Le climat à l’échelle planétaire c’est comme les saisons à l’échelle humaine (Vidéos)

La psychose du réchauffement climatique n’est autre qu’un “remake” de la peur de l’an 1’000, c’est cette volonté politique de nous diriger vers une pensée unique dont le crime profite aux acteurs du “GreenWashing” !

G.S / FINALSCAPE

Le “Greenwashing” la nouvelle tendance politico-économique relayée par les médias mainstream pour une pensée unique

Les gouvernements en manque d’impôts nous refont le coup de « La Grande Peur de l’An 1000 »

Depuis le début de l’année, nous sommes assommés de déclarations alarmistes des écolo-escrocs sur le climat.
Tous les signataires de pétitions, comme celle publiée fin janvier et signée de 3400 « scientifiques belges » (1), et les marcheurs qui suivent la jeune handicapée suédoise et « militante écolo » Greta Thunberg, s’appuient sur le GIEC et ses rapports pour donner une caution scientifique à leurs mensonges.

Greta Thunberg est très sympathique mais n’est pas la personne que l’on croit. Et qui peut se vanter d’avoir lu les rapports du GIEC autrement que dans de brefs extraits publiés par des médias subventionnés pour faire la promotion des taxes et impôts verts ?

Greta Thunberg, employée d’un lobby climatique industriel

Greta Thunberg est l’employée d’une plate-forme numérique nommée We don’t have time, créée en 2011.
Elle n’a pas sollicité cet emploi, il lui a été imposé par ses parents, un couple suédois qui milite à l’ultragauche et ont trouvé là le moyen de procurer à leur fille une situation rémunérée alors qu’elle est handicapée. Greta souffre du Syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Comme certains autistes forts en calcul mais très handicapés pour tout le reste, elle est très performante dans un seul domaine, sa foi quasi religieuse dans le réchauffement climatique. C’était donc sa compétence à exploiter, ce qu’on fait ses parents puisque légalement elle est toujours mineure. Son handicap la rend très facilement manipulable, c’est la marionnette idéale et de surcroît pas trop chère pour ses employeurs.

En l’embauchant, les dirigeants de We don’t have time se sont dit que son jeune âge et son handicap rendaient Greta inattaquable. Ils sont ce que l’on appelle des « spin doctors », ce qui n’a rien à voir avec la médecine, ils vendent du conseil en communication et marketing politique. Ils ont eu l’idée de doper leurs ventes en se lançant à corps perdu dans l’écolo-catastrophisme, en récupérant les noms et adresses mail des admirateurs et suiveurs de Greta. Déjà des centaines de milliers de fichés, bientôt des dizaines de millions dont les listes sont revendues à des agences publicitaires spécialisées dans le « green washing ».

Vous le savez, chers amis Minurniens, comme Philippe de Villiers, quand je tiens le bout d’une ficelle, j’aime tirer dessus ! J’ai donc tiré.
We don’t have timen’est pas tombée du ciel, elle a été créée à l’initiative de Global Shapers, une institution qui travaille pour le Forum Economique Mondial qui se réunit tous les ans à Davos !
Celui-ci pousse les jeunes chefs d’entreprise de la tranche 20-30 ans à se lancer dans l’écologie pour y faire fortune, en y ajoutant une touche politique dont l’idée est venue àGlobal Shapers en janvier 2019 : copier le système Macron, ni-droite- ni gauche mais écolos !
Ils s’appuient sur les partis politiques suédois des socio-démocrates à la droite.

Résumé 1 : Greta Thunberg => We don’t have time => Global Shapers => Forum Economique Mondial Davos

Mais qui finance la chaîne ? De même qu’en tirant la ficelle Aquarius, on remonte à Georges Soros, on arrive en partant de Greta à deux familles d’industriels suédois, les Rentzhog et les Persson, associées dans Global Utmaning dont le PDG est Ingmar Rentzhog et la Présidente fondatrice Christina Persson.

Global Utmaning est une holding financière qui investit dans les projets du Forum Mondial Économique.

Global Utmaning menace du réchauffement climatique, ils y vont carrément !

Résumé 2 : Greta Thunberg => We don’t have time => Global Shapers => Forum Mondial Économique => Global Utmaning => industriels milliardaires Tentzhog et Persson.

L’innocence mise au service du lobby écolo-industriel !

Que dit vraiment le GIEC dans ses rapports ?

Rappel : le GIEC n’est pas un organisme scientifique, mais une institution politique de l’ONU.
Il a été créé à la demande de Margaret Thatcher qui, dans les années 70, pour justifier sa promotion de l’industrie nucléaire dé-carbonée, a eu l’idée d’inverser le discours scientifique de l’époque.
Celui-ci disait que nous sommes, c’est parfaitement exact, à la fin d’un cycle de réchauffement déca-millénaire (voir le graphique GIEC ci-dessous) commencé à la fin de la dernière glaciation globale il y a 12 000 ans et que nous devons nous attendre prochainement à une nouvelle ère glaciaire. Ce qui est confirmé par les observations de la NOAA américaine et la météo russe, depuis 1999 le réchauffement s’est arrêté. Nous sommes au sommet d’une courbe de Gauss (2).
Ce que le GIEC confirme dans son rapport partiel d’octobre 2018 mais qui a été zappé dans le résumé de quelques pages qu’en a fait la commission politique du GIEC pour la distribution aux États membres afin de ne pas contrarier les politiques fiscales « vertes » qui passent mal dans les couches les moins riches des populations comme les Gilets jaunes.

Thatcher a donc promis des financements importants aux services météo anglais à condition qu’ils « prouvent » qu’un réchauffement était toujours en cours, ce qui fut facilement fait en modifiant quelques paramètres dans les modèles informatiques. Le budget de la météo anglaise fut multiplié par presque huit !
Les autres services météos dans le monde comprirent le signal et se mirent eux aussi à prévoir du réchauffement catastrophique à tour de bras !

On ne connaît que 2% du total des rapports du GIEC

Le GIEC compulse des milliers de rapports scientifiques de climatologues et météorologues, géographes, géophysiciens et astronomes. Il en fait une synthèse de toujours plus de 1000 pages.

Le dernier rapport complet, c’est-à-dire comportant 9 études (3), est le AR 5 publié en 2013, il comporte 1535 pages
. Chaque étude se termine par les références scientifiques, parfois plus d’un millier par étude. Depuis, il n’y a eu que des publications partielles d’extraits mis à jour sur tel ou tel sujet d’étude. Et ces extraits de 30 pages mis à la disposition des gouvernements et médias ne reprennent, pour des raisons politiques, que les parties catastrophistes des études.

Toutes les conclusions des climatologues dits « réalistes » sont passées sous silence.

Vous ne verrez jamais publiées dans ces 30 pages les phrases – pourtant innombrables dans AR5 – du genre : Températures : »Il existe une confiance modérée que la longueur et la fréquence d’épisodes chauds, incluant les vagues de chaleur, ait augmenté depuis 1950«  (AR5  p.213).
Et encore, cela ne concerne que l’Amérique du Nord, l’Australie et l’Europe, les relevés de tout l’hémisphère sud et de la Sibérie étant trop espacés et peu fiables.
Traduction : Réchauffement ? P’t’être ben qu’oui, p’t’être ben qu’non.

Ou bien :
Inondations : « À l’échelle globale il n’y a ni plus ni moins d’inondations et la magnitude (force ou importance) n’a pas varié significativement. » (AR5 p.214).
Sécheresses : « Il n’y a pas suffisamment d’évidences pour suggérer une tendance globale depuis 1950« .
Orages et grêles : « Les tendances observées ont un faible niveau de confiance, à cause d’inhomogénéités dans les données et de problèmes dans les systèmes de monitoring.
Cyclones : « Les données actuelles n’indiquent aucune tendance significative pour la fréquence des cyclones tropicaux au niveau global pour le siècle passé et il reste incertain si les augmentations à long terme rapportées soient solides« .
Vents : « la vitesse du vent de surface au-dessus des terres et des océans n’a pas changé « .
Et bien d’autres remarques encore, du même tonneau !…

Les gouvernements en manque d’impôts nous refont le coup de « La Grande Peur de l’An 1000 »

Paniqués à l’idée de perdre les énormes ressources fiscales qu’il prélèvent avec les taxes carbone, transition climatique et autres impôts « verts », les gouvernements nous rejouent la farce des sectes des années précédant l’An Mille qui disaient : « Nous allons tous mourir en l’An 1000 et brûler en enfer parce que vous avez été méchants et offensé Dieu. Nous allons prier pour vous mais… donnez nous de l’argent !« .
Puis, après l’An Mille… « Il n’y a pas eu de fin du mondeVoyez, vous avez eu raison de nous donner votre argent, on a réussi à calmer la colère de Dieu, remerciez-nous en étant généreux ».

Maintenant, les politiciens écolo-escrocs nous disent : « Nous allons tous mourir dans dix ans parce que les humains sont méchants avec la planète, donnez-nous beaucoup d’argent et on va faire changer le climat, make our planet great again« . Depuis un an ou deux ils ajoutent aussi « Et acceptez de perdre toutes vos libertés pour sauver la planète ».

C’est la dictature verte !

Lire la suite

Société : Félicitations à tous nés dans les années 1940, 1950, 60 et 70 !!! (Vidéo)

Félicitations à tous nés dans les années 1940, 1950, 60 et 70 !!!

Vos mères ont pris de l’aspirine, mangé de la vinaigrette au fromage bleu, du thon en boîte et n’ont pas été testées pour le diabète.

Puis, après ce traumatisme, vos lits de bébé ont été recouverts de peintures à base de plomb de couleur vive.

Vous n’aviez pas de couvercle à l’épreuve des enfants sur les bouteilles de médicaments, les portes ou les armoires à pharmacie et lorsque vous rouliez à vélo, vous n’aviez pas de casque, sans parler des risques pris en faisant de l’auto-stop.

En tant qu’enfants, vous rouliez dans des voitures sans ceinture de sécurité ni airbag. Rouler à l’arrière d’une camionnette – en vrac – était toujours très amusant.

Vous avez bu l’eau du tuyau d’arrosage du jardin et non celle d’une bouteille. Vous avez partagé une boisson gazeuse avec quatre amis, d’une bouteille, et personne n’en est mort. Vous avez mangé des gâteaux, du pain blanc et du vrai beurre et bu des boissons gazeuses avec du sucre, mais vons n’êtes pas en surpoids parce que vous jouiez toujours dehors !!

Vous quittiez la maison le matin et jouiez toute la journée, à condition que nous soyons de retour lorsque les lampadaires sont allumés. Personne n’a pu vous joindre toute la journée. Et vous étiez bien.

Vous passiez des heures à construire vos karts à partir de rebuts, puis à descendre la colline, pour découvrir que vous aviez oublié les freins. Après avoir couru quelques fois dans les buissons, vous avez appris à résoudre le problème.

Vous n’aviez pas de Playstation, de Nintendo, de X-Boxe, pas de jeux vidéo du tout, pas 99 chaînes sur le câble, pas de films sur bandes vidéo, pas de son Surround, pas de téléphone portable, pas de messagerie texte, pas d’ordinateur personnel, pas d’Internet, pas de bavardoir sur Internet ; vous avez des amis, vous êtes sortis et les avez trouvés !

Vous êtes tombé d’un arbre, vous avez été coupé, vous vous êtes cassé les os et les dents et il n’y a pas eu de poursuites judiciaires à la suite de ces accidents.

Vous jouiez avec des vers (comme le faisaient la plupart des garçons) et des tartes à la boue faites de terre, et les vers ne vivaient pas en nous pour toujours.

Vous avez inventé des jeux avec des bâtons et des balles de tennis et bien qu’on cous ait dit que cela arriverait, vous ne vous êtes pas crevé les yeux.

Vous avez fait de la bicyclette ou marché jusqu’à la maison d’un ami et frappé à la porte ou sonné à la cloche, ou simplement crié sur eux !

L’idée d’un parent qui vous renflouerait si vous enfreignez la loi n’a jamais été entendue. Ils ont effectivement pris parti pour la loi !

Cette génération a produit certains des meilleurs preneurs de risques, résolveurs de problèmes et inventeurs de tous les temps ! Les 50 dernières années ont été une explosion d’innovations et de nouvelles idées. Vous aviez la liberté, l’échec, le succès et la responsabilité, et vous avez appris comment faire face à tout cela ! Et vous en faites partie ! Félicitations !

Il y a du vrai là-dedans ?

Lire la suite

Maltraitance animale : La vache fistulée ou vache à hublot (Vidéo)

Depuis peu, la France s’émeut concernant la pratique dite de la vache à  hublot.

En suisse, cette technique existe depuis près de 30 ans ; le but : tester des mélanges d’avoine expérimentaux lors de la digestion.

A la clé, une alimentation potentiellement plus équilibrée pour les bovidés.

Stéphane Guibert / Finalscape

Lire la suite

L’image du jour : Alerte canicule (Vidéo)

Mise à jour : dimanche 23 juin 2019 – 13:38 –

L’indice de ressenti calculé à partir de la température et de l’humidité va s’envoler la semaine prochaine pour atteindre 46 ou 47 !

>> CONSEILS :

– Aérer sa maison tôt le matin ou tard le soir en faisant des courants d’air.
– Fermer vos volets le reste de la journée.
– Bien s’hydrater jusqu’à 2L d’eau par jour.
– Passer du temps dans des endroits frais et climatisés si possible.
– Ne pas s’exposer au soleil aux heures les plus chaudes.
– Évitez fortement toute activité sportive, randonnée etc…
– Ne pas hésitez à proposer régulièrement à vos enfants et aux personnes les plus fragiles de boire de l’eau même sans soif.

Lire la suite

Social : Il délaisse Carrefour-Rue la nuit… pour la poésie! (Vidéo)

C’est dans des cafés, appréciés par Valérie Bierens de Haan, que le livre «Vince Fasciani: poète de sa vie» s’est dessiné. GEORGES CABRERA

Un petit livre, signé Valérie Bierens de Haan, révèle la double vie du travailleur social et protecteur des sans-abri, Vince Fasciani.

Il a mené de main de maître, aux côtés de Noël Constant, l’installation du nouvel hameau de studios mobiles à Chêne-Bougeries (voir nos éditions d’hier). Mais Vince Fasciani n’est pas seulement cet infatigable travailleur social de Carrefour-Rue, narré par les médias. Outre son engagement auprès des sans-abri, d’autant plus précieux quand les températures dégringolent… Vince Fasciani (64 ans) est aussi poète à ses heures. Et depuis longtemps même. Un formidable petit recueil, tout frais, sur la vie de ce sexagénaire, guidée par sa poésie, nous l’apprend. Son auteure Valérie Bierens de Haan, journaliste retraitée – quinze ans de Tribune de Genève et vingt-cinq ans de télévision – n’en finit pas de remercier «le hasard» qui lui a permis de rencontrer ce surprenant parolier italo-suisse.

«Quelque mois après la mort de mon mari, j’ai ressenti le besoin, pour m’évader de mon chagrin, de m’intéresser à d’autres qu’à moi-même et j’ai proposé bénévolement mon temps à Carrefour-Rue», explique-t-elle en guise de préambule. Aussitôt dit, aussitôt fait; Vince Fasciani initie alors la nouvelle venue aux activités artistiques de cette association qui, depuis quarante ans, vient au secours des personnes démunies. «J’ai assez vite découvert qu’il avait une double vie. Sociale le jour, poétique la nuit, poursuit l’écrivaine.

«Sans la poésie, je serais mort ou laissé-pour-compte», m’a chuchoté cet adepte d’écrits-sparadraps.» Le projet de livre venait de naître. Sans que Valérie Bierens de Haan ne s’en rende vraiment compte, puisque Vince Fasciani en fut le véritable instigateur: «Je voulais me débarrasser de cette femme qui n’arrêtait pas de me poser des questions!» Mais la curiosité de Valérie Bierens de Haan n’a pas été vaine. Après dix-huit mois d’entretiens passionnés avec «cet adepte de chemins sans boussole qui mènent vers plus de lumière», comme le qualifie l’un de ses amis, on en sait un peu plus sur Vince Fasciani, homme d’action qui abhorre les chaînes: «Le secret du bonheur, c’est la liberté. Le secret de la liberté, c’est le courage.»

Lire la suite

26 milliardaires détiennent désormais autant de richesses que la moitié de l’humanité (Vidéo)

Source de l’image

La concentration de la richesse s’est encore accentuée en 2019, 26 milliardaires ayant désormais entre leurs mains autant d’argent que la moitié la plus pauvre de l’humanité, a dénoncé lundi l’ONG Oxfam, qui appelle les États à taxer les plus riches.

Le fossé qui s’agrandit entre les riches et les pauvres pénalise la lutte contre la pauvreté, fait du tort à l’économie et alimente la colère dans le monde , a affirmé Winnie Byanyima, directrice exécutive d’Oxfam International, citée dans le communiqué.

Les gouvernements “doivent s’assurer que les entreprises et les plus riches paient leur part d’impôts”
Le nombre de milliardaires a d’ailleurs doublé depuis la crise financière de 2008, souligne Oxfam, constatant que les riches bénéficient non seulement d’une fortune en pleine expansion, mais aussi des niveaux d’imposition les moins élevés depuis des décennies .

Si la tendance était inversée, la plupart des gouvernements auraient suffisamment de ressources pour financer les services publics”, a souligné l’ONG qui estime que “la richesse est tout particulièrement sous-taxée”. Elle a ainsi précisé que sur un dollar d’impôt sur le revenu, seulement quatre centimes proviennent de la taxation de la richesse. Selon Oxfam, qui estime que les plus riches cachent au fisc 7.600 milliards de dollars (6.680 milliards d’euros) les 10% les plus pauvres paient désormais des impôts plus élevés en proportion de leurs revenus que les plus riches….

Lire la suite

Environnement : Le déni dans toute sa splendeur

Facebook : voici un post sur lequel je suis tombé  : “En Chine il n’y a pas d’abeille pourtant ils sont bien là donc, la théorie soit disant d’Einstein ne tient pas …”

Je n’ai pas pu m’empêcher d’y répondre.

Préambule :

Einstein aurait dit : “Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre »

Voici ma réponse à ce post et le dialogue qui en suivit :

(Mesages copiés-collés)

  • G.S : “Dans certaines régions de Chine comme c’est le cas dans la province du Sichuan, les abeilles ont totalement disparu depuis bien longtemps. Au début des années 80 l’utilisation des pesticides non contrôlée a anéanti toutes les abeilles de la région tuant de cause à effet toutes les plantes à pollen qui subvenaient aux besoins de la population.La production fruitière c’est alors effondrée laissant les fermiers assister impuissants à la destruction de leur gagne-pain.Pékin, la capitale demeurant impuissante face à ce problème a ordonné à la population de polliniser à la main et, sans autre alternative, les fermiers n’ont pas eu d’autre choix de se résigner.D’aucuns me diront que si les abeilles devaient disparaître de la surface du globe, nous n’aurions qu’à imiter les Chinois et que cela créerait même des emplois (je les vois venir).  Je répondrai alors à ces derniers : à combien ils estiment le prix d’un kilo de pommes dont les fleurs ont été pollinisées par l’homme ?”
  • Internaute : “Non ma question est où on t il trouvé du pollen ? Et l abeille n est pas la seule pollinisatrice l’abeille est un maillon de la chaîne importante comme les autres.”
  • G.S : ” Il y a fort à parier qu’en Chine, dans les provinces où les abeilles ont disparu, les papillons et autres pollinisateurs aient subi le même sort; quand à votre question : “où trouvent-ils le pollen ?”, je vous invite à visionner la dernière vidéo qui illustre l’article dont vous trouverez le lien dans mon premier commentaire. (Vidéo ci-dessous) Ce qui me désole dans ce que vous dites (ce n’est pas un reproche mais un constat), c’est que cela est à l’image du déni global de tous ces gens qui refusent de voir la vérité en face.
  • Internaute : “je parle de la vidéo ou il est dit qu on fabrique du miel en Chine(pas seulement une région mais toute la Chine) alors qu il n y a pas d abeille.. Et je parle d une citation de Einstein relayé sur les réseaux qui dit que si l abeille venait à disparaître il ne resterait que 4 ans à vivre à l humanité… Je ferme pas mes yeux mais j essaie de comprendre c est une très grosse différence.. La vérité ce n est peut être pas vous qui l’avez.”

Vidéo

Lire la suite

CONTAMINATION RADIOACTIVE «ANORMALEMENT ÉLEVÉE» DE LA LOIRE À PROXIMITÉ DE 5 CENTRALES NUCLÉAIRES

Sur la Loire, «le tritium est présent sur près de 400 km, entre Dampierre-en-Burly et Nantes.[AFP]

L’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO) a annoncé mardi une «contamination» radioactive «anormalement élevée» de la Loire à Saumur (Maine-et-Loire), «en aval de cinq centrales nucléaires».

La présence de tritium (hydrogène radioactif) y «est quasi systématique aussi bien dans le fleuve que dans les eaux de consommation. En janvier 2019, la concentration dans l’eau de la Loire a atteint 310 Bq/L», alerte le laboratoire basé à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen.

Et pour rappel :

Le tiers des 58 réacteurs français est aujourd’hui à l’arrêt, les anomalies se multiplient sur le parc et l’EPR de Flamanville a du plomb dans l’aile. Les signes de la faillite du nucléaire français se font toujours plus nombreux. Une nouvelle étude d’analyse financière sortie le 17 novembre vient enfoncer le clou : elle révèle une entreprise en très mauvaise santé financière qui minimise de graves problèmes.

Déjà évoqué sur ce site, le préoccupant problème lié au mauvais état du parc nucléaire Français met à l’arrêt un grand nombre de ces centrales et avec l’hiver qui pointe le bout de son nez, EDF risque de connaître un gros soucis pour l’approvisionnement de ses clients.

Pour commencer et pour rappel, ce que nous disait Tatiana Jarzabek de la chaîne Youtube “Le Fil d’Actu

Spécial investigation « Nucléaire : La politique du mensonge »

Durant trente ans, EDF a négligé l’entretien des 58 centrales nucléaires françaises. Selon la Cour des Comptes, le coût de la rénovation du parc électro-nucléaire s’élève aujourd’hui à 110 milliards d’Euros. La facture d’électricité des Français devrait donc continuer de grimper ces dix prochaines années.

Le journaliste a enquêté sur le nucléaire français présenté par l’État comme sûr, propre et bon marché. Il met notamment en lumière les problèmes de stockage des centaines de milliers de tonnes d’uranium appauvri à Bessines dans le Limousin, comme à Tricastin dans la Drôme, mais également les incidents de fusion des réacteurs de Saint-Laurent-des-Eaux dans le Loire-et-Cher, dissimulés par les autorités en 1969 et en 1980.

Vidéo : “Nucléaire, la politique du mensonge”

Lire la suite

“Cash investigation” : Élise Lucet met en lumière “le scandale de la tomate”

Source de l’image

L’émission de France 2 “Cash investigation” est allée enquêter afin de répondre à une question : pourquoi les tomates n’ont aujourd’hui “pas de goût” ?

Le sujet peut paraître moins “explosif” que ceux traités habituellement par Élise Lucet dans “Cash investigation”, mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’il intéresse un grand nombre de personnes. En effet, l’émission de France 2 est allée mardi 18 juin sur les traces de la tomate, fruit star des beaux jours et qui est souvent taxé de “ne pas avoir de goût”.

Pourtant, les tomates sont belles, rutilantes dans les rayons des supermarchés, elles se conservent même plusieurs semaines. Mais elles ont en même temps perdu 50% de leurs vitamines.

L’équipe de “Cash investigation” est ainsi allée à l’Académie d’agriculture de France afin de se pencher sur les tables nutritionnelles des tomates au début des années 60 et de les comparer à celles d’aujourd’hui. “Et même pour nous, très franchement stupéfaction totale”, a confié Élise Lucet sur le plateau de “C à Vous” à propos du scandale de la tomate. “Tous les fruits et légumes ont perdu 27% de vitamine C, la moitié de leur fer, et tout cela en 60 ans“, appuie la journaliste.

Une meilleure conservation, mais un goût insipide

“Tous les scientifiques qui travaillent sur les tomates ont d’abord cherché à augmenter le rendement. Donc ils ne se sont pas posé cette question des nutriments”, souligne Linda Bendali, auteure de l’enquête qui a duré un an. Une perte de qualités nutritionnelles qui n’est pas perceptible par le consommateur. Jusqu’à ce qu’il ne s’y retrouve plus au niveau du goût. Grâce à un travail de croisement de variétés, des tomates hybrides ont été créées. Belles, rondes, bien rouges, et à la décomposition bloquée par une spécificité génétique.

Lire la suite

Environnement : Voici enfin une vraie alternative au pétrole, le carburant solaire !

Source de l’image

“Nous pouvons maintenant prouver que l’ensemble du processus de fabrication solaire fonctionne.”

Comment le soleil va produire une essence verte obtenu sans extraire une goutte de pétrole grâce à un réacteur solaire mis au point à l’EPFZ.

Les rayons du soleil chauffent un réacteur dans lequel sont injectés de l’eau et du CO2 : il en ressort un carburant liquide capable de faire rouler nos voitures, faire voler nos avions. Autre avantage non négligeable : en brûlant, ce carburant n’émettra que le CO2 capturé ce qui mènera à un bilant carbone de 0%.

G.S / FINALSCAPE

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse