Environnement : Le grand nettoyage des océans avec un bateau.

Dernière mise à jour : mardi 14 août 2018 – 17:15

Le Manta, le bateau qui dépolluera les océans.

Conçu spécialement pour collecter les déchets en plastique, il s’agit d’un projet initié par le navigateur franco suisse, Yvan Bourgnon.

Ce petit bijou des mers fonctionne comme suit :

  • Un tapis roulant sous le bateau aspire les déchets. Une grue à l’arrière récolte les filets dérivants.
  • A l’intérieur, une équipe d’opérateurs sépare les déchets de la matière organique (algues, poissons etc…) qui est rejetée à la mer.
  • Les déchets sont compactés en bloc de 1 mètre cube. Capacité de stockage du bateau : 600 blocs soit, 250 tonnes de déchets qui sont ensuite ramenés à terre pour recyclage.

Le Manta est un bateau qui est autonome en à 75 % et son énergie provient notamment de panneaux solaires, d’éoliennes et de pyrolyse qui transforme les déchets non recyclables en carburant.

Coût du projet : 30 millions de francs (26 millions d’euros). Le lancement est prévu en 2022 avec une centaine de bateaux qui sillonneront les océans du globe.

Source : Radio Télévision Suisse

“Un bateau comme ça c’est 2 millions d’euros par an. A l’échelle de la planète il en faudrait 100, ça fait 200 millions, c’est moins cher que Neymar… Si on est pas capable de financer ça je ne comprends pas !”

Environnement . En Suisse, Un nouveau système de chauffage à distance pourrait remplacer l’usage du mazout.

Aujourd’hui, on peut chauffer ou refroidir un bâtiment sans impact sur l’environnement, c’est le paris d’un nouveau système de chauffage à distance testé actuellement à Zinal, dans le canton du valais, son ambition : remplacer le mazout.

Un réseau Anergie est un tuyau dans lequel s’écoule de l’eau permettant de faire des échanges thermiques avec la Terre. Il s’agit d’une boucle où on a de l’eau qui circule en circuit fermé et dont la température peut varier entre 0 et 40 degrés Celsius. Ce réseau qui est une source d’énergie froide alimente une pompe à chaleur qui va pomper de la chaleur sur le réseau pour l’amener à la température désirée.

Conforme aux objectifs de la politique énergétique 2050, le projet séduit également le canton du Valais qui à terme, si le projet est viable, pourrait également faire équiper les bâtiments en plaine.

G.S

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Science & Vie : La maison de la semence

Préserver la biodiversité, lutter contre l’homogénéisation des cultures, mais aussi garder leur indépendance face aux semenciers industriels: c’est le pari un peu fou qu’ont fait quelques agriculteurs il y a 20 ans en Dordogne en fondant la Maison des semences.

Leur objectif: retrouver les variétés de maïs paysans disparues après l’arrivée massive du maïs hybride industriel vendu par les géants du secteur. Un pari réussi aujourd’hui qui a fait des émules dans toute la France.

Suisse : Des panneaux solaires qui n’en ont pas l’air

Quand les murs produisent de l’électricité

Vous avez déjà vu des panneaux solaires standards, ils sont noirs ou bleus foncés et ils sont plus utiles que esthétiques.  mais de nouvelles technologies sont développées en Suisse.

Laure Emmanuelle travaille au centre Suisse d’électronique et de micro technique à Neuchâtel (CSEM), ses chercheurs ont développé une technique pour changer la couleur des panneaux solaires, on peut utiliser toutes les couleurs et même des photos pour les couvrir.

Cette technologie permet d’intégrer des panneaux solaires où cela n’aurait pas été possible à cause de la protection du patrimoine par exemple. La production est simple :

On soude des cellules photovoltaïques ensemble avant de les “emballer” pour les protéger. Maintenant, toutes les surfaces imaginables peuvent produire de l’électricité.

Dans ce premier épisode, Marc et Jonas rencontrent Yannick qui souhaite rénover sa maison pour augmenter son confort et payer moins de charges. Embarqué dans le bus solaire, il découvrira trois solutions suisses innovantes et totalement durables. De quoi en savoir plus sur les moyens d’habiter dans l’air du temps.

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Environnement : La “seed bomb” une alternative pour sauver le Kenya

Pour lutter contre la déforestation au Kenya, une ONG teste les «seed bombs», des bombes de graines. La «guérilla agricole» au secours des arbres.

Cette bombe végétale va peut-être aider à reforester le Kenya. On peut semer ces “seed bomb” depuis un hélicoptère et reboiser le pays au rythme d’un millier de graines par minute.

Science & Vie : La ferme du bonheur

Voici des images qui changent et qui jurent avec celles diffusées régulièrement sur les camps de concentration pour animaux mais elles redonnent un peu de baume au cœur et de dignité à l’humanité.

La ferme du bonheur là ou l’humain et les animaux vivent en harmonie

Les amis de la Grange

Nouvelle rubrique créée pour l’occasion : “Le coin des bonnes nouvelles”.

Stéphane Guibert