CULTURE : Peter Pan, un être sombre et maléfique

CULTURE : Peter Pan, un être sombre et maléfique

Pour vous, Peter Pan c’est un plaisantin vivant dans un monde féérique. Eh bien non !

C’est une invention Disney. 

Le roman d’origine est beaucoup plus sombre et Peter Pan y est méchant et égoïste. Peter Pan est né de la plume de James Matthew Barrie, né en Ecosse en 1860. Quand il a 7 ans, il perd son grand frère David, chouchou de la famille. Barrie va prendre la place de ce frère disparu en portant ses vêtements, imitant sa voix. Il se serait tellement mis dans le personnage que des médecins constatent un arrêt de croissance comme s’il était bloqué dans le monde qu’il inventait pour son frère David et cette histoire hante tous ces textes.

Peter Pan naît vers 1900 en apparaissant dans “Le petit oiseau blanc” de J. M Barrie puis sous forme de pièce de théâtre à Londres et devient un roman en 1911 sous le nom de “Peter Pan and Wendy”.

L’histoire de Peter Pan est l’histoire d’un enfant qui ne veut pas grandir et qui récupère les bébés morts, tombés du berceau ou abandonnés pour les envoyer au pays de Neverland.

Peter Pan est loin d’être un enfant de cœur, il est habité par une haine profonde des adultes. Un adage de l’île raconte qu’à chaque respiration, un adulte meurt ; alors Peter Pan s’amuse à respirer fort et haleter le plus possible pour tuer le maximum d’adultes. Il tue aussi les enfants perdus dès qu’ils grandissent et quittent l’enfance.

Profondément égoïste, Peter Pan a aussi perdu la notion du temps en restant bloqué sur l’île.

Le “Neverland” de Barrie est littéralement : “Le pays de jamais” celui cauchemardesque, où on ne veut jamais aller et jamais y retourner. Mercenaires sanguinaires, pirates, sirènes envoûtantes ou bêtes sauvages, tous sont maléfiques et la mort y est omniprésente.

Cette sombre histoire, J.M Barrie passera sa vie à l’écrire et à la réécrire quasiment une dizaine de fois : Avec un abécédaire, des scénarios, des nouvelles et des versions du roman plus édulcorées. Barrie se décide finalement à adoucir son histoire de base.

Vidéo

CULTURE & CINEMA : “Entends-Tu Les Chiens Aboyer ?”

CULTURE & CINEMA : “Entends-Tu Les Chiens Aboyer ?”

Synopsis

Le voyage intérieur à travers le temps et l’espace d’une vie, de l’indien Chamulas Juan Dolores, portant Ignacio, son fils malade sur ses épaules, et parcourant le Mexique de village en village, à la recherche d’un docteur.

Le jeune garçon finira par mourir sur les épaules de son père à la fin du film.

Titre original NO OYES LADRAR A LOS PERROS
Date de sortie 9 mars 1994
Réalisé par François Reichenbach
Avec Salvador SANCHEZ , Ahui CAMACHO CASTILLO , Ana De Sade
Scénariste(s) Carlos Fuentes
Distributeur Inédit en salle de cinéma
Année de production 1974

Musique originale : Vangelis

Vidéo :

  • Titre “Ignacio”
  • Quelques images du film

CULTURE & CINEMA : Vitalic – Waiting For The Stars ft. David Shaw And The Beat

CULTURE & CINEMA : Vitalic – Waiting For The Stars ft. David Shaw And The Beat

Afin de vous de vous faire une idée, ce thème est repris dans la publicité : “Nouvelle Polo SUV 2008” que l’on voit actuellement sur les écrans.

Et pour rappel (2016) :

Après nous avoir mis en jambe en juin dernier avec “Ooey” puis “Film Noir”, Vitalic nous offre Waiting For The Stars. Un premier extrait en featuring avec David Shaw avant la sortie de son album Voyager le 20 janvier prochain.

On ne vous présente plus Pascal Arbez-Nicolas aka Vitalic, un artiste présent dans le paysage électronique français depuis maintenant une quinzaine d’année. Pourtant, depuis trois ans, le Dijonnais se faisait bien silencieux… Jusqu’en juin dernier lors de la sortie successive de “Ooey” puis de Film Noir sur Correspondant, le label de Cardini.

Ces tracks n’étaient qu’une mise en bouche avant la sortie de son quatrième album studio – très attendu par ses fans, vous vous en doutez. Voyager (c’est le nom dudit opus) est prévu le 20 janvier prochain mais, en attendant, le producteur nous offre aujourd’hui un premier extrait : “Waiting For The Stars”.

Verdict ? Cette fois ci, pas de vocoder ou autre voix robotiques comme à son habitude, seulement un invité : David Shaw, feu “Siskid” (l’acolyte de Cardini avec qui Vitalic a donc déjà collaboré) pour poser une voix toute délicate. Il semble évident que le morceau prend d’emblée une autre tournure (comparé au style habituel de son créateur) et s’inscrit dans une électro pop et radiophonique. L’instru’ reste, quant à elle, fidèle aux morceaux de l’artiste comme “Poison Lips” ou encore “Second Lives” : une basse cadencée et fortement calibrée avec des arrangements style “industriel”.

C’est propre et bien fait et, ainsi, le morceau ne ternit pas la réputation technique de l’artiste… sans pour autant devenir – de notre avis purement subjectif – un incontournable à avoir dans sa discographie “dancefloor”. Quoi qu’il en soit, ce “Waiting For The Stars” transpire autant la nostalgie que la pochette de son prochain album. Et oui, après tout, ne dit-on pas que c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe ?

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

CULTURE & CINEMA : Les Rois mages inconnus

CULTURE & CINÉMA : Les Rois mages inconnus

Irrésistibles inconnus et quelques merveilleuses images de ce film non moins irrésistible : “Les Rois mages”

Tout d’abord qui sont les inconnus ?

Les Inconnus est le nom d’un trio comique français qui réunit Didier BourdonBernard Campan et Pascal Légitimus. Ils étaient initialement cinq, avec Smaïn et Seymour Brussel qui quittèrent le groupe un peu plus d’un an après sa création.

Le trio devient très populaire dans les années 1990 grâce à sa célèbre émission parodique La Télé des Inconnus dont certains sketchs ont été également mis en scène lors de spectacles. Ils se séparent au milieu des années 1990, au pic de leur célébrité, à cause d’un différend juridique avec leurs ex-managers et producteurs Paul Lederman et Claude Martinez, mais se retrouvent au début des années 2000.

Mais revenons à nos trois mages qui, investis d’une mission capitale, celle de retrouver le messie pour sauver l’humanité se retrouvent catapultés dans notre époque à la veille de Noël.

Quelques extraits et un très bon moment de cinéma.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

Culture & Cinéma : Goran Bregovic

Culture & Cinéma : Goran Bregovic

Vous vous souvenez d’une pub pour la marque Evian ? Parce que l’eau qui coule en en toi etc…

Eh bien la magie de sa musique nous rattrape et elle nous invite à planer quelques minutes sur des note intemporelles, vraiment intemporelles.

Les pays de l’Est sont un vivier de culture et d’abondance, faut-il simplement ouvrir les yeux et les oreilles pour s’en rendre compte.

Goran Bregovic nous invite quelques minutes à planer sur sa musique  :

Tiré du film : “Arizona dream“, ce magnifique titre : “7/8 & 11/8″

Goran Bregovic :

Stéphane Guibert / Finalscape

CULTURE & CINÉMA : Belmondo est le magnifique (Vidéo)

CULTURE & CINÉMA : Belmondo est le magnifique

Irrésistible Jean-Paul Belmondo dans cet incroyable flm : “Le magnifique”

Quelques extraits et une sacré bouffée de rires :

Synopsis :

Au Mexique, un requin dévore un espion prisonnier d’une cabine téléphonique jetée à la mer. Pour enquêter sur cet événement, on appelle à la rescousse l’agent français Bob Saint-Clar, le meilleur agent secret du monde. Celui-ci est dépêché sur place où l’attend la très belle Tatiana, agent secret également. Sur une plage exotique, ils sont attaqués par une horde d’ennemis envoyés par l’infâme Karpov, chef des services secrets de la République populaire d’Albanie et ennemi de toujours de Bob Saint-Clar. Parmi eux, une femme de ménage passe l’aspirateur dans le sable…

L’écrivain François Merlin est en fait dérangé par sa femme de ménage. Il tape à la machine les nouvelles aventures de Bob Saint-Clar (à qui il a donné ses traits), à paraître bientôt. On sonne à la porte : c’est l’électricien venu faire des réparations chez Merlin mais qui n’intervient pas, car le plombier n’a pas encore fait son travail. Merlin se remet à sa machine à écrire, très agacé…

Lire la suite

Culture & Cinéma : Quand les gosses nous font la morale

 

Culture & Cinéma : Quand les gosses nous font la morale

Partagé des dizaines de fois déjà sur ce site : Un acteur que je tiens tout particulièrement dans mon cœur : Didier Haudepin

Il est beau, touchant, émouvant, c’est un de ces gamins de la balle comme on n’en fait plus. Çà fait pas mal de temps que j’essaye de le joindre mais il ne me répond pas et c’est bien dommage.

Alors je republie en souvenir d’images immortelles qui me touchent jusqu’aux tréfonds de mon être.

Je vous r’envoie donc sur cet article consacré à un acteur enfant dont l’âme jouait en comédie comme dans la vie réelle.

Magnifique prestations et splendide acteur qu’est Didier Haudepin.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Une petite lucarne Didier, juste entre toi et moi. C’est tout ce que je te demande et je ne peux pas en faire plus tant que tu ne me répondras pas.

Stéphane

CULTURE & CINEMA : Une génération désenchantée

CULTURE & CINÉMA : Une génération désenchantée

Magnifique Mylène Farmer

Un clip d’une dizaine de minutes retraçant l’arrivée, la révolte et la fuite d’une adolescente de l’un de ces camps que l’on pourrait qualifier de “concentration” aujourd’hui et que l’on réservait aux enfants orphelins il n’y a pas si longtemps encore dans certains pays de l’Est.

Magnifique mise en scène que nous devons à son réalisateur : Laurent Boutonnat, clip  tourné à  Budapest en Hongrie en l’espace d’une petite semaine seulement : du 18 au 23 février 1991.

Une très belle chanson interprétée par la magnifique artiste qu’est Mylène Farmer.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Culture & Cinema : Syntech “Soundly Computed”

La musique est un langage universel

Aucune langue et aucun signe ne peut se substituer à elle. Elle en appel à nos sentiments et nos émotions et quiconque est capable de l’interpréter ou de l’écrire saura s’envoler.

Tu as un synthé chez toi ? Si oui, frappes quelques notes, elles partiront dans le cosmos, ces notes seront un message que tu adresses à l’univers et ce dernier te le retournera amplifié.

La vie ici bas n’est qu’un passage, un trampoline nous permettant de sauter d’une réalité à l’autre. Le rêve est ce que nous croyons vivre alors que le réel  se trouve bien ailleurs.

La musique est une des clefs de la félicitée.

Voici les notes d’un gars qui je pense l’avait compris :

Syntech “Soundly Computed”

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Merci à ZYX RECORDS pour son aimable autorisation (G. S/ Finalscape).

Many thanks to ZYX RECORDS for his kindly permission (G.S / Finalscape).

CULTURE & CINEMA : Jan Hammer

Un peu las des mauvaises nouvelles et des échéances que nous nous imposons à nous-même, l’âme vagabonde,  j’ai envie de m’évader et ce soir ça sera dans la musique.

Connaissez-vous Jan Hammer ou plutôt la série culte : “Miami Vice” ?

Ils vont les pêcher ou leurs notes ces faiseurs de rêves que sont les musiciens ? Mille mercis à eux.

Déjà, qui est Jan Hammer ?

Jan Hammer est un compositeur et musicien tchèque né le  à Prague (Tchécoslovaquie, aujourd’hui République tchèque).

Au fait des innovations instrumentales de l’époque (Fender Rhodes, Minimoog, Oberheim, Hohner D6 Clavinet et autres synthétiseurs des années 1970), il aborde principalement le jazz fusion. Source : Wikipédia >>>

Il est à l’origine de très nombreux instrumentaux hyper connus tels que ce titre : “Crockett’s theme” dont la série : “Miami Vice” se servit abondamment.

On le retrouve ici dans quelques vidéos :

Merci à MCA Records pour son aimable autorisation. (G.S / Finalscape)

Many thanks to MCA Records for the kindly permission. (G.S /Finalscape)

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Jan Hammer : “Crockett’s theme” dans un live enregistré en 2012.

Amazing ant beautiful Jan Hammer.

En voilà un créateur de génie. La beauté du gars, ce mec est tout simplement magnifique et il déchire à mort ! (Stéphane Guibert / Finalscape).

Jan Hammer : “Crockett’s theme” (Extended version)

Jan Hammer : “Forever tonight” (Extended version)