PRIVATISATION DES BARRAGES : LE CASSE DU SIÈCLE

Source de l’image

« La privatisation des péages, c’est de la gnognote à côté de celle des barrages »

Bien comprendre ce qui se trame est à la portée de tous !

Gilles Balbastre, co-réalisateur du film “Les nouveaux chiens de garde” dénonce l’immense arnaque de la privatisation de tous les barrages hydro-électriques français d’ici 2020 voulue par le régime actuel.

Privatiser le service public c’est donner les pleins pouvoirs aux industriels. Imaginez vous un blackout électrique ! Cela permettrait aux multinationales et à leurs actionnaires de mettre autant de zéros qu’ils le désirent après la virgule.

Privatiser un pays comme le font la Grèce et la France par exemple, c’est jeter en pâture à une oligarchie assoiffée de pouvoir, d’argent et de sang comme cela est le cas en ce moment avec le mouvement “Gilets jaunes” des nations entières.

Il faut bien prendre conscience de ce qui lentement et sournoisement se déroule sous nos yeux égarés par des artifices savamment orchestrés ; il s’agit d’un asservissement mondialisé des populations au nom du néolibéralisme, ce rouleau compresseur sans âme qui ira jusqu’au bout, jusqu’à sa propre destruction tant qu’il aura une miette à se mettre sous la dent !

Un mal autodestructeur et absolu qui n’aura de cesse que d’enfler avant d’éclater !

À présent, il y a celles et ceux qui sont éveillés et qui lutent au péril de leur statut social et parfois même de leur vie comme c’est le cas avec les lanceurs d’alerte, il y a celles et ceux qui, satisfaits par leur sort ne regardent pas là où ça dérange et il y a celles et ceux que la dictature nourrit.

Une belle image de notre civilisation !

Lire la suite

Michel Onfray : Le système fabrique notre consentement à l’esclavage

Vous voulez connaitre la vérité ? Alors lisez et écoutez. C’est un cadeau !

En 1988, Noam Chomsky exposait la manière dont les médias de masse fabriqueraient le consentement collectif au profit d’un ordre établi, d’une vision économique dominante ou d’intérêts privés ou institutionnels.

Chomsky ouvrait la brèche de la nuance des choses : il n’y a pas d’un côté les dictatures et de l’autre le paradis : chaque système tend à préserver son modèle en influençant, par la force ou par la ruse, les citoyens. La démocratie est donc tout autant soumise à cette influence organisationnelle qui se perpétue élections après élections.

La théorie de Chomsky peut sembler “complotiste” d’un premier abord. Pourtant, tout semble indiquer aujourd’hui qu’il avait raison. Pujadas lui même admettait dernièrement que son travail est au service d’une vision du monde : celle de la consommation de masse et de la croissance économique. Nécessairement, on peut se questionner sur le sort réservé à ceux qui sortent de cette vision. Que le gouvernement soit de gauche ou de droite, on constate que cette course à la croissance et à la consommation reste intacte dans les discours. Et ceci se ressent particulièrement en période électorale. On sait aujourd’hui que les sondages orientent les intentions de vote, tout comme la médiatisation des candidats. Macron, Fillon, Le Pen, une poignée de candidats ont été surmédiatisés, tels des constructions symboliques dans l’esprit des masses. Mélenchon, par exemple, bénéficie de moitié moins de visibilité. D’autres, comme François Asselineau ou Charlotte Marchandise, disparaissent des radars. Déjà en 2015, beaucoup se doutaient d’une nouvelle polarisation binaire des représentationspolitiques : Le FN servant une fois encore d’épouvantail pour ramener les brebis à la bergerie et perpétuer un modèle actuel.

Lire la suite

ENVOYÉ SPÉCIAL : Glyphosate, comment s’en sortir ?

Mise à jour : dimanche 20 janvier 2019 – 16:10 –

Grande soirée événementielle consacrée au glyphosate dans Envoyé Spécial. Peut-on sortir du glyphosate ?
Pourquoi interdire cet herbicide, considéré par  de nombreux scientifiques comme dangereux pour la santé, est-il aussi long et difficile ?

En préambule : “Glyphosate dans l’organisme, Pipi à Gogo”

Qui de Jamel Debbouze, Lilian Thuram ou Julie Gayet a le plus de pesticides dans ses urines ? Comment est-on contaminé par le glyphosate ?


Pour cette émission exceptionnelle, Élise Lucet va à la rencontre des citoyens sur le marché de Marly-le-Roi, en région parisienne, pour savoir ce qu’ils en pensent. Et elle leur propose de se prêter à une petite expérience…

… Le glyphotest d’Envoyé L’herbicide, produit artificiel, est partout. Y compris dans notre corps. Pour s’en rendre compte, nous avons demandé à des citoyens, parents, enfants, mais aussi des personnalités comme Laure Manaudou, Julie Gayet, Jamel Debbouze, Lambert Wilson, Lilian Thuram, et beaucoup d’autres, de nous donner un échantillon d’urine. Nous les avons fait analyser par un laboratoire indépendant. Notre glyphotest est surprenant.

Glypho or not glypho ?

Vincent et Olivier sont tous les deux céréaliers, l’un dans l’Aisne, l’autre dans le Loiret. Ils ont entre 40 et 50 ans, ont repris chacun l’exploitation familiale. L’un est pro-glyphosate, l’autre 100 % bio. Ils ont accepté de participer à une expérience inédite : passer chacun quelques jours sur l’exploitation de l’autre. Vincent va faire épandre du glyphosate à Olivier, qui n’a pas touché à un pesticide depuis vingt-sept ans ! Olivier va tenter de convaincre Vincent qu’on peut se passer de l’herbicide et gagner sa vie. Les agriculteurs sont les premiers concernés : que veulent-ils faire du glyphosate ?   Un reportage de Laura Aguirre de Carcer, Olivier Gardette, Marielle Krouk       Interdiction : le vote impossible.

Pourquoi les députés n’ont-ils pas voté l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate, suscitant un tollé dans leurs circonscriptions ? Emmanuel Macron avait pourtant annoncé vouloir en sortir, mais les élus ont refusé de l’inscrire dans la loi. Pourquoi cette question cruciale a-t-elle été débattue en pleine nuit, dans un hémicycle presque vide ? Envoyé Spécial décrypte les coulisses de cette soirée du 28 mai à l’Assemblée nationale. Nous avons aussi demandé aux 577 députés pourquoi ils n’avaient pas pris part au vote.

“Liste des 42 députés qui ont décidé dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 que l’interdiction du glyphosate d’ici 3 ans ne sera pas inscrite dans la loi avec ce message : “Doit-on attendre des élections pour stopper cela, ou serons-nous morts avant ?” (ndlr.)

Une enquête de Laura Aguirre de Carcer, Tristan Waleckx, Olivier Gardette, Marielle Krouk et Karim Annette   Monsanto, la fabrique du doute.

Monsanto, la firme américaine qui a inventé et commercialisé le glyphosate, est dans le viseur de la justice. Des documents internes et confidentiels, les « Monsanto Papers », révèlent comment le géant industriel a créé le doute, prétendant que le glyphosate n’était pas dangereux et en faisant rédiger en secret par ses propres scientifiques des études soi-disant indépendantes. Des documents accablants qui ont convaincu les juges lors d’un procès retentissant aux États-Unis : celui de Dewayne Johnson, jardinier atteint d’un cancer, qui a fait condamner Monsanto à 289 millions de dollars ! Vous entendrez son témoignage en exclusivité.
Une enquête de Tristan Waleckx, Guillaume Beaufils et Mikael Bozo     Sri Lanka, un pays sans glyphosate 

Un seul pays aujourd’hui se passe complètement du glyphosate : le Sri Lanka, dans l’océan Indien. L’herbicide a longtemps été utilisé par ce gros producteur de riz et de thé. Mais, peu à peu, un mal étrange a empoisonné les riziculteurs, touchés aux reins. Le produit chimique était-il responsable ? Pas de preuve irréfutable. Mais, par précaution, le gouvernement a décidé en 2015 d’interdire le glyphosate, mesure radicale unique au monde. Comment, dans les campagnes, les rizières, les plantations, a-t-on appris à vivre sans glyphosate ? Un reportage d’Élise Menand, Swanny Thiebaut, Cédric Baume et Marielle Krouk

Émission diffusée sur France 2 le jeudi 17 janvier 2019

Le lobbyiste Pro Monsanto Patrick Moore assure que l’herbicide est potable mais refuse d’en boire.

Théo souffre de graves malformations et se bat depuis sa naissance pour pouvoir respirer. Suspect numéro 1 : le glyphosate, auquel sa mère a été exposée sans le savoir pendant sa grossesse. Aujourd’hui, ils nous racontent leur combat judiciaire contre Monsanto.

Retour sur l’article >>>

Le glyphosate présent dans le désherbant Roundup est le produit phare de Monsanto. En 2015, l’Organisation mondiale de la santé classe le glyphosate comme cancérigène pour l’animal et comme “cancérigène” probable pour l’homme. Le géant des produits phytosanitaires répliquera en rémunérant des scientifiques pour signer des études montrant que le glyphosate n’est pas cancérigène.

En Suisse, le glyphosate est autorisé. Des traces de ce pesticide se retrouvent dans les urines de 37,5% des Suisses et dans un tiers des produits courants comme les pâtes, les biscotes ou les céréales complètes. De son côté, la firme Monsanto défend les scientifiques qui ont rédigé leurs études et juge “non fondées” les allégations des “Monsanto Papers”

Retour sur l’article >>>

Crédit vidéo :Radio Télévision Suisse

Voir aussi la rubrique consacrée à Monsanto >>>

Stéphane Guibert / Finalscape

SCANDALE DE LA CAGNOTTE TRUQUÉE PRO-GOUVERNEMENTALE

Le Youtubeur Boris Le Lay décrypte le scandale de la cagnotte ouverte en faveur des forces de l’ordre, chiffres à l’appui et dénonce un complot flagrant du système en place.

Il invite les français à verser quelques euros sur la plateforme  Leetchi afin qu’ils puissent se constituer partie civile devant la justice.

Sur Youtube

Sur VK

Où le bât blesse :

Le 5 décembre 2016, Manuel Valls alors Premier ministre sous François Hollande a décrété placer l’autorité judiciaire (l’un des trois pouvoirs), sous le contrôle direct du pouvoir exécutif.

Il s’agit du décret portant le numéro : 2016-1675 qui a été appliqué à partir du 1 er janvier 2017.

L’article 16 de la charte des droits de l’homme stipule :

Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Pour qu’une constitution soit légitime, il est indispensable que les trois pouvoirs nécessaires à la démocratie soient séparés : l’exécutif, le législatif et le judiciaire.(Dans ce cas très précis, le pouvoir judiciaire doit désormais dépendre de l’exécutif. Comprenez-vous ce que cela signifie ?)

Faute de constitution, la France est bel et bien devenue une dictature molle mais qui au fil des réformes se durcit de jour en jour.

Stéphane Guibert / Finalscape

“La police nationale n’a pas besoin de cagnotte”, a déclaré le directeur général de la police nationale (DGPN), Éric Morvan sur France Inter, Il a précisé que l’inspection générale de la police nationale (IGPN) avait reçu près de 200 signalements sur sa plateforme permettant à des particuliers estimant avoir été victimes ou témoins de violences policières d’alerter la police des polices.

Je pense que lui aussi comme Michel Delpuech, le préfet de police de Paris pourrait être sur la sellette comme, quelques LERM qu’on veut congédier et d’autres déjà mis dehors ou qui sont déjà partis d’eux-mêmes, à quand le röhmputsch, ça fait froid dans le dos…..

Monsieur Collomb est parti quand même de façon rapide mais après avoir parlé de révolution… Que notre Seigneur nous protège tous car nous rentrons dans les tribulations.

Archives à conserver pour l’histoire : Les Pinçon-Charlot analysent le cas Emmanuel Macron

Les Pinçon-Charlot analysent le cas Emmanuel Macron

Tout le système oligarchique et politique est remis en question dans cette entrevue qui s’adresse à toutes celles et ceux dont les neurones ne tournent pas forcément qu’autour des nouvelles technologies, des “sitcom” et des selfies ; ou en d’autres termes, cette entrevue s’adresse à toutes celles et ceux qui sont éveillés et qui ont la tête sur les épaules. Merci à Michel et Monique Pinçon-Charlot pour cette analyse (ndlr).

Le couple de sociologues de la grande bourgeoisie analyse pour le média “Politis” la trajectoire d’Emmanuel Macron, « mandaté par la classe dominante pour donner un grand coup de balai sur les divisions politiques, qui paralysent les intérêts de l’oligarchie ». Ils dénoncent également la « corruption de classe » que révèle les « affaires » récentes.

Sur Youtube

Sur VK

G.S / FINALSCAPE

Manipulations et mensonges : De faux agriculteurs pour plébisciter le glyphosate

Source de l’image

Des groupes de faux agriculteurs ont été créés dans au moins sept pays par un lobby de la société Monsanto. Ces groupes se prononçaient en faveur du glyphosate.

Jusqu’où iront-elles ses multinationales pour nous enfumer et nous faire avaler leurs poisons ? Il est clair que de rendre malade puis soigner et non guérir est un marché juteux.

Stéphane Guibert / Finalscape

Vidéo du jour : La magie de la technologie. Le JT de France 3 a-t-il censuré une pancarte anti-Macron ?

Photoshop à échelle médiatique

Voir aussi >>>

G.S / FINALSCAPE

« CHANGER DE PEUPLE C’EST CHANGER D’AVENIR »

Afin que nul n’en ignore, message aux Saboteurs des nations européennes qui, outre la destruction  programmée de leur unité nationale, s’acharnent à bâillonner méthodiquement la parole des peuples qui les composent. Or, leur dira-t-on jamais assez que, le fait de fracasser l’intérêt national d’un pays pour aller déféquer du “poivre” européiste sur la vie traditionnelle des européens, ne peut que leur provoquer un jour ou l’autre, des inflammations rectales intempestives.

Ce qui explique sans doute pourquoi, au paroxysme de leur agitation mentale, l’actuelle hystérie liberticide des Censeurs euro-atlantistes, les porte de plus en plus à outrager l’intégrité civilisationnelle et les aspirations pacifiques de citoyens, ainsi placés de force en situation insurrectionnelle.

Idem, pour les Sodomites politiques qui, obligés de recourir en permanence à la pommade démagogique et aux couches culottes de la compromission, ne savent plus à quels coups tordus ou quelles insanités se vouer. Leur but ? Sauvegarder coûte que coûte, dans une fuite en avant désespérée, ce qui leur reste d’illusions quant à leur futur électif désormais fortement compromis. D’autant que l’inflammation populaire, devenue à présent chronique, risque fort de leur occasionner, à l’issue des prochains suffrages populaires, de sérieux malaises, mais aussi de sévères irritations.

Quand au reste, considérant le processus totalitaire actuellement engagé en Europe, et compte tenu que toute tentative de traitement ayant échouée jusqu’ici, y compris l’introduction de suppositoires immigrationnistes de la défaite démocratique dans le trou noir de la dislocation sociale, on ne voit pas très bien comment, aux prochaines élections, les apparatchiks de la trahison permanente, face à un électorat désormais sur le pied de guerre, pourraient maintenir encore très longtemps à flot leurs combines, leurs promesses et leurs cargaisons de pièges électoralistes, aujourd’hui usés jusqu’à la corde.

Les électeurs ne sont pas des “chapons”, dont l’unique vocation, à l’instar des volailles des fêtes de fin d’année, serait de se voir sacrifiés par une UE pro islamisante sur l’autel cosmopolite de la Troïka esclavagiste de l’Otan, de l’euro et du quatrième Reich européiste qui, depuis des lustres, a eu tout le temps de se peaufiner un programme génocidaire visant au remplacement criminel des populations autochtones, qu’aucun historiographe sérieux et digne de ce nom n’aurait jamais eu l’audace  d’imaginer.

C’est pourtant ce programme, appelé pudiquement : Pacte Mondial Pour Les Migrations Des Nations Unies, qui va être signé à Marrakech, le 10 décembre prochain.

Dès cet instant, si « Changer de peuple c’est changer d’avenir », alors plus rien ne nous interdit – non de changer d’Europe -, comme nous le prêchent à longueur d’antenne les porte-couteaux du mondialisme, mais au contraire et résolument, d’en sortir au plus vite. Définitivement !

Les guéguerres électorales franco-françaises, ça suffit ! Il y va de la vie de notre nation ! Il y va de la vie de chacun d’entre nous !

Le 23 Juin 1942, le Gal de Gaulle déclarait à l’adresse de la France et des Français : « Nous voulons que tout ce qui a porté et qui porte atteinte aux droits, aux intérêts, à l’honneur de la nation française soit châtié et aboli ».  

 

Vidéos pour ne pas voter avec un bandeau sur les yeux !

Lien : Changer de peuple c’est changer d’avenir. https://www.youtube.com/watch?v=CqW6liIcf0o

 

GLAÇANT! La TV Hongroise explique l’Islamisation. https://www.youtube.com/watch?v=y97gXWNJBhw

Pour changer un peu de BHL ou d’Attali. (Censuré par Youtube). https://www.brighteon.com/5829009013001

Fraudes fiscales : C’est aux bandits que l’on confie les clefs du commissariat

A écouter et partager sans modération !

Tout est dit dans cette vidéo qui doit être visionnée et partagée par un maximum de gens. Il en va de la survie de notre monde et de notre espèce. Le dormeur doit se réveiller !

Alors que les médias mainstream s’appliquent à nous renvoyer les images d’un théâtre de guignols de la politique, en arrière plan se dessinent des équations sournoises.

G.S / FINALSCAPE

Tout simplement splendide cette vidéo :

Monique Pinçon-Charlot :

« La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple ».

Elle est sociologue, ex-directrice de recherche au CNRS. Depuis 30 ans, avec son mari Michel, elle étudie les français les plus aisés. Ouvrage après ouvrage, elle dresse un portrait au vitriol de cette « oligarchie hautement prédatrice ». Dans son dernier livre, « Les riches au tribunal » (Éd. Seuil Delcourt), elle revient sur l’affaire Cahuzac, ex-ministre du Budget condamné pour fraude fiscale.

Crédit vidéo : France 24

Médias : RT France décrié par l’Élysée pour être un outil de propagande, Moscou contrattaque

RT France décrié par l’Élysée pour être un outil de propagande, Moscou contrattaque. (Vidéo en fin d’article)

Selon Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français, Sputnik et Russia Today ne sont pas des organes de presse, ces deux médias sont des outils de propagande financés par un État étranger et il ajoute que les gens qui travaillent dans ces deux médias ne sont pas des journalistes, ce sont des propagandistes et c’est la raison pour laquelle ils ne seront jamais admis dans la salle de presse de l’Élysée.

Moscou contrattaque par la voie de Maria Zakharova, porte-parole du ministère Russe des affaires étrangères qui déclare qu’il y a un vrai problème de censure en France, elle reproche notamment aux médias français de reproduire sans cesse des informations non fiables à l’égard de la Russie.

RT France a reçu plus de 70 refus d’interviews de la part des autorités françaises au cours de la période récente alors que les autorités Russes sont interviewées par les médias Français, les journalistes peuvent parler à qui ils veulent sur le territoire de la Fédération de la Russie et ce sont les médias Russes que l’on accuse de censure et de propagande.

Lire la suite