Climat : Images de l’ouragan Florence lors de son passage sur la Caroline du Nord

Des rafales de vent allant jusqu’à 150 km/h.

Après la décision du président Américain, Donald Trump, de quitter la Cop 21, c’était le 1er. juin 2018, on pourrait croire que le climat semble vouloir lui renvoyer la balle avec l’ouragan Florence qui a traversé la Caroline du nord et du sud dans l’état de Floride.

Avec des rafales de vent pouvant atteindre 150 km/h, la région accuse déjà des dégâts considérables.

G.S / FINALSCAPE

 

Environnement : L’été s’achève et tout va bien !

Pour le commun des mortels, après un bel été certes caniculaire et peut-être même dramatique pour notre environnement, qu’importent les conséquences, le principal c’est de s’être bien éclaté.

Cette phrase qui demain sera cataloguée dans le registre de l’inconscience collective ou plus exactement dans celui du déni sera une marque de fabrique nous concernant et qui nous rangera, par la justice des hommes et de la planète, dans le registre des “criminels contre la vie“.

Toutes les informations nous ont été transmises depuis bien des années, tous les cris d’alarme ont été poussés et accuser les politiciens ou les industriels ne serait que pure hypocrisie de notre part car nous sommes bien informés aujourd’hui.

Croire en l’avenue d’un messie qui nous guiderait et nous sauverait de cette barbarie consumériste est utopiste; c’est comme croire en Superman, en Spiderman ou n’importe quel héro dont cette société est si addicte.

Nous avançons dans un tunnel rempli d’incertitudes tant pour les uns que pour les autres sans savoir ce qu’en sera l’issue. Mais une chose est certaine, le bout de course n’ira pas en notre faveur à nous, qui de par nos actes démesurés et irréfléchis allons à l’encontre même de la vie.

Je pense que la société toute entière et en l’état devrait être jugée et condamnée par un tribunal constitué par ce que nous détruisons au quotidien, la vie elle-même.

Bien à vous.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Climat : Inondations dans la province de Tolède

Espagne. La ville de Cebolla, dans la région de Tolède, a subi une inondation historique ce samedi. Les rues et les maisons ont été ensevelies avec un niveau d’eau dépassant parfois deux mètres.

Les rues de Cebolla ont été littéralement ensevelies par un courant puissant emportant la végétation et les véhicules sur son passage.

Les inondations historiques de la petite ville de Cebolla n’en reviennent pas, c’est du jamais vu.

Le cours d’eau Sangüesa s’est mué en torrent dans les rues de la petite ville à cause de la forte tempête qui a frappé la région ce samedi depuis 14 heures. Les voitures ont été emportées par le fort courant.

Crédit vidéo : Antena 3 / ES

Le cours d’eau a même dépassé deux mètres de hauteur, charriant des broussailles et des pierres. De grandes quantités de boue se sont accumulées dans les rues, les champs et devant les maisons. Malgré cela, il n’y a pas de blessés graves.

Climat : Des images apocalyptiques durant le passage du typhon Jebi au Japon

Le Japon a été frappé par le plus violent typhon depuis 25 ans

Les rafales du cyclone “Jebi” pouvaient atteindre 220 km/h et de nombreux habitants ont filmé des scènes apocalyptiques.

Jebi a d’abord touché la préfecture de Tokushima, au sud ouest et devait ensuite traverser la partie ouest de l’île principale Honshu.

À l’heure où les images étaient tournées, 1,2 millions d’habitants étaient appelés à rejoindre des refuges et 76’000 bâtiments étaient privés d’électricité. De nombreux magasins, écoles et entreprises ont décidé de fermer durant cette journée.

Bilan : au moins 6 morts et 170 blessés selon la télévision publique NHK.

Crédit vidéo Radio Télévision Suisse / Loopsider

Environnement : Quand l’écologie se conjugue avec la décroissance

Sortie de la crise écologique par la décroissance ?

L’humanité court à sa perte préviennent 15’000 scientifiques à travers le monde et parmi eux, l’Astrophysicien et écologiste, Hubert Reeves qui déclare :”Si on continue comme ça et que l’on bouge pas rapidement, là ça risque d’être foutu”.

Les scientifiques le disent : Il va falloir donner un sacré coup de volant pour éviter de foncer dans le mur climatique. Pour plusieurs d’entre eux, c’est notre système économique qui est responsable de ces dérèglements, un système qui repose sur une croissance perpétuelle. Et donc, pour sauver l’humanité, certains appellent à la décroissance.

Aujourd’hui, qu’est-ce qui mène le monde ? C’est l’économie, une économie capitaliste basée sur la recherche de la croissance infinie. Dans la logique actuelle, si l’économie d’un pays ou d’une entreprise ne croit pas, ou même, ne croit pas suffisamment vite, on peut dire que ça va mal.

On court après la croissance, parce qu’elle permettrait d’augmenter le niveau de vie de tous. Mais ce n’est pas exactement ce qui se passe dans la réalité : en 2016, 82% des nouvelles richesses créées dans le monde sont allées directement dans les poches du 1%, les plus riches.

La croissance a donc creusé les inégalités.

Pour générer cette croissance, on doit consommer plus que le mois précédent, plus que l’année précédente etc … Et pour ça, on doit produire plus et, plus on produit, plus on pollue et plus on épuise les ressources naturelles.

Aujourd’hui, le problème réside dans le fait que l’on utilise plus de ressources naturelles que ce que la Terre est capable de régénérer. La première année où le calcul a été établi, c’était en 1971 où on a estimé que collectivement, on avait épuisé notre budget annuel de ressources naturelles le 21 décembre soit, peu de temps avant la fin de l’année. Cette année, ce même constat est fait au plein milieu de l’été, le 1er. août.

Pour que nous puissions continuer à vivre au même rythme il nous faudrait l’équivalent de 1,7 fois notre planète et c’est un chiffre qui augment chaque année parce que d’une part, la population mondiale augmente constamment et d’autre part, les pays en développement aspirent à rattraper le rythme de vie des pays industrialisés et si tout le monde vivait comme l’on vit au Canada par exemple, pour produire et survivre, l’humanité aurait besoin de l’équivalent de 5 fois la planète.

En analysant tout cela, certaines personnes en sont venues à la conclusion que la croissance perpétuelle dans un monde aux ressources finies n’est pas soutenable et ces mêmes personnes en appellent plutôt à décroitre, à plafonner et, éventuellement à réduire ce que nous produisons.

Le concept de la décroissance prend racine en 1972 avec la publication du rapport Meadows intitulé “Halte à la croissance ?” Ce rapport, mené par des chercheurs du MIT, estime que si on continue dans cette quête effrénée de la croissance, on devrait atteindre un point de rupture aux environs de 2030. Selon ce même rapport, la dégradation de l’environnement et la diminution des ressources provoqueraient une baisse de la population mondiale et une réduction de la qualité de vie de ceux qui resteraient sur terre. Ce rapport a fait l’objet de nombreuses critiques, mais le MIT l’a réactualisé en 2012, et les conclusions sont les mêmes.

Le reste dans la vidéo.

Climat : Japon, inondations catastrophiques dans le sud de l’archipel

Au moins 50 personnes ont trouvé la mort et plus de 65 autres sont portées disparues au Japon. En cause, de fortes pluies qui affectent la moitié sud de l’archipel.

Pendant que l’Amérique du nord suffoque sous des températures écrasantes battant des records, le Japon est englouti sous des trombes d’eau.

G.S

Environnement : Respects madame la nature

Quand la nature gronde, elle nous maintient en respect !

Impressionnantes images tournées par un amateur dans l’État de Floride à Miami Beach.

G.S

Un ingénieur en aéronautique balance tout sur ce qui est couramment appelé géo-ingénierie.

Comme la vidéo le titre : “Für schlafschafe und Trolls /  Pour les moutons endormis et les trolls”

Un ingénieur en aéronautique nous raconte ce qui lui est arrivé :

Il occupait son poste sur une base militaire en Allemagne où l’équipe avec laquelle il travaillait était chargé d’installer sur des appareils du matériel de pulvérisation. Par ce matériel, des substances toxiques devaient être larguées depuis les avions. Après s’être rendu compte de ce qui se passait, il est allé voir, preuves en mains, le représentant local du parti écologiste…

Cet ingénieur balance tout sur ce qui est couramment appelé géo-ingénierie.

Science & Vie : le propulseur de navettes spatiales qui fait pleuvoir

On se trouve à mi-chemin entre la science et la théorie du complot qui met en avant les chemtrails

Jeremy Clarkson se dirige vers le Mississippi où la NASA met au point les propulseurs de navettes spatiales. Consommant plus de 18’92’705 litres carburant, ils génèrent la poussée nécessaire pour propulser les astronautes dans l’espace.

Ce qui sort de ce propulseur étonne le journaliste qui démontre que le phénomène génère un immense nuage provoquant des précipitations.

Stéphane Guibert


Environnement : Les cirrus homogenitus ces nouveaux nuages recensés par l’OMM

Les cirrus homogenitus sont ces trainées que laissent les avions dans le ciel derrière leur passage. Il faut toutes fois que certaines conditions météo soient remplies pour que ce phénomène se produise :

“Les traînées se produisent généralement à partir de 8 000 m d’altitude si le taux d’humidité est de plus de 68 %, et la température inférieure à −39 °C, sur des noyaux de congélations fournis en grande partie par les gaz de combustion. Elles s’estompent en général rapidement par sublimation mais peuvent se transformer, dans certaines conditions d’hygrométrie et de température, en nuages artificiels analogues à des cirrus allongés. Ces nuages artificiels peuvent alors couvrir de vastes surfaces de ciel, notamment dans l’hémisphère nord. Ils peuvent persister durant plusieurs heures à dizaines d’heures.” (Source Wikipédia)

L’explication technique étant dite, les images qui suivent et qui ont été prises le 16 mars démontrent un bien étrange ballet dans le ciel de Augsburg en Allemagne.

Vidéos en fin d’article.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

L’épandage chimique (chemtrails) était déjà utilisé il y a plus de 70 ans comme le démontrent ces images.