FAKE : L’art de la manipulation par l’image

Spread the love

Tout ce qui brille n’est pas or et ce que l’on voit dans les médias ne reflète pas forcément la réalité

Une vidéo qui tourne sur les réseaux sociaux nous présente une série de crashs de voitures qui semblent toutes être confrontées à un obstacle invisible. Il faut reconnaitre que les images sont saisissantes et que l’auteur de la vidéo c’est vraiment donné de la peine.

Suite à la diffusion de cette vidéo, les commentaires fusent :

  • C’est une porte temporelle.
  • C’est l’ouverture d’une porte sur un monde parallèle.
  • C’est une manœuvre des extraterrestres.
  • Projet HAARP et j’en passe et des meilleurs…

Au risque de décevoir les plus assidus aux théories paranormales et extraterrestres, il ne s’agit ni plus ni moins d’un “Fake” très réussi et je vous en propose la preuve en images.

Je profite de rebondir sur ce billet afin d’attirer votre attention sur le fait que les images sont un excellent vecteur de manipulation que ce soit de la part d’un amateur qui veut faire le buz mais aussi et surtout de la part des médias mainstream.

A bon entendeur.

La vidéo “GhostCrash” ne documente pas une série d’accidents de voitures paranormaux. Il s’agit d’un travail de montage numérique créatif concocté par le graphiste italien Donato Sansone, qui l’a initialement partagée sur sa page Vimeo en mai 2018“.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Version Fake :

Bien que les voitures de cette vidéo donnent l’impression de s’écraser sur des «voitures fantômes invisibles» ou d’autres objets invisibles, l’explication est beaucoup plus logique: les collisions présentaient à l’origine d’autres véhicules qui ont été effacés de la vidéo.

Nous avons pu localiser les images originales de plusieurs «accidents fantômes», qui dans tous les cas impliquaient au moins deux véhicules clairement visibles. Vous pouvez voir des parties du métrage original (ainsi que les contreparties éditées) dans le clip ci-dessous:

Version détricotée :

Facebook Comments

Laisser un commentaire