CULTURE & CINÉMA : Vitalic “Waiting for the stars”

Spread the love

CULTURE & CINÉMA : Vitalic “Waiting for the stars”

Repost

Pascal Arbez-Nicolas étudie l’anglais, le russe, et la musique classique – il joue alors du trombone. Vers dix-huit ans, il assiste à un concert des Daft Punk au club dijonnais l’An-fer, et c’est pour lui la révélation1. Ses premiers EP paraissent au format vinyle dès 1996 et 1997, sous divers pseudonymes : Dima, Hustler Pornstar, Vital Ferox avec Al Ferox (alias Alessandro F, de son vrai nom Alessandro Farace) du label Kobayashi Records. Il n’intéresse alors que des fans de l’underground.

Il rencontre ensuite Michel Amato (alias The Hacker), au Rex, le temple techno de Laurent Garnier, et devient ami avec celui-ci, cofondateur du label français Goodlife basé à Grenoble. Amato suggère à Arbez d’envoyer ses nouveaux morceaux à DJ Hell de Munich. Ce dernier est par ailleurs cofondateur avec le Marseillais David Carretta du label International Deejay Gigolo Records.

Sous le pseudonyme de Vitalic (inspiré du prénom russe Vitali ou Vitaly) paraît en 2001 sur le label de DJ Hell Poney EP, maxi composé de quatre titres. C’est ce même label qui avait également lancé Miss Kittin à la fin des années 1990. Le titre de cet EP se rapporte à la maltraitance des poneys dans les fêtes foraines. Ce disque vinyle devient peu après sa sortie l’album le plus vendu du label Gigolo Records. Le titre La Rock 01 figure sur de nombreuses compilations, dont la compilation Cocoon, The Sound Of The Second Season mixée par Sven Väth, et l’album As Heard on Radio Soulwax Pt. 2 des 2 Many DJ’s.

C’est en 2001 que Vitalic décide de créer son propre label de musique électronique: Citizen Records. C’est aujourd’hui le label de nombreux artistes comme Lady B, Teenage Bad Girl, John Lord Fonda, The Micronauts, etc.

Source : Wikipédia >>>

Vitalic : Alias Pascal Arbez-Nicolas “Waiting for the stars”

(Dénicher la star de demain), elle est là et elle s’offre à vous.

Le Clip :

Chorégraphie majestueuse. Chapeau bas !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Facebook Comments

Laisser un commentaire