Le purgatoire, c’est l’antichambre, l’endroit ou on attend avec une marge de manœuvre de notre part d’être jugés.

Spread the love

Le purgatoire, c’est l’antichambre, l’endroit ou on attend avec une marge de manœuvre de notre part d’être jugés. C’est l’étape entre la vie et la mort. L’enfer est encore plus bas et sans possibilité de retour.

Amis terriens dont je fais partie et si tant est que vous soyez ne serais-ce qu’un minimum réceptifs à cette question qui nous taraude tous : Qui y à-t-il au delà de la mort ?

Il y a l’univers et bien au delà les multivers puisque c’est semblerait-il une découverte qui nous pousserait vers des conclusions existentielles toutes nouvelles.

Notre terre, selon des milliers de philosophes issus de centaines de générations, serait un passage entre un stade de notre conscience terrestre  à un autre, celui de de notre âme. De récentes recherches démontreraient que notre conscience ne serait pas issue de notre cerveau mais d’une volonté universelle d’associer l’expérience de la vie physique à celle de l’âme, une sorte de véhicule qu’emprunterait cette dernière comme une voiture (par exemple) qu’elle aurait le libre arbitre de diriger  et ainsi influer sur l’accumulation de ses actions, ou autrement dit : son carma.

Notre technologie terrestre nous ouvre des possibilités gigantesques en matière de physique mais très restreintes sur le plan de la spiritualité et pourtant…  Les deux ne sont-elles pas intimement liées ?

Nous en sommes et j’en suis  persuadé dans le balbutiement de tout ce que les sciences peuvent nous apporter. Une sorte d’âge de pierre en la matière.

Je suis profondément convaincu que nos actes ici bas seront comptabiliser par une volonté que la science ne nous explique pas et ce, afin de nous faire progresser ou régresser.

Nous avons le libre arbitre ici bas, à nous d’en saisir l’opportunité à savoir :  faire le bien ou le mal !

Stéphane Guibert / Finalscape

Vidéo :

Ce qu’enfant j’ai compris, maintenant, je le re-visite avec le regard de l’adulte. Je vais me chercher dans les endroits brumeux de mon enfance et à petits pas de velours ou bien à grand fracas et amples mouvements, je viens chercher la part de moi retenue, ébahie, restée dans le passé, car oui, la-bas, une partie de moi est restée et je me dois aujourd’hui de la libérer.

Ccile Lume – Le Coffret de l’Enfant Intérieur

Facebook Comments

Laisser un commentaire