Mali :13 Soldats français Tués , une analyse qui ne sera probablement jamais diffusée en occident

Mali :13 Soldats français tués, une analyse qui ne sera probablement jamais diffusée dans les médias occidentaux.

“Propagande occidentale”

Cette vidéo à de fortes chances d’être censurée assez rapidement. Téléchargée et re-postée sur le réseau social russe VK, je vous laisse la visionner et vous faire votre propre opinion.

Une nappe phréatique en dessous du Niger vient d’être découverte. Elle serait à même de suffire à la population mondiale durant deux siècles ! L’eau est un élément géostratégique majeur et les convoitises se profilent à l’horizon.

Jean-Luc Michel, géopoliticien depuis Bruxelles nous donne son point de vue sur les crises humanitaires en centre Afrique.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Étrange phénomène : Une voiture transpercée de part en part par un arbre

Une voiture transpercée de part en part par un arbre

Le druide Panoramix a du passer par là !

A Nantes, des bandeaux stupéfaits ont filmé une voiture qui avait été transpercée de part en part par un arbre. Après vérification, l’arbre avait sa souche bien implantée dans le sol. (ndlr.)

Plusieurs personnes ont eu la drôle de surprise de découvrir un véhicule transpercé par un arbre, ce lundi matin, au quartier Bellevue à Nantes en France. Une Renault Scénic blanche semble s’y être enracinée au sens propre. Dans l’habitacle, un tronc traverse en effet le siège conducteur et perfore le toit. Comme si l’arbre avait poussé dans la nuit, traversant la tôle de part en part.

Autour, la communauté congolaise et de nombreux passants ont du mal à en croire leurs yeux.

Beaucoup s’allongent d’ailleurs sur le sol, pour vérifier que l’arbre est réellement planté. Comment ils ont fait ?

Sur les pourtours de la place, certains gardent leur distance avec cette effervescence inattendue. Au milieu de l’esplanade, les tramways charrient leur flot de passagers, dont beaucoup marquent un arrêt autour du véhicule.

En fait, il n’y a eu ni miracle ni magie et voilà ce qui c’est passé :

Nantes : La Compagnie Royal De Luxe de retour à Bellevue ?

Une voiture Scenic blanche transpercée par un arbre ! Difficile d’imaginer la scène crédible et pourtant tout est vrai… ou presque ! Les habitants du quartier Bellevue se sont réveillés avec un drôle de spectacle ce lundi 18 novembre. Sur la Place Mendès-France, à deux pas du tramway, la célèbre compagnie de théâtre a frappé une fois de plus ! Et pour le coup, le conducteur a vraiment été très très fort.

Si vous suivez de près les actus nantaises sur Big City Life, vous avez déjà entendu parler des actions menées par la Compagnie Royal de Luxe dans le quartier Bellevue. Après une voiture garée sur un immeuble ou encore une tente sur la façade d’un immeuble voici une nouvelle voiture transpercée par un arbre…

VIDEO. Après ses « paroles répugnantes » sur LCI, Julie Graziani est virée de la revue « L’Incorrect »

Mise à jour : jeudi 07 novembre 2019 – 18:06 –

POLEMIQUE : L’ex-éditorialiste s’en était pris à une mère célibataire au Smic lundi sur LCI : « Si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer non plus »

« Qu’est-ce qu’elle a fait pour se retrouver au Smic ? Est-ce qu’elle a bien travaillé à l’école ? Est-ce qu’elle a suivi des études ? Et puis si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer non plus dans ces cas-là. » Ses propos, Julie Graziani, alors éditorialiste à la revue L’Incorrect, les a tenus lundi sur le plateau de 24H Pujadas sur LCI. Malgré le contrepoint apporté par la députée européenne Aurore Lalucq, la séquence a fait le tour des réseaux sociaux et créé une vive polémique. La chaîne info, elle, refuse les accusations de buzz pour le buzz, et parle de débat.

 

« Voilà, voilà, je suis désolée, ok ? »

De son côté, Julie Graziani a d’abord réitéré ses propos sur Twitter («Chacun est responsable de ses parcours de vie»), avant de s’excuser : « Voilà, voilà, je suis désolée, ok ? Je me suis laissée gagner par l’énervement et j’ai été trop dure ». Mais cela n’aura pas suffi pour son employeur.

C’est tout d’abord elle qui a annoncé jeudi matin cesser sa collaboration avec L’Incorrect«effectif dès aujourd’hui». Sauf qu’il s’avère que c’est plutôt l’inverse, et que la revue a décidé de se séparer de l’éditorialiste.

 

« Julie Graziani n’a pas pris conscience du caractère scandaleux de ses mots »

« Comme chacun sait, elle a eu des paroles plus que malheureuses, répugnantes, à l’endroit d’une mère de famille pauvre, écrit le directeur de la rédaction Jacques de Guillebon dans son édito de jeudi. Il apparaît que depuis ce triste passage, et malgré nos conseils et objurgations, Julie Graziani n’a pas pris conscience le moins du monde du caractère scandaleux de ses mots, et au contraire s’enferre dans un dédain plus que macronien pour “ceux qui ne sont rien”, en témoignent ses messages et vidéos sur Twitter par exemple. »

« En conséquence et après un délai de réflexion raisonnable, lui laissant à la fois le temps de revenir à la raison et de s’échapper hors la meute médiatique dans la dignité, continue-t-il, la rédaction de L’Incorrect a décidé qu’en aucun cas Julie Graziani ne pouvait plus la représenter, à la télévision ni ailleurs, sur les réseaux sociaux ou dans quelques médias. »

Docteur en science politique et chroniqueur dans Clique sur Canal+, Clément Viktorovitch était revenu mardi soir sur la polémique, qu’il ne qualifie pas de « dérapage » mais de stratégie rhétorique et même politique.

Voir aussi cette publication du média : L’incorect.

JULIE GRAZIANI NE REPRÉSENTE PLUS L’INCORRECT

Julie Graziani a représenté pendant un an notre magazine L’Incorrect sur divers plateaux de télévision, notamment dans l’émission « 24 Pujadas » sur LCI.

Lundi 4 novembre, comme chacun sait, elle a eu des paroles plus que malheureuses, répugnantes, à l’endroit d’une mère de famille pauvre.

Il apparaît que depuis ce triste passage, et malgré nos conseils et objurgations, Julie Graziani n’a pas pris conscience le moins du monde du caractère scandaleux de ses mots, et au contraire s’enferre dans un dédain plus que macronien pour « ceux qui ne sont rien », en témoignent ses messages et vidéos sur twitter par exemple.

En conséquence et après un délai de réflexion raisonnable, lui laissant à la fois le temps de revenir à la raison et de s’échapper hors la meute médiatique dans la dignité, la rédaction de L’Incorrect a décidé que Julie Graziani ne pouvait plus la représenter, à la télévision ni ailleurs, sur les réseaux sociaux ou dans quelques médias.

Jacques de Guillebon

Directeur de la rédaction

Actualité : Les mensonges sanglants de M. Macron

Infiniment rares sont les médias à pouvoir exposer la propagande politique d’un chef d’État, car tout aussi rares sont les médias indépendants à pouvoir bénéficier d’une liberté intégrale de parole.

Autour de la ZAD se cristallise une convergence de luttes universelles, symbolique d’un moment clé de notre temps où un ordre économique cherche à écraser tout ce qui dépasse, dans la violence et la destruction.

Plus les jours passent, plus les éléments s’accumulent pour offrir une version un peu plus nuancée que la parole présidentielle monolithique. Petit rappel des faits à retenir :

– Les droits de concessions sont terminés depuis janvier 2018.

– Les terrains n’appartiennent donc plus à la multinationale Vinci pourtant à l’origine de la demande d’expulsion.

– Les propriétaires historiques peuvent réclamer leurs terres de plein droit depuis la fin du projet (procédure en cours).

– Ces mêmes propriétaires sont pour la majorité dans le camp des zadistes et tolèrent leurs projets.

– Aucun propriétaire n’a demandé l’intervention de l’État. Il s’agit d’une ordonnance sur requête d’expulsion, sans procédure contradictoire, ni publique.

– Les agriculteurs sont contre cette intervention musclée de l’État et l’ont fait savoir dans un communiqué, réclamant au contraire des solutions sur base de négociations.

– Car ces terres sont publiques jusqu’à nouvel ordre, il existe des aménagements légaux dans ce type de situation pour éviter la destruction = dialogue social = démocratie. À nouveau, le choix de la violence est politique.

– Les projets agricoles sur la ZAD ont fait, pour la plupart, l’objet d’une procédure administrative normale et personne n’est au dessus de l’impôt.

– Selon des avocats, l’État est donc dans l’illégalité par cette action (l’État aussi n’est pas au dessus des lois).

– L’attaque contre la ZAD coûte 300 000 à 400 000 euros PAR JOUR.

– Des dizaines de multinationales de la grande distribution s’accaparent des terres depuis 20 ans sans faire sourciller les gouvernement. La taille du portefeuille semble justifier ou non une intervention.

Voilà les faits selon nos sources. Et il y a de quoi être indigné de la manière dont la plupart des médias classiques tentent d’occulter ces éléments du débat.

Pour ce qui est de notre ressentiment militant et libre :

Rien dans l’univers, ni les technocrates, ni les politiciens, ni des bouts de papier, ni les règles d’hommes, ne justifie une telle violence contre des citoyens Français qui expérimentent des projets écologiques depuis bientôt 10 ans avec l’aval des paysans locaux à l’heure d’une crise écologique globale. Ces éléments laissent suggérer que l’attaque contre la ZAD est une tentative politique de casser toute forme d’émancipation citoyenne à travers des projets écologiques axés sur l’autonomie et la liberté ; une opération de communication destinée à séduire les électeurs de droite et s’imposer comme le chef de cette famille politique ; un rappel violent à tous les français qu’il convient de rester un consommateur friand de grandes surfaces et soumis aux règles de la mondialisation triomphante. En ce sens, détruire la ZAD livre un très mauvais signal à la jeune génération : consommes, endettes-toi et surtout tais-toi, le Capital fait loi.

Toutes les sources sont dans les différents articles à retrouver sur notre site officiel.

Londres : Un policier noir agressé pour avoir dressé un pv

Cette vidéo a été prise à l’est de Londres fin janvier. On y voit un agent de police se faisant sauvagement agressé pour avoir fait son travail.

Je n’ai pas eu d’échos dans la presse traditionnelle alors que si le même événement s’était produit dans la communauté musulmane, la vidéo aurait fait le tour des médias mainstream.

Je n’incrimine pas la communauté juive dans laquelle je compte beaucoup d’amis, je critique les médias mainstream qui nous soumettent à une information à sens unique.

G.S

L’image du jour : L’incroyable addition du “dîner d’amis” entre les Macron et les Trump à la tour Eiffel

 L’incroyable addition du “dîner d’amis” entre les Macron et les Trump à la tour Eiffel.

Pollution à l’acide à Florange : menacé et insulté, le lanceur d’alerte regrette d’avoir parlé

Arcelor Mittal a porté plainte contre X pour éclaircir cette affaire de pollution industrielle. ( AFP / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN )

“Si je pouvais revenir en arrière, je ne l’aurais pas fait.” Le lanceur d’alerte est dépassé par les conséquences de son geste.

Il est désemparé. Menacé et insulté sur les réseaux sociaux, “grillé” dans la plupart des agences d’intérim de sa région, l’homme qui a assuré avoir été forcé de déverser de l’acide usagé dans la nature sur le site d’Arcelor Mittal à Florange regrette d’avoir parlé, rapporte Le Parisien mardi 11 juillet.

Employé d’une filiale de Suez Environnement, sous-traitant d’ArcelorMittal chargé de transporter l’acide servant à décaper l’acier jusqu’à un centre de recyclage, il avait déclaré en début de semaine dans la presse avoir été contraint de déverser cet acide directement dans un dépotoir présentant une perméabilité avec les cours d’eau de la région.

ENQUÊTE ET PLUSIEURS PLAINTES

Ses déclarations avaient entraîné l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Thionville pour atteinte à l’environnement et plusieurs plaintes.

Aujourd’hui, le lanceur d’alerte n’a “jamais été aussi stressé de toute (sa) vie”, même s’il assume son geste : “Je l’ai fait pour mes gosses. Je ne peux pas croire qu’une telle opération, tous les jours pendant trois mois n’ait aucune conséquence sur la santé ou l’environnement”, explique-t-il au Parisien.

“JE NE SUIS PAS UN MENTEUR”

Désormais au chômage, le lanceur d’alerte assure qu’il est blacklisté par la plupart des agences d’intérim de la région. “Je ne sais faire que ça. Mon grand-père était routier, je suis routier depuis mes 18 ans…”, confie-t-il. Il vit aujourd’hui avec 500 euros par mois et doit élever trois enfants, dont un en bas-âge.

“Je ne demande rien, j’attends juste une reconnaissance, celle d’avoir alerté la société, d’avoir fait quelque chose de bien. Je ne suis pas un menteur”, martèle le lanceur d’alerte.

Insulté, menacé sur les réseaux sociaux, il avait mal anticipé les réactions à son geste. “Si je pouvais revenir en arrière, je ne l’aurais pas fait. Les conséquences sont trop dures à supporter.”

Affaire Grégory : Suicide du juge qui a instruit l’affaire

Tel un fantôme qui viendrait régulièrement hanter l’actualité, cette macabre affaire du petit Grégory qui fit la une de la presse à l’époque refait surface aujourd’hui avec la mort suspecte du juge qui instruisait l’enquête à ce moment là.

Stéphane Guibert

Selon les informations du Parisien, Jean-Michel Lambert, connu pour avoir instruit l’affaire Grégory dans les premiers temps, a été retrouvé mort dans la Sarthe, mardi soir. Il se serait suicidé.

Il s’est fait connaître en instruisant l’affaire Grégory dans les premiers mois suivant la mort de Grégory Villemin, en 1984 : le juge Jean-Michel Lambert a été retrouvé mort chez lui ce mardi soir, selon les informations du Parisien. C’est une voisine qui a prévenu la police en début de soirée.

D’après les premières indications de l’enquête, il s’est donné la mort en s’asphyxiant avec un sac en plastique. Il avait 65 ans.

Les enquêteurs pensent que ce suicide est lié à la révélation ce lundi d’extraits des carnets personnels du juge Maurice Simon, qui avait repris l’affaire en 1987. Dans ces carnets, qui ont été ajoutés au dossier, le juge Simon se montre extrêmement critique envers l’enquête menée par le Jean-Michel Lambert, alors jeune juge d’instruction, écarté de l’affaire.

A VOIR AUSSI : En 2014, invité de France Bleu Maine, Jean-Michel Lambert confiait “C’est difficile de rendre une bonne justice”

Très jeune dans sa carrière de magistrat au début de l’enquête, il avait été fustigé à plusieurs reprises pour ses décisions dans l’affaire Grégory, notamment pour avoir laissé rentrer Murielle Bolle chez elle après son témoignage contre Bernard Laroche ; puis pour avoir libéré Bernard Laroche sans protection policière malgré les menaces du père de Grégory.

 

L’affaire Théo : Les implications médiatiques et politiques

Texte repris lors d’un article précédent :

En France, l’affaire Théo qui met le feu aux poudres ne sert que les intérêts médiatiques; un mini attentat justifiant l’embrasement des banlieues. Mais ne soyez pas dupes amis français, ce scénario savamment orchestré par les médias Mainstream n’est destiné qu’à vous embrumer l’esprit, vous monter les uns contre les autres et apparemment ça marche vu ce qui se passe en ce moment!

Stéphane Guibert / Finalscape / VK