Impacts négatifs majeurs du port du masque chez les enfants

Une étude allemande intitulée : « Corona children studies » vient de faire l’effet d’une bombe :

Il s’agit de la première étude dans le monde à grande échelle sur plus de 25930 enfants scolarisés dans toute l’Allemagne, et qui révèle que les parents, les éducateurs et les médecins, signalent de plus en plus de problèmes et de plaintes de santé chez les enfants à cause du port du masque obligatoire. (1)

D’après cette étude, 68 % des parents rapportent que les enfants portant des masques seraient victimes d’impacts négatifs majeurs sur leur santé physique, psychologique et comportementale.

En outre, l’étude indique qu’en moyenne, les enfants scolarisés porteraient des masques 270 minutes par jour, c’est-à-dire près de 5 heures ! Des chiffres alarmistes qu’aucun média mainstream ne rapporte, sauf une video de France Soir. (2)

Selon cette étude :

« Il n’existe pas à ce jour d’études indépendantes de fabricants sur l’utilisation des masques pour enfants et adolescents, masques qui sont certifiés comme produits médicaux pour la sécurité du travail dans des applications professionnelles. En outre, en raison des matériaux inconnus utilisés, il n’y a pas d’indications sur les effets protecteurs ou les effets secondaires potentiels. »

Voici ce que l’on constate chez les enfants portant des masques dès l’âge de 6 ans : Symptômes physiques :

  • Les maux de tête: 53,3%
  • Les difficultés de concentration : 49,5 %
  • Les malaises : 42,1 %
  • Les troubles de l’apprentissage : 38 %
  • La somnolence et la fatigue : 36,5 %
  • L’oppression sous le masque : 35,6 %
  • La sensation d’étouffement : 29,7 %
  • Les vertiges : 26,4 %
  • La gorge sèche : 22,7 %
  • La sensation de syncope : 20,7 %
  • Les démangeaisons dans le nez : 17,1 %
  • La nausée : 16,6 %
  • La sensation de faiblesse : 14,7 %
  • Les douleurs abdominales : 13,5 %
  • La respiration accélérée : 12,2 %
  • La sensation de maladie : 9,7 %
  • La sensation d’oppression dans la poitrine: 8 %

Symptômes comportementaux :

  • L’enfant est plus irrité : 60,4 %
  • L’enfant est de moins bonne humeur : 49,3 %
  • L’enfant ne veut plus aller à l’école ou à la maternelle : 44 %
  • L’enfant est plus agité qu’à l’accoutumée : 29,2 %
  • L’enfant dort moins bien que d’habitude : 31,1 %
  • L’enfant développe des angoisses : 25,3 %
  • L’enfant dort plus qu’à l’accoutumée : 25 %
  • L’enfant est réticent à bouger et à jouer : 17,9 %

Résultats de l’étude :

« La distribution de fréquence des effets secondaires associés aux masques est similaire dans les différents groupes d’âge : les maux de tête, les difficultés de concentration, les malaises, les difficultés d’apprentissage et la somnolence/fatigue étant les plus fréquents.

D’autres plaintes ont été décrites :

Tout d’abord : 269 plaintes pour aggravation des problèmes de la peau, notamment l’augmentation des boutons, des éruptions cutanées et des phénomènes allergiques autour de la bouche jusqu’aux maladies fongiques dans et autour de la bouche.

Il y avait 151 plaintes pour saignements de nez, 122 pour le mécontentement scolaire allant jusqu’à l’anxiété scolaire / le refus d’aller à l’école, 64 pour transpiration accrue, 52 pour des points de pression et des blessures derrière les oreilles, 46 pour des lèvres douloureuses ou fissurées et partiellement sanglantes, 31 pour l’augmentation de la fréquence et de la sévérité des crises de migraine, 23 pour des troubles de la vision, 13 pour des aphtes.

Ensuite, parmi les problèmes de comportement :

60,4% des enfants masqués faisaient état d’irritabilité accrue, et l’on trouvait aussi 49,3% d’enfants moins heureux et 44% qui ne veulent plus aller à l’école. Dans chaque cas, les enfants de la catégorie d’âge 7-12 ans sont les plus touchés.

De plus, 25,3% des enfants ont déclaré avoir développé de nouvelles angoisses. Ainsi, 2 672 plaintes pour cette seule question mentionnent des spéculations explicites d’anxiété ou la réapparition de plusieurs anxiétés : en plus d’une peur générale de l’avenir, la peur de suffoquer avec un masque, ainsi que la peur de la mort ont été mentionnées. La peur de la mort de proches à cause du Covid est aussi la plus fréquemment rapportée. En outre, la peur d’être stigmatisé par le port ou non d’un masque dans l’environnement social est aussi mentionnée. Enfin, de nombreux parents font également état de cauchemars et de troubles anxieux liés à des personnes masquées dont les expressions faciales et l’identité ne sont pas reconnaissables par les enfants. »

Conclusion de l’étude :

« Ce premier registre mondial sur les effets secondaires du masque reflète le spectre des symptômes chez les enfants et les adolescents.

Les plaintes d’un certain pourcentage d’enfants et d’adolescents sont non négligeables lorsqu’ils portent le masque. Ces enfants ne doivent pas être stigmatisés. Une analyse précise du rapport bénéfice-risque est nécessaire de toute urgence. L’importance des effets secondaires rapportés chez les enfants suite au port des masques doit être prise au sérieux et nécessite une clarification précise des circonstances de santé qui l’accompagnent, de la situation du port du masque et de la façon dont il est utilisé. (durée, pauses et type de masque) et de la situation scolaire de l’école. Compte tenu des obligations variables des enfants et des adolescents de porter des masques à l’école sur une période plus longue, il y a un besoin urgent de recherche. »

Cette étude apporte de l’eau au moulin déjà bien rempli de l’avocat allemand Reiner Fuellmich, chargé de poursuivre au sein d’une «Class Action» sous l’égide de milliers d’avocats mondiaux, tous les responsables du désastre sanitaire du Covid -19 pour « crimes contre l’humanité ». (3)

Dans sa dernière interview du 31 décembre 2020, voici ce qu’il disait :

« Dans ce scandale sanitaire, le pire, ce sont les conséquences du confinement et du port du masque obligatoire, en particulier sur les enfants traumatisés en masse, avec des conséquences psychologiques à moyen et long terme. En Allemagne, des enfants sont enlevés à leurs parents s’ils ne respectent pas les consignes de quarantaine, de port du masque et de confinement. Par ailleurs, les masques représentent un risque très grave pour la santé, comme le montrent de plus en plus d’études indépendantes et de déclarations d’experts. Tous ces faits feront bientôt tomber les masques sur tous les responsables de ces crimes.» (4)

Il est plus qu’urgent de démasquer la cruauté des mondialistes pour les faire tomber au plus vite. RESISTANCE !

Jean-Michel Grau

Source 1 >>>

Source 2 >>>

Source 3 >>>

Merci à Peter Moore pour le partage >>>

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Les chiffres du coronavirus sont faux et les masques de protection dangereux pour la santé !

Les chiffres du coronavirus sont faux et les masques de protection dangereux pour la santé !

Actuellement, des milliers de médecins en première ligne sont confrontés à un dilemme moral. Ils ne peuvent plus comprendre les chiffres du coronavirus cités par les gouvernements, les médias et l’Institut Robert Koch concernant les infections, les décès et les mesures prises.

Selon le Dr Ulrich Krämer, il n’y a pas de base scientifique pour une deuxième vague. Il attire l’attention sur les variations saisonnières habituelles du nombre total de décès au cours d’une année – et souligne que ce nombre total n’a jamais été exceptionnellement élevé pendant toute la durée de la crise du coronavirus. De plus des autopsies réalisées à Hambourg et à Zurich ont également révélé que de nombreuses personnes âgées ne sont pas mortes du nouveau coronavirus mais d’une embolie pulmonaire ; d’autres sont mortes avec le coronavirus comme conséquence de maladies antérieures, comme l’a dit une jeune infirmière d’un service dédié au coronavirus à Göppingen, et comme les nombreuses autopsies du médecin légiste Klaus Püschel l’ont prouvé. Il est intéressant de noter que l’Institut Robert Koch n’a pas jugé nécessaire de procéder à cette différenciation au moyen d‘autopsies, mais qu’il a alimenté inutilement la panique face au coronavirus !

Dans un message vidéo intitulé « Discours de colère », le Dr Ulrich Krämer a exprimé sa détresse intérieure à la fin du mois de mai 2020 comme suit : « […] Je n’ai plus envie de dire quoi que ce soit non plus ; parce qu’il n’y a plus rien que je puisse faire contre ces cerveaux en politique. Ils continuent à avancer, même s’ils sont contredits par une foule de professeurs de haut niveau. Entre-temps, ce sont […] des dizaines de milliers de médecins qui s’occupent chaque jour de patients en première ligne, qui ne peuvent plus comprendre ces chiffres publiés ! Oui, rien de tout cela n’est correct. […]

Depuis cinq semaines […] pas un seul patient ne tousse ni ne renifle. Ces imbéciles, qu’ils me laissent tranquille avec leurs saletés qu’ils répandent tout le temps. Est-ce vraiment répréhensible de parler de ce que l’on n‘arrive pas à gérer ? De nombreuses personnes se posent d’ailleurs la question de savoir si le port de protections bucco-nasales imposé par la politique est justifié sur la base des chiffres erronés du Coronavirus ? Comme pour les médicaments, le port du « masque de protection » a aussi des effets secondaires – par exemple, respirer derrière le masque pendant une longue période équivaut à une sorte d’auto-intoxication. Cela s’explique par le fait qu‘une partie des substances que le corps décompose par la respiration est à nouveau inhalée. En même temps, la teneur en oxygène du sang diminue progressivement, tandis que les toxines gazeuses restent dans l’organisme en quantité accrue. La vitesse de la réflexion diminue, le corps ralentit à tous les niveaux, ce qui peut aller jusqu’à l‘évanouissement. Les automobilistes portant des masques deviennent même un danger pour eux-mêmes et pour leur entourage. Ces effets ne devraient-ils pas être connus des politiciens qui diffusent la panique face au coronavirus et imposent des mesures coercitives ?

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Covid- 19 : Nouvelles mesures permissives, il est désormais interdit de se parler ou de téléphoner dans les transports en commun

Covid –  19 : Nouvelles mesures permissives, il est désormais interdit de se parler ou de téléphoner dans les transports en commun !

Mais jusqu’où vont-ils aller, combien de dépressions, de drames familiaux et de suicides veulent-ils !!!???

Nous en sommes vraiment arrivés là : Ne plus vivre par peur de mourir !

Ce n’est plus à un mètre de distance qu’il faut se tenir mais à deux. Il paraît que la nouvelle variante du virus est plus sanguinaire que la précédente; que nous réserve la prochaine ?

Pour moi et cela n’engage que moi mais une volonté politique de démolir le tissus social est en marche depuis le début de la crise et tout doit y passer économie y compris. Les dommages collatéraux liés à cette plandémie seront infiniment plus dévastateurs que le virus lui-même. L’année 2021 sera le déclencheur de la fin de l’humanité telle qu’on la connaissait il y a une année encore.

L’Académie nationale de médecine a recommandé ce vendredi d’éviter de parler et de téléphoner dans les transports en commun, même masqué, mais a rejeté la nouvelle recommandation d’abandonner les masques artisanaux face à l’arrivée de variants plus contagieux du virus du Covid-19.

En Suisse, il est désormais interdit de chanter dans les crèches !

Et si on ironisait un peu ?

La peine encourue pou celle ou celui qui se fera prendre en fragrant délit de parler dans un bus se fera couper la langue. (Au point où on en est…)

Il est temps d’apprendre le langage des signes mes amis…

Dans les Vosges, le décès brutal du quadragénaire extrêmement populaire, connu pour être un « boute-en-train » a provoqué une onde de choc.

Source de l’image >>>

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Covid – 19 et thérapie génique : Accrochez-vous !

Covid – 19 et thérapie génique : Accrochez-vous !

Dans le protocole Pfiser, il est recommandé aux personnes vaccinées de ne pas procréer. Cela démontre qu’il y a un risque de transmission génétique aux générations suivantes et ce n’est pas moi qui le dit !

Alexandra Henrion Caude ancienne directrice de recherche à l’INSERM nous explique l’ARN messager vaccins covid Pfizer et Moderna.

Il faut bien prendre conscience que cette thérapie génique et non vaccin est en phase de test jusqu’en 2022 et que tous les gens qui se font vacciner n’auront aucune certitude quant à son efficacité ni ses potentiels effets secondaires.

Il faut également savoir que les laboratoires ont signé une clause avec l’UE les dédouanant de toutes responsabilités.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Covid – 19 : Les chiffres sont faux, les tests ne sont pas sûrs et tout le monde accepte les mesures sanitaires comme si cela était normal

Covid – 19 : Les chiffres sont faux, les tests ne sont pas sûrs et tout le monde accepte les mesures sanitaires comme si cela était normal

Toutes les mesures délirantes de ce gouvernement sont basées sur de faux chiffres, c’est prouvé, diffusé, et pourtant le conditionnement mental des merdias est tellement efficace que la majorité des petits commerces attendent la mort sans réagir !

Il n’y a plus de gaulois réfractaires , ils ont tous rejoint le troupeau dans un état de soumission total.Avec leurs aides temporaires, ils sont tous en marche vers l’abattoir et fin 2021 il ne restera plus de petits commerces, uniquement des multinationales.

C’est le monde d’après voulu par nos dirigeants.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

 

Tests négatifs exigés pour entrer en France, les deux poids deux mesures / Negative tests required to enter France, double standards

Tests négatifs exigés pour entrer en France, les deux poids deux mesures

*****

Negative tests required to enter France, double standards

CHERCHEZ L’ERREUR

FIND THE MISTAKE

  • In green, no covid test required to enter  France.
  • In red, negative test required to enter France.
  • Left column, country flags, right column, number of covid deaths per million inhabitants.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

 

Vaccins et effets secondaires : Hallucinant ce qui est dit sur un plateau de télévision

Vaccins et effets secondaires

Hallucinant ce qui est dit sur un plateau de télévision

“Si les effets secondaires sont plus graves que la covid – 19 on fera machine arrière et c’est tant pis pour celles et ceux qui auront été vaccinés ?”

“De toute manière, ils seraient hypothétiquement morts de la covid.”

Il faut bien prendre conscience que cette thérapie génique et non vaccin est en phase de test jusqu’en 2022 et que tous les gens qui se font vacciner n’auront aucune certitude quant à son efficacité ni ses potentiels effets secondaires.

Il faut également savoir que les laboratoires ont signé une clause avec l’UE les dédouanant de toutes responsabilités.

Stéphane Guibert  / Finalscape / VK

Covid – 19 : Vivre enfermé

Covid – 19 : Vivre enfermé

extrait du reportage d’Arte “Vieillir enfermés”

 Il faut trouver la force de le regarder, on doit avoir une pensée pour ces résidents d’Ehpad et le personnel, ce qu’ils vivent est épouvantable.

Le quotidien poignant des équipes dévouées et des résidents esseulés d’un Ehpad frappé par la Covid-19. Un documentaire en immersion dans lequel la pandémie crée un effet de loupe sur les conditions de vie indignes de nos aînés.

Mars 2020, à l’Ehpad Furtado-Heine, dans le 14e arrondissement de Paris. “Madame Benichou, on a eu le résultat de votre test. Vous portez le virus du Covid. Il ne faut pas rester dans le couloir, sinon vous allez contaminer les autres résidents“, explique Anita Rossi, la directrice, protégée de la tête aux pieds. Son interlocutrice, une vieille dame postée dans le couloir, le dos courbé mais la parole vive, panique à l’idée de rester cloîtrée dans sa chambre. Sur les 120 résidents, 35 sont malades du virus et 8 en sont déjà décédés. Une partie du personnel est en arrêt maladie et l’autre tente tant bien que mal de faire face.

Infinie bienveillance
Pendant trois mois, le réalisateur Éric Guéret et son équipe ont partagé le quotidien de cet Ehpad, de ses employés et de ses résidents. Ce documentaire en immersion raconte l’engagement sans faille de ces héros en blouse blanche, les états que chacun traverse et verbalise tout au long du film, du sentiment de tristesse à celui, plus vertigineux encore, “d’être coupé de ses émotions“, sans oublier la peur, le courage, la solidarité et le dévouement. Au milieu de ce chaos infernal, alors que tous les résidents sont enfermés dans leur chambre et privés de visites, les équipes continuent, dans le peu de temps dont elles disposent, de s’occuper des anciens avec une infinie bienveillance. Ce document poignant, où l’épidémie agit comme un révélateur, incite à regarder en face les conditions de vie dans les Ehpad, des lieux où, par manque de moyens, on meurt du virus mais aussi de ce qu’il amplifie : la solitude et l’ennui.

Lien sur le documentaire >>>

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Covid 19 : dans l’incapacité de payer son loyer, une gérante vit dans sa salle de sport avec son fils à Narbonne / Covid 19 : Unable to pay her rent, a manager lives in her gym with her son in Narbonne

Covid 19 : dans l’incapacité de payer son loyer, une gérante vit dans sa salle de sport avec son fils à Narbonne

*****

Covid 19 : Unable to pay her rent, a manager lives in her gym with her son in Narbonne

Et ce n’est que le début ! (ndlr)

And this is only the beginning ! (editor’s note)

A Narbonne, dans l’Aude, la crise sanitaire a bouleversé la vie de Cyrille Tirard et de Matthéo, son fils de 16 ans. Dans l’incapacité de payer son loyer, cette gérante de salle de sport a fait le choix de vivre dans ses locaux professionnels pour sauver son entreprise.

On pense à toi et à l’épreuve que tu traverses. Ne baisse pas les bras.” Avec émotion, Cyrille Tirard lit ce message de soutien. Il y a deux mois, cette gérante de salle de sport a quitté son logement dont elle ne pouvait plus assumer le loyer, pour s’installer dans ses locaux professionnels. Une décision prise avec l’accord de Matthéo, son fils de 16 ans, scolarisé à Béziers, dans l’Hérault.

Le bureau a été transformé en cuisine. Les boîtes de conserve et autres aliments sont rangés sur les étagères. La famille cuisine à l’aide d’un réchaud. “C’est petit mais cela nous permet de pouvoir cuisiner et de manger au chaud“.

Cyrille Tirard et son fils ont aménagé une chambre de fortune dans les vestiaires, où des matelas et sacs de couchage sont posés à même le sol. Des conditions précaires dans lesquelles ils vivent depuis le début du mois de décembre. “Même si c’est précaire, nous avons tout ce qu’il faut” confie la gérante, battante et positive.

In Narbonne, in Aude, the health crisis has turned the lives of Cyrille Tirard and Matthéo, his 16-year-old son, upside down. Unable to pay her rent, this gym manager chose to live in her business premises to save her business.

“We think about you and the ordeal you are going through. Don’t give up.” With emotion, Cyrille Tirard read this message of support. Two months ago, this gym manager left her home, where she could no longer afford the rent, to move to her business premises. A decision taken with the agreement of Matthéo, his 16-year-old son, educated in Béziers, in the Hérault.

The office has been transformed into a kitchen. Tin cans and other food are stored on the shelves. The family cooks using a stove. “It’s small but it allows us to be able to cook and eat warm.”

Cyrille Tirard and his son have set up a makeshift room in the changing rooms, where mattresses and sleeping bags are placed on the floor. Precarious conditions in which they have been living since the beginning of December. “Even though it’s precarious, we’ve got it all,” says the upbeat and positive manager.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Covid – 19 et chiffres officiels : Nice Matin lance un gros pavé dans la mare !

Covid – 19 et chiffres officiels : Nice Matin lance un gros pavé dans la mare !

Divergence entre les chiffres de Santé publique France et la réalité sur le terrain, l’écart peut aller jusqu’à 60%

Tous les moyens sont bons pour justifier les mesures sanitaires permissives imposées aux français, ils vont même jusqu’à faire mentir Santé publique France et c’est sans aucun doute la même chose dans tous les pays qui sont sous la coupe de Big Pharma !

Voyez plutôt :

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK