Environnement : Un monde de plastique

UN MONDE DE PLASTIQUE

Si l’on mettait autant de moyens pour sauver l’environnement que l’on en met pour sauver les banques, les problèmes liés à notre écosystème seraient un lointain souvenir. Mais voilà, si le profit immédiat n’est pas au rendez-vous, dame nature peut attendre.

L’être humain est ainsi fait. Fabriquer un jardin tout autour de sa maison en laissant les fondations pourrir, sauver les apparences au détriment d’un futur proche, tel est notre mode de fonctionnement et ce à tous les niveaux.

Quand la terre devient plastique …

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Environnement : La voiture électrique pas si écolo que ça !

POLLUTION OU L’ART DE DÉPLACER LE PROBLÈME

La voiture électrique pas si écolo que ça !

Bien que rendant l’air plus respirable, la production de batteries électriques induit une pollution délocalisée aux 4 coins de la planète :

  • En Bolivie, l’extraction du lithium pour les batteries, détruirait les sols et contaminerait l’eau.
  • En Afrique, l’exploitation des minerais rares comme le cobalt financerait les conflits armés.
  • En Asie, dans les pays de l’Est et aux Etats-Unis, les usines de fabrication de batteries serait responsable d’une incroyable pollution de l’air.

Le recyclage des batteries est compliqué et coûteux et le mode de production de l’énergie inquiète de plus en plus ; en France par exemple, l’électricité utilisée pour recharger les batteries est à 75% nucléaire.

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

ENVIRONNEMENT : Un nouveau concept de pailles naturelles contre l’utilisation du plastique à usage unique

Dans le Perche normand, on récolte de la paille pour faire des pailles !

Une alternative au plastique à usage unique qui sera interdit en Europe au 1er. janvier 2021

Chaque jour en France, 9 millions de pailles en plastique sont utilisées, un fléau pour l’environnement. Jeff Lubrano et Mike Sallard ont remis au goût du jour la paille en paille qui était utilisée par nos ancêtres. Pour moissonner, ils ont déniché une vieille batteuse-lieuse du début du XXe siècle. Ils ont semé d’une certaine manière afin d’obtenir une tige robuste et ils ont mis au point un procédé secret pour rendre les pailles “consommables”.

Ces pailles sont biodégradables et réutilisables, elles peuvent même passer au lave-vaisselle. Une simple récolte peut permettre de fabriquer 10 millions de pailles.

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Environnement : Voyages autour du monde, une autre réalité !

CARNETS D’AVENTURES

– Chapitre 1 –

Nous avons fini de préparer notre premier petit film! 

On vous propose donc ici les deux premières minutes. Pour le voir en entier, vous le trouverez ici >>>

J’en ai marre de regarder les voyages parfaits des autres. Ces comptes Instagram, avec la fille qui prend son pique-nique super coloré sur un drap face à la plage? Ouais… mais moi mes piques-niques sont moches.
Mais ils sont bons quand même.
Parfois.

Alors je vous propose un concept tout nouveau pour moi! Au lieu de faire une jolie vidéo de voyage pour vous montrer à quel point un endroit est beau, je vous propose un petit film. Et surtout je parle. Je dis les choses qui me passent par la tête, je présente des idées, des manières de vivre, on voit quand même des endroits cool, mais aussi des moins cool… c’est un voyage quoi.
Une manière simple de voyager, de découvrir et d’apprendre.

Alors, c’est quoi cette petite série?

On est en 2019. Cette année, ça fait exactement 10 ans que j’ai pris mon sac pour la première fois et que je suis partie explorer la planète. Il y a 10 ans, j’étais naïve et pleine d’excitation! Partir voyager toute seule, une fille solo de 19 ans, pour la première fois! C’était top! Et alors, qu’est-ce que 10 ans de voyages m’ont appris?

Leçon 1:

Les réseaux sociaux montrent de belles images. Ils montrent aussi la réalité de ce qui se passe dans le monde, évidemment! Mais, soyons honnêtes… beaucoup de gens voyagent en ayant une image assez fausse de ce à quoi ressemble vraiment le pays dans lequel ils vont. Et beaucoup de comptes Instagram participent à promouvoir ça. On nous donne des images si parfaites… les standards de perfection sont très élevés, à notre époque! Tout est tellement photoshopé. On s’extasie devant des couchers de soleil qui n’existent pas.

Leçon 2:

Le monde devient de plus en plus moche et sale. Il y a des déchets partout: des montagnes reculées de l’Himalaya, en passant par les plaines de Patagonie et jusqu’aux coins les plus isolés de l’Océan Pacifique. On a vraiment réussi à dégueulasser toute notre planète. Je passe beaucoup de temps à essayer d’éviter de filmer des déchets. Ou des gens. Ou les deux.

Et donc?!

J’en avais marre de faire juste des jolies vidéos. J’ai toujours aimé faire ça, mais je crois que j’ai atteint la limite de ce que je peux faire dans ce domaine. Je ne peux pas faire mieux en ne faisant que des vidéos de jolies paysages, parce que ce n’est pas ça que je veux vous montrer. Je n’ai pas plus d’inspiration. Elles sont toujours pareilles.

Alors voilà.

Notre essai à quelque chose différent, juste pour le fun!
Bienvenue dans cette aventure au Ladakh!

Enjoy!

Un film de Marc & Léty-Siâh

Merci à la Zanskar Health Association et au Stok Palace Heritage Hotel pour leur soutien dans la réalisation de film.

Environnement : Avez-vous déjà été témoin de cet étrange phénomène de toiles d’araignées tombant du ciel ?

Article déjà publié le 28 juin 2018

Celles et ceux qui ont déjà été témoins de ce phénomène de toiles d’araignées tombant du ciel seront intéressés par ce billet, les autres aussi d’ailleurs.

La première vidéo présentée est un montage extrait de l’émission du Youtubeur Silvano Trotta, intitulée : “La vérité cachée des chemtrails” qui est insérée en fin d’article.

Ce premier document s’intéresse plus particulièrement à ce phénomène de toiles d’araignées qui descendent du ciel ; il s’agit en fait de polymères, perturbateurs endocriniens issus de l’interaction entre deux métaux, l’aluminium et le mercure.

Une expérience très intéressante vous démontre comment interagissent ces deux métaux hautement toxiques pour l’environnement et la santé humaine et vous comprendrez alors comment peuvent se concrétiser ces pluie de fausses toiles d’araignées qui se produisent un peu partout à travers le monde.

A noter que la composition du carburant n’est pas la même pour les avions à (polymères) que pour les avions qui ne laissent que les trainées dites : contrails ou chemtrails.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

 

Permavenir : Le Star Wars de la ferme

Une parodie animée du film Star Wars de Georges Lucas

L’agriculture bio lutte contre l’agriculture intensive… Une rébellion amusante contre le côté obscur de la ferme.

Que la permaculture soit avec vous !

Merci à Stéphanie Gibaud pour le partage.

Environnement : Quand la France suffoque

Source de l’image

La vallée de l’Arve la région la plus polluée de France ?

Asthme, sinusites chroniques, enfants en danger… La qualité de l’air de la vallée de l’Arve en Haute-Savoie inquiète de plus en plus les habitants et les médecins.

Entourée de montagnes et de nature, cette vallée offre une paysage exceptionnel. Pourtant, la pollution aux particules fines y fait des ravages.

De par sa situation et son industrialisation, la région a un air d’une qualité médiocre souvent pire que dans les grandes villes.

12 habitants ont décidé de porter plainte contre l’Etat pour mise en danger.

ENVIRONNEMENT : Opération fleurissement et nettoyage au village de Chénoua à Tipaza

Amar Adjili, l’ami de la nature et des enfants

“Et v’la, l’aménagement du quartier de Douar Hamiti à Tipaza est presque terminé.”

Une vraie réussite du collectif IKLIL et des habitants de la cité. Nous allons continuer à planter des arbres fruitiers, des plantes pollinisatrices, médicinales et des plantes à graines pour le retour des oiseaux et des abeilles dans la ville, puis nous continuerons les projets artistiques de fresques murales et autres.

Et pour rappel :

De Tipaza à Mostaganem, sur les plages, dans les quartiers, les bois et les rivières, Amar Adjili ramasse sans relâche les déchets. En un an, l’action de ce don Quichotte de la dépollution a mobilisé des centaines de volontaires et réveillé les consciences.

Quand il s’est attaqué au nettoyage de Chenoua-Plage, à Tipaza, à 70 km à l’ouest d’Alger, personne ne faisait attention à Amar Adjili. Pour le commun des mortels, il était, au mieux, un excentrique qui trouvait du plaisir à ramasser les ordures, au pire, un malade mental qui devait être interné dans l’asile psychiatrique le plus proche. Ce barbu s’échinant à ramasser les monceaux d’immondices et les cadavres de bouteilles que les gens laissaient derrière eux sur des kilomètres de plage ne pouvait être que fou. « Pauvre homme ! Dieu le guérisse ! » soupiraient certains en le regardant.

En mars 2016, lorsque Amar Adjili débarque au pays de ses ancêtres depuis sa France natale, il est tout de suite frappé par l’état de saleté et de pollution dans lequel se trouve l’Algérie, où il comptait reprendre son activité de construction (en matériaux écologiques).

Lire la suite

L’être humain et son implication dans le réchauffement climatique : Il n’y a que les cons ou celles et ceux à qui profite le crime qui ne changent pas d’avis

L’imposture de l’implication de l’être humain dans le réchauffement global de la planète

Quelques courts extraits d’articles déjà postés sur ces pages et compilés en quelques phrases :

Préambule :

Déjà, Bien que l’exemple devrait provenir des adultes, il faut reconnaître que depuis l’entrée en scène de Greta Thunberg idolâtrée par les jeunes et censée être leur figure de proue pour ce soit-disant combat de la dernière chance, on a pas vu grand-chose se concrétiser dans les actes de nos têtes blondes.

Ce sont toujours autant de canettes, de mégots de cigarettes abandonnés dans la nature, un petit pain acheté, un cornet en plastique qui file aux quatre vents et hormis faire du bruit, des selfies des grèves, acheter le dernier Jean pur coton à la mode qui demande pour sa production autant d’eau qu’il en faut à un être humain durant toute sa vie, se procurer le dernier iPhone qui détruit la faune en Afrique et qui exploite des gamins de 10, 12 ans, ces bonnes tartines d’une marque que je ne citerai pas et elle n’est pas la seule qui se livre à cette course folle à l’huile de palme détruisant les poumons de la terre etc, etc, etc … De la part de nos amis écoliers, quoi de concret ? Hypocrisie ? Déni ? Mensonge ? Où vous situez-vous les jeunes ? qu’attendez-vous pour agir en votre âme et conscience si vous êtes vraiment sincère dans votre démarche ?

Il faut tout de même se rendre à l’évidence : depuis l’avenue de cette jeune adolescente, le bilan en faveur du climat et de l’environnement est plutôt maigre et c’est même dégradé. Beaucoup de bruit pour un résultat pour ainsi dire inexistant à part les milliards engendrés par l’industrie verte et les ONG qui nous culpabilisent.

Cela n’engage que moi, mais malgré toute sa sincérité que je mets à demi-mot en doute aujourd’hui, cette adolescente est le produit d’un marketing issu de l’industrie du greenwashing et récupéré par les politiques eux-même instrumentalisés par l’oligarchie et le monde de la finance afin de masquer un tout autre problème qui nous vient dessus tel un tsunami : la crise financière et c’est sans compter une pensée unique que les médias mainstream complices, s’appliquent à nous imposer par un matraquage cérébral au quotidien.

Ceci dit :

Le climat de notre planète n’a pas eu besoin d’attendre l’apparition de l’homme pour changer. Elle a connu des périodes bien plus chaudes et bien plus froides et ce sont des scientifiques qui nous l’affirment avec des recherches et des analyses bien plus méticuleuses et approfondies que de simples rapports copiés-collés qui d’année en année sont accentués par un pessimisme de plus en plus catastrophique de la part d'”experts” du GIEC.

Depuis l’âge de 15 ans et jusqu’à il n’y a pas si longtemps que ça, j’étais moi aussi persuadé de notre responsabilité dans l’évolution du climat et c’est un ami qui m’a ouvert les yeux. Depuis, ce sont des dizaines d’heures de conférences et de reportages qui sont diffusés très tard sur les chaînes de télévision qui m’ont ouvert les yeux. Ce sont des articles et des rapports qui sont occultés voir même censurés qui m’ont permis de me poser des questions .

Je vous invite dans ce billet à visionner un reportage d’environ 60 minutes qui permet de voir notre implication sur le réchauffement climatique sous un autre angle.

Notre implication sur le changement climatique est hyper médiatisée alors que notre implication sur notre responsabilité concernant la destruction de notre biodiversité tourne en circuit restreint. Posez-vous donc les bonnes questions.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Sur VK

Sur Youtube

Retour sur l’article d’origine >>>

Environnement : La pensée du jour: «Acheter des bons aliments, c’est bien. Les produire soi-même, c’est mieux!»

Les produits labélisés bio ou de proximité favorisent la biodiversité.

L’utilisation d’engrais chimique a augmenté de 700% depuis 1965. Mais en Suisse quasiment la totalité des exploitations agricoles sont intégrées: moins d’engrais, moins de phytosanitaire, pas d’OGM.

La pensée du jour: «Acheter des bons aliments, c’est bien. Les produire soi-même, c’est mieux!»