Démocratie directe : La landsgemeinde de Glaris en Suisse

Source de l’image

Mise à jour : mardi 19 février 2019 – 13:35 –

Petit canton montagnard de 40 000 habitants, Glaris pratique encore la réunion populaire en plein air pour prendre des décisions politiques. Cela débouche parfois sur des votes étonnamment progressistes

La démocratie directe, c’est quand les citoyens votent directement les lois auxquelles ils se soumettront par la suite. En France, nous sommes censés évoluer au sein d’une démocratie représentative, expression qui est pourtant en soi un non-sens. En effet, la démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ; et à l’inverse, la démocratie représentative supprime le gouvernement du peuple, en lui imposant d’élire des représentants qui décideront à sa place, et cela sans tenir compte de son opinion, le peuple ne pouvant rien imposer à ses représentants, comme le stipule l’article 27 de la Constitution française.

Et pourtant, en 1762, c’est dans ce même pays que Jean-Jacques Rousseau dénonçait l’imposture de la démocratie représentative, et prônait l’établissement d’une démocratie directe, comme l’illustre cette citation extraite Du Contrat social : « La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point »

Lire la suite

Gilets jaunes : Attention à la désinformation sur les réseaux sociaux

La photo, relayée sur les réseaux sociaux et qui dit montrer des policiers en train de casser une vitrine lors de manifestations de gilets jaunes, date en fait de 2015.

Cette photo date de 2015, elle a été prise à Toulouse lors d’une manifestation Zadiste. C’est le service AFP factuel qui a trouvé l’original.

Source AFP & Radio Télévision Suisse

Planète Terre : Le mur approche ! (Bref état des lieux)

Source de l’image

5, 10 ou 15 ans, Le temps qu’il nous reste ! Dormez sur vos deux oreilles !

  • Quand nos animaux disparaissent :

Les oiseaux disparaissent parce que les insectes aussi se sont volatilisés. Moins 80% en seulement 30 ans, selon une étude menée en Allemagne et confirmée par les équipes de recherche de Chizé

En cause pour les scientifiques, notre modèle agricole. Partout en Europe, les prairies sauvages on peu à peu disparu et le moindre hectare est désormais exploité, bien souvent de façon intensive, au moyen de pesticides.

Alors quoi ?

Il suffirait d’arrêter les pesticides pour enrayer cette extinction de masse ?

Pas si simple …

La cause première du phénomène, c’est nous ! Notre présence. Nos infrastructures (…)

Crédit vidéo : Envoyé spécial

  • Asie envahie par les plastiques :

On est tous responsables face à la pollution, mais en Asie, on a un souci. 50 à 60% des déchets en plastique dans les océans viennent de 5 pays d’Asie : Thaïlande, Vietnam, Chine, Indonésie et Philippines.

Philippines :

Malgré les engagements pris au début des années 2000, la situation empire et l’on dénombre plus de 900 décharges à ciel ouvert dans ce pays grand comme l’Italie. Les Philippines produisent 2,7 millions de tonnes de déchets plastique par an et n’ont pas les moyens de les recycler ; 20% de ces déchets termineront dans la mer.

Beaucoup de villes moyennes n’ont même pas de système de collecte des déchets. On a pas la solution à ce problème, ni même l’envie de désigner un responsable (…)

La situation se dégrade, on doit le faire. “La Troisième Révolution”. C’est  mère Nature qui l’a décidé et nous n’avons plus le choix si non, nous disparaîtrons !

Bien que ce message remonte à 2008, rien ne change ou presque. Seules certaines initiatives marginalisées ou portées par un effet de mode semblent émerger. Dix ans après, la France interdit l’interdiction du glyphosate, on commence à exploiter les ressources énergétiques dans le grand nord, on autorise la pêche électrique en mer du nord, on réintroduit la chasse à la baleine au Japon etc …

Selon le GIEC et des experts indépendants, 2030 devrait sonner le glas de notre civilisationGaïa pourra enfin respirer.

Stéphane Guibert / Finalscape

Charlotte Gainsbourg nous raconte la 3ème Révolution. © 2008

Texte :  Fred Vargas, réalisé par Henri PoulainStoryCircus, graphisme : Michaël Alcaras, produit par Imagine2050

Support : Datagueule

Gilets jaunes, souveraineté & Frexit, Patrick D’hondt de Meta TV s’adresse au Premier ministre Édouard Philippe

Patrick D’hondt de META TV soulève lors d’un débat en présence du Premier ministre Edouard Philippe deux points essentiels liés à la crise sociale que traverse la France et qui sont marqués par le début du mouvement des Gilets jaunes :

Préambule de la vidéo :

Il parle d’une crise de représentativité au sein des institutions et d’une crise de citoyenneté :

Les Gilets jaunes revendiquent de passer du statut de simples citoyens au statut d’électeurs. Ils revendiquent le fait de redevenir les acteurs de leur propre destin avec notamment le R.I.C .

Selon lui, il faut aller vers la création monétaire et rendre à la banque de France la prérogative de battre monnaie (ce qui fait partie de la souveraineté d’un pays (ndlr.)), car la dette française est constituée par des intérêts qui ont été produits par des banques privées et qui sont remboursés sans exception par l’ensemble des français.

Pour que le mot démocratie trouve un sens, le mot souveraineté doit lui être indissociable. 

Afin que cela puisse se réaliser, il faut passer par l’abrogation de la loi de 1973, par l’abrogation de l’article 104 du traité de Maastricht ou de l’article 123 du traité de Lisbonne qui empêchent la banque de France de remplir son rôle.

Les élites assènent sans arrêt les valeurs de la République mais il faut être conscient que ces valeurs font partie de la volonté du peuple français. Or, en 2005, la volonté du peuple qui s’était prononcé dans les urnes à plus de 54% contre la constitution européenne a été bafouée en 2007 avec la ratification (par l’ancien Président de la République, Nicolas Sarcozi avec le soutient du président du PS de l’époque, François Hollande) du mortifère traité de Lisbonne.

Pour que la démocratie trouve un sens en France, il faut relancer un référendum sur l’Union européenne.

(Vidéo)

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Santé publique & virus VIH : Devoir de mémoire envers les victimes du sang contaminé

Source de l’image

Mise à jour : samedi 16 février 2019 – 21:15 –

Le temps efface bien des blessures mais les cicatrices laissées par l’injustice restent indélébiles. Devoir de mémoire envers toutes les victimes qui ont été touchées par le sang contaminé durant les années 80,90 et dont les principaux responsables n’ont jamais été inquiétés.

L’affaire du sang contaminé est un drame sanitaire, considéré comme un scandale, ayant touché plusieurs pays dans les années 1980 et 1990 à la suite d’infections par transfusion sanguine. En raison de mesures de sécurité inexistantes ou inefficaces, de nombreuses personnes ont été contaminées par le VIH ou l’hépatite C à la suite d’une transfusion sanguine.

L’épidémie du SIDA fut initialement identifiée dans les années 1980. Par la suite, de nombreuses années de recherche ont été nécessaires avant de découvrir le VIH et de comprendre ses modes de transmission, notamment par le sang. Le délai avant l’adoption de mesures de prévention adéquates a provoqué la contamination, souvent fatale, de plusieurs centaines de personnes. (Source Wikipédia)

Rappel des faits pour la France :

Lorsqu’elle boucle son dossier en mai 1999, la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy a accumulé des dizaines de milliers de pièces à conviction. 134 tomes dont il ne reste aujourd’hui pratiquement rien. La juge avait alors identifié 570 victimes : des transfusés et des hémophiles contaminés par le SIDA à cause de produits sanguins non contrôlés et distribués au milieu des années 80.

Un premier procès à lieu en 1992, c’est celui du Docteur Michel Garretta qui fut condamné à 4 ans de prison ferme. Mais qui savait et qui a laissé faire ? Pour les victimes, le gouvernement de l’époque était forcément informé et c’est en 1994 qu’un procès débute à l’encontre de hauts responsables du gouvernement pour complicité d’empoisonnement, un crime passible de la réclusion à perpétuité. Les victimes devront attendre 1999 pour voir juger : Laurent Fabius, Georgina Dufoix et Edmond Hervé ; ce dernier sera le seul condamné sans peine d’emprisonnement.

Au dessus du Docteur Garretta et en dessous des trois ministres, il y avait l’appareil d’État, 23 hauts fonctionnaires et conseillers qui eux, n’auront jamais à s’expliquer devant un tribunal.

Stéphane Guibert / Finalscape

Voir aussi : Ces oubliés du sang contaminé >>>

 

Climat & Environnement : Le grand déni politique

Source de l’image

Bien que le climat divise et déchaîne les passions, il est toutefois intéressant de constater la passivité politique autour de cette problématique et il en va de même pour l’environnement ainsi que l’extinction de l’écosystème. Seuls les intérêts à très court terme prévalent. Très court terme, c’est également le temps qui nous reste.

Stéphane Guibert / Finalscape

Climat : C’était il y a une semaine, à la Chambre des Députés du Luxembourg. Brice Montagne, c’est son nom, a posé une toute petite question de bon sens aux élus qu’il avait en face de lui : « Qui a lu ce rapport ? » Et la réponse fut… un silence aussi coupable qu’édifiant.

Extrait du film d’animation de Osamu Tezuka “Nucléa 3000” sorti en 1980.

Synopsis :

Le Docteur Yamadano, un scientifique, découvre une nouvelle forme de vie intelligente sur Terre : les Fumoon. Celle-ci réside sur l’île de Batei, complètement dévastée et polluée à cause des guerres entre les hommes. Le docteur fait appel à un ami scientifique qui par malchance se fait enlever avec la créature par un mystérieux engin spatial. Ken et sa petite sœur Pêche partent à sa recherche de leur oncle disparu en se rendant sur l’île pour commencer les fouilles. Ils y découvriront que les créatures souhaitent partir de la Terre car un gaz noir venu de l’espace menace de détruire la vie sur Terre. Ces créatures seraient-elles une nouvelle race humaine engendrée par la pollution d’origine humaine ? La Terre et ses habitants survivront-ils ?

Suisse et Grande-Bretagne signent un accord commercial pour l’après-Brexit

Source de l’image

Signature ce lundi d’un accord commercial entre la Suisse et le Royaume-Uni

Le ministre de l’économie Guy Parmelin et le ministre anglais du commerce extérieur, Liam Fox, ont signé lundi à Berne un accord bilatéral sur le commerce. La Suisse et la Grande-Bretagne règlent ainsi leurs relations pour l’après-Brexit.

Cet accord, qui entrera en vigueur dès que le Royaume-Uni sera sorti de l’Union européenne, permettra de garantir le respect des “droits et obligations économiques et commerciaux” résultant des accords conclus entre la Suisse et l’UE.

Il réplique la grande majorité des accords commerciaux régissant actuellement les relations entre la Suisse et le Royaume-Uni: l’accord de libre-échange de 1972, l’accord sur les marchés publics, l’accord sur la lutte contre la fraude, une partie de l’accord sur la reconnaissance mutuelle en matière d’évaluation de la conformité et l’accord agricole de 1999.

Entrée en vigueur variable

Ces accords entreront en vigueur dès que les accords Suisse-UE cesseront d’être applicables aux relations avec le Royaume-Uni. Ils seront appliqués dès le 30 mars 2019 en cas de sortie “non ordonnée”. Le Royaume-Uni serait alors considéré comme un Etat tiers, notamment en ce qui concerne la sécurité douanière.

Si une phase de transition entre en vigueur le 30 mars, les accords bilatéraux Suisse-UE continueront à s’appliquer jusqu’à la fin de la période de transition (2020). Les accords signés lundi serviront alors de base pour les relations futures.

Le Conseil fédéral a déjà signé plusieurs accords, sur le transport routier, aérien et sur les assurances, afin de garantir au mieux les droits et les obligations réciproques.

Partenaire important

Guy Parmelin a rappelé que le Royaume-Uni était le sixième marché d’exportation pour les marchandises suisses; il représentait 11,4 milliards de francs en 2017. Il est également le huitième partenaire pour les importations (6 milliards de francs).

Le ministre britannique du Commerce, Liam Fox, s’est félicité de cette avancée, après avoir dit le mois dernier espérer la conclusion d’une quarantaine d’accords du genre avec des pays tiers d’ici au Brexit.

Accord étendu au Liechtenstein

“Cela va aider non seulement à soutenir les emplois au Royaume-Uni mais servira également de base solide pour renforcer plus encore la relation commerciale avec la Suisse alors que nous quittons l’UE”, a-t-il dit dans un communiqué.

La ministre liechtensteinoise des Affaires étrangères, Aurelia Frick, était également présente lors de la cérémonie de signature. L’accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne s’étend au Liechtenstein grâce à l’accord douanier avec la Suisse.

Source et crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Gilets jaunes : Un CRS se confie

“On nous fait travailler 16 heures, sans pause, sans manger et sans boire !”

“On s’est retrouvé, on était peut-être 200 sur les Champs, les ordres qu’on nous a donné c’était “Allez-y !” En gros, on fait ce qu’on veut ? Franchement je n’ai pas compris.”

À la question : “C’est votre hiérarchie qui vous disait ça ?”

“C’était sur les ondes, c’était la hiérarchie, c’était un peu tout le monde, on devait protéger les institutions, mais en même temps voilà, on est juste de la chair à canon, on en voyait au début puis on a dit : “Faites ce que vous avez à faire”, et ça s’arrête là.

On a compris que dans les hautes instances, ils avaient peur, ils avaient peur pour eux, pour l’État, pour le gouvernement. Ils se sont dit : “On envoie les bleus, on envoie tout le monde, on envoie la chair à canon et après on verra.”

Crédit vidéo France Info TV

Culture & Cinéma : Coluche

30 minutes de pur bonheur avec l’inoubliable Coluche

Depuis le décès (accidentel ou non) de l’inoubliable Coluche, la France a bien changé et pas forcément dans le bon sens.

Humoriste, homme de scène, acteur et même politicien (pour rire), puisqu’il s’était présenté à la présidentielle de 1981, fondateur des “Restos du cœur”, Coluche manque aujourd’hui cruellement à un pays qui s’en va à la dérive.

Je vous propose un pot-pourri des scènes cultes dans lesquelles Coluche est apparu au cinéma, dans une série d’extraits de films réalisés par Claude Zidi et Jean Yanne (à qui nous devons le film : “Deux heures moins le quart avant J-C” et dont Coluche partage l’affiche avec entre autres, Michel Serrault qui incarne un Jules César un peu efféminé.)

Extraits proposés dans la vidéo :

  • Inspecteur la bavure (Claude Zidi 1980)
  • Banzaï (Claude Zidi 1983)
  • Deux heures moins le quart avant J-C (Jean Yanne 1982)
  • L’aile ou la cuisse (Claude Zidi 1976)

Une demi-heure de rires, de fous-rires et de pur bonheur !

Merci Coluche.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Environnement : Nous sommes en train d’assister à la sixième extinction de masse

Tous les insectes risquent de disparaître d’ici 2100 !

Une étude menée par Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys révèle que le nombre total d’insectes diminue de 2,5% chaque année ; c’est huit fois plus rapide que la baisse du nombre des mammifères, des oiseaux et des reptiles. Mais les insectes sont indispensable au bon fonctionnement de notre écosystème. Au delà de leur fonction de pollinisateurs, ils permettent également de nourrir le sol ainsi que de nombreuses espèces d’animaux.

L’extinction des insectes entraînera avec elle l’extinction des espèces qui en dépendent, un effet en cascade tragique pour l’écosystème. La famille des trichoptères est la plus menacée avec un déclin de 68% de sa population suivi par les papillons avec 53% de perte et des scarabées dont la population a été réduite de 49% .

Alors qu’on craint une sixième extinction de masse, les scientifiques appellent à un changement radical de nos modes de production agricole : “Si la disparition des insectes n’est pas limitée, cela aura des conséquences catastrophiques à la fois pour l’écosystème mais aussi pour la survie de l’humanité. ”

Il y a aussi la disparition des verres de terre qui préoccupe tout autant :

Il est reconnu comme l’auxiliaire le plus précieux d’une agriculture durable et économe en énergie. Il est l’un des premiers marqueurs de la biodiversité et de la bonne santé du sol et, pourtant, personne ne s’inquiète de sa disparition. Une des explications serait sa très grande sensibilité aux pesticides, selon une étude de l’Inra publiée en 2014. 80 % à 90 % des vers de terre auraient été décimés depuis cinquante ans. Christophe Gatineau, agronome spécialisé en agroécologie et permaculture, livre un plaidoyer pour la défense du lombric au cœur de notre système d’alimentation.

Crédit vidéo : Brut Nature