POURQUOI MACRON NE CÉDERA PAS !

RAPACES EN MACRONIE

Par Ian Manook, écrivain

Macron ne cédera rien parce qu’il n’est pas là pour gouverner. Il n’est même pas là pour être réélu et encore moins pour faire une carrière politique. Il se fout de tout ça, et donc il se fout de ce qu’on pense ou dit de lui, de sa cote de popularité, de son avenir politique, il se fout de tout ça.

Macron est un condottiere mandaté par des commanditaires pour détricoter et privatiser tout ce qui est collectif et solidaire en France. Et sa récompense ne sera pas d’être réélu ou de prendre place dans le paysage politique français, sa récompense sera d’aller siéger dans tous les conseils d’administration des sociétés qu’il aura privatisées pour ses commanditaires.

Ce n’est rien d’autre qu’un homme de main qui obéit à des ordres et qui a agi en deux temps : en pourrissant l’État français de l’intérieur sous un Hollande complètement manipulé, et en prenant ensuite prétexte de ce pourrissement pour mener à bien son pillage en règle de l’état.

Voilà pourquoi il se moque de tous ces scandales à répétition le concernant et concernant son gouvernement.

Voilà pourquoi nous avons un gouvernement « de crise » composé sans vergogne à moitié de millionnaires, voilà pourquoi il garde un Président de l’Assemblée mis en examen, pourquoi sa ministre de la justice peut dire en rigolant qu’elle a juste oublié de déclarer trois appartements au fisc.

Voilà pourquoi il met sans honte un voyou à la tête de la police et autorise à cette police des comportements de voyous. Voilà surtout pourquoi il ne cède et ne cédera devant aucune grève. Parce qu’il s’en fout. Il se fout de vous, il se fout du pays, il se fout de la misère et de la pauvreté, il se fout des éborgnés et des amputés par sa police. Il s’en fout.

Il détricotera tout jusqu’au bout sans écouter personne, sans état d’âme, et ne pense qu’à la fortune personnelle que chaque action contre le bien public lui garantit.

Et il partira en laissant un pays épuisé et exsangue, trop sonné pour se défendre contre le plus violent des systèmes de finance ultralibérale qu’on puisse imaginer. Il laissera tomber tout le monde. Le pays comme ceux qu’il aura manipulés pour en faire ses pires factotums et qui, seuls, devront affronter la vengeance populaire.

Lire la suite

Coup de gueule : Une histoire d’eau

Coup de gueule : Une histoire d’eau

Un bûcheron Canadien, Yanick Thomas lance un cri d’alarme sur ce que nous faisons à la planète

“L’eau ne s’infiltre plus dans les sols et lorsqu’il pleut, elle coule directement dans la rivière et quand il y a des inondations, les médias nous parlent de catastrophes naturelles mais c’est faux; nous, la gent humaine, sommes les seuls responsables de ce qui nous arrive.

On nous parle de CO2 mais on nous ment il ne s’agit que d’excuses pour nous taxer …”

Une vidéo a écouter très attentivement et dans la mesure du possible à partager massivement.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

Coup de gueule : La théorie du complot … Je Dénonce ! Je pense que les Anonymous adoreraient !

Remettre en question une version officielle fait systématiquement de vous un complotiste

Que ce soit pearl harbour ou plus récemment les attaques du 11 septembre 2001 ou encore remettre en question la théorie qui implique l’activité de l’homme dans le réchauffement climatique, à partir du moment où vous vous pausez des questions sur la véracité des informations officielles, vous devenez un complotiste voir même un hérétique !

Bienvenue dans le magnifique monde de l’inquisition moderne !

Vous ne serez pas brûlé comme des sorcières mais si vous êtes un ou une de ces scientifiques émettant des réserves sur des sources “dites officielles”, votre carrière sera brisée et détruite car ce que vous écrivez ou auriez publié dans ce sens sera utilisé pour vous discréditer et vous deviendrez la risée de tout un chacun. Bienvenue dans le club très fermé des chercheurs de vérité !

Est-il légitime de se poser des questions ou d’émettre des doutes sur des faits qui nous sont relatés par les médias mainstream ?

NON !

“Je te dis et tu dois croire !”  Telle est la devise actuelle.

Les médias mainstream appartiennent aux plus grandes fortunes, celles qui façonnent notre monde aujourd’hui :  Les dieux de la consommation.

À notre époque, la démocratie c’est ça ! Consomme et tais-toi ! Si tu t’en tiens à cette devise et que tu la fermes, le système te foutra la paix mais si tu t’y oppose, tu deviendras alors, pour ce même système, la cible à abattre en priorité.

Ces médias sont liés par la corruption et à la cupidité. Ils sont détenus pour la majeure partie d’entre eux par ces marques et multinationales qui régissent le monde aujourd’hui. Ces fortunes mondiales qui dirigent la planète tout en décidant du sort d’un enfant qui si la mort de celui-ci peut rapporter quelques centimes de plus, sera à l’ordre du jour. Exemples : la Syrie, la Palestine ou le Yémen.

Je suis dissident et m’interroge de jour en jour et de plus en plus sur ce qu’est notre société et plus je me fonde dans ce monde, plus je me rends compte des mensonges.

Mourir d’un coup ou souffrir longtemps, je préfère la première solution.

Je suis heureux d’avoir l’âge que j’ai et de n’avoir aucun descendant.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

Coup de Gueule : Réforme du chômage, le cadeau de Noël pour 2019

Réforme du chômage, le cadeau de Noël pour 2019

Comment faire de la pauvreté une norme nationale ?

Certaines mesures prévues par la réforme de l’assurance chômage de 2019 entrent en vigueur le 1er novembre.

Joli petit coup de gueule !

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape (novembre 2019)

Coup de gueule personnel : Le superficiel est plus prisé que l’essentiel !

ALORS N’ALLEZ PAS VOUS PLAINDRE !

Si l’on mettait l’une à côté de l’autre une vidéo dévoilant un SDF qui meurt de froid et celle d’un chat qui joue au piano, à coup sûr, en matière de vues, c’est celle du chat qui l’emporterait haut la main.

Les gens se plaignent à longueur d’année tout en refusant de voir la réalité en face.

Il est tellement facile de débiter des inepties sur les réseaux sociaux sans ne jamais se sortir les pouces du cul et je pense que le 95 voir même le 99% de celles et ceux qui se lamentent à longueur de journée sur ces plateformes sociales sont à mettre dans le même panier.

Beaucoup d’appelés et très peu d’élus !

Statistiquement :

J’en fais régulièrement l’expérience. C’est en relayant depuis des années des vidéos qui me semblent primordiales en matière d’information et à l’inverse des vidéos qui ne servent qu’à rire que le folklore parvient aisément en tête !

On est bien d’accord là dessus : Le monde va mal, voir même très mal mais tant qu’il y a matière à rigoler, pourquoi s’en faire ?

Alors advienne ce qu’il pourra et après moi le déluge !

Voilà l’image de notre belle société et je pèse mes mots !

Va te faire M…  monde de M… !!!!!!!!!!!

Stéphane Guibert / Finalscape

 

 

Coup de gueule : Notre belle société

JUGES DES ENFANTS ? ASSISTANTES SOCIALES ? ÉDUCATEURS DE L’ASE ? VOUS ÊTES LICENCIÉS.

L’observation de terrain, faite depuis des années par des milliers de parents, des militants associatifs et des avocats de plus en plus nombreux, comme Maître Michel Amas à Marseille, conduit à cette décision irrévocable et non négociable des citoyens libres et souverains de France.

Juge des Enfants ? Assistantes sociales ?
Éducateurs de l’ASE ? Vous êtes licenciés.

Vous n’êtes plus dignes de la fonction que vous occupez au service de la population. Vous n’êtes plus crédibles. Et donc vous n’êtes plus légitimes.

Texte disponible ici >>>

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

COUP DE GUEULE : “MACRON VOUS NE VALEZ RIEN RIEN RIEN !”

COUP DE GUEULE : “MACRON VOUS NE VALEZ RIEN RIEN RIEN !”

Elle est éducatrice et touche un salaire annuel de 12’128 €. On lui sucre sa prime d’activité, sa CAF (Caisse d’allocations familiales), ses APL (Aide personnalisée au logement) ; cause invoquée : cette dame gagne trop d’argent pour prétendre à une aide financière. Désespérée, elle appelle l’Elysée qui lui suggère de prendre contact avec une assistante sociale.

Entendons-nous bien, cette femme travaille plein pot et doit en recourir aux services sociaux pour joindre les deux bouts.

Il n’y a plus qu’à lui souhaiter la bienvenue dans le club de plus en plus fréquenté des “Working poor

Stéphane Guibert / Finalscape

COUP DE GUEULE – SNCF : Message d’une maman très en colère

Mise à jour : vendredi 13 septembre 2019 – 16:56 –

Ça aurait du être un post “Celui qui prend le train tout seul pour la première fois pour aller aider son Papa à la ferme”

En fait je suis extrêmement en colère ! Et je vais vous demander de reprendre cette photo et sa légende si vous le souhaitez.

Gauthier est donc monté dans un train pour faire 10 km, rejoindre son Papa qui l’attendait à l’arrivée, 10 minutes plus tard, muni d’un billet numérique d’une valeur de 2,60€, à son nom mais tarif adulte car l’application Oui SNCF n’a pas voulu m’éditer de billet 4-11 ans.

Mon fils m’a appelé 10 minutes plus tard, paniqué, me demandant de lui envoyer son passeport par texto car une contrôleuse lui disait qu’il n’était pas en règle. Je demande à parler à cette personne et j’envoie en même temps le passeport par texto. Je lui demande quel est le problème : elle me répond qu’il doit prouver qu’il n’a pas 13 ans. Logique. Il fait si grand. Mais je lui rétorque quand même que je ne vois pas le problème puisqu’il a un billet adulte suite à un bug de l’application. Puis je réalise que 13 minutes sont passées. Je demande à Gauthier s’il est à la gare d’arrivée ? Il me répond très angoissé qu’on l’a empêché de descendre. Bon. Mon mari attend donc pour rien. La contrôleuse me prévient que mon fils va avoir une amende de 50€. Pour un billet qui n’est pas au bon tarif. Il aurait du avoir un billet à 1,40€. Mon fils de 11 ans a donc été retenu comme un fraudeur, empêché de descendre, emmené vers une gare inconnue où personne ne l’attendait pour avoir payé 1,20€ DE TROP son billet. Et quand je suis allée, calmement, demander dans ma gare à parler à un responsable on m’a répondu que personne ne pouvait me parler qu’on ne prenait plus de plainte en gare.

Je suis TRÈS EN COLÈRE. Non seulement j’ai payé un titre de transport, mais j’ai même payé plus cher à cause d’un dysfonctionnement. Et mon fils a été mis dans une situation anxiogène et qui aurait pu être dangereuse s’il n’avait pas pu nous appeler ! Et personne ne peut me rendre de compte face à face ?

Après des milliers de commentaires et partages sur les réseaux sociaux, voici un autre son de cloche :

La maman d’un garçon de 11 ans a publié, ce mercredi 11 septembre 2019, sur les réseaux sociaux, un texte dénonçant l’attitude d’agents de la SNCF. Selon elle, son fils, monté dans un TER à Chartres, a été empêché de descendre à son arrêt de La Taye à cause d’un contrôle de billet. La SNCF répond et livre sa version, évoquant “une protection de l’enfant”.

C’est une mésaventure ferroviaire qui nourrit de nombreux commentaires et partages sur les réseaux sociaux, depuis ce mercredi 11 septembre. Dans la soirée de mercredi puis dans la matinée de ce jeudi, Emmanuelle Drouhin-Ferrand, maman d’un garçon de 11 ans, a publié, notamment sur Facebook, un texte dénonçant l’attitude d’agents de la SNCF, vis-à-vis de son fils.

Cette Chartraine raconte avoir accompagné son fils pour qu’il prenne le train à la gare de Chartres, ce mercredi 11 septembre. Le jeune garçon est monté dans le train TER de 14h38, à destination de la gare de La Taye (à Saint-Georges-sur-Eure), pour un trajet de 10 minutes (arrivée prévue à 14h48). Il devait rejoindre son père agriculteur à la gare, pour passer l’après-midi.

Emmanuelle Drouhin-Ferrand explique avoir acheté elle-même le billet en ligne : “C’était son premier trajet seul. J’ai pris son billet numérique à son nom, sur l’application OUI SNCF. Je ne suis pas parvenue à prendre un billet enfant. Dans le doute, j’ai pris un billet adulte au prix de 2,60 €”.

Tout se complique une fois dans le TER, selon la maman : “Le train parti, une contrôleuse SNCF explique à mon fils qu’il n’est pas en règle. Elle demande ses papiers d’identité pour prouver qu’il n’a pas 13 ans. Paniqué, mon fils me téléphone et j’envoie sur son portable un texto avec son passeport. Je ne voyais pas vraiment le problème. J’ai ensuite réalisé que 13 minutes étaient passées depuis le départ du train. J’ai demandé à mon fils s’il était bien arrivé à la gare de La Taye. Il m’a répondu qu’on l’avait empêché de descendre. La contrôleuse me prévient que mon fils va avoir une amende de 48 €. Pour un billet qui n’est pas au bon tarif, car il aurait dû avoir un billet enfant à 1,40 €.”

“Il y a une disproportion”

Le jeune garçon est descendu, accompagné d’un agent, à la gare suivante, à Bailleau-le-Pin. Une situation qui agace Emmanuelle Drouhin-Ferrand : “Il y a une disproportion. Heureusement que mon fils avait un portable. Sinon, les contrôleurs l’emmenaient faire toute la tournée avec eux avant de le ramener à la gare de Chartres à 16h30. Mais il se passait quoi ensuite ? Mon mari attendait mon fils à La Taye. On n’a trouvé aucun responsable pour parler de la situation ensuite.”

Contactée par L’Echo Républicain, la SNCF donne sa position. Marjorie Hetté, responsable communication de SNCF Mobilités Centre-Val de Loire, explique : “Il y avait trois agents à bord de ce train. Ils ont vu un mineur voyager seul. Dans ce cas-là, il faut être attentif à l’enfant. Pour nos collègues, c’est la préoccupation première. Il faut vérifier son âge et son identité, car il y a aussi des enfants fugueurs, par exemple. C’est aussi une procédure dans l’intérêt de l’enfant. Ils ont été vigilants.”

La SNCF évoque également le contrôle du billet de l’enfant : “Il est normal que le contrôleur s’assure de la date de naissance par rapport au tarif du titre de transport. Ce n’est pas abusif. Pour un mineur, il s’agit aussi de vérifier qu’il est normal que l’enfant voyage seul. Ce qui explique l’appel à la maman et la demande d’envoi d’une pièce d’identité. Comme le trajet est très rapide entre Chartres et La Taye, le temps de l’échange par téléphone, l’enfant n’a pas pu descendre à La Taye. Les contrôleurs ont décidé de l’accompagner et de le remettre à un agent à la gare suivante de Bailleau-le-Pin. Le garçon était sous la garde d’un agent SNCF, jusqu’à ce que le papa vienne récupérer son enfant.”

“Pas de procès-verbal dressé, donc pas d’amende”

La responsable communication de SNCF Mobilités Centre-Val de Loire rejette toute volonté de nuire et se dit prête à échanger avec Emmanuelle Drouhin-Ferrand : “Je précise que le tarif enfants est bien disponible et existe sur la plateforme OUI SNCF. Il y a peut-être eu un problème. Par ailleurs, il faut préciser qu’il n’y a pas eu de procès verbal de dressé par les agents SNCF par rapport à cette situation, donc pas d’amende. Après, peut-être qu’un des agents a seulement indiqué le montant prévu en cas d’infraction, juste pour information. Dans le pire des cas, il y a peut-être eu de la maladresse dans l’expression, mais l’intention n’était pas de piéger l’enfant ou le mettre mal à l’aise. Il y a une vigilance et la vérification lui a fait rater son arrêt. On peut comprendre le désarroi des parents et on s’en excuse. Mais il n’y avait pas de mauvaises intentions et l’enfant n’a jamais été laissé seul. Nous sommes prêts à échanger avec cette maman pour discuter.”

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Coup de Gueule : Quand Samsung nous fait sa Pub !

Toujours plus vite, plus vite, plus vite et plus vite encore !

Quand la matrice vous proposera d’avoir digéré avant même d’avoir ingéré, vous serez toujours preneurs bande de connards ?

La 5 G c’est le pied !

G.S / FINALSCAPE

Coup de Gueule & réseaux sociaux : Dégénérescence de la gent humaine !

Réseaux sociaux : Plus on like, moins on consulte et plus on devient Con !

Au fil du temps, je me suis rendu compte que sur les réseaux sociaux, les “posts” les plus “likés” ne sont pas forcément les plus consultés ; de plus, et ce très souvent, les commentaires laissés sous les “posts”  qui pourraient avoir une importance non négligeable en matière d’information, dénaturent l’article lui-même en lui faisant perdre en grande partie, voir, toute sa crédibilité.

Deux poids deux mesures sur les réseaux sociaux : Celles et ceux qui cherchent à faire le “buz” en “likant” et partageant tout ce qui fait sensation afin de s’attirer les faveurs d’amis potentiels et celles et ceux qui cherchent la vérité en partagent l’information, la vraie et ce parfois dans l’ombre, voir même au péril de leur propre sécurité.

Il est désolant de voir à quel point la technologie de l’Internet a été pervertie en faveur de l’ignorance et de la bêtise mais aussi et surtout navrant de voir à quel point certains grands médias autrefois considérés comme sérieux et fiables font de cette foire à la connerie humaine leur pain quotidien.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK