Visite officielle de Macron à Washington : Le baiser de l’allégeance

Ces images feront sourire dans le future pour autant que l’humanité soit encore là pour en débattre, un baiser à la française de la part d’un président de plus en plus décrié dans les médias et même au sein de la communauté européenne pour son esprit Napoléonien et liberticide.

Un baiser que l’on pourrait associer à l’allégeance d’une certaine France pour l’empire.

G.S

>>>Voir aussi<<<

Censure : Après les médias indépendants c’est au tour du service publique de passer à la trappe

Le principe de censure ayant déjà fait ses preuves sur les médiats indépendants, on passe à la vitesse supérieure en interdisant à un journaliste du service publique de s’adresser au président Macron.

Cela suit une logique qui se met rapidement en place, voyez également la loi sur le secret des affaires.

Voilà donc ces réformes censées être nécessaires pour la France ; mais pour la France de qui ?

G.S

Coup de gueule : Un Fuck qui en dit long sur le moral des Français

Jamais je n’aurais pensé relayer un coup de gueule aussi virulent mais les dés sont pipés et il faut se rendre à l’évidence. Les Français sont gavés par des réformes qui n’en finissent pas, ces coupes budgétaires qui prennent aux uns pour redonner aux autres ce qu’on leur a déjà pris et pendant ce capharnaüm social, ne voilà-t-il pas que l’on nous pond une loi secret des affaires en toute hâte ni vu, ni connu. C’est la démocratie en marche arrière vitesse Grand “V”, bien que ce mot, démocratie ne signifie plus grand-chose de nos jours.

En Suisse, le pays de votre serviteur, on en est pas encore là mais rien n’est vraiment rose non plus quoi que le débat ne soit pas d’actualité dans le sujet de ce billet.

Je relaye donc cette vidéo tout en saluant le franc-parler et le courage de son auteur.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Actualité : Les mensonges sanglants de M. Macron

Infiniment rares sont les médias à pouvoir exposer la propagande politique d’un chef d’État, car tout aussi rares sont les médias indépendants à pouvoir bénéficier d’une liberté intégrale de parole.

Autour de la ZAD se cristallise une convergence de luttes universelles, symbolique d’un moment clé de notre temps où un ordre économique cherche à écraser tout ce qui dépasse, dans la violence et la destruction.

Plus les jours passent, plus les éléments s’accumulent pour offrir une version un peu plus nuancée que la parole présidentielle monolithique. Petit rappel des faits à retenir :

– Les droits de concessions sont terminés depuis janvier 2018.

– Les terrains n’appartiennent donc plus à la multinationale Vinci pourtant à l’origine de la demande d’expulsion.

– Les propriétaires historiques peuvent réclamer leurs terres de plein droit depuis la fin du projet (procédure en cours).

– Ces mêmes propriétaires sont pour la majorité dans le camp des zadistes et tolèrent leurs projets.

– Aucun propriétaire n’a demandé l’intervention de l’État. Il s’agit d’une ordonnance sur requête d’expulsion, sans procédure contradictoire, ni publique.

– Les agriculteurs sont contre cette intervention musclée de l’État et l’ont fait savoir dans un communiqué, réclamant au contraire des solutions sur base de négociations.

– Car ces terres sont publiques jusqu’à nouvel ordre, il existe des aménagements légaux dans ce type de situation pour éviter la destruction = dialogue social = démocratie. À nouveau, le choix de la violence est politique.

– Les projets agricoles sur la ZAD ont fait, pour la plupart, l’objet d’une procédure administrative normale et personne n’est au dessus de l’impôt.

– Selon des avocats, l’État est donc dans l’illégalité par cette action (l’État aussi n’est pas au dessus des lois).

– L’attaque contre la ZAD coûte 300 000 à 400 000 euros PAR JOUR.

– Des dizaines de multinationales de la grande distribution s’accaparent des terres depuis 20 ans sans faire sourciller les gouvernement. La taille du portefeuille semble justifier ou non une intervention.

Voilà les faits selon nos sources. Et il y a de quoi être indigné de la manière dont la plupart des médias classiques tentent d’occulter ces éléments du débat.

Pour ce qui est de notre ressentiment militant et libre :

Rien dans l’univers, ni les technocrates, ni les politiciens, ni des bouts de papier, ni les règles d’hommes, ne justifie une telle violence contre des citoyens Français qui expérimentent des projets écologiques depuis bientôt 10 ans avec l’aval des paysans locaux à l’heure d’une crise écologique globale. Ces éléments laissent suggérer que l’attaque contre la ZAD est une tentative politique de casser toute forme d’émancipation citoyenne à travers des projets écologiques axés sur l’autonomie et la liberté ; une opération de communication destinée à séduire les électeurs de droite et s’imposer comme le chef de cette famille politique ; un rappel violent à tous les français qu’il convient de rester un consommateur friand de grandes surfaces et soumis aux règles de la mondialisation triomphante. En ce sens, détruire la ZAD livre un très mauvais signal à la jeune génération : consommes, endettes-toi et surtout tais-toi, le Capital fait loi.

Toutes les sources sont dans les différents articles à retrouver sur notre site officiel.

Daniel Balavoine : Un homme engagé qui pour le pouvoir de l’époque en disait trop ?

L’accident aérien du rallye Dakar est un crash d’hélicoptère qui a eu lieu au Mali, le soir du en marge de la huitième édition du Paris-Dakar, le 14e jour de compétition.

Cinq victimes sont à déplorer : le chanteur Daniel Balavoine (33 ans), le pilote François-Xavier Bagnoud (24 ans), l’organisateur du rallye Thierry Sabine (36 ans), la journaliste du Journal du dimanche Nathalie Odent (25 ans) et le technicien radio de RTL Jean-Paul Le Fur (36 ans) (qui avait déjà couvert La Chasse aux trésors).

Cet accident fut très médiatisé en raison de la notoriété de Daniel Balavoine et de Thierry Sabine, et ses circonstances ne sont toujours pas aujourd’hui entièrement claires. Le chanteur ne participait pas à la course cette année-là (il avait concouru lors des éditions Rallye Dakar 1983 et 1985), mais s’occupait de l’action humanitaire « Paris du cœur » qui visait à installer des pompes à eau hydrauliques dans des villages africains en profitant de la logistique du rallye. (Source : Wikipédia)

Je sens les anti-complotistes me tomber dessus mais combien de morts camouflées en suicide, en false flag ou accident pure et simple ne sont-elles pas aujourd’hui et preuve à l’appui à imputer à des assassinats pour Raison d’État ?

Revenons un instant sur cet accident impliquant le décès du très engagé chanteur Daniel Balavoine.

Voici une vidéo dont les dernières secondes laissent songeur. Déclarations de Jean Pernin à la radio :

  • la mort de Daniel Balavoine n’est pas naturelle mais provoquée.
  • L’accident ne c’est pas produit mardi 14 janvier 1986 mais la veille, lundi 13 janvier.
  • Il y a des intérêts financiers parce qu’il y a beaucoup de choses dans cette histoire.
  • On est capable de faire tomber un Boeing avec 500 personnes à bord pour en tuer une.
  • etc …

Cela ne prouve rien certes mais auront-nous un jour si la mort du chanteur est réellement liée à son assassinat ainsi que celui de ses 4 infortunés compagnons de voyage, le droit à la vérité ?

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Afin de ne pas faire perdre leur temps aux cartésiens, on parle dans cette série de 3 vidéos, d’ésotérisme et de vie après la vie ; mais certaines informations et témoignages très probants semblent démonter la version officielle de ce fameux crash du 14 janvier 1986.

Si vous vous posez vraiment la question, ces vidéos de la chaîne Youtube  Meta TV rebaptisée aujourd’hui TEPA sont à visionner.

G.S

L’affaire Balavoine 1/3

L’affaire Balavoine 2/3

L’affaire Balavoine 3/3

Nantes : Des émeutes avec un parfum de guerre civile

Rien ne va plus en France. Après les réformes successives du gouvernement, la France s’embrase dans tous les sens.

Texte recueilli sur la page Facebook qui diffuse la vidéo :

“Nantes est sous occupation. La manifestation du samedi 14 avril, contre l’expulsion militaire de la ZAD, en est un nouvel exemple. 1000 CRS contre des manifestants. Mille CRS ! Des canons à eau à chaque coin de rue. Un hélicoptère. Des centaines de tirs de grenades et de balles en caoutchouc. Une manifestation interdite de fait.

On nous signale de très nombreux blessés, souvent graves, depuis samedi. Ce gouvernement est en guerre contre sa population. Il cherche à blesser, tuer, terroriser.”

(Vidéo en fin d’article)

Un mort du côté des manifestants pourrait déclencher l’étincelle menant à un point de non retour.

Ce dont il faut se souvenir, c’est qu’en Europe, la peine de mort a été rétablie en cas d’insurrection ; non ce n’est pas un fake :

Les dispositions de l’article 2 de la Charte correspondent à celles des articles précités de la CEDH et du protocole additionnel. Elles en ont le même sens et la même portée, conformément à l’article 52, paragraphe 3, de la Charte. Ainsi, les définitions «négatives» qui figurent dans la CEDH doivent être considérées comme figurant également dans la Charte:

«La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire:

a)  Pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale.
b)  Pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue.
c) Pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.

>>>Télécharger le texte officiel<<<

>>>Lien Officiel<<<

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

L’esclavagisme moderne s’accentue de jour en jour, la France est sur le point d’imploser

Sur le plateau de l’émission de France 2 “On est pas couché“, une déléguée syndicale de l’enseigne Carrefour s’exprime sur un raz le bol qui se généralise en France

Elle déclare en direct que les salaires des caissières qui sont en moyenne de 1’300 euros par mois ne permettent pas de tourner sans devoir drastiquement se serrer la ceinture, que les salariés en ont marre, que les conditions de travail dans la grande distribution sont de pire en pire et si l’on regarde les dividendes qui sont reversés aux actionnaires, 356 millions d’euros, il faut savoir que la participation qui était reversée aux employés avant pouvait atteindre entre 800 et 900 euros par année. Aujourd’hui, cette participation n’excède pas 57 euros.

Les employés se sentent lésés. Avant, ils devaient travailler pour vivre alors qu’aujourd’hui ils doivent vivre pour travailler dans le sens qu’ils doivent passer leur journée au travail du matin au soir ce qui impact gravement sur la vie privée.

Elle fini par dire : “Nous passons notre vie à donner de l’argent à des actionnaires qui ne nous respectent même plus, qui n’ont même pas le respect de nous reverser au moins ce que nous produisons parce que ce sont nous, les salariés, les producteurs de richesse, c’est nous qui faisons en sorte que Carrefour gagne de l’argent et aujourd’hui on ne peu pas nous le reverser ou au moins avoir une équité dans le reversement des richesses, ce n’est plus possible et nous en avons raz le bol.”

Et pour rappel :

Alors que de réforme en réforme les Français sont priés de se serrer chaque fois plus la ceinture, Carrefour gave ses actionnaires avec les deniers publics. Scandaleux !

Alors que carrefour prévoit un plan social mettant à la trappe 10’000 emplois, depuis 2013 les Français ont versé à la firme 744 millions d’euros sous forme d’aide publique. Dans le même temps, Carrefour versait 2,4 milliards sous forme de dividendes à ses actionnaires.

Cela signifie que chaque foyer imposable à donné 44 euros aux actionnaires de Carrefour, cela signifie que la direction de Carrefour a versé l’équivalent de toutes les aides publiques reçues à ses actionnaires.

Guibert Stéphane

asfjéas

WORLD TRUST CENSORS

Aujourd’hui, c’est bien connu, un problème, par l’entremise de la dissimulation et du mensonge, devient vite, pour nombre de gredins partisans du chaos mondial, une solution miraculeuse. D’ailleurs, est-ce un hasard si, de ce point de vue, la France est si rapidement devenue une sorte de succursale bancaire d’un nouveau « Lourdes » mythique rothschildien d’hypnose collective ? C’est-à-dire un lieu où, à la vitesse grand V, l’opinion publique manipulée ; comme, d’ailleurs, la santé économique et politique des citoyens, se transforme, comme par miracle, en pathologie liberticide pour tous.

On comprend donc mieux pourquoi dans un tel lieu,  les « miracles » européistes, les prêches macronistes, la foi oligarchique et — les cerveaux mondialisés y ont seuls droit de cité. C’est pourquoi, toute allusion aux droits souverains des nations (aujourd’hui, la Syrie, après tant d’autres) y est donc strictement interdite.

Les propriétaires de la Cie des World Trust Censors, et ses gardes-chiourmes européanistes, en ont ainsi décidé.

Pour conclure, laissons la parole à Louis Pauwels qui déclarait : « Ceux qui craignent avec tant de bonté qu’on lave le cerveau d’un quidam, savent laver le cerveau d’une nation ».

N’est-il pas M. Macron ?

France : CNT Conseil National de Transition (autorité légitime mise en place par des citoyens)

Pour Eric-Régis Fiorile, porte parole du CNT (Conseil National de Transition) La France a perdu sa constitution depuis 2015 et depuis cette même année les gouvernements mis en place successivement, Hollande et Macron sont illégitimes.

La France est régie par une constitution dont la plus haute norme hiérarchique est la déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui se trouve être la plus haute instance juridique de France. Dans cette déclaration il est prévu que le peuple est souverain et que quiconque, que ce soit un individu ou un petit groupe de personnes n’a le droit de s’opposer à une décision du peuple souverain.

Lorsqu’en 2005, suite à un référendum le peuple a voté non à l’adhésion de la France à l’EEE, c’est en 2007 que Sarkozy avec la complicité du PS signe le mortifère traité de Lisbonne faisant entrer contre la voix populaire le pays dans l’Espace Économique Européen.

Souvenons-nous que l’actuel Président compte annuler les droits de l’homme en France par le biais de la loi du 30 octobre 2017 et dans la foulée il revendique même l’annulation des droits parentaux.

Nous nous trouvons devant une situation ou socialement, la France est détruite et la seule chose pouvant encore sauver le pays réside dans le fait de maintenir la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Le CNT est donc une autorité légitime mise en place par des citoyens en 2015 se basant exclusivement sur la déclaration des droits de l’homme et c’est au nom de ce conseil National de Transition que les citoyens de France ont lancé un appel pour introniser ce Conseil à partir du 5 mai 2018 et que suite à cet appel et suite à la déclaration qui a été faite à l’ONU, le CNT est désormais reconnu mondialement.

L’intronisation du Conseil National de Transition à d’ailleurs reçu le soutien de la plupart des mouvements citoyens intègres de France ainsi que de toutes les professions qui sont mises en danger par les manipulations du gouvernement visant à réduire leurs droits, leur pouvoir d’achat en s’attaquant aux salaires tout en créant un climat social délétère.

G.S

Pour le 5 mai 2018 :

Le Conseil National de Transition Français, organise une réunion de présentation et de débat sur notre mouvement, “la TRANSITION” du 5 mai place de la Concorde à Paris.

Vous convie le, Mercredi 18 Avril à 19 H.

Au BUCK MULLIGAN’S 39, rue du grand marché 37000 TOURS.
Venez nombreux débattre autour d’une Pinte, Blonde, Brune, Rousse, c’est bien plus chaleureux et enrichissant.

Sous l’égide du Conseil National de Transition de France (CNTF), organe de droit international déclaré à l’ONU” et seule autorité légitime de France depuis sa proclamation le 18 juin 2015, le parti politique citoyen déclaré en association “loi 1901” sous le nom de “La Transition”, en conformité avec la majorité des mouvements associatifs, sociaux, politiques, religieux, etc. favorables à la restauration des Droits de l’Homme et du Citoyen es, annulés par la LOI n° 2017-1510 du 30 octobre 2017 qui transfère le pouvoir judiciaire (la cour de Cassation) aux seuls politiciens, a lancé un appel à tous les citoyens de France désireux de vivre dans un état de droit.

France : La mort est dans la rue

En 2017, ce sont des centaines de SDF qui sont décédés dans les rues de France !

Recensés par l’association “Collectif Les Morts de la Rue” et c’est sans compter celles et ceux, hommes, femmes et même enfants qui ne le sont pas, des morts, ces cabossés de la vie qui auraient certainement préféré une autre destinée. Un hommage posthume et presque hypocrite s’impose.

Ils sont chaque années de plus en plus nombreux à affronter ce tragique destin, à succomber dans une quasi indifférence.

Personne n’est à l’abri, non, vraiment personne !

Est-ce la peur du lendemain qui nous pousse à un déni incommensurable ou simplement un égoïsme alimenté par un consumérisme hors norme : “Plus je possède et plus je suis intouchable et après tout au diable les autres.”

Je suis passé par là et ai partagé le sort de ces infortunés êtres humains que l’on qualifiait autre fois de clochards mais le terme étant aujourd’hui politiquement incorrect, ils ont été rebaptisés “SDF”. Ce n’est pas pour autant que la misère s’estompe dans nos rues.

Lors des campagnes présidentielles les politiques s’appliquent à vous dire que leur cheval de bataille ira dans le sens d’éradiquer le problème mais à chaque fois, un constat accablant ne fait que prouver leurs mensonges et leur flagrante incompétence.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Vibrant hommage à ces oubliés de la société