Humour : Quand une star du petit écran Helvétique se fait piéger par l’effet Caribou

Esther Mamarbachi, une des Stars de la Télévision Suisse Romande à qui l’on reproche de couper sans arrêt la parole à ses invités se fait piéger par l’équipe de “L’effet Caribou” qui va se faire un malin plaisir de venger les invités de l’animatrice. A cela on ajoute un breuvage censé être une spécialité canadienne que va lui remettre un interlocuteur qui sort d’une nuit très arrosée.

Stéphane Guibert

“VOTRE CONCEPTION DE LA DÉMOCRATIE EST NAPOLÉONIENNE” Marisa Matias, Eurodéputée du bloc de gauche portugais a interpellé Emmanuel Macron au Parlement Européen

CARTON ROUGE POUR EMMANUEL MACRON

Le discours de l’eurodéputé Belge, Philippe Lamberts a fait le tour des réseaux sociaux. Marisa Matias, eurodéputée du bloc de gauche Portugais a elle aussi interpelé le président Français.

“Monsieur Macron, vous êtes présenté ici comme le président de la France mais, en réalité on dirait que vous vous prenez pour un petit Napoléon. Vous êtes venu faire une déclaration d’amour à la démocratie, vous avez même dit que la démocratie n’était pas une parole creuse. Mais je vous le demande : Quelle démocratie ? La démocratie, quand vous avez décidé, il y a moins d’une semaine, unilatéralement, avec Trump et May de lancer une attaque sur la Syrie, en ayant rigoureusement consulté personne ? Votre conception de la démocratie n’a pas de citoyen ? N’a pas de parlement ? Vous n’avez même pas vu l’assemblée nationale française. Vous avez ridiculisé les institutions européennes !

C’est ça votre conception de la démocratie ? Monsieur le Président, votre conception n’est pas creuse, elle est inexistante. Votre conception de la démocratie est Napoléonienne. Or, nous voulons une démocratie complète. Si vous voulez la paix au Moyen-Orient, vous avez un bon remède : Arrêtez de vendre des armes. Vous êtes en très bonne position pour le faire.”

États-Unis: un moteur d’avion explose en plein vol, brise un hublot et tue une passagère

Mardi, le hublot d’un avion a explosé suite à une défaillance de moteur, sur la ligne New York-Dallas. Une passagère aspirée vers l’extérieur mais retenue par des passagers est décédée à l’hôpital. L’avion a atterri d’urgence à Philadelphie.

Un Boeing 737 de la compagnie aérienne américaine Southwest a connu mardi peu après son décollage de New York une défaillance de moteur, qui a brisé un hublot et fait un mort parmi les passagers. L’appareil a dû faire un atterrissage d’urgence à Philadelphie.

“Nous pensons que des parties du moteur se sont détachées”, a indiqué l’organisme fédéral de la sécurité des transports (NTSB), qualifiant l’incident, à ce stade, de “défaillance de moteur”.

Daniel Balavoine : Un homme engagé qui pour le pouvoir de l’époque en disait trop ?

L’accident aérien du rallye Dakar est un crash d’hélicoptère qui a eu lieu au Mali, le soir du en marge de la huitième édition du Paris-Dakar, le 14e jour de compétition.

Cinq victimes sont à déplorer : le chanteur Daniel Balavoine (33 ans), le pilote François-Xavier Bagnoud (24 ans), l’organisateur du rallye Thierry Sabine (36 ans), la journaliste du Journal du dimanche Nathalie Odent (25 ans) et le technicien radio de RTL Jean-Paul Le Fur (36 ans) (qui avait déjà couvert La Chasse aux trésors).

Cet accident fut très médiatisé en raison de la notoriété de Daniel Balavoine et de Thierry Sabine, et ses circonstances ne sont toujours pas aujourd’hui entièrement claires. Le chanteur ne participait pas à la course cette année-là (il avait concouru lors des éditions Rallye Dakar 1983 et 1985), mais s’occupait de l’action humanitaire « Paris du cœur » qui visait à installer des pompes à eau hydrauliques dans des villages africains en profitant de la logistique du rallye. (Source : Wikipédia)

Je sens les anti-complotistes me tomber dessus mais combien de morts camouflées en suicide, en false flag ou accident pure et simple ne sont-elles pas aujourd’hui et preuve à l’appui à imputer à des assassinats pour Raison d’État ?

Revenons un instant sur cet accident impliquant le décès du très engagé chanteur Daniel Balavoine.

Voici une vidéo dont les dernières secondes laissent songeur. Déclarations de Jean Pernin à la radio :

  • la mort de Daniel Balavoine n’est pas naturelle mais provoquée.
  • L’accident ne c’est pas produit mardi 14 janvier 1986 mais la veille, lundi 13 janvier.
  • Il y a des intérêts financiers parce qu’il y a beaucoup de choses dans cette histoire.
  • On est capable de faire tomber un Boeing avec 500 personnes à bord pour en tuer une.
  • etc …

Cela ne prouve rien certes mais auront-nous un jour si la mort du chanteur est réellement liée à son assassinat ainsi que celui de ses 4 infortunés compagnons de voyage, le droit à la vérité ?

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Afin de ne pas faire perdre leur temps aux cartésiens, on parle dans cette série de 3 vidéos, d’ésotérisme et de vie après la vie ; mais certaines informations et témoignages très probants semblent démonter la version officielle de ce fameux crash du 14 janvier 1986.

Si vous vous posez vraiment la question, ces vidéos de la chaîne Youtube  Meta TV rebaptisée aujourd’hui TEPA sont à visionner.

G.S

L’affaire Balavoine 1/3

L’affaire Balavoine 2/3

L’affaire Balavoine 3/3

Nantes : Des émeutes avec un parfum de guerre civile

Rien ne va plus en France. Après les réformes successives du gouvernement, la France s’embrase dans tous les sens.

Texte recueilli sur la page Facebook qui diffuse la vidéo :

“Nantes est sous occupation. La manifestation du samedi 14 avril, contre l’expulsion militaire de la ZAD, en est un nouvel exemple. 1000 CRS contre des manifestants. Mille CRS ! Des canons à eau à chaque coin de rue. Un hélicoptère. Des centaines de tirs de grenades et de balles en caoutchouc. Une manifestation interdite de fait.

On nous signale de très nombreux blessés, souvent graves, depuis samedi. Ce gouvernement est en guerre contre sa population. Il cherche à blesser, tuer, terroriser.”

(Vidéo en fin d’article)

Un mort du côté des manifestants pourrait déclencher l’étincelle menant à un point de non retour.

Ce dont il faut se souvenir, c’est qu’en Europe, la peine de mort a été rétablie en cas d’insurrection ; non ce n’est pas un fake :

Les dispositions de l’article 2 de la Charte correspondent à celles des articles précités de la CEDH et du protocole additionnel. Elles en ont le même sens et la même portée, conformément à l’article 52, paragraphe 3, de la Charte. Ainsi, les définitions «négatives» qui figurent dans la CEDH doivent être considérées comme figurant également dans la Charte:

«La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire:

a)  Pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale.
b)  Pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue.
c) Pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.

>>>Télécharger le texte officiel<<<

>>>Lien Officiel<<<

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Humour : Après la saga Harry Potter voilà comment la Warner va nous en mettre plein la vue

Après la saga Harry Potter voilà comment la Warner va nous en mettre plein la vue

CanHarry Potter et la coupe de Punk

Il sera instruit à JauneFondor

 

Stéphane Guibert

Syrie : Les attaques chimiques évoquées par l’occident seraient bidon

Le reportage de Presstv révèle que les patients, ne souffraient pas des conséquences d’une attaque chimique, mais de l’inhalation de poussière et de privation d’oxygène. Ils sont rentrés dans l’hôpital de Douma, là où les terroristes ont filmé les victimes d’une attaque chimique imaginaire.

L’équipe de Presstv est rentrée dans l’hôpital de Douma qui était installé dans des locaux souterrains pendant la guerre d’où des terroristes ont filmé des civils en affirmant qu’ils suffoquaient à cause de substances chimiques envoyées par le gouvernement Syrien.

Les terroristes ont commencé à verser de l’eau sur les civils qui suffoquaient à cause des gaz qu’ils avaient inhalé. Ce film de propagande a été filmé par les terroriste dans la salle où les blessés avaient été acheminé. Le personnel de l’hôpital a expliqué à Presstv comment les terroristes avaient fabriqué cette histoire de toutes pièces en répandant des rumeurs faisant état de l’utilisation de produits chimiques.

G.S

L’esclavagisme moderne s’accentue de jour en jour, la France est sur le point d’imploser

Sur le plateau de l’émission de France 2 “On est pas couché“, une déléguée syndicale de l’enseigne Carrefour s’exprime sur un raz le bol qui se généralise en France

Elle déclare en direct que les salaires des caissières qui sont en moyenne de 1’300 euros par mois ne permettent pas de tourner sans devoir drastiquement se serrer la ceinture, que les salariés en ont marre, que les conditions de travail dans la grande distribution sont de pire en pire et si l’on regarde les dividendes qui sont reversés aux actionnaires, 356 millions d’euros, il faut savoir que la participation qui était reversée aux employés avant pouvait atteindre entre 800 et 900 euros par année. Aujourd’hui, cette participation n’excède pas 57 euros.

Les employés se sentent lésés. Avant, ils devaient travailler pour vivre alors qu’aujourd’hui ils doivent vivre pour travailler dans le sens qu’ils doivent passer leur journée au travail du matin au soir ce qui impact gravement sur la vie privée.

Elle fini par dire : “Nous passons notre vie à donner de l’argent à des actionnaires qui ne nous respectent même plus, qui n’ont même pas le respect de nous reverser au moins ce que nous produisons parce que ce sont nous, les salariés, les producteurs de richesse, c’est nous qui faisons en sorte que Carrefour gagne de l’argent et aujourd’hui on ne peu pas nous le reverser ou au moins avoir une équité dans le reversement des richesses, ce n’est plus possible et nous en avons raz le bol.”

Et pour rappel :

Alors que de réforme en réforme les Français sont priés de se serrer chaque fois plus la ceinture, Carrefour gave ses actionnaires avec les deniers publics. Scandaleux !

Alors que carrefour prévoit un plan social mettant à la trappe 10’000 emplois, depuis 2013 les Français ont versé à la firme 744 millions d’euros sous forme d’aide publique. Dans le même temps, Carrefour versait 2,4 milliards sous forme de dividendes à ses actionnaires.

Cela signifie que chaque foyer imposable à donné 44 euros aux actionnaires de Carrefour, cela signifie que la direction de Carrefour a versé l’équivalent de toutes les aides publiques reçues à ses actionnaires.

Guibert Stéphane

asfjéas

Syrie, Pierre Le Corf : Avant la libération (Témoignage)

“Je vis ici à Alep, avant avec ma famille, puis dans la rue et maintenant avec cette femme qui me garde avec elle à Ashrafié. Elle ne m’a jamais obligé à aller dans la rue et demander de l’argent aux gens, je vais dans la rue, je demande de l’argent moi-même et je lui donne. En échange j’ai un lit, un toit et à manger. Je dors à côté d’elle ou à côté de sa mère parce qu’ils veulent que je sois un petit comme leur enfant.

C’est compliqué de s’en sortir dans la rue, les gens t’insultent, ne te respectent pas. Je donne tout mon argent à cette femme parce qu’ils n’ont rien, elle est trop pauvre et son mari est mort. Avant elle vivait dans un jardin, un jardin que je connaissais d’avant, je l’ai connue là-bas.

Moi et mes parents on avait l’habitude d’aller au jardin de Tawhid. Un jour mes parents m’ont laissé jouer avec un autre enfant dans le jardin et ils m’ont dit « quand tu auras fini, reviens ». Quand j’ai fini, je suis allé à la maison de mes parents, j’ai frappé à la porte, frappé et frappé mais personne ne répondait. Je suis allé à un autre étage pour demander aux voisins et ils m’ont dit que mes parents aillaient bien, qu’un mortier était tombé mais que tout allait bien, qu’il ne fallait pas que je m’inquiète … c’était au Sallom hôpital, le mortier est tombée sur le côté de l’hôpital. Ma maman et ma sœur sont mortes à cet endroit, ça fait un an et demi à peu près. Je ne les ai pas vus mourir mais j’ai vu leurs corps, j’espère que leur âme est avec Dieu.”

We are superheroes

————-

“I live here in Aleppo, before with my family, then in the street and now with this woman who keeps me Ashrafié with her. She never forced me to go to the streets and ask people for money, I ask money myself and I give it to her. In exchange I have a bed, a roof and some food. I sleep beside her or next to her mother because they want me to be like their child. It’s difficult to survive in the street, people insult you, don’t respect you. I give all my money to this woman because they have nothing, they’re too poor and her husband died. Before she was living in a garden, a garden that I knew before, I met her there. Me and my parents we used to go in Tawhid garden. One day my parents let me play with another child in the garden and they told me “when you’re done, come back.” when I finished, I went to my parents’ house, I knocked on the door, knocked and knocked but no one answered. I went to another floor to ask neighbors and they told me that my parents were ok, a mortar fell not far, but everybody were fine, that I should not worry … it was the Sallom hospital, the mortar fell on the side of the hospital. My mom and my sister died there, it’s been a year and a half or so. I didn’t see them die but I saw their bodies, I hope that they’re with god.”

We are superheroes

Syrie, Pierre Le Corf : Hier soir à Alep… Témoignage

Hier soir j’étais dans un quartier périphérique d’Alep, une de mes jeunes n’était pas très loin de moi à Zahra, les combats et bombardements étaient intenses et elle avait peur en m’écrivant sur whatsapp, elle me demandait de prier pour eux. C’est ça qui est le plus fatiguant, c’est le stress pour ceux que tu aimes, plus que pour toi ou quoi que ce soit.

La majorité des gens ne peuvent pas comprendre ce que veut dire la guerre, pour certains c’est un parti ou un autre, c’est un titre d’article, ce sont des photos ou des vidéos, de la politique, des médias, des stéréotypes Hollywoodiens etc. … et beaucoup pensent pouvoir juger de ce qui est vrai ou faux, de ce qui est bien ou mal. Qui a raison? Personne. Même pas moi. Une guerre c’est 1000 vérités qui se basent d’abord sur ceux qui la vivent et 1000 raisons pour chacun de percevoir le monde en fonction.

Et c’est là ce que l’on oublie, la vie, les gens, même si certains se pourfendent de faire semblant de les défendre ou d’autres s’en soucient sincèrement, la guerre c’est avant tout des gens qui la vivent, aucun média ne pourra jamais montrer la guerre et ce que ça signifie dans la vraie vie. C’est là le grand problème, il y a un abysse entre réalité et documentaire entre opinions et vérités. Si un jour vous voyez une photo vous montrant d’un côté ou d’un autre des enfants courir sous un bombardement, c’est bien plus compliqué qu’une seule image. Un avion, une bombe, des enfants? Non, malheureusement la plupart de ceux qui continuellement font des vidéos ou images déconnectées de tout ce qui est ci-dessus font de la propagande car la vie y a été effacée, on ne vous vend que la mort, un petit morceau de l’histoire. Pour autant je maintiens aussi que même en vivant la guerre, je ne peux me prévaloir d’avoir raison, d’être LA vérité, mais je transmets une partie de l’histoire et des morceaux du puzzle de plus ou moins grande importance en fonction des événements, chacun ensuite fait son propre mélange pour ceux qui sont prêts à faire un mélange. Il s’agit de prendre du recul et d’essayer de vous mettre dans la peau des gens en faisant abstraction des émotions pré-mâchées qui vous sont tendues sur un plateau.

La guerre c’est la vie, ici c’est l’amour de ceux qui sont proches de vous avec la peur de les perdre, c’est l’espoir mélangé à la peur, ce sont les enfants qui vont à l’école et les parents qui espèrent les revoir, ce sont les commerçants qui essayent de faire vivre leurs familles et qui se saignent dans une économie dévastée, ce sont des centaines de taxis qui écument les rues à la recherche de clients, ce sont des patrons d’usines qui sont devenus vendeurs de rue, ce sont des gens qui sortent dans la rue avec de jolies robes quand ils ont du mal à manger, ce sont des gens qui vivent dans des carcasses d’immeubles après avoir tout abandonné plusieurs fois, ce sont des milliers d’enfants et de jeunes toutes religions confondues membres de scouts, ce sont les gens qui sont fatigués et qui voyagent, d’autres qui restent avec la guerre comme une sorte de zone de confort, ceux qui ne veulent pas aller se battre même s’ils aiment leur pays, ceux qui sont tous les jours sur les lignes de front, ce sont des hommes d’un côté et d’un autre s’affrontant pour le pays l’argent ou la religion, ce sont des gens qui pensent avoir été oubliés par le monde et d’autres qui sont en skype tous les soirs quand internet le permet avec ceux qu’ils aiment de l’autre côté de la planète, ce sont des dizaines de milliers d’animaux errants qui apparaissent et disparaissent ici et là, ce sont les jeunes et les gens qui sortent le soir fumer le narguilé ou jouer au Taoulé pour se détendre malgré des bombardements, c’est l’insouciance mêlée de déni, c’est la peur de la mort mêlée d’envie d’y rester, si Dieu le veut. Je pourrais écrire 10 pages …

J’aime cette photo, je l’ai prise avant la libération, elle était celle de notre quotidien et encore aujourd’hui sur certains quartiers, elle pourrait être utilisée dans n’importe quel magazine aussi renommé soit-il qu’elle ne pourra jamais transmettre tout ce qu’elle signifie, tout ce qu’il y a derrière ce moment ou ces jours, les émotions, les réalités …. même moi en écrivant je n’ai pas les mots pour décrire ce que ça signifie en fond. Je me souviens de beaucoup de gens qui sont morts ces jours-là, de la peur qu’on avait que Nosra ou l’armée libre ne rentre dans la ville après tellement d’attaques mais surtout des moments incroyables d’amitié à la lumière de la bougie la nuit, les ciels incroyablement étoilés, les étoiles filantes qui se mêlaient aux balles traçantes, ces enfants qui affrontaient la guerre en tant qu’enfants …

On me reproche parfois d’écrire un peu trop pour donner envie aux gens de me lire, désolé pour les fainéants, j’aime bien écrire et j’ai fâcheuse tendance à écrire un peu au fil de la plume dans objectif spécial sinon évacuer les choses à l’intérieur ou partager des messages que je pense importants … la raison de ce bout de texte c’était de parler de ce qui compte plus que la guerre, les gens dans leurs réalités simplement les plus diverses. Prenez du recul sur ce que l’on vous raconte et vous verrez tellement plus …

We are superheroes

—————————–

Yesterday evening I was in a peripheral district of Aleppo, one of my young people was not very far from me in Zahra, the fightings and bombings were intense and she was afraid writing on whatsapp, asking me to pray for her. That’s the most tiring thing, it’s the stress for those you love, more than for you.

The majority of people can not understand what the war means, for some it’s one side or another, it’s an article title, it’s pictures or videos, politics, media, Hollywood stereotypes etc. … and many think they can judge what is true or false, what is right or wrong. Who is right? No one. Not even me. A war is 1000 truths that are based first of all on those who live it and 1000 of reasons for each one.

And that’s what we forget, the life, the people, even if some people pretend to defend them or others care genuinely, the war is first and foremost people who lives it, no media will ever be able to show the war and what it means in the real life. This is the big problem, there is an abyss between reality and documentary, between opinions and truths. If one day you see a picture showing you from one side or another children running under bombings, it’s a lot more complicated than a single image. A plane, a bomb, children? No, unfortunately most of those who continually make videos or disconnected images of all the above are war propaganda because life have been kind of erased, we are only selling death, a small piece of the story . However, I also maintain that even since I live the war, I can not claim to be right, to be THE truth, but I transmit part of the story and pieces of the puzzle of greater or lesser importance depending events, … each one then makes its own mix for those who are ready to make a mix. It’s about taking a step back and trying to put yourself in the shoes of people by disregarding the pre-chewed emotions that are served on a tray.

War is life, here it is the love of those who are close to you with the fear of losing them, it is the hope mixed with fear, it is the children who go to school and the parents who hope to see them again, it’s the traders who try to support their families and who are bleeding themselves in a devastated economy, hundreds of taxis who roam the streets in search of customers, it’s patrons of factories that have become street vendors after they were looted or destroyed, it’s women who come out into the street with pretty dresses when they struggle to eat, it’s people who live in carcasses of buildings after having abandoned everything several times, it’s thousands of children and young people from all religions scouting together, it’s people who are tired and traveling, it’s others who stays with the war as a kind of comfort zone, it’s those who do not want to fight even if they love their country, it’s those who Every day on the front lines, it’s mens on one side and another fighting for the country, money or religion, it’s people who think they have been forgotten by the world or others who are on skype every night when the internet allows it with those they love on the other side of the planet, it’s tens of thousands of stray animals appearing and disappearing here and there, it is the young and the people who come out at night to smoke the Narguilé or to play Taoulé to relax despite of bombings, it is the carelessness mingled with denial, it is the fear of the death mingled with desire to get killed, if God want it. I could write 10 pages …

This photo I took before the liberation was our daily life and still today on certain neighborhoods, it could be used in any magazine as famous as it is that it will never be able to transmit all it means, all this that there is behind this moment or these days, the emotions, …. even me writing I do not have the words to describe what it means in the background. I remember many people who died those days, the fear that we had that Al Nosra came back but especially incredible moments of friendship in the light of the candle at night, the incredibly stellar skies, the shooting stars who mingled with the tracer bullets, theses children as hope.

I am sometimes criticized for writing a little too much to make people willing to read to me, sorry for lazy people I like to write and I have a tendency to write straight and in details, no special purpose if not evacuate the things inside or share messages that I think are important … the reason for this piece of text was to talk about what matters more than war, people in their realities simply the most diverse. Take a step back from what you are told and you’ll see much more.

We are superheroes