèle de stabilité politique.

Vincent Bolloré fait de la chaîne Canal+ un instrument de propagande dans une totale impunité.

Un journaliste ayant fait un portrait  sur Vincent Bolloré, portrait qui avait été récompensé  a été trainé devant les tribunaux par ce dernier. Pour se rendre au tribunal, ce journaliste qui s’appelle Tristan a été obligé d’être entouré par des gardes du corps afin d’assuré sa protection, et que la veille du procès, son appartement avait été envahi par des barbouzes en pleine nuit.

Que fait le gouvernement aujourd’hui ?

Il est en train de pondre une loi “secret des affaires” qui va faciliter le fait de faire encore plus de pression sur les journalistes qui essayent d’enquêter sur l’économie.

Prenez 4 minutes sur votre temps afin de visionner cette vidéo qui en dit long sur l’état de la liberté d’expression ou autrement dit, la démocratie, dans le pays des droits de l’homme.

Voir aussi :

La chaîne Canal+ accusée de promouvoir les intérêts de Bolloré au Togo.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

 

Lanceurs d’alertes : Une blogueuse anticorruption assassinée

Malte: assassinat d’une blogueuse anitcorruption

Daphne Caruana Galizia, une blogueuse maltaise à l’origine d’accusations qui avaient provoqué des élections anticipées en juin, a été assassinée lundi.

 Une blogueuse maltaise, Daphne Caruana Galizia, à l’origine d’accusations de corruption qui avaient provoqué des élections anticipées en juin, a été tuée lundi par une bombe placée sous sa voiture, a annoncé le Premier ministre maltais, Joseph Muscat.

Un acte «barbare»

Lors d’un point presse, M. Muscat (centre-gauche), dont l’entourage proche a été la cible de violentes attaques de Mme Caruana Galizia, a dénoncé un acte «barbare» et ordonné aux forces de l’ordre de concentrer toutes leurs ressources pour que ses auteurs soient traduits en justice.

«Ce qui s’est passé aujourd’hui est inacceptable à de nombreux niveaux. Aujourd’hui est une journée noire pour notre démocratie et notre liberté d’expression», a-t-il déclaré. «Je n’aurai de cesse que justice soit faite», a-t-il promis, appelant l’île à l’union. Agée de 53 ans, Mme Caruana Galizia a travaillé comme chroniqueuse dans plusieurs médias maltais mais était surtout connue pour le blog dans lequel elle a dénoncé plusieurs affaires de corruption.

Série de scandales

Début juin, le Parti travailliste de M. Muscat, au pouvoir depuis 2013, avait remporté une large victoire lors d’élections législatives anticipées convoquées à la suite d’une série de scandales impliquant des proches du Premier ministre, et dans la révélation desquels Mme Caruana Galizia avait joué un rôle central.

Le ministre de l’Energie, le chef de cabinet de M. Muscat et jusqu’à l’épouse du Premier ministre ont été soupçonnés de détenir des comptes off-shore révélés dans le cadre du scandale des Panama Papers.

M. Muscat a catégoriquement démenti les accusations et promis de démissionner si les accusations étaient démontrées.

Puissante explosion

Au printemps, le magazine Politico avait classé Mme Caruana Galizia parmis les «28 personnalités qui font bouger l’Europe», la décrivant comme «un WikiLeaks entier en une seule femme, en croisade contre le manque de transparence et la corruption à Malte».

Lundi vers 15H00, une puissante explosion a détruit la voiture dans laquelle elle circulait près de son domicile, propulsant la carcasse calcinée du véhicule dans un champ voisin.

Agriculture et résistance : La guerre des graines et la lute qu’il faut mener contre le dictat des grands semenciers

Quand les profits immédiats passent avant tout le reste et que rien n’est entrepris pour luter contre, alors l’avenir ne peut que s’annoncer sombre et douloureux.

Heureusement, il existe des résistants à tout cela, des résistants que nous nous devons de connaître, soutenir et protéger.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Voici un film utile. Un film qui donne les clés pour comprendre comment des multinationales veulent confisquer le vivant. Un film qui donne envie de se battre pour sauver notre indépendance alimentaire.

Les graines sont-elles une marchandise ou un bien commun de l’humanité au même titre que l’eau ou l’air ? Dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut être plus le droit de replanter leurs propres graines. En Europe, une loi émerge pour contrôler l’utilisation des semences agricoles… Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers qui possèdent déjà la moitié du marché des graines et cherchent à étendre leur privatisation.

L’histoire que nous révélons dans ce documentaire, c’est celle d’une guerre silencieuse, méconnue et dont l’enjeu est pourtant crucial : notre indépendance alimentaire.

« La Guerre des Graines »

Un film de Stenka Quillet et Clément Montfort

Une production ON Y VA ! media

avec la participation de France Télévisions

du CNC et de TV5 MONDE

avec l’aide de Nova Spot

“La Guerre des Graines” Sur Youtube

“La Guerre des Graines” Sur VK

Découvrez “la Gandhi des graines” : Vandana Shiva

De l’Inde à Bruxelles, en passant par les campagnes françaises et l’Ile du Spitzberg à 1000 kms du Pôle Nord, Stenka Quillet et Clément Montfort enquêtent sur cette Guerre des Graines qui menace plus d’un milliard d’agriculteurs sur la planète.

Les réalisateurs rencontrent des paysans qui doutent, des militants qui tentent d’alerter les opinions publiques et des politiques qui discutent les futures lois. Monsanto, leader sur le marché des semences leur ouvre exceptionnellement la porte de la plus grande usine en Europe.

Sur la scène internationale, Vandana Shiva incarne le combat pour la liberté des graines. Cette scientifique et militante éco-féministe indienne a été classée parmi les cent femmes les plus influentes de la planète par The Guardian en mars 2011. En 1993, elle a reçu le prix Nobel alternatif, un prix décerné chaque année par une Fondation Suédoise à 4 lauréats, “qui offrent des réponses pratiques et exemplaires aux défis les plus urgents auxquels nous devons faire face aujourd’hui”. Vandana Shiva sillonne la planète pour expliquer pourquoi il est important de protéger la liberté d’accès aux graines.

Elle a lancé en 2012 une Déclaration pour la liberté des semences et participé partout dans le monde à des événements pour rassembler les gardiens de semences. Son credo: la liberté des graines garantit l’indépendance des agriculteurs et la souveraineté alimentaire des humains.