Vivre avec moins que rien et être heureux / Live with less than nothing and to be happy

Vivre avec moins que rien et être heureux

*****

Live with less than nothing and to be happy

Notre société de consommation nous pousse à croire que le paraître est plus important que l’être et pourtant …

Our consumer society pushes us to believe that appearing is more important than being and yet …

Ayant vécu dans la rue pendant plus d’une année avec comme seul moyen de survie mon cerveau et mon environnement direct, sans peur du lendemain car le lendemain ne pouvait pas être pire, lors de cette expérience de vie j’ai acquis un équilibre, une sérénité et je me sentais bien. Pouvez-vous imaginer du bonheur que cela peut représenter ?

Nous sommes poussés à travailler, consommer et dormir tout au long de notre courte existence sur cette planète et notre condition d’êtres humains nous impose des barrières et des murs infranchissables qui nous empêchent d’accéder à ce dont pourquoi nous sommes fait : “Aimer” sans arrières pensées.

Tant que nous serons astreints au joug du matérialisme au détriment de la spiritualité nous n’accèderons pas à le terre promise et seront perpétuellement contraints de revenir dans cette vallée des larmes.

Ce message est dédié à quelqu’un qui es plus qu’un Ami, beaucoup plus, mon âme sœur.

A toi Rares

Having lived in the street for more than a year with my brain and my direct environment as the only means of survival, without fear of the next day because the next day could not be worse, during this life experience i acquired a balance, serenity and i felt good. Can you imagine how much happiness this can represent ?

We are driven to work, consume and sleep throughout our short existence on this planet and our condition as human beings imposes upon us barriers and impassable walls that prevent us from accessing what we are made of: “Love “without ulterior motives.

As long as we are under the yoke of materialism at the expense of spirituality we will not access the promised land and will be perpetually forced to return to this valley of tears.

This post is dedicated to someone who is more than a Friend, much more, my soul mate.

To you Rares

Dédié à notre amitié qui ricoche de vie en vie, ton Ami Stéfan
Dedicated to our friendship that ricochets from life to life, your Friend Stefan

Stéphane Guibert pour Rares Mihai Florescu

… Et si on oubliait le covid-19 juste quelques minutes ? / … so, if we forgot covid-19 for just a few minutes ? (Reminder)

… Et si on oubliait le covid-19 juste quelques minutes ?

*****

… so, if we forgot covid-19 for just a few minutes ?

Amour et tendresse, ils nous montrent l’exemple.

Love and tenderness, they show us the example.

  • Merci au label Because Music pour son aimable autorisation.
  • Thanks to the Because Music label for the kind permission.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

L’amour aveugle d’un fils pour son père, superbe performance / A son’s blind love for his father, superb performance

L’amour aveugle d’un fils pour son père, superbe performance

*****

A son’s blind love for his father, superb performance

Incroyable talent en Inde

Incredible talent in India

Meilleure performance de danse aveugle de tous les temps !

best blind dance performance ever !

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

PEOPLES OF EARTH WAKE UP !

Une bouteille jetée à la mer

A bottle thrown into the sea

Peuples de la terre, il faut se lever !

People of the earth, we must wake up !

Oameni de pe pământ, trebuie să ne trezim !

Le persone sulla terra dobbiamo svegliarci !

Gente de la tierra, debemos despertar !

Die Menschen auf der Erde müssen aufwachen !

الناس على الأرض بحاجة إلى

الاستيقاظ

地球上的人需要醒来

Людям на Земле нужно проснуться

G.S / FINALSCAPE

 

Le masque chez les enfants : Les coupables sont les parents !

Le masque chez les enfants : Les coupables sont les parents !

Ce qui m’effraye, ce n’est ni la covid-19, ni les élites et les journalistes corrompus par Big Pharma mais le déni des masses populaires et notamment celui des parents qui pour avoir la paix participent à l’empoisonnement progressif de leurs enfants.

Ema Krusi : Vignette site Internet

Le pire ennemi de l’homme, c’est l’homme lui-même !

Ema Krusi célèbre youtubeuse Suisse nous donne son point de vue.

Immoral, indécent, criminel, absurde… Il n’y pas de mot pour définir ce foutoir. Non seulement on a touché le fond mais en plus, on creuse pour aller encore plus bas ! C’est juste ahurissant !

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

ENFANTS DE NOTRE TEMPS / CHILDREN OF OUR TIME

ENFANTS DE NOTRE TEMPS

*****

CHILDREN OF OUR TIME

Cette chanson de Frank Duval sortie en 1988 et un peu prémonitoire  nous parle de ces enfants venant d’un monde froid et mourant, des enfants qui ont su lire au travers nos mensonges.

Je l’ai sous-titrée en français pour les non-anglophones.

This song by Frank Duval released in 1988 and a little premonitory which tells us about these children coming from a cold dying world and who knew how to read through our lies.

I captioned the song in French for non-English speakers.

G.S / FINALSCAPE

Covid-19 : Pfizer teste son vaccin sur les femmes enceintes / Covid-19 : Pfizer tests its vaccine on pregnant women

Covid-19 : Pfizer teste son vaccin sur les femmes enceintes

*****

Covid-19 : Pfizer tests its vaccine on pregnant women

Pas présentes dans les panels qui ont servi à mettre au point les vaccins, les futures mères doivent savoir si le produit est efficace et inoffensif pour elles et leur bébé. Les essais commencent.

Not present in the panels that were used to develop the vaccines, expectant mothers need to know if the product is effective and safe for them and their baby. The trials begin.

Pas besoin d’un cerveau pour tomber enceinte (ndlr.)

No need a brain to get pregnant

(editor’s note.)

Les femmes enceintes font partie des groupes à risque face au coronavirus. Pas tant parce qu’elles pourraient transmettre le virus à leur bébé, mais surtout parce qu’elles peuvent avoir elles-mêmes des symptômes sévères. Qui peuvent nécessiter qu’elles soient ventilées ou soignées aux soins intensifs, risquant alors une mise au monde prématurée de leur enfant. Pourtant, le vaccin ne leur est pas recommandé, en Suisse non plus. Dans certains pays où elles ont la possibilité logistique de le recevoir, comme en Israël où la vaccination de la population est massive, il appartient toutefois aux femmes enceintes de choisir si elles veulent se faire vacciner ou non.

Si la prudence est de mise, ce n’est pas en raison de possibles effets secondaires néfastes que le vaccin pourrait avoir sur cette catégorie de population, mais justement parce qu’on ignore s’il en a ou pas. Il n’y a pas eu de tests cliniques effectués sur les femmes enceintes, les laboratoires ayant dû parer au plus pressé pour mettre au point leurs produits.

4000 volontaires

Aujourd’hui que les vaccins sont au point, les fabricants peuvent pousser leurs recherches plus loin. Pfizer et BioNTech viennent d’annoncer lancer un essai clinique de leur vaccin sur les femmes enceintes, selon ABC. Pour cela, 4000 volontaires qui sont entre les semaines 24 et 34 de leur grossesse vont être recrutées. Toutes devront être âgées d’au minimum 18 ans et être en bonne santé. Ces tests seront effectués aux États-Unis, au Canada, en Argentine, au Brésil, au Chili, au Mozambique, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni et en Espagne. La moitié des patientes recevra le vaccin, l’autre un placebo.

Les vaccinées recevront deux doses à 21 jours d’intervalle. Toutes seront suivies pendant au moins 7 à 10 mois afin de surveiller leur santé mais aussi, évidemment celle de leur bébé. Ces derniers seront également testés jusqu’à leurs 6 mois, afin de vérifier si les anticorps de la mère leur ont été transmis. Après l’accouchement, les femmes qui ont reçu le placebo en seront informées afin qu’elles puissent réellement se faire vacciner si elles le souhaitent.

Le but de cette étude est évidemment de voir si, en raison de leur physiologie différente vu leur état, le vaccin actuel peut avoir des effets sur elles qu’il n’a pas sur les autres femmes. S’assurer de son innocuité et de son efficacité est essentiel pour rassurer les femmes enceintes afin qu’elles puissent se faire vacciner sereinement.

Test sur des enfants dès 6 ans

D’autres tests sont en cours sur des catégories de la population qui étaient jusqu’à présent exclues des critères pour recevoir le vaccin. Notamment les enfants. N’ayant que peu ou pas de symptômes s’ils contractent le coronavirus, ils n’avaient pas été la priorité des chercheurs. Et vu le calendrier des vaccinations, ils ne sont pas près de recevoir une injection s’ils ne sont pas à très fort risque. Mais là aussi, les choses bougent.

L’Université d’Oxford (GB) a annoncé il y a peu un essai clinique du vaccin AstraZeneca sur 300 volontaires de 6 à 17 ans. Pfizer et Moderna ont également lancé des études de leur produit sur des enfants de 12 ans et plus. Johnson & Johnson ainsi que Novavax comptent également le faire prochainement. Les premiers résultats ne sont toutefois pas attendus avant la fin de l’été.

Les protéger du syndrome inflammatoire

Vacciner les enfants est important. Non seulement dans l’optique d’une future immunité collective et pour freiner la propagation de la pandémie, mais également parce que, malgré tout, certains enfants sont atteints d’affections graves liées au coronavirus, comme le syndrome inflammatoire multisystémique. Si le vaccin est efficace chez les enfants et empêche la maladie de se développer, il y a de fortes chances pour qu’il diminue voire élimine le risque que ce syndrome apparaisse.

Pregnant women are among the groups at risk for the coronavirus. Not so much because they could pass the virus to their babies, but mainly because they can have severe symptoms themselves. Which may require them to be ventilated or treated in intensive care, risking premature delivery of their child. However, the vaccine is not recommended to them, in Switzerland either. In some countries where they have the logistical possibility of receiving it, such as in Israel where the vaccination of the population is massive, it is up to pregnant women to choose whether they want to be vaccinated or not. If caution is in order, this is not because of the possible harmful side effects that the vaccine could have on this category of the population, but precisely because it is not known whether it has any or not. There have been no clinical tests performed on pregnant women, as laboratories have had to deal with the most urgent need to develop their products.

4000 volunteers

Now that vaccines are perfected, manufacturers can take their research further. Pfizer and BioNTech have just announced a clinical trial of their vaccine in pregnant women, according to ABC. For this, 4000 volunteers who are between weeks 24 and 34 of their pregnancy will be recruited. All must be at least 18 years old and in good health. These tests will be carried out in the United States, Canada, Argentina, Brazil, Chile, Mozambique, South Africa, United Kingdom and Spain. Half of the patients will receive the vaccine, the other half a placebo.

Those vaccinated will receive two doses 21 days apart. All will be followed for at least 7 to 10 months in order to monitor their health but also, of course, that of their baby. The latter will also be tested until they are 6 months old to see if the mother’s antibodies have been passed to them. After childbirth, women who have received the placebo will be notified so that they can actually get the vaccine if they wish.

The aim of this study is obviously to see if, due to their different physiology given their condition, the current vaccine can have effects on them that it does not on other women. Ensuring its safety and effectiveness is essential to reassure pregnant women so that they can be vaccinated with peace of mind.

Test on children from 6 years old

Further tests are underway on categories of the population that were heretofore excluded from the criteria to receive the vaccine. Especially children. Having little or no symptoms if they contract the coronavirus, they had not been the researchers’ priority. And given the immunization schedule, they’re nowhere near getting an injection if they’re not at very high risk. But here too, things are moving.

The University of Oxford (UK) recently announced a clinical trial of the AstraZeneca vaccine in 300 volunteers aged 6 to 17. Pfizer and Moderna have also initiated studies of their product in children 12 years of age and older. Johnson & Johnson as well as Novavax also plan to do so soon. The first results are not expected before the end of the summer, however.

Protect them from inflammatory syndrome

Immunizing children is important. Not only for the sake of future herd immunity and to slow the spread of the pandemic, but also because, despite everything, some children have serious coronavirus-related conditions, such as multisystem inflammatory syndrome. If the vaccine works in children and prevents the disease from developing, there is a good chance that it will decrease or even eliminate the risk of this syndrome developing.

G.S / FINALSCAPE

L’Amitié et l’hypocrisie font souvent bon ménage / Friendship and hypocrisy often go hand in hand

L’Amitié et l’hypocrisie font souvent bon ménage

*****

Friendship and hypocrisy often go hand in hand

“Avant de te demander pourquoi une personne ne t’aime pas, demandes-toi ce que tu en as à foutre”

A qui de droit.

“Before you wonder why someone doesn’t love you, ask yourself how much you don’t care”

To whom it May concern.

Merci à mon Amie Dounia Laetitia Callens pour le partage et c’est tellement vrais >>>

Thanks to my friend Dounia Laetitia Callens for sharing and it’s so true >>>

G.S / FINALSCAPE

 

Image du jour : Monde de cinglés ! / Image of the day : Crazy world!

Image du jour : Monde de cinglés !

*****

Image of the day : Crazy world!

L’humanité a signé son arrêt de mort ni plus ni moins !

Humanity has signed its death warrant no more and no less !

G.S / FINALSCAPE

Humour : François l’embrouille aux sports d’hiver / Humor : François Damien to the winter sports

Humour : François l’embrouille aux sports d’hiver

*****

Humor : François Damien to the winter sports

  • Vidéo en Français, sous-titrée en Anglais
  • Video in French, with English subtitles

Il est apparu dans plus de cinquante films depuis 2000. Il a commencé à faire des vidéos en caméra cachée dans les années 90 et est devenu très populaire en Belgique. Il a gagné une grande popularité en Belgique et a dû arrêter le tournage en 2004 car il ne pouvait plus jouer sans être reconnu; il est ensuite venu en France pour poursuivre son activité. Là, comme en Suisse, il a acquis une certaine célébrité grâce à la diffusion de ses canulars sur Canal + et internet.

Il a fait ses débuts en tant que réalisateur en 2018 avec le film dramatique Mon Ket.

He has appeared in more than fifty films since 2000. He started out doing hidden camera videos in the 90s and became widely popular in Belgium. He gained great popularity in Belgium and had to stop filming in 2004 because he could no longer play without being recognized; he then came to France to continue his activity. There, as in Switzerland, he acquired a certain celebrity thanks to the dissemination of his hoaxes on Canal+ and internet.

He made his directorial feature debut in 2018 with the drama film Mon Ket.

Stéphane Guibert  / Finalscape / VK