WORLD TRUST CENSORS

Aujourd’hui, c’est bien connu, un problème, par l’entremise de la dissimulation et du mensonge, devient vite, pour nombre de gredins partisans du chaos mondial, une solution miraculeuse. D’ailleurs, est-ce un hasard si, de ce point de vue, la France est si rapidement devenue une sorte de succursale bancaire d’un nouveau « Lourdes » mythique rothschildien d’hypnose collective ? C’est-à-dire un lieu où, à la vitesse grand V, l’opinion publique manipulée ; comme, d’ailleurs, la santé économique et politique des citoyens, se transforme, comme par miracle, en pathologie liberticide pour tous.

On comprend donc mieux pourquoi dans un tel lieu,  les « miracles » européistes, les prêches macronistes, la foi oligarchique et — les cerveaux mondialisés y ont seuls droit de cité. C’est pourquoi, toute allusion aux droits souverains des nations (aujourd’hui, la Syrie, après tant d’autres) y est donc strictement interdite.

Les propriétaires de la Cie des World Trust Censors, et ses gardes-chiourmes européanistes, en ont ainsi décidé.

Pour conclure, laissons la parole à Louis Pauwels qui déclarait : « Ceux qui craignent avec tant de bonté qu’on lave le cerveau d’un quidam, savent laver le cerveau d’une nation ».

N’est-il pas M. Macron ?

Suicides à la SNCF : la chronique d’Audrey Vernon censurée sur France Inter

Non, la chronique ne s’est pas perdue dans les tuyaux de la Maison de la Radio, comme l’indique la page d’erreur sur France Inter, la vidéo a bel et bien été retirée par la rédaction. Nous la republions sans la mention des noms des responsables SNCF.

La comédienne Audrey Vernon avait défrayé la chronique ce vendredi 17 Mars, en revenant sur les circonstances du suicide d’Edouard Postal, cheminot réprimé par la direction qui s’était donné la mort quelques jours plus tôt et pour lequel des centaines de cheminots s’étaient donné rendez-vous le mercredi 15 mars, gare de Paris Saint Lazare pour un hommage émouvant. Elle revient dans sa chronique sur les difficultés des travailleurs du public, dans la santé, les Télécom, la Poste ou la SNCF. Elle dénonce cette série noire de suicides, qui cache le passage en force des suppressions d’emplois et autres réorganisations ou privatisations que vivent les travailleurs au quotidien.

Sur Youtube

Sur VK

Après les suicides, les répressions antisyndicales assumées, voilà que la SNCF joue un rôle troublant dans le retrait par France Inter de cette chronique de 2min25 d’Audrey Vernon, sur une radio pourtant dite publique.
Sa chronique est comme un bol d’air frais dans ce paysage médiatique, qui d’habitude préfère mépriser et traiter les travailleurs qui luttent, comme des voyous. Ou bien encore qui essaye de faire passer l’acte d’Edouard, comme l’acte d’un déséquilibré psychique, en omettant de faire le rapprochement entre suicide et répression. Les cheminots avaient largement aimé et partagé sa chronique, pour sa véracité et surtout pour toute l’émotion qu’elle suscite dans ses mots soigneusement choisis.

Alors pourquoi avoir mis la pression sur la radio pour que ce billet d’humeur soit retiré ?
Le problème serait-il venu de la dénonciation que fait Audrey des 3 dirigeants de Paris St Lazare, citant leur nom publiquement ? Mais cette dénonciation est juste car c’est bien cette politique, pensée dans les plus hautes sphères de la SNCF et appliquée par les dirigeants d’établissement, la responsable de ce qui se passe aujourd’hui à la SNCF. Les dirigeants d’établissement qui avaient engagé les poursuites disciplinaires contre Edouard Postal devraient donc être amenés devant les tribunaux.
La SNCF, très embêtée par cette chronique, après le suicide d’Edouard Postal le 10 mars, puis celui de Frédéric Hein, cheminot de Mulhouse, jeudi 16 Mars, entame une démarche de nettoyage de la communication. Car plutôt que de faire son mea culpa en prenant toutes les mesures nécessaires pour arrêter cette série infernale de suicides et de répression antisyndicale, la SNCF essaye maintenant de limiter la liberté d’expression des journalistes. Cela arrive après que la direction ait mis en garde l’ensemble des cheminots sur les réseaux sociaux, en conseillant de faire attention aux termes employés, et de ne pas critiquer l’entreprise publiquement, sous couvert toujours de ce fameux code de déontologie, qu’elle sait utiliser comme bon lui semble pour réprimer les militants syndicaux.

A quoi joue la SNCF, si ce n’est d’essayer de jouer la montre pour que les affaires se tassent rapidement, sans que la nouvelle image que les dirigeants essayent de donner à l’entreprise après la réforme ferroviaire, ne soit trop entachée ? Car oui la SNCF a besoin d’avancer sans bruit, jusqu’à cette ouverture à la concurrence qu’elle attend de ses vœux et qu’elle prépare à coups de pression sur la productivité des agents (avec notamment ses projets de fermeture de technicentres, de rachat de lignes par sa filiale privée Transkeo, la fusion des établissements voyageurs, la suppression des agents d’accompagnement, etc.)

Pour reprendre la conclusion d’Audrey Vernon à l’adresse des cheminots : « C’est vous qui faites tourner le monde, s’il vous plait continuez ! Arrêtez de vous suicider ! »

Source : Révolution permanente

La censure Facebook et les algorithmes

Censure sur Facebook :

J’ai constaté que mes commentaires sont systématiquement censurés sur Facebook à partir du moment ou les mots clefs “finalscape.com” en font partie.

La preuve sur l’image ci-dessus ou je répondais à un Fake en fournissant le lien qui le démontait :

Réponse de Facebook sur le lien : Votre commentaire sur la publication de xxx a été marquée comme indésirable. Corrigez-le …

Sur le commentaire du dessous “blabla” cela a passé comme une lettre à la poste.

La censure en marche à pas de géant !

Pour info, le “Hoax” en question prétendait que suite à une augmentation soudaine du prix des carburants, des milliers d’allemands avaient décidé d’abandonner leur véhicule sur la voie publique alors qu’il s’agissait en réalité d’un immense bouchon en chine.

>>>Lien sur l’article<<<

Les “Fake News” sont émises par ceux qui veulent faire de leurs mensonges, notre vérité. Ne soyons pas dupes !!!

Guibert Stéphane

Internet : La censure se développe, la dissidence se fait étouffer par une dictature grandissante

Cette courte vidéo un petit peu dans l’urgence pour vous avertir de ce qui est en train de se passer sur Internet.

Les géants du web, Facebook, Youtube, Google et compagnie donc ce qu’on appelle les GAFA sont en train de faire le ménage dans leurs contenus, leurs algorithmes, pour évincer, faire taire, supprimer toutes les voix dissidentes ou l’information alternative en général. Et en France, la censure est particulièrement violente :

On a vu plusieurs pages Facebook être définitivement supprimées sans préavis, et à priori sans possibilité de retour en arrière.

On sait qui nous domine et quel réseau ils ont derrière eux, on sait aussi qu’en étant sur les réseaux sociaux on joue à l’extérieur, sur leur terrain à eux, mais voilà, nous devons dénoncer quand-même de toutes nos forces cette censure, qui est plus perfide qu’on le pense. Ils nous réduisent au silence, les uns après les autres, de différentes façons, en allant jusqu’à modifier leurs algorithmes pour que nos vidéos se propagent le moins possible. Je pense à la vidéo du Raptor dissident qui a disparu des tendances Youtube au bout de 2 jours alors qu’elle était numéro 2.

Le reste dans la vidéo

France : Le gouvernement s’apprête à censurer les émissions Cash investigation, Envoyé spécial et Complément d’enquête

Cet article tombe à point nommé car juste après la publication du billet consacré au journalisme d’investigation, François Ruffin, journaliste et homme politique, nous informe que dans un esprit d’économies, l’assemblée nationale va s’en prendre aux magasines d’investigations Complément d’enquête, Envoyé spécial et cash investigation en supprimant 33 CDD pour complément d’enquête et envoyé spécial dont on va diminuer la fréquence par 3 voir par 6.

Voilà comment la contrainte budgétaire se conjugue avec la censure politique.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

« Complément d’enquête » et « Envoyé spécial » sous le choc des coupes budgétaires
Lors d’une assemblée générale, les journalistes de France Télévisions ont adopté le principe d’un vote sur une motion de défiance contre la présidente du groupe public, Delphine Ernotte.

« D’accord pour participer à l’effort de guerre, mais là, ça va trop loin… » Ce journaliste résume « l’état de sidération » des équipes d’« Envoyé spécial » et « Complément d’enquête », deux émissions sur lesquelles la direction de l’information de France Télévisions veut réaliser des économies.

Une « piste » à l’étude serait de diffuser les « jeudis de l’information » seulement en première partie de soirée, ce qui réduirait le temps d’antenne de ces émissions présentées par Elise Lucet et Thomas Sotto. Au passage, des contrats à durée déterminée, majoritaires dans ces émissions, seraient supprimés. « Rien n’est encore arbitré », a précisé le directeur de l’information, Yannick Letranchant, mercredi 22 novembre sur France Inter.

Sans rassurer : une assemblée générale s’est tenue jeudi 23 novembre à France 2, lors de laquelle les journalistes ont adopté le principe d’un vote sur une motion de défiance contre la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte. Le vote aura lieu dans les prochains jours.

« Réduire la voilure »

Mardi, les équipes des deux émissions ont adressé une lettre ouverte à la présidente Delphine Ernotte : « Une rédaction des magazines de service public, c’est la possibilité de pouvoir enquêter sur Bygmalion sans être censuré, d’envoyer une équipe en Erythrée sans être accusé de sous-traiter le risque, de dévoiler les dessous de la communication d’Emmanuel Macron sans payer les mécontentements du Château (…), d’être la seule rédaction suffisamment indépendante pour pouvoir enquêter sur Vincent Bolloré et de remporter ainsi le prestigieux prix Albert Londres. »

Mercredi, la société des journalistes (SDJ) de France 2 a renchéri : « Tout en payant la même redevance, le téléspectateur verra moins d’émissions d’enquêtes et d’investigation. »

En face, la direction met en avant les économies imposées par le gouvernement : le budget 2018 a été réduit de 50 millions d’euros, malgré le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux. « Réduire la voilure n’est jamais agréable mais aucun service n’y échappe », a assumé Yannick Letranchant. Une bataille de chiffres est engagée : « Cinquante millions d’euros, sur trois milliards de budget, ça devrait représenter moins de 2 %, argumente un journaliste. Or, “Envoyé spécial” et “Complément d’enquête” emploient 25 reporters, dont seulement 7 en CDI, pointe-t-il. « Si on supprime les CDD, il ne restera que cinq journalistes à “Envoyé spécial” et deux à “Complément d’enquête”. »

Nous conservons les deux marques »Selon la direction, il n’y a pas plus de 55 % de CDD, si l’on inclut les non-reporters. Surtout, les réductions de postes ne seraient pas chiffrables car elles dépendent de la fréquence de la nouvelle programmation et de sa date d’entrée en vigueur, a priori en début d’année. Sur les plus de 200 postes non renouvelés à France Télévisions en 2018, « 40 à 50 » devraient être supprimés à « l’info », reconnaît la direction. La SDJ craint que les « magazines » – « Complément d’enquête » et « Envoyé Spécial », mais aussi « 13 h 15 le samedi » et « 19 heures le dimanche » – soient sabrés, en raison de la suppression de CDD

Le temps d’antenne, selon les journalistes, pourrait être divisé par trois : aujourd’hui, « Envoyé spécial » et « Complément d’enquête » sont programmés l’un à la suite de l’autre, trois jeudis par mois, environ. Demain, ils pourraient n’être visibles qu’une fois par mois chacun, les deux autres jeudis étant consacrés à « L’Emission politique » et à « L’Angle éco ». Mais pour la direction, ces calculs sont prématurés : « Envoyé spécial » pourrait être plus fréquent que « L’Angle éco ».

« Nous conservons les deux marques, “Envoyé spécial” et “Complément d’enquête” », a insisté M. Letranchant, pour qui l’investigation « ne se mesure pas au kilo. » De plus, « Complément d’enquête » passerait en prime time. Enfin, argue la direction, les réductions de postes dans les services d’information sont d’autant plus importantes que ceux-ci ont été épargnés ces dernières années, en raison de la présidentielle et du lancement de la chaîne France info.

Le sujet est très sensible pour Delphine Ernotte, qui a souvent mis en avant la liberté d’enquête du service public : elle avait diffusé un documentaire sur le Crédit mutuel, déprogrammé par le Canal+ de Vincent Bolloré. Puis, son directeur de l’information Michel Field avait limogé les figures historiques d’« Envoyé spécial », Guilaine Chenu et Françoise Joly, et demandé à Elise Lucet, le visage de « Cash Investigation », de superviser les « jeudis de l’information ».

Une décision « dans les prochains jours »

Depuis, des accrocs ont eu lieu, notamment fin 2016, autour de la date de programmation d’un sujet sur les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. Au printemps 2017, une réflexion a été mise en place pour « diversifier » les enquêtes d’« Envoyé spécial » et intégrer davantage de thèmes de société. Début juillet, son rédacteur en chef, Jean-Pierre Canet, ancien de « Cash Investigation », a été mis à l’écart après la mort de trois journalistes lors d’un tournage à Mossoul, en Irak.

« Il n’y a pas eu d’inflexion de la ligne et nous avons continué à faire des reportages parfois difficiles », relativise un journaliste, tout en pointant une « pression » sur les audiences, en « dents de scie ». « Nos sujets sont parmi ceux qui créent le plus de retours négatifs ou de procès, argumente un autre reporter. Nous ne sommes pas dociles. Si on réduisait “Envoyé spécial” et “Complément d’enquête” ou qu’on faisait appel à des sociétés extérieures, ces sujets existeraient sans doute moins. » La direction promet de prendre une décision « dans les prochains jours ».

Coup de gueule : Censure quand tu nous tiens !

Nouvelle censure sur ma chaine & chaine michael Antidebunker strikée !!! … Une censure par extermination radicale et systématique ! Heureusement j’ai sauvegardé les anciennes vidéos …

L’aventure continue néanmoins …

Censure, quand tu nous tiens !

Censure Facebook, Thom Aldrin and Co et Vkontakte : comment échapper – momentanément – à la machine tyrannique de Macron …?!

Actuellement,  une veritable guerre à été déclenchée par Macron via les médias sociaux d’internet déjà utilisés par les services d’espionnage americains pour surveiller nos moindres faits et gestes.

Le nouveau pouvoir politique français étant encore plus inféodé aux intérêts et consignes de Washington que ses prédécesseurs (ce qui n’est pas peu dire…), a certainement mesuré le danger (pour lui et ses maîtres) que représente un autre son de cloche de plus en plus crédible face à des médias mainstream copieusement discrédités pour leur accointance et leur servilité manifeste avec les pouvoirs en place.

Il à donc décidé de livrer – en premier lieu – une guerre de censure sans merci pour réduire au silence les médias alternatifs, les ré-informateurs et les lanceurs d’alerte. D’abord en faisant brutalement supprimer leur compte Facebook en attendant d’autres mesures encore plus radicales…

Votre serviteur en a déjà fait les frais avec la suppression de son propre compte Facebook qui existait depuis 2010…. ( le provisoire étant « Thom Aldrin deux »…

puis Thom Aldrin Trois, Quatre…Jusqu’à ce qu’il décide d’agir directement sur nos connexions internet pour nous faire taire…

La liberté d’expression a manifestement de « beaux » jours devant elle avec le pion de luxe du système bancaire oligarchique occidental…Les autres libertés fondamentales n’ont pourtant pas de raison d’être épargnées vu comme les choses se goupillent à présent…

En effet, ceci n’étant que le commencement si on en croit les propos du putatif chef de l’état français lors de son tout premier G7 …

En écoutant le début de son discours ou il parle de terroristes dont il faut neutraliser l’espace de propagande sur internet, on se rend compte assez vite qu’il ne parle pas des vrais terroristes. Pour une raison très simple: les vrais terroristes ont été armés, aidés et soutenus par le pouvoir de Francois Hollande auquel il a longtemps participé…

En conséquence, les « terroristes » en question sont donc forcement les ré-informateurs, les medias alternatifs et les lanceurs d’alerte…j’en veux pour preuve qu’il n’a jamais dénoncé les propos absolument scandaleux de son ancien collègue Laurent Fabius qui avait déclaré que « le Front al Nosra faisait du bon boulot ». Des faits suffisamment graves pour justifier des poursuites judiciaires et une condamnation pour apologie du terrorisme…Au lieu de finir à la meilleur place du conseil constitutionnel… !!

D’ailleurs, bientôt, le qualificatif – fourre tout – de « Terroriste(s) », va se voir complété du terme d’ « intellectuel »…

Outre le fait de jeter l’opprobre contre ceux qui contestent la propagande du système et le font savoir, cela permettra surtout de les criminaliser pour justifier de les museler complètement, donc de les juger pour les condamner afin de justifier de les faire enfin disparaître dans un camp de rééducation que l’état a déjà créé pour les individus islamistes radicaux. Centre fermé pour cause d’échec du processus de dé-radicalisation…qui peut « opportunément » se rouvrir avec des méthodes bien plus violentes pour les dissidents que nous sommes. Toute ressemblance avec le camp nazi de Dachau étant totalement fortuite…pour l’instant

D’une autre façon, les signes avant-coureurs d’une volonté dictatoriale se sont manifestés lors de la conference de presse suite a la premiere visite officielle de Vladimir Poutine à Versailles. Macron a donné toute la mesure de son mépris vis-à-vis de la liberté d’informer ainsi que contre les médias qui oseraient ne pas relayer la doxa estampillée par ses soins et ceux de ses maîtres…

Ce fut d’abord le cas avec les accusations péremptoires de son équipe de campagne, ensuite par son cabinet et enfin par lui meme durant cette conference de presse.

Des accusations de mensonges et de propagande proférées sans apporter la moindre preuves malgré la demande insistante des medias publics russes incriminés – que sont RT et Sputnik – de les leur fournir !!

Les accusations étant dénuées de preuves, répétées publiquement par l’entourage officiel du putatif président français, les médias russes ont donc décidé de déposer plainte pour diffamation et calomnie à leur encontre.

Il n’empêche que l’occupant de l’Elysée a suivi son équipe de campagne dans ses accusations en lançant une violente attaque des medias publics russes en présence de leur propre patron, le chef du Kremlin…En affirmant que les journalistes de ces médias russes n’étaient pas des journalistes et qu’ils faisaient de la propagande mensongère…justifiant les mesures empêchant de faire leur travail d’information en leur interdisant l’entrée dans les salles de presse du mouvement « en marche! »

On peut penser que les entraves à la liberté d’informer dont les médias publics russes sont l’objet en France, ne s’arrêteront pas la. Car l’Union Européenne et l’OTAN considérent déjà ces médias ainsi que tous les dissidents qualifiés arbitrairement de « pro-russes » comme des cibles légitimes de la censure… et sans doute plus encore ensuite !!

Devant ce constat, deux choix s’offrent a nous:

  • Laisser tomber le combat et attendre que ces psychopathes qui tirent les ficelles derriere Macron, déclenchent une guerre thermonucléaire qu’ils seront incapable de contrôler et qui mettra fin a notre civilisation. Et dans ce cas, organiser les derniers mois pour profiter de la vie…enfin si ca reste encore possible
  • Relever le défi en pensant que leur victoire est très hypothétique surtout quand les mesures les plus impopulaires prévues au programme, précipiteront de très nombreuses personnes dans les rues pour faire entendre leur colère. Que des indices forts démontrent que les tenants d’un monde multipolaires remportent de plus en plus de victoires face à ces gangsters. Il nous faut alors utiliser les outils existants pour nous réorganiser et devenir plus fort et efficaces contre ce système démoniaque…

Dans ce domaine, pour l’instant, il n’existe pas énormément d’alternatives pour se regrouper en masse sans être systématiquement la cible des services de renseignements occidentaux et en particulier américains…

Le réseau social russe VKontakte, permet de s’affranchir de cette surveillance intrusive.

De plus, contrairement à Facebook ou il faut impérativement être inscrit pour pouvoir consulter les profils, tous le monde peut consulter n’importe quel profil sur  VKontakte sans y être inscrit…ce qui permet une diffusion beaucoup plus large des publications déposées sur VK. C’est idéal pour les médias alternatifs et autres ré-informateurs !

De même, l’equivalent russe de YouTube et Dailymotion étant RuTube. C’est une autre façon d’éviter encore une fois les « fourches Caudines » de la surveillance nauséabonde occidentale

Pour information, Vkontakte ne demande qu’un numéro de téléphone portable pour permettre a celui qui s’inscrit de pouvoir récupérer son compte en cas de piratage…

Info très importante : le numéro de téléphone demandé lors de l’inscription, est a inscrire derriere « +33 » . il faut savoir que si vous appelez de France vers un numéro de portable en France, le numéro commence par 06 ou 07. Si par contre vous téléphonez depuis l’étranger vers un numéro de téléphone en France, il faut écrire l’indicatif de la France qui est « +33 » et le zero qui se trouve devant votre numéro de portable disparaît alors si « +33 » est tapé !!

Ainsi, si votre numéro est 06 99 99 99 99, sur VKontakte, vous devez l’écrire 6 99 99 99 99 derriere le +33 !!! …soit sans espace, vous devez l’écrire +33699999999 

Voici d’autres infos sur VKontakte au moment de l’inscription. Ensuite vous pourrez me demander une fois connecté pour avoir d’autres infos sur la façon d’utiliser le réseau social russe:

Voici comment mettre VKontakte en français :

Nota : dans le menu a gauche, juste en dessous de « mon profil », il y a « nouvelles », c’est l’équivalent du fil d’actualité Facebook !

A bientôt parmi la petite communauté grandissante de dissidents français !!

Thom Aldrin

Coup de Gueule d’un Youtubeur : Sondages truqués et manipulés ?

Sondages et  FRANCOIS ASSELINEAU, le gros Coup de gueule d’un youtubeur ” l’Aile à Stick

“Les instituts de sondages dont se servent les médias aux ordres de ceux qui possèdent les deux  vous mentent depuis toujours.

Hier et aujourd’hui nous le savons maintenant , aucune éthique hormis le pognon.”

Cette vidéo issue du réseau social “Arbre d’esprit” en dit long sur les pratiques des médias et des instituts de sondages, en effet :

Sur une liste dressée par un institut de sondages à l’occasion de la prochaine élection présidentielle en France, il est proposé : “pour qui iriez-vous voter?

Le candidat François Asselineau président du parti URP présent sur les réseaux sociaux depuis la création de son parti il y a 10 ans, ayant atteint un nombre suffisant de parrainages pour se présenter à l’élection présidentielle de 2017 et, suite à de nombreux débats télévisés auxquels il a participé et ou il c’est fait clairement remarqué, ce candidat ne figure pas dans ledit sondage.

A la veille de l’élection présidentielle de 2017  on peut effectivement se demander pour quelle raison François Asselineau n’y figure pas.

Souvenons-nous de cette vidéo ou :

Une experte en intelligence artificielle déclare sur le plateau de C News que François Asselineau figure dans le peloton de tête à la présidentielle 2017, les deux autres candidats étant Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Pour cette experte, Le point commun entre ces trois candidats réside dans le fait qu’ils soient anti européen, anti OTAN et qu’ils aient de la complaisance pour le président Russe, Vladimir Poutine et, selon elle, cela représente un réel problème.

Ce qui différencie François Asselinuneau des deux autres candidats c’est qu’il soit le seul avec le candidat Jacques Cheminade à proposer via l’article 50 des traités européens, une sortie de l’Euro et de l’Union Européenne.

Soyez vigilent citoyens français, ne vous laissez pas enfumer par des sondages truqués ou des attentats (False Flag) qui ne sont là que pour vous manipuler !

Et afin de bien tout comprendre, prenez le temps d’aller jusqu’au bout de l’article ou l’on vous parle du management de le peur et ou l’on vous démontre pour rappel, le démontage d’un attentat.

Attentat ou False Flag ?

Ce qu’il faut savoir : 2 % seulement des attentats son commis pour des motifs religieux.

Le management de la terreur!

Le terrorisme est la meilleur arme politique, puisque rien ne fait réagir davantage les gens que la peur d’une mort soudaine…. Adolf Hitler

Un but recherché et jusqu’à présent atteint, le mot « ATTENTAT » terrorise la population et la détourne pour un moment de ses préoccupations quotidiennes.

Il est important voir même capital si on veut bien comprendre, de savoir qu’ une étude d’Europol pour l’année 2013 démontre que les musulmans ne seraient responsables que de 2 % des attaques terroristes de ces 5 dernières années et si l’on regarde l’année 2013 de plus près, on constate que sur les 152 attaques terroristes 2 avaient des motifs religieux et le reste des motivations nationalistes ou séparatistes.

Faire passer une décision gouvernementale impopulaire, faire remonter un président dans les sondages, justifier une intervention militaire au Moyen Orient, l’attentat terroriste tombe toujours à point nommé.

En 2017 tout le monde sait que les terroristes, rebelles, Daesh, Al-Qaïda etc… sont financés par le Qatar, l’Arabie Saoudite et l’occident.

Aidés par les médias Mainstream tout ce petit monde essaye de nous faire croire à cette désinformation et justifie ainsi ses interventions massives au Moyen-Orient notamment, l’état d’urgence qui perdure et l’état de troisième guerre mondiale à laquelle on se prépare de plus en plus.

Un Rabbin nous explique les rouages de ce système puis la présentatrice Jasmin Kosubek de la chaîne RT accompagnée du journaliste Christoph Hörstel nous expliquent de manière très convaincante ce qu’est le Managment de la terreur.

Le Management de la terreur.

Et pour rappel : Démontage d’un False Flag

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Censure sur les réseaux sociaux et copyright : La mise à mort de la liberté d’expression.

Le projet de directive de l’UE prévoit (1) de créer un droit de propriété sur LES LIENS. Oui, vous avez bien lu ! Le but est de pouvoir rendre payant le partage d’un lien (avec sa petite image et ses 2-3 premières lignes d’un article).

Contre le fonctionnement de base d’internet qui a besoin de partager des liens, Il faudrait donc payer pour simplement partager un lien vers un article d’une agence de presse, article pourtant disponible gratuitement lui même.

Cette directive est censée permettre aux sites de presse de se financer par la taxe sur les gros agrégateurs comme google news, mais :
La directive ne restreint pas la taxe à payer à ces agrégateurs, ça pourra donc en droit concerner n’importe quel partage de n’importe qui.
Des mesures semblables en Espagne et en Allemagne ont été un gros échec.

Cette directive prévoit également (2) de généraliser les robots qui scannent le contenu avant publication pour vérifier s’il n’y a pas un mini bout sous copyright, comme ça se fait déjà sur youtube, à toutes les plateformes (facebook, twitter, etc.).

Il faudra donc que votre vidéo de mariage n’ait pas un bout trop clair de telle ou telle musique sous copyright… sinon, comme les youtubeurs en font déjà l’expérience, vous vous ferez rappeler au bon droit du copyright.

A l’opposé de ce projet, ce qu’il faudrait est de reconnaître un droit de citation d’extraits qui permettent l’illustration, la parodie, la critique par l’utilisation gratuites des petits extraits, selon la logique du “fair use”. Par exemple, on devrait pouvoir utiliser 15 secondes de musique d’un film sous copyright pour mettre en fond d’un extrait de c film qu’on commente dans une vidéo.

Taxe sur les liens, robots de censure automatique du contenu pour copyright, des dizaines d’associations de défense de la liberté d’internet alertent sur un projet de directive de la commission européenne qui vise internet, avec une campagne : SAVE THE LINK.

>>>OSONS CAUSER LE SITE<<<

>>>Pour interpeller les députés européens sur la campagne SAVE THE LINK<<<

Parlons de censure et de droit d’auteur sur Youtube

L’Europe enterre la liberté d’expression en limitant l’activité des médias russes !

Tout en poursuivant une campagne visant à dénigrer la Russie par le biais de leurs propres médias, les autorités occidentales veulent développer des mesures contre les médias russes. Sputnik est parmi les premiers sur la liste.

vk

Les débats sur la situation en Syrie et en Turquie, sur le renforcement de la défense européenne, ainsi que sur les mesures pour contrer les médias russes, y compris Sputnik et RT, figurent à l’ordre du jour d’une session plénière de quatre jours du Parlement européen qui s’ouvre lundi à Strasbourg.

La question concernant les médias russes fait partie d’une résolution du Parlement européen mise au vote pour le 23 novembre prochain. Le document affirme que la Russie promeut une propagande hostile contre l’Union européenne. Notons que les auteurs de la résolution mettent la campagne antirusse sur un pied d’égalité avec la lutte contre le groupe terroriste État islamique (Daech) tout en exhortant les États-membres de l’UE à assurer un financement supplémentaire du projet.

Auparavant, le portail européen EU Observer avait annoncé que le groupe de travail de l’UE chargé de « faire face à la Russie » pourrait obtenir des fonds s’élevant à un million d’euros.

En outre, le projet de résolution prévoit de renforcer, y compris financièrement, la chaîne de propagande européenne et antirusse Euronews.

Le document sur les médias russes stipule que la Russie, « ayant pour objectif d’affaiblir et de diviser l’Union européenne, utilise un large éventail de mesures et d’instruments ».

Les autorités européennes vont examiner la question de la « propagande russe » dans le contexte d’une véritable guerre de l’information menée par l’Occident contre la Russie. En particulier, l’Occident accuse faussement la Russie de bombarder des sites occupés par la population civile en Syrie dans le cadre de sa campagne contre Daech.

source