Géo-ingénierie : Une brique de plus sur l’édifice

Cet ingénieur de de Météo France reconnaît que les traînées laissées par les avions influent sur le climat et que des expériences de géo-ingénierie ont été effectuées très localement et dans des petites zones pour augmenter la pluie ou limiter les chutes de grêle…

No comment : Une compagnie aérienne inaugure le vol sauna

Cette vidéo restera dans les anales de l’aéronautique. Les trainées laissées derrière l’avion que l’on voit sur ces images sont les contrails (vapeur d’eau) laissées par par l’avion alors que les passagers profitent à plus de 12’000 mètres d’altitude des bienfaits d’un bain de vapeur 😉

Tout le monde le sait aujourd’hui, les épandages chimiques (chemtrails) sortent tout droit des cerveaux dérangés d’une clique de conspirationnistes hippies.

Cela est bien entendu ironique.

Stéphane Guibert

G.S / FINALSCAPE

Géo-ingénierie : Un technique vieille comme la guerre

Les chemtrails dans leurs début : Un avion nazi et un navire déposent un écran de fumée dans l’océan Atlantique.

Tétrachlorure de titane  (FM) est un liquide jaune, ininflammable et corrosif. Au contact de l’air humide, il s’hydrolyse facilement, entraînant une fumée blanche dense constituée de gouttelettes d’acide chlorhydrique et de particules d’oxychlorure de titane.

La fumée de tétrachlorure de titane est irritante et désagréable à respirer. Il est distribué par avion pour créer des rideaux de fumée verticaux et pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’agissait d’un agent de génération de fumée préféré sur les navires de guerre.

Des lunettes de protection ou un respirateur doivent être portés en contact avec la fumée. Des vêtements de protection complets doivent être portés lors de la manipulation de liquide FM. En contact direct avec la peau ou les yeux, le liquide FM provoque des brûlures acides.

Géo-ingénierie : Évidence d’un danger imminent ?

Extrait de présentation : Géo-ingénierie, évidence d’un danger imminent par

Dane Wigington

Probablement l’un des thèmes les plus affectionnés de la complosphère, la géo-ingénierie et plus précisément les chemtrails dont Dane Wigington, expert en énergie solaire nous dresse un rapport effrayant voir même cauchemardesque ; c’était lors d’une présentation, en 2014.

Il nous parle de la quantité effarante de métaux lourds retrouvés dans l’eau de pluie après analyse, des particules laissées par les avions qui sont si fines qu’elles pénètrent directement dans les muqueuses pulmonaires et passent dans le flux sanguin formant une plaque obstruant les récepteurs cellulaires,  cela nous rendant un peu plus stupides de jour en jour.

La Terre est devenue une planète toxique, aucun doute là dessus, on ne peut plus le cacher et la seule source d’eau qui ne soit pas encore contaminée est le lac Vostok dans l’Antarctique, car elle se trouve en-dessous de près de 2 kilomètres de glace.

Aujourd’hui, tous les chemins convergent sur l’ingénierie climatique.

Voir aussi : La position de Greenpeace sur les chemtrails >>>

Stéphane Guibert

Environnement : Avez-vous déjà été témoin de cet étrange phénomène de toiles d’araignées tombant du ciel ?

Celles et ceux qui ont déjà été témoins de ce phénomène de toiles d’araignées tombant du ciel seront intéressés par ce billet, les autres aussi d’ailleurs.

La première vidéo présentée est un montage extrait de l’émission du Youtubeur Silvano Trotta, intitulée : “La vérité cachée des chemtrails” qui est insérée en fin d’article.

Ce premier document s’intéresse plus particulièrement à ce phénomène de toiles d’araignées qui descendent du ciel ; il s’agit en fait de polymères, perturbateurs endocriniens issus de l’interaction entre deux métaux, l’aluminium et le mercure.

Une expérience très intéressante vous démontre comment interagissent ces deux métaux hautement toxiques pour l’environnement et la santé humaine et vous comprendrez alors comment peuvent se concrétiser ces pluie de fausses toiles d’araignées qui se produisent un peu partout à travers le monde.

A noter que la composition du carburant n’est pas la même pour les avions à (polymères) que pour les avions qui ne laissent que les trainées dites : contrails ou chemtrails.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

 

Chemtrails : Quand la théorie du complot rejoint la vérité

Toujours plus présentes dans notre ciel, ces fameuses traînées d’avions qui peuvent durer des heures en s’étendant jusqu’à occulter le soleil.

Je n’affirme ou n’infirme rien, je me pose tout simplement la question : Contrails ou Chemtrails ?

Étant gosse, je me souviens de ces belles journées d’été ou avec mes copains on jouait à regarder les avions nous survoler et bien qu’à l’époque le trafic aérien était moins dense, jamais leur passage ne laissait de telles traces. La question que je me pose est la suivante :

Les conditions atmosphériques en haute altitude n’ayant pas changé depuis, la composition du carburant n’ayant pas changé non plus, pourquoi une différence si marquée dans le sillage des avions aujourd’hui ? De plus en plus de personnes se posent la même question et essayer de trouver une réponse qui ne parte pas dans l’hystérie complotiste est loin d’être évidente car entre se voiler la face et crier au loup, trouver le juste équilibre relève de l’utopie, mais se poser la question permet tout de même de garder un œil alerte et critique sur ce que les élites tentent de nous faire avaler et l’on sait aujourd’hui ce que valent leurs paroles.

Préambule de la vidéo proposée dans ce billet :

Utiliser des arguments non vérifier pour étayer nos thèses, c’est utiliser le bâton pour se faire battre. Quand un conspirationniste affirme avec insistance qu’il y a des produits chimiques dans des bidons pour une destruction de masse alors qu’il est expliqué que ce sont des bidons d’eau utilisés pour compenser le poids en phase de vol test, quand on montre des équipements connus pour des tests de givrage en vol comme si ils étaient une preuve d’épandage, quand on utilise des photos qui semblent appuyer la cause sans en vérifier l’origine, c’est nuire à toutes celles et ceux qui s’appliquent à démontrer la vérité.

Dans votre recherche de vérité n’oubliez pas :

Le mensonge est au service du mensonge.

Bien sûr, les épandages chimiques existent. Le brevet de cet équipement concernent des retardants de feu. Et cet équipement chez les militaires ? Pour retarder la pluie ?

Si nous n’avons rien et n’avons aucun élément de certitude alors regardons le ciel et que vous dit votre bon sens ?

On nous dit : Les aérosols existent et c’est bien car ils contribuent à la lutte contre le réchauffement climatique. Que dit le bon sens ? Mais ce sont bien des aérosols ? Ou contrails d’avions et de navires ? Ne vous posez plus la question puisque l’on vous dit que c’est bien.

Dormez bien braves gens.

La vidéo fait également mention de ces poussières et fibres polymères issues de la nanotechnologies qui réagissent à l’approche des doigts et qui seraient liées à une maladie aussi cataloguée dans les thèses conspirationnistes : La maladie des Morgellons.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Un ingénieur en aéronautique balance tout sur ce qui est couramment appelé géo-ingénierie.

Comme la vidéo le titre : “Für schlafschafe und Trolls /  Pour les moutons endormis et les trolls”

Un ingénieur en aéronautique nous raconte ce qui lui est arrivé :

Il occupait son poste sur une base militaire en Allemagne où l’équipe avec laquelle il travaillait était chargé d’installer sur des appareils du matériel de pulvérisation. Par ce matériel, des substances toxiques devaient être larguées depuis les avions. Après s’être rendu compte de ce qui se passait, il est allé voir, preuves en mains, le représentant local du parti écologiste…

Cet ingénieur balance tout sur ce qui est couramment appelé géo-ingénierie.

Science & Vie : le propulseur de navettes spatiales qui fait pleuvoir

On se trouve à mi-chemin entre la science et la théorie du complot qui met en avant les chemtrails

Jeremy Clarkson se dirige vers le Mississippi où la NASA met au point les propulseurs de navettes spatiales. Consommant plus de 18’92’705 litres carburant, ils génèrent la poussée nécessaire pour propulser les astronautes dans l’espace.

Ce qui sort de ce propulseur étonne le journaliste qui démontre que le phénomène génère un immense nuage provoquant des précipitations.

Stéphane Guibert


Environnement : Les cirrus homogenitus ces nouveaux nuages recensés par l’OMM

Les cirrus homogenitus sont ces trainées que laissent les avions dans le ciel derrière leur passage. Il faut toutes fois que certaines conditions météo soient remplies pour que ce phénomène se produise :

“Les traînées se produisent généralement à partir de 8 000 m d’altitude si le taux d’humidité est de plus de 68 %, et la température inférieure à −39 °C, sur des noyaux de congélations fournis en grande partie par les gaz de combustion. Elles s’estompent en général rapidement par sublimation mais peuvent se transformer, dans certaines conditions d’hygrométrie et de température, en nuages artificiels analogues à des cirrus allongés. Ces nuages artificiels peuvent alors couvrir de vastes surfaces de ciel, notamment dans l’hémisphère nord. Ils peuvent persister durant plusieurs heures à dizaines d’heures.” (Source Wikipédia)

L’explication technique étant dite, les images qui suivent et qui ont été prises le 16 mars démontrent un bien étrange ballet dans le ciel de Augsburg en Allemagne.

Vidéos en fin d’article.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

L’épandage chimique (chemtrails) était déjà utilisé il y a plus de 70 ans comme le démontrent ces images.

 

 

Environnement : Le cirrus, nouveau venu dans la catégorie des nuages

>>>Source de la photo<<<

Le cirrus ou homogenitus initialement appelé contrail fait partie des 12 nouveaux nuages recensés dans l’Atlas de l’OMM, Organisation météorologique mondiale. Selon l’OMM, ce nuage se forme après le passage des avions dans l’atmosphère. Des conditions sont toutefois nécessaires pour que ce phénomène se produise :

Les traînées se produisent généralement à partir de 8 000 m d’altitude si le taux d’humidité est de plus de 68 %, et la température inférieure à −39 °C, sur des noyaux de congélations fournis en grande partie par les gaz de combustion. Elles s’estompent en général rapidement par sublimation mais peuvent se transformer, dans certaines conditions d’hygrométrie et de température, en nuages artificiels analogues à des cirrus allongés. Ces nuages artificiels peuvent alors couvrir de vastes surfaces de ciel, notamment dans l’hémisphère nord. Ils peuvent persister durant plusieurs heures à dizaines d’heures. (Source : Wikipédia)

D’autres théories qui sont en partie reconnues aujourd’hui parlent de chemtrails, (chemical trails) épandage de produits chimiques contenant des métaux lourds comme l’aluminium par exemple. Il a en effet été reconnu que l’épandage de ces produit devrait luter contre le réchauffement climatique en réfléchissant les rayons du soleil les empêchant d’atteindre le sol. Cette pratique a d’ailleurs été utilisée avec succès en Chine afin de provoquer des chutes de neige.

(Vidéo en fin d’article)

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora