L’arnaque concernant la responsabilité de l’homme dans le phénomène du réchauffement climatique

Spread the love

Source de l’image

De nos jours, émettre des réserves sur les causes du réchauffement climatique équivaut à prétendre que l’holocauste n’a pas en lieu.

Aujourd’hui, l’affaire du réchauffement climatique pourrait être comparée à une religion et les gens qui émettent des réserves quand à l’implication à part entière ou même partielle de l’homme en appelant à des débats sont désormais considérés comme des hérétiques.

Dans ce billet qui fait partie d’une rubrique largement alimentée sur ce site : le climat, vous allez voir comment le G.I.E.C a été créé et dans quelles conditions.

Concernant la menace d’une invasion de moustiques porteurs de maladies tropicales vers le nord, menace que brandissent les pros G.I.E.C, vous verrez qu’il n’aura pas fallu attendre la polémique du réchauffement climatiques pour que ces maladies fassent des ravages jusqu’en Arctique.

Petite analyse personnelle :

Le réchauffement climatique est un fait avéré mais il fait partie d’un cycle de convergences entre le soleil et la terre et cela depuis que le monde est monde. Pour se réchauffer ou se refroidir, notre belle planète n’a jamais eu besoin de l’homme. Nous sommes moins qu’un grain de poussière dans la création et notre arrogance face à tout cela n’a d’égal que notre bêtise et notre ignorance.

Le CO2 qu’envoient les humains dans l’atmosphère aujourd’hui représente 0.05% en comparaison de ce que les océans émettent depuis la nuit des temps. De plus, le CO2 est un aliment essentiel pour la faune végétale et plus il y en a, plus les forêts se développent

Le GIEC a été fondé à la demande de Margaret Thatcher qui à l’époque promouvait les centrales nucléaires soit disant écologiques en pointant du doigt le CO2.

Aujourd’hui, si on émet le moindre doute concernant l’implication de l’humain dans le réchauffement climatique, on passe pour un hérétique et on se retrouve automatiquement catapulté dans la case de la complosphère. Tu penses différemment, tu émets un doute et te voilà banni !

On taxe les petits consommateurs, les automobilistes alors que des industries telles que le fret maritime ou les aéroports en sont exempts. Cherchez l’erreur et le pire dans tout cela, c’est que ça marche !

Cela me fait bien sourire et de voir cette pensée unique se développer sous l’ériger d’une ado handicapée et instrumentalisée par l’industrie du Greenwashing ne me donnent que peu d’espoir quand à la clairvoyance des moutons que nous sommes.

La peur climatique aujourd’hui peut se comparer à la peur de l’an 1’000 et de la fin du monde où l’on disait aux gens qu’il fallait payer pour survivre.

Stéphane Guibert / Finalscape

Facebook Comments

Laisser un commentaire