Michel Onfray : Le système fabrique notre consentement à l’esclavage

Vous voulez connaitre la vérité ? Alors lisez et écoutez. C’est un cadeau !

En 1988, Noam Chomsky exposait la manière dont les médias de masse fabriqueraient le consentement collectif au profit d’un ordre établi, d’une vision économique dominante ou d’intérêts privés ou institutionnels.

Chomsky ouvrait la brèche de la nuance des choses : il n’y a pas d’un côté les dictatures et de l’autre le paradis : chaque système tend à préserver son modèle en influençant, par la force ou par la ruse, les citoyens. La démocratie est donc tout autant soumise à cette influence organisationnelle qui se perpétue élections après élections.

La théorie de Chomsky peut sembler “complotiste” d’un premier abord. Pourtant, tout semble indiquer aujourd’hui qu’il avait raison. Pujadas lui même admettait dernièrement que son travail est au service d’une vision du monde : celle de la consommation de masse et de la croissance économique. Nécessairement, on peut se questionner sur le sort réservé à ceux qui sortent de cette vision. Que le gouvernement soit de gauche ou de droite, on constate que cette course à la croissance et à la consommation reste intacte dans les discours. Et ceci se ressent particulièrement en période électorale. On sait aujourd’hui que les sondages orientent les intentions de vote, tout comme la médiatisation des candidats. Macron, Fillon, Le Pen, une poignée de candidats ont été surmédiatisés, tels des constructions symboliques dans l’esprit des masses. Mélenchon, par exemple, bénéficie de moitié moins de visibilité. D’autres, comme François Asselineau ou Charlotte Marchandise, disparaissent des radars. Déjà en 2015, beaucoup se doutaient d’une nouvelle polarisation binaire des représentationspolitiques : Le FN servant une fois encore d’épouvantail pour ramener les brebis à la bergerie et perpétuer un modèle actuel.

Lire la suite

Société : Néolibéralisme et mondialisation

Mise à jour : jeudi 7 mars 2019 – 17:30 –

Dans ce monde néolibéral où nous serions toujours en retard, il faudrait “s’adapter”… Analyse d’un courant de pensée né de la société industrielle, avec la philosophe Barbara Stiegler.

L’unique tâche de la démocratie (néolibérale) c’est que “les leaders, assistés des experts, fassent la pédagogie des réformes pour fabriquer le consentement des masses.”

Dans les démocraties néolibérales, “le cap est déjà fixé définitivement (…) On n’a pas le droit de discuter le cap.)

Barbara Stiegler

Extrait sur VK

L’intégrale sur Youtube

En 1988, Noam Chomsky exposait la manière dont les médias de masse fabriqueraient le consentement collectif au profit d’un ordre établi, d’une vision économique dominante ou d’intérêts privés ou institutionnels.

Chomsky ouvrait la brèche de la nuance des choses : il n’y a pas d’un côté les dictatures et de l’autre le paradis : chaque système tend à préserver son modèle en influençant, par la force ou par la ruse, les citoyens. La démocratie est donc tout autant soumise à cette influence organisationnelle qui se perpétue élections après élections.

La théorie de Chomsky peut sembler “complotiste” d’un premier abord. Pourtant, tout semble indiquer aujourd’hui qu’il avait raison. Pujadas lui même admettait dernièrement que son travail est au service d’une vision du monde : celle de la consommation de masse et de la croissance économique. Nécessairement, on peut se questionner sur le sort réservé à ceux qui sortent de cette vision. Que le gouvernement soit de gauche ou de droite, on constate que cette course à la croissance et à la consommation reste intacte dans les discours. Et ceci se ressent particulièrement en période électorale. On sait aujourd’hui que les sondages orientent les intentions de vote, tout comme la médiatisation des candidats. Macron, Fillon, Le Pen, une poignée de candidats ont été surmédiatisés, tels des constructions symboliques dans l’esprit des masses. Mélenchon, par exemple, bénéficie de moitié moins de visibilité. D’autres, comme François Asselineau ou Charlotte Marchandise, disparaissent des radars. Déjà en 2015, beaucoup se doutaient d’une nouvelle polarisation binaire des représentations politiques : Le FN servant une fois encore d’épouvantail pour ramener les brebis à la bergerie et perpétuer un modèle actuel.

Voici le peuple invité une nouvelle fois à choisir entre la droite, la droite conservatrice et encore plus de droite (NB : tout le monde s’accorde aujourd’hui à dire que la politique d’Hollande a bifurqué à droite). Mais ce jeu de dupes reste particulièrement dangereux. La victoire de Trump et de figures réactionnaires partout dans le monde laisse suggérer deux hypothèses : soit les institutions surestiment leur capacité à contrôler la situation et sont submergés par la pensée réactionnaire, soit la prise du pouvoir par l’extrême droite fait partie des options acceptables aux yeux du capital. La seconde reste envisageable. Dans le cas de Trump, toutes ses mesures servent à soutenir la consommation, la relance de l’industrie pétrolière et la liquidation des règles environnementales : une fois encore, l’intérêt privé des grands détenteurs de capitaux. À travers l’histoire, tout basculement à l’extrême droite a toujours donné naissance à un violent capitalisme couplé à l’éradication de toute pensée sociale ou partageuse (le fantôme du communisme). Dans les deux cas, ces options forment un mur contre toute révolution éco-sociale ou volonté d’entamer collectivement une transition immédiate de l’appareil productif.

Sommes nous donc voués à perpétuer un même modèle ? N’est-il jamais trop tard pour revoir sa lecture du monde ?

Un grand merci au groupe FB. Mr. Mondialisation pour cette analyse. (ndlr)

Voir aussi :

Mondialisation, Capitalisme, Néolibéralisme, Ubérisation : Attention Danger de Mort ! >>>

Archives à conserver pour l’histoire : Les Pinçon-Charlot analysent le cas Emmanuel Macron

Les Pinçon-Charlot analysent le cas Emmanuel Macron

Tout le système oligarchique et politique est remis en question dans cette entrevue qui s’adresse à toutes celles et ceux dont les neurones ne tournent pas forcément qu’autour des nouvelles technologies, des “sitcom” et des selfies ; ou en d’autres termes, cette entrevue s’adresse à toutes celles et ceux qui sont éveillés et qui ont la tête sur les épaules. Merci à Michel et Monique Pinçon-Charlot pour cette analyse (ndlr).

Le couple de sociologues de la grande bourgeoisie analyse pour le média “Politis” la trajectoire d’Emmanuel Macron, « mandaté par la classe dominante pour donner un grand coup de balai sur les divisions politiques, qui paralysent les intérêts de l’oligarchie ». Ils dénoncent également la « corruption de classe » que révèle les « affaires » récentes.

Sur Youtube

Sur VK

G.S / FINALSCAPE

Coup de gueule personnel : La vérité nous libèrera

En Syrie comme dans le reste du monde, il est désormais inacceptable d’accréditer les images et les situations que les médias mainstream nous jettent en pâture. En faisant quelques recherches sur le web tout en se soustrayant à la manipulation des médias de masse, on aura vite fait de comprendre à quel point le mensonge qui est ancré et accepté par la plus grande partie d’entre nous fait partie de la vérité que l’on veut nous faire avaler.

La Syrie, la Palestine, le Yémen ou tous ces pays ciblées par l’appât du gain seront systématiquement les victimes inconditionnelles de coups D’État et de rébellions formatées par l’occident. Il faut être clair !

Si ce qui se passe en France aujourd’hui avec le mouvement des Gilets jaunes se produisait en Syrie, il y a fort à parier que le régime Français en place, celui de Macron, aurait appelé à la destitution du gouvernement de Bachar el-Assad en le conspuant et en le traitant de dictateur.

Alors qu’en Syrie le peuple essaye de se reconstruire, voilà qu’en Europe, des Élites (non élues), à la solde du grand capital, font tout ce qu’elles peuvent pour détruire la souveraineté et la démocratie.

L’Europe promise n’est qu’une chimère, un mensonge qui ne sert qu’à une économie néolibérale et dont les seuls bénéficiaires sont les riches qui se gavent au détriment de celles et ceux qui ne peuvent même plus se nourrir correctement.

La vidéo que je vous propose dans ce billet nous parle du Congo et du génocide qui s’y perpétue depuis des décennies.

Lire la suite

Scène surréaliste en France

Students sit on the ground after being arrested by police in the garden of a pavilion and an associated house close at the Saint-Exupery high school in Mantes-la-Jolie in the Yvelines, following clashes in which 146 people were arrested on December 6, 2018. Elsewhere in France, clashes have also erupted around several institutions in the wake of mobilisation by the “yellow vest” or “Gilets jaunes” who have been protesting against rising oil prices and living costs. / AFP / Céline AGNIEL

Au total, 153 personnes ont été interpellées à Mantes-la-Jolie (Yvelines), jeudi 6 décembre, selon le procureur de la République de Versailles, Vincent Lesclous, à cause de nouveaux incidents survenus à proximité du lycée Saint-Exupéry, où deux voitures ont été incendiées et où des affrontements ont éclaté avec la police.

Les interpellés, des étudiants pour la plupart, sont soupçonnés de « participation à un attroupement armé », a détaillé le commissaire de la ville, Arnaud Verhille, assurant avoir voulu ainsi « interrompre un processus incontrôlé ». Dans les Yvelines, au total 189 jeunes, âgés de 12 à 20 ans, ont été placés en garde à vue, selon le procureur de Versailles, et plus de 700 dans toute la France selon le ministère de l’intérieur.

Des images des interpellations, dont l’authenticité a été confirmée à l’Agence France-Presse et au Monde, ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Elles montrent des rangées de dizaines d’élèves à genoux, les mains croisées derrière la tête, sous la surveillance de policiers casqués, armés de matraques et de boucliers. Certains sont alignés, le front contre un mur. Sur une des vidéos, une personne commente : « Voilà une classe qui se tient sage. » Les images ont été tournées en face du lycée Saint-Exupéry à Mantes-la-Jolie, et ont suscité de vives réactions.

Économie mondiale : C’est sans lendemain

Lorsque l’on parle du train qui fonce contre le mur, c’est à tous les niveaux. Que ce soit sur le plan climatique démographique ou économique, tout n’est que question de temps et c’est notre mode de fonctionnement qui en est la cause.

Est-il trop tard pour faire marche arrière ?

Malheureusement, la réponse semble être oui. Notre civilisation qui a choisi le chemin de la facilité et des profits à court terme n’a pas pris conscience que le développement exponentiel qu’elle avait choisi ne pouvait pas durer sur une planète dont les ressources sont limitées.

Basé sur le principe de la dette, notre économie ne durera pas.

Cette vidéo vous explique pourquoi nous sommes arrivés au bout d’un système dont les conséquences catastrophiques à l’échelle humanitaire sont inéluctables. Reste à savoir à quel moment tout cela va s’effondrer mais je vous invite à croire, sans vouloir faire l’oiseau de mauvaise augure, que cela est tout proche.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

La vidéo dans son intégrité

Notre économie impact notre écologie !

Cri d’alarme écologique. La planète vit à crédit de ses ressources dès demain, mercredi 1er août 2018 et cette échéance se réduit d’année en année.

Précisions sur les calculs

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Économie : Le capitalisme spolie l’Afrique tout en nous faisant croire le contraire.

“On vole l’Afrique pourtant on fait croire le contraire”

Le système capitaliste exploite les pays les plus pauvres pour permettre aux gangsters de la finance de se faire des fortunes. Ouvrir les yeux, c’est exiger dès à présent l’arrêt de ces méthodes post colonialistes et instaurer avec l’Afrique des relations honnêtes, de confiance autour de la coopération internationale.

Jacques Chirac ne disait-il pas :

“On oublie une chose, c’est qu’une grande partie de l’argent qui est dans notre porte monnaie vient précisément de l’exploitation depuis des siècles de l’Afrique ; pas uniquement mais beaucoup viennent de l’exploitation de l’Afrique. Alors, il faut avoir un petit peu de bon sens, je ne dis pas de générosité mais de bon sens, de justice pour rendre aux Africains je dirais, ce qu’on leur a pris d’autant que, c’est nécessaire si l’on veut éviter les pires convulsions ou  difficultés avec les conséquences politiques que cela comporte dans le proche avenir”.

G.S

Vos impôts ne servent qu’à rembourser les intérêts des prêts que fait le secteur privé à l’État (Le serpent qui se mord la queue)

La crédulité du commun des mortels fait peine à voir. Croyant participer à la bonne marche de l’économie de leur ville en payant des impôts, ils sont loin de s’imaginer en fait qu’ils ne font que rembourser les banques et autres acteurs du secteur privé qui ont prêté à l’État de quoi assurer la viabilité de ses infrastructures.

C’est comme cela depuis que les banques nationales n’ont plus le droit de battre monnaie pour l’État  tout en ne percevant aucun intérêt.

En lieu et en place, Insidieusement, c’est concocté au profit du secteur privé une machinerie obligeant les États à lui emprunter à 6% d’intérêts, d’où la débâcle socio-économique que nous connaissons aujourd’hui.

Mais qui a donc bien pu mettre au point ce mécanisme dévastateur pour le social et l’économie et surtout qui l’a cautionné au niveau des élites ?

Étienne Chouard nous donne des pistes qui, si l’on se donne la peine de creuser un peu nous mèneront vers des réponses qui décoiffent.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK / MondiAspora

La dette et l’impôt: Quand Étienne Chouard (professeur d’économie) explique en quoi l’impôt sur le revenu est une énorme arnaque.

La France est-elle malade de la corruption politique ? À l’issue de cet article, un fort sentiment de révolte pourrait vous envahir.

“Les Français n’attendent que de consommer, c’est ce que le système nous martèle depuis 40 ans !!! Pouvoir remplir son caddie, acheter ce que l’on nous fait passer pour incontournable, indispensable et existentiel !!

Les gens sont complètement abrutis et anesthésiés par la propagande, les médias et la télévision.”

Dans ce document d’environ 6 minutes tout est dit et à la réponse du titre :

“La France est-elle malade de la corruption politique ? À l’issue de cet article, un fort sentiment de révolte pourrait vous envahir”

la dernière image du document nous dit :

“Alors, on attend quoi ?”

Intervenants dans ce document :

Fabrice Arfi, Philippe Pascot et Eric Alt sur le plateau de LCI le 27 octobre 2017

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Santé publique : Les vendeurs de maladies (Jusqu’où iront-ils pour nous duper ?)

Après la polémique sur les vaccins, voici un trésor de reportage signé Elise Lucet et toute l’équipe de Cash Investigation dont le sujet va vraisemblablement en faire bondir beaucoup.

Peut-on faire confiance à son médecin ?

Si le sujet vous intéresse et j’espère que cela sera le cas, vous vous rendrez compte si cela n’est pas encore fait chez certains d’entre vous que les multinationales de la pharmacom n’en ont que faire de votre santé. Leur principal objectif est de faire un maximum d’argent pour engraisser des actionnaires toujours plus avides d’argent et de pouvoir.

Préambule du reportage :

Aujourd’hui, pouvons-nous encore faire confiance aux diagnostiques de nos médecine ?

Non, il n’y a plus de confiance qui tienne !

Pour avoir des marchés aussi gros que possible, les laboratoires font la promotion de maladies qui touchent presque tout le monde. Ils gagnent beaucoup plus d’argent en faisant cela qu’en fabricant des médicaments pour des maladies sérieuses mais qui concernent beaucoup moins de gens. Si vous vous intéressez à ces maladies dont les labos parlent sans arrêt, ce sont en général des maladies mal définies, des maladies qui touchent principalement des gens normaux et au final, ils parviennent à faire croire à une large partie de la population qu’elle peut être victime de ces maladies et ainsi, le marché s’agrandit.

Parfois, ils créent des maladies de toutes pièces, parfois ils étendent le périmètre des maladies. De toutes façons, le marché s’agrandit.

Des laboratoires allant toujours plus loin, allant même jusqu’à baisser leurs seuils de diagnostiques. Leur but, traiter le plus de patients possibles, le plus longtemps possible.

Une étude faite sur la population américaine montre comment en changeant la virgule ou un chiffre d’un seuil, le nombre de patients augmente considérablement.

Deux exemples :

Autrefois on était diabétique au delà de 140 milligrammes par litre de sang mais en 1997, un comité de l’O.M.S a abaissé le seuil à 126 du coup, 1’700’00 américains supplémentaires sont catalogués comme diabétiques.

en 1998, le seuil passe de 240 à 200, soit 42’600’000 patients de plus autrement dit, 86 % de clients en plus pour les firmes pharmaceutiques.

Il est grand temps de se rendre compte que le monde dans lequel nous évoluons n’est basé que sur la duperie, le mensonge et la corruption et les générations vivant aujourd’hui sont le dernier rempart de la résistance qui doit résolument faire front à cette saloperie qui est en train de détruire notre planète dans le seul but de faire toujours plus de profit sur le dos des esclaves que nous sommes !

Wake Up Neo

 

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Cash Investigation : Les vendeurs de maladies (Extrait)

Cash Investigation : Les vendeurs de maladies / Intégrale

Sur Youtube

 

Le serment d’Hippocrate

Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité.

Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.

Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.

J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences.
Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

Admis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les moeurs.
Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.

J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité.

Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque.