Mel Gibson : Hollywood est un ‘repaire de parasites’ de ‘festoyeurs de sang d’enfants’

 

Attention ! Nécrophilie et nécrophagie. À gerber !…  Il est prudent de prévoir une cuvette de WC. Thierry Theller

 

janvier 14, 2018 de Edward Morgan

Les studios d’Hollywood sont “détrempés par le sang d’enfants innocents” selon Mel Gibson qui affirme que la consommation de “sang de bébé est si populaire à Hollywood qu’il fonctionne essentiellement comme une monnaie à part entière”.

Les élites hollywoodiennes sont un “ennemi de l’humanité agissant continuellement à l’encontre de nos meilleurs intérêts” et “brisant tous les tabous de Dieu donnés à l’homme, y compris le caractère sacré des enfants”, a déclaré Mel Gibson à Londres, où il fait la promotion de son rôle dans Daddy’s Home 2, le plus important à l’écran depuis des années.

“C’est un secret ouvert à Hollywood. Ces gens ont leurs propres enseignements religieux et spirituels et leurs propres cadres sociaux et moraux. Ils ont leurs textes sacrés – ils sont malades, croyez-moi – et ils ne pourraient pas être plus en désaccord avec ce que représente l’Amérique.”

Mel Gibson est apparu dans le Graham Norton Show sur la BBC vendredi, et il a informé ses invités sur la vraie nature des élites hollywoodiennes dans les coulisses de la salle verte après son apparition.

Expliquant qu’il a passé les dix dernières années à “travailler sur ses propres idées, en dehors du système hollywoodien” après avoir été mis en liste noire par Hollywood en 2006 pour avoir partagé ses opinions sur l’industrie et le monde qui vont à l’encontre de l’orthodoxie libérale, Gibson a dit : “Je ne sais pas comment y mettre un terme doucement… Hollywood est la pédophilie institutionnalisé.”Ils utilisent et abusent des enfants.”

“Ils font tourner un grand nombre d’enfants chaque année. Leurs croyances spirituelles, si vous pouvez les appeler ainsi, les dirigent à récolter l’énergie des enfants. Ils se régalent de ces produits et s’en nourrissent”, a déclaré le directeur de Hacksaw Ridge.

“Qu’est-ce que je veux dire ? Ce n’est pas une sorte d’abstraction artistique. Ils récoltent le sang des enfants. Ils mangent leur chair. Ils croient que cela leur donne une force vitale. Si l’enfant a souffert dans le corps et la psyché avant sa mort, ils croient que cela leur donne une force de vie supplémentaire.”

“Il y a en nous une force créatrice et aimante qui nous guide à travers la vie. Ces gens n’ont pas ça. Pour eux, c’est le contraire.”

Selon Mel Gibson, qui a passé 30 ans dans le système hollywoodien, les élites de l’industrie “s’épanouissent grâce à la douleur, aux traumatismes, au stress, aux mauvais traitements et à la souffrance”.

“Hollywood est détrempé par le sang d’enfants innocents. Pendant longtemps, toutes les références à la pédophilie et au cannibalisme ont été symboliques ou allusives. Mais j’ai personnellement été initié à la pratique au début des années 2000. Je peux en parler maintenant parce que ces gens, les exécutants, ils sont morts maintenant.”

“Le sang d’un nourrisson victime d’abus sexuel est considéré comme hautement “enrichi” et très prisé. L’argent qui change de mains, les faveurs, les pots-de-vin – vous n’en avez aucune idée. Les bébés sont une monnaie qui fonctionne très bien. Les bébés sont leur meilleure marque de steak au diamand, caviar et cocaïne.”

Mais selon Gibson, ce n’est pas une perversion de la saveur du mois, populaire parmi les hommes et les femmes qui se sont ennuyés des péchés standards.

“Ce n’est pas nouveau. Si vous faites des recherches, vous verrez que c’est un phénomène métaphysique, alchimique et que vous pouvez le trouver dans les coulisses de toutes les époques sombres de l’histoire. “

“C’est un art et une pratique occulte, sombre et multidimensionnelle, utilisé par les sociétés secrètes au cours des derniers siècles pour la programmation sociale et le contrôle de l’esprit, et élevé à un zénith par Hollywood en Amérique à notre époque.”

Traduction : PFC Francophone

Source: http://yournewswire.com/mel-gibson-parasites-blood-kids/

UN PAS VERS L’ENFER

En France, verra-t-on prochainement les Droits de l’homme réduits au seul droit ne plus pouvoir choisir qu’entre une « bastos » dans le crâne, l’incarcération ou l’internement psychiatrique ? À ce propos, Guy Béart ne chantait-il pas déjà en son temps : « Le premier qui dit la vérité, il sera exécuté ».

Marc Granié, lui,  (policier dissident intègre) victime de cette psychiatrie punitive qui s’annonce à grands pas : entièrement fondée sur les procédés bolcheviks en vigueur aujourd’hui dans son propre pays, vient d’en faire tantôt l’amère expérience. Et cela, en dépit de l’article 66 de la constitution qui stipule expressément que « Nul ne peut être détenu arbitrairement ». Ce qui en dit long sur l’état de délabrement moral des instances dirigeantes comme sur le système illégal, abusif et liberticide mis en place dans ce pays, par les tenants de la contre-morale maçonnique, dans leur guerre contre la majorité des Français.

Question, après les vaccins, les chemtrails, les OGM… une laisse judiciaire pour tous ??? Et, pourquoi pas, une camisole chimique pour tous ceux qui, de plus en plus nombreux, refusent une allégeance obligatoire à une dictature bolchevico-mondialiste, de plus en plus présente ? Et de plus en plus arrogante ? 

D’autant qu’il est clair que ce n’est là qu’un début. Voir les ouvrages de Vladimir Bukowski, qui nous renseigne sur la véritable nature de ce qu’est le bolchevisme, le capitalisme et le mondialisme en tant que mode de gouvernement populicide. En réalité, des organisations siamoises quasi mafieuses, qui, en plus de partager une idéologie esclavagiste commune, se réservent, depuis des décennies, le pouvoir discrétionnaire de déclencher des guerres entre des peuples qui ne les ont jamais voulues. Un  exemple patent : le premier et le second conflit mondial ont été essentiellement déclenchés, aujourd’hui c’est notoire, de par la seule volonté de ceux qui se posent en maîtres du Monde. Sans compter la Franc-maçonnerie (J.L. Mélenchon en est) qui, le dira-on jamais assez, a toujours conservé une position d’interface permanente de ces trois systèmes.

Pour rappel : Un éminent savant russe — prix Nobel de la paix — a connu, lui aussi, et bien avant Marc Granié, les affres de l’enfermement psychiatrique sans consentement. Et pour le même motif : allergie chronique à l’oppression politique. Son nom ? Andreï Sakharov.

Cependant, face à la chienlit politique actuelle, peut-être est-il utile de rappeler ce proverbe ancien qui nous prévient : « Qui a fait un pas vers l’enfer a déjà parcouru la moitié du chemin ».

C’est pourquoi, amis, n’ayez pas peur d’ouvrir vos fenêtres, le fond de l’air du peuple est pur.

PÉDOPATHES ET CELLULES CAPITONNÉES

La pédophilie, qu’on se le dise, est tout sauf une orientation sexuelle bénigne. Au contraire, c’est une fausse empathie d’ordre psychopathique — mais aussi un avilissement volontaire de l’enfance, le plus souvent prépubère ; encouragé par une société rendue malade par des « élites » détraquées, aussi sadiques que répugnantes. Sans compter que ce qui ce profile déjà au seuil des immoralités assassines, tolérées ou admises, n’est pas très joli joli.

Quant à la société de demain ? Brrr !

Question : sommes-nous prêt à cautionner ces abominations à coups de bulletins de vote illusoires ?

– À leur donner du pouvoir (politique, médiatique, religieux ou culturel)?

– À continuer — à l’instar des sempiternelles boules de cristal creuses, que les médias mainstream nous proposent tous les cinq ans —, de cocher les cases vides de nos désespérances ? –

– À légitimer une apostasie partitocratique permanente ?

À macronaniser une à une toutes nos aspirations ?

– À promouvoir une primitivisation civilisationnelle déjà « En Marche »,  du moins partiellement ; sans voir que le but inavoué de cette destruction sociétale programmée conduit, de coups bas en coups bas, à l’infantilisation uniforme des nations et des peuples ?

Or, face à ce constat, sauf à vouloir adhérer à la bêtologie télévisuelle ambiante, organisée par d’éminents pubards de la communication politique, comment ne pas détecter, entre autre, les arrière-pensées qui se profilent derrière les propos d’un E. Macron qui, il y a peu, déclarait droit dans ses bottes et plus hâbleur que jamais : « Je suis élu pour être au service de mon Pays ». — En réalité, pour mieux enfoncer le dernier clou de son cercueil !

Bon, d’accord, cette dernière phrase n’est pas la sienne. Et alors ? On peut toujours rétorquer à sa décharge que rien n’empêche de penser que la cause en est probablement due à quelque amnésie fortuite ou inopinée…

À moins que, soyons magnanimes, cet habitué du prêche mensonger, taraudé par la peur de se casser les dents face à une vérité trop grande pour lui, n’ait vraisemblablement pas osé affronter les foudres de ses commanditaires financiers. D’une certaine façon, on le comprend. Même si c’est de plus en plus mal.

Comme, d’ailleurs, une majorité de citoyens français qui, en dépit des tentatives actuelles d’infantilisation nationale, n’apprécient guère qu’on les prenne pour une bille ou pire encore, un cerveau sur les rotules. En attendant, une certitude s’impose, ce n’est pas demain la veille que les citoyens français se montreront gentiment disposés, eux et leurs enfants, à se faire gomorrhiser de quelque manière que ce soit.

Comme quoi, on le voit, les temps changent. Du coup, et c’est prévisible, nul doute que les acteurs responsables de l’arbitraire judiciaire et pénal, réservé à l’encontre des seuls victimes de la prédation clanique des surprotégés du système, auront, quelque jour, du mouron à se faire.

Remarque : n’en déplaise aux pédopathes mondialistes, aux pédophiles de tous bords et à leurs protecteurs, les cellules capitonnées, ça existe. Pour de vrai.

https://www.youtube.com/watch?v=P5yPb3yjMDo&feature=youtu.be

L’ambassadeur russe sur lequel un terroriste a tiré est décédé des suites de ses blessures

ATTAQUE

L’ambassadeur russe auprès de la Turquie, Andreï Karlov, d’abord blessé par balles à Ankara, est décédé selon Moscou qui dénonce “un acte terroriste”. Le tireur, serait un policier turc. Des agents russes se rendent sur place pour enquêter.

Il est désormais décédé. L’ambassadeur russe auprès de la Turquie, Andreï Karlov, qui avait été hospitalisé dans un premier temps après avoir été touché par des coups de feu à Ankara, a succombé à ses blessures.

Selon les premiers éléments rapportés par le quotidien turc Hurriyet, un homme a ouvert le feu sur le diplomate alors qu’il visitait une exposition d’art dans la capitale turque. Moscou, par la voie de son ministre des affaires étrangères, Maria Zakharova, a confirmé la mort d’Andreï Lavrov en dénonçant “un acte terroriste”.

L’homme qui a ouvert le feu sur le diplomate, Andreï Karlov, pendant qu’il visitait une exposition d’art à Ankara, était “de la police”, a déclaré le maire d’Ankara, Melih Gökçek. Dans la soirée, le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé son homologue russe Vladimir Poutine afin de lui donner des informations sur l’attaque.