Syrie : Quand la beauté d’un gosse nous dévoile l’enfer sur terre. Témoignage.

Syrie : Quand la beauté d’un gosse nous dévoile l’enfer sur terre

Il s’appelle Abd Katbeh, nous sommes amis sur Facebook mais je ne l’ai jamais rencontré, ce que je regrette d’ailleurs.

Il vit dans un pays en guerre, la Syrie. Il a des ambitions tout comme les ados de son âge. Il est joyeux, heureux tous comme les ados de son âge et ne demande qu’à vivre tout comme les ados de son âge.

Ce petit pote, je ne l’ai jamais rencontré mais son enthousiasme et sa volonté malgré les circonstances font de lui un guerrier, un de ces chevaliers solitaires qui brandissent haut et fort la flamme de la vie, ce que j’admire par dessus tout.

Cela n’a absolument rien à voir avec l’actualité qui nous ressasse  inlassablement les mots “Djihad” ou “Terrorisme” mais simplement de l’amour à donner et donner encore.

Ce petit gars est  magnifique et il n’a dans l’âme que de la pureté.  Ses yeux ne le trahissent d’ailleurs pas. C’est un gosse comme tous les autres ; quoi de plus simple et quoi de plus beau ?

Quand La beauté d’un enfant se dévoile au grand jour, tous les tabous tombent et bas les masques.

Merci à Abd Katbeh et Pierre le Corf.

De l’amour, comme si il en pleuvait.

Stéphane Guibert / Finalscape

Voici son témoignage :

« Je m’appelle Abed, je vis à Alep et j’ai 16 ans. Je pense que ce qui me rend le plus heureux ce sont mes amis. Avec la guerre beaucoup d’entre eux ont voyagé, particulièrement deux amis très proches partis l’un aux Emirats et l’autre au Kuwait.

C’est difficile de décrire ce que signifie la guerre pour moi mais je me souviens de beaucoup de moments, comme par exemple un jour nous étions assis chez nous dans le « nouvel Alep » du côté de Rashdeen quand tout d’un coup une roquette est tombée devant, nous n’avons pas été blessés heureusement. Quand on s’est échappé de notre maison c’était vraiment horrible, il y avait des corps partout dans la rue, au moins une quinzaine … et le sang qui coulait partout dans les rues.

Il y a quand même beaucoup de souvenirs difficiles, par exemple quand « L’armée libre » a pris position dans mon quartier, ils ont installé des snipers dans une tour voisine … il y a un homme qui marchait dans la rue à ce moment-là, il ne savait pas qu’ils étaient là … ils lui ont tiré dans la jambe et il est tombé par terre … ils ont continué à lui tirer dessus dans des parties du corps qui n’étaient pas vitales … c’était de la torture. Des amis à lui où des gens je ne sais pas lui ont jeté une corde à couvert et ils ont commencé à la tirer, … à ce moment-là les terroristes lui ont tiré une balle dans la tête.

La plupart de ma famille est restée mais mon oncle était mort sur la route en Turquie en essayant d’échapper à la guerre ici.

J’essaye d’oublier les mauvais moments et de devenir une meilleure personne, la guerre m’a appris à ne pas rester à me lamenter sur moi-même, le passé, … mais de toujours avancer et essayer de devenir plus fort chaque jour. J’ai quelques personnes qui m’inspirent au quotidien mais surtout mon grand frère qui me conseille et me soutient vraiment au quotidien, il a un rôle important dans ma vie.

Pour le futur j’espère simplement que nous pouvions vivre une belle vie et surtout une vie en paix, je crois que nous sommes tous frères et soeurs et que pour ça nous devrions nous soutenir les uns les autres. La paix c’est ce qui compte le plus maintenant. » We are superheroes

—————-

«My name’s Abd, I’m 16 and I liv in Aleppo. I think what makes me the happiest are my friends. With the war many of them traveled, especially two very close friends, one to the Emirates and the other to Kuwait. Most of my family stayed but my uncle had died on the road in Turkey trying to escape the war here.

It’s hard to describe what the war means to me, but I remember a lot of moments, for example one day we were sitting at home in the new Aleppo in Rashdeen’s side when all of a sudden a rocket fell in front, happily we didn’t get injured.

When we escaped from our house it was really horrible, there were bodies all over the street, at least fifteen … and the blood flowing all over the streets. There are still a lot of difficult memories, for example when “The Free Army” took up a position in my neighborhood, they installed snipers in a nearby tower … there is a man who was walking in the street at that time. He did not know that they were there … they shot him in the leg and he fell to the ground … they continued to shoot him in non-vital parts of his body … it was real torture. Friends of his own or maybe just people, I don’t know, threw him a rope and started to pull it … at that moment the terrorists shot him in the head.

I try to forget the bad times and especially to become a better person, the war taught me not to moan about myself, the past, but to always go forward and try to become stronger every day . I have a few people who inspire me everyday but especially my big brother who advises me and really supports me on a daily basis, he has an important role in my life.

For the future I just hope that we can live a good life and especially a life in peace, I believe we are all brothers and sisters and for that we should support each other. Peace is what matters the most now. » We are superheroes

Syrie & Pierre le Corf : Dans la guerre mais le sourire aux lèvres

Syrie & Pierre le Corf : Dans la guerre mais le sourire aux lèvres

Ces héros que l’histoire présente ne voit pas…

De moi  mon cher Pierre tu auras toujours une oreille prête à t’écouter et un œil attentif. Je marche derrière tes pas et tu n’as pas idée à quel point je souhaiterais être à tes côtés pour te soutenir. Surtout ne lâche rien. Ton investissement personnel fait de toi toute ta beauté. Courage.

Stéphane Guibert / Finalscape

Message copié collé de Pierre le Corf tel quel.

Avec ma petite princesse chérie Ghassoun, son papa avait été abattu d’une balle dans la tête par le sniper qui est toujours au bout de la rue à 300 mètres de là. Il pleut, il fait froid. Son grand père nous brûle du carton dans un seau pour rester au chaud. Ça tape dur et malgré tout on a la trouille ici, on est pas loin des terroristes … les combats sont vraiment violents et on reçoit pas mal d’obus sur la ville, beaucoup de gens blessés et tués ces derniers jours… la pression est dans l’air même, je ne saurais pas l’expliquer avec des mots, difficile de respirer …on garde le sourire.

 

L’image du jour et pour moi celle de l’année c’est la photo de ce petit Syrien qui n’a rien demandé à personne

L’image du jour et pour moi celle de l’année : c’est la photo de ce petit Syrien qui n’a rien demandé à personne.

“Je m’invite dans ton cœur pour te dire à quel point je t’aime et suis désolé.”

La guerre pour le fric, ne croyez-vous pas qu’il est grand temps que cela cesse !?

Festoyez braves gens et ne vous culpabilisez surtout pas !

J’ai honte, j’ai franchement honte de notre espèce. Bonne année tout de même…

Merci à Pierre le Corf pour le partage.

Stéphane Guibert / Finalscape

SYRIE ET PIERRE LE CORF : God Bless Syria

God Bless Syria

Bonne année et vibrant hommage à toutes celles et ceux qui sont opprimés de par le monde et qui souffrent

Stéphane Guibert / Finalscape

L’image du jour : Syrie et Pierre le Corf

Comme il est beau ce gosse !

Si je pouvais te serrer dans mes bras et te dire “Je t’aime” crois bien que je le ferais sans aucune hésitation.

Mon petit bout de chou, reste avec nous !

Je ne l’accepte plus ! TROP C’EST TROP ! Bandes de Criminels !

Votre fric, votre pognon, vous me faites gerber !

Je ne cautionne plus les mensonges et la duperie !

Allez donc brûler en enfer, vermines, esclavagistes, bourreaux, vous méritez le pire du pire et le pire sera encore trop doux pour le prix à payer. Vos crimes sont les pires ignominies perpétrées ici bas et vous devrez payer pour cela …

Allez …!  Et grillez en enfer !

Stéphane Guibert / Finalscape

Ce que l’on apporte en vrai est invisible mais parfois se reflète sur leurs lèvres et au fond de leurs yeux.

Pierre le Corf humanitaire français à Alep

 

SYRIE ET PIERRE LE CORF : Témoignages d’enfants de l’Est d’Alep

SYRIE ET PIERRE LE CORF

Témoignages d’enfants de l’Est d’Alep

Témoignages d’enfants de l’Est d’Alep avec sous titres en Français. Les enfants sont les premiers à venir raconter ce qu’ils ont vécu, ça prend du temps et du data à préparer publier etc. mais je vais faire au mieux pour continuer transmettre un maximum de témoignages bruts de gens qui se sont échappés de l’Est, non … pas de musique triste ni de super montage, ce n’est pas très bien filmé mais ce sont les témoignages de vraies familles, enfants à qui on ne demande rien sinon de nous raconter leur histoire (m’enfin certains diront qu’une Kalashnikov est probablement braquée sur eux pendant qu’ils parlent).

Pour eux hors caméra la relation avec le siège est très différente de ce que les gens disent, puisqu’ils se sentaient otages, enfermés à l’Est avec l’impossibilité de s’en aller, une éducation au djihad, la mort si on s’échappe ou si on refuse de suivre les règles imposées, très peu de nourriture distribuée et le reste vendu à des prix qui dépassent l’entendement que très peu de gens pouvaient s’octroyer sinon en prenant les armes ou en vendant sa chair. Le monde va devoir prendre ses responsabilités, les groupes terroristes cités par les enfants sont tous enregistrés comme terroristes en France et aux USA entre autres, alors pourquoi s’offre-t-on le luxe de les appeler rebelles ici au nom d’une fausse démocratie alors qu’eux-mêmes le disent, ces hommes, en majorité non Syriens, n’ont rien apporté d’autre que la mort. Faites vous votre opinion petit à petit.

Petits poussins…

Putain de guerre de M !!!!

—-

Testimonies of children of East Aleppo with subtitles in French and translation in English. Children are the first to come and tell what they have experienced, it takes time and data to prepare to publish etc. but I will do the best to continue transmitting as many raw testimonials of people who have escaped from the East, no … no sad music or super montage, it is not very well filmed but these are the testimonies of true families, children who are asked nothing but tell us their story (at least some will say that a Kalashnikov is probably pointing at them as they speak).

For them, off camera the relationship with the “siege” is very different from what people say, since they felt hostage, locked up in the East with the impossibility of going away, an education to jihad, death if one escapes, or refuses to follow the rules imposed trough sharia, very few food distributed, and the rest sold at prices that exceed the understanding that very few people could afford (except by taking a weapon with them or selling their flesh.) The world will have to assume its responsibilities, the terrorist groups cited by the children are all registered as terrorists in France and the USA among others, so why are we calling them rebel here on behalf of a false Democracy, as the children says, these men, mostly non-Syrians, brought nothing but death.

Syrie et Pierre le Corf : Un amour sans fin pour les autres

Syrie et Pierre le Corf : Un amour sans fin pour les autres

Pierre le Corf est l’ami de tous les amis. Admirable dans sa simplicité et exemplaire dans l’amour qu’il porte aux autres.

Mes larmes coulent mais ce sont des larmes de joie et d’abondance. Dans ce tumulte qu’est la guerre, des âmes sensibles se mobilisent sans discrimination et sans préjugé.

Je me fonds sans réserve dans l’amour apporté aux autres et je me joins sans condition à l’amour de mon prochain.

Merci Pierre pour cette preuve d’amour désintéressé.

Joyeux Noël à toutes et à tous.

Stéphane

Un rappel et quelques images :

Stéphane  Guibert / Finalscape / VK

Syrie & Pierre le Corf : L’image du jour

Syrie & Pierre le Corf : L’image du jour

Cette image brise le cœur !

Au milieu de cet espèce de combat que mène chacun pour rester dans le moule, règnent les invisibles, une sorte de royaume des ombres avec différents nivellements, là où sont tous ceux que la vie frappe trop fort, tous ceux qui ne s’adaptent pas, tous ceux qui sont “différents”, … que ce soit Paris ou Alep c’est ça notre peste moderne, une forme d’ignorance enrobée de peur qui mène simplement à l’indifférence voire pire. Chacune de ces personnes brille, chacun en fait … mais on ne regarde souvent pas dans la bonne direction …

Syrie & Pierre le Corf : Quand un ange est parmi nous les étoiles s’illuminent

Il n’y a pas de mot. il n’y a aucun mot excepté celui-ci : “MERCI”

Juste de l’amour et rien que de l’amour

Un ange est tombé sur terre et nous ne le voyons même pas.

What a shame ! Quelle Honte !

Merci Pierre.

Bonnes fêtes de fin d’années à toutes et à tous : Une séance de cinéma quoi de plus normal mais en Syrie, c’est un miracle.

À Pierre le Corrf que je suis et à qui je transmet toute mon Amitié. “Tiens bon la rampe mec, t’es juste sur le droit chemin. Big LOVE et fais attention à toi s’il te plait.”

C’était il y a 3 ans :

120 orphelins au cinéma pour voir Trolls, s’inspirer, réfléchir au bonheur et respirer alors que les roquettes continuent de tomber un peu partout. J’ai peur à chaque fois pour eux surtout quand on les rassemble pour venir, arriver dans le cinéma ou en repartir. J’aime ces petits chats, ces petits lions qui affrontent la guerre avec innocence et beaucoup de force pourtant. L’un d’entre eux a essayé de s’échapper dans la rue en courant, il veut les retrouver, sa maman et son papa n’ont pas pu s’échapper de Alep Est et sont coincés par les terroristes qui ne les laissent pas partir. Beaucoup voient le cinéma comme une activité de loisir, mais c’est bien plus que ça, le cinéma leur apprend la vie, les inspire, leur montre qu’ils sont capables, forts, leur donne envie d’essayer, leur ouvre une fenêtre sur le monde et au pire leur permet de s’évader un petit peu. Je pense qu’avec d’autres activités autour pour renforcer l’expérience, ça renforce l’espoir en nettoyant leurs petites têtes et en mettant un peu de couleur dans leurs vies. On leur a demandé: si les autres enfants de l’Est étaient là, que vous pouviez les aider, que feriez-vous: certains donneraient tous leurs jouets, certains leur donnerait une place à coté pour aller à l’école, d’autres les emmèneraient chez eux dans leur chambre, j’ai senti les larmes monter, ils sont solidaires, ils ne sont pas en âge d’être contaminé par la guerre et ses fausses facettes. Juste de l’amour pour ces petites bouilles, mes petits superhéros, le présent et l’avenir de la Syrie. We are superheroes (on ne sait jamais, si certains veulent participer au programme vous pouvez sur la page Fb de l’asso ou sur le site web : >>>

120 orphans in the theater to see Trolls, take inspiration, reflect on happiness and breathe as rockets continue to fall everywhere. I am afraid each time when they are gathered to come, arrive in the cinema or leave. I love these little cats, these little lions who are facing the war with innocence and a lot of strength though. One of them tried to run out of the street, he wants to find them, his mum and dad could not escape from East Aleppo and are trapped by the terrorists who do not let them leave. Many see cinema as a leisure activity, but it is much more than that, cinema teaches them life, inspires them, shows them that they are capable, strong, makes them want to try, opens them a window on the world and at least allows them to escape a little bit from the war. I think that, with other activities around to reinforce the cinema experience, it strengthens hope by cleaning up their little heads and putting color in their lives. They were asked if the other children in the East were there, that you could help them, what would you do: some would give all their toys, some would give them a place next to them to go to school, others would take them home to their room, I felt the tears rise, they are in solidarity, they are not of age to be contaminated by the war and its false facets. Just a lot of love for these little cats, my little superheroes
We are superheroes >>>

Syrie & Pierre le Corf : Préparatifs de Noël c’est juste histoire d’être ensemble

Préparatifs de Noël

Pierre le Corf nous partage un merveilleux souvenir, les préparatifs pour Noël

Quelle que soit la religion, cette fête nous permet d’être ensemble.

Stéphane Guibert pour Pierre le Corf et Finalscape