Culture & Cinéma : La Marseillaise revisitée

Spread the love

MA MARSEILLAISE (La HORDE)

Ce billet pour adresser à François Ruffin, journaliste et homme politique français un coup de chapeau vis-à-vis de ses prises de position décalées en politique ainsi que son engagement au niveau du mieux-être de la planète. (ndlr.)

A l’occasion du 14 juillet, le groupe punk la Horde m’a demandé de revisiter la Marseillaise. J’ai dit “oui”, parce que “j’ai fantaisie de mettre dans ma vie un petit brin de fantaisie” !
Les paroles : https://francoisruffin.fr/ma-marseillaise

Dialogue :

Cher François,
Guitariste-fondateur de “LA HORDE” – groupe engagé de la scène punk des années 80s-, je te propose de chanter avec nous une version revisitée de “LA MARSEILLAISE”. >

Voilà le drôle de courriel qu’on a reçu dans notre boîte “député”.
J’ai vite dit oui. Pourquoi ?
D’abord, parce que, comme dit Bobby Lapointe, “j’ai fantaisie de mettre dans ma vie un petit brin de fantaisie”. On s’ennuie assez à l’Assemblée, faut bien compenser avec des originalités.

Ensuite, faire chanteur, être Brel rien qu’une heure durant, j’en ai rêvé gamin (alors que politicien jamais…). Mais ma prof de musique m’a toujours mis 0 en chant (ensuite, mes parents sont allés la voir, l’ont assurée que je ne chantais pas aussi mal pour me moquer d’elle, et elle m’a mis 1 pour ma “bonne volonté”). Ma carrière lyrique partait de traviole.
Aussi, la Marseillaise même en reggae ça ne m’a jamais fait dégueuler. En revanche, y a des phrases qu’on prononce, que mes enfants apprennent, “l’étendard sanglant est levé”, et qu’on ne pige plus bien. Ca m’amusait de lui donner un coup de frais.

En plus, le 14 juillet approche, et j’ai noté un truc, comme élu : ce jour férié est vidé de tout son contenu révolutionnaire. La Bastille et 1789 ne sont pas évoqués lors des cérémonies officielles. Sans doute parce que ce spectre fait encore trembler les bourgeois… Alors, y remettre un parfum de révolution en chanson.

Aussi, La Horde, avant moi, avait fait des “featurings” avec Gainsbourg et le professeur Choron. Ca ne me mettait pas dans une mauvaise filiation.

En fin du fin, ça a beau être des grands costauds à blouson de cuir, qu’ils sont gentils, les gars de La Horde ! Des crèmes. Et c’est une petite aventure musicale qui m’a apporté le sourire. J’espère que ça le fera à d’autres.

Facebook Comments

Laisser un commentaire