Culture & cinéma : Symbiose entre les éléments et la musique

Nigel Stanford, la maîtrise des éléments par la musique

Rappel :

Au rythme de sa musique envoutante, Nigel Standford joue avec les éléments : le sable dessine de superbes rosaces, l’eau se tortille dans tous les sens, le feu danse de mille flammes et l’électricité nous éblouit.

Un véritable spectacle où se mêlent musique, science et ingéniosité. On se croirait presque chez le célèbre inventeur Nikola Tesla.

À voir et partager.

G.S / FINALSCAPE

Culture & cinéma : Il était une fois l’homme

Il était une fois l’homme

Un cartoon cinglant nous représentant de notre genèse en passant par notre évolution et peut-être nous dévoilant notre fin.

Merci à Jean-Jacques Yvars pour le partage.

G.S / FINALSCAPE

Culture & Cinéma : Ils sont tombés parce qu’ils étaient innocents !

Ils sont tombés ! Arménie, je te pleure !

Ils sont tombés

En hommage à toutes les victimes de guerres, ces guerres  qui ne profitent qu’à une poignée d’individus sans scrupules.

Que ce soit le massacre des Amérindiens, celui orchestré par Léopold 2 en Afrique, les  millions de victimes des camps de la mort, le massacre des Arméniens, que ce soit en Irak, en Libye, en Syrie, au Yémen, en Palestine les exemples sont malheureusement innombrables et l’addition ne cesse de s’alourdir.

Une chose relie toutes ces victimes : elles étaient innocentes et ne demandaient qu’à vivre.

Pleurez braves gens car les vents de la tourmente arrivent et l’injustice devra rendre des comptes.

Je m’arrête un instant …

Lire la suite

Société : L’homosexualité est-elle une tare ou un aboutissement de soi ? Mon copain Rachid

Mise à jour : lundi 13 mai 2019 – 01:37 –

Bien que mon orientation sexuelle se dirige vers la gent féminine, il m’est arrivé au cours de ma vie d’avoir des relations sexuelles certes, peu nombreuses mais avec des garçons.

Ce que je retiens de ces relations, c’est que les sentiments que j’éprouvais à l’égard de ces partenaires étaient forts et puissants, tout comme l’adrénaline que l’on ressent alors que l’on commet un interdit  ou que l’on dévoile une vérité improbable.

Ces garçons sont toujours présents en moi et ce serait me mentir que de le nier. J’ai d’ailleurs toujours de profonds sentiments envers eux, comme un secret inavouable ne demandant qu’à exulter afin d’hurler ma vérité.

Avec du recul, ce que je retiens de ces expériences que je ne réfute d’ailleurs pas, c’est que l’amour que j’éprouvais pour mes partenaires était profond et violent. Inoubliable même devrais-je dire et pourtant, je ne suis pas “PD” selon la tradition en vogue.

Même si de nos jours l’homosexualité est entrée dans les mœurs, elle est toujours décriée et qualifiée d’anormalité aux yeux des profanes.  Elle est montrée du doigt avec ces termes péjoratifs qu’on lui connait : “Sale PD, Tantouse, lopette etc…”

À mon sens, l’amour d’une femme envers une autre femme ou celui d’un homme envers un autre homme  signifie simplement que l’on c’est affranchi de la barrière des préjugés et que rien ne devrait permettre à notre société de juger. L’amour n’a point de sexe, c’est juste un sentiment qui va au delà des mots et de la compréhension, un sentiment qui nous échappe et parfois nous égare.

C’est peut-être culotté de ma part, une confidence certes un peu osée et brutale aux yeux de certains main sincère en mon âme et conscience. Il ne s’agit pas d’un coming out car  il n’a pas lieu d”être en ce qui me concerne. Il s’agit juste d’un espace de temps que je m’accorde pour une réflexion sur ce mystère qu’est l’amour tout en vous offrant la possibilité  à vous aussi de vous dire : “et si on arrêtait d’être cons tout simplement.”

Stéphane Guibert / Finalscape

Vidéo : “Mon copain Rachid”  Un peu ma vie d’enfant.

Culture & Cinéma : Il y a un an sur Finalscape, je publiais … Didier Haudepin

Un hommage au cinéma Français, un cinéma avant-gardiste qui dans les années 60 était censuré et qui aujourd’hui nous fait pleurer.

Les amitiés particulières“, “les pianos mécaniques” et un hommage à cet acteur enfant, Dider Haudepin à qui je dédie cet article.

Rappel :

“Les amitiés particulières”

Roman écrit par Roger Peyrefitte en 1943 puis film réalisé par Jean Delannoy sorti dans les salles en 1964 et interdit aux moins de 18 ans, “Les amitiés particulières” traite du sujet plus que tabou alors, celui de l’homosexualité dans une école religieuse pour garçons.

Merveilleusement bien interprété par les deux acteurs principaux, Didier Haudepin (Alexandre Motier) et Francis Lacombrade (Georges de Sarre), il faut aussi saluer car on ne le verra pas dans cette série d’extraits, l’excellente performance de Michel Bouquet qui tient le rôle du père de Trennes.

Drame humain puisque ce film se termine par le suicide d’Alexandre, jeune choriste.

“Les pianos mécaniques”

(Titre original : Los pianos mecánicos) est un film franco-italo-espagnol du réalisateur Juan Antonio Bardem sorti en 1965. C’est l’adaptation du roman éponyme de Henri-François Rey. Il a été présenté au Festival de Cannes en 1965. (Source : Wikipédia)

Dans la vidéo :

Extraits du film “Les amitiés particulières” incluant le tournage du film dans lequel seront interviewés Jean Delannoy, réalisateur, Roger Peyrefitte, auteur du roman, Didier Haudepin, acteur jouant le rôle d’Alexandre Motier ainsi que Francis Lacombrade, acteur jouant le rôle de Georges de Sarre.

Extraits du film “Les pianos mécaniques” ainsi que l’interview de Didier Haudepin jouant le rôle de Daniel Regnier.

Petit message personnel à l’attention de Didier Haudepin avec lequel j’aimerais bien entrer en contact en vue d’une interview concernant sa carrière professionnelle après ses 13 ans.

Si vous me lisez Didier Haudepin, contactez-moi. ça serait vraiment très sympathique  de votre part et d’avance merci.

Stéphane

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Culture & Cinéma : Black and White, la magie d’un objectif averti

Une histoire d’Amitié :

Cette photo me provient d’une amie qui cultive l’art de la photographie en noir et blanc.

Je ne suis p’as certain que l’image proposée dans ce poste soit d’elle mais sa sélection et la beauté du cliché me confortent dans le fait de dire que cette amie est une véritable artiste.

Bien à toi Roxelane et un gros calcin à tes deux bouts de chou.

Stéphane Guibert / Finalscape

Culture & Cinéma : Terminator, et si Cameron avait vu juste ?

Mise à jour : dimanche 12 mai 2019 – 00:15 –

“Hasta la vista! baby !”

Et si Cameron voyait juste dans Terminator …?

Et si cette série de films était un avant goût de ce qui nous attendait ? Une saga hollywoodienne brillamment incarnés entre autres, par l’acteur  austro-américain : Arnold Schwarzenegger et qui nous plonge dans la torpeur d’une fin du monde ou les machines prennent le pouvoir en mettant notre planète à feu et à sang.

Et si ce scénario était la prémisse d’une résultante issue de la folie humaine ?

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Acheter l’intégral de Terminator >>>

HASTA LA VISTA BABY !

Culture & Cinéma : Didier Marouani “A Symphonic Space Dream”

Mise à jour : dimanche 5 mai 2019 – 12:38 –

Didier Marouani : “A symphonic Space Dream”

Après une tournée triomphale en Russie qui a fait salle comble lors de chaque concert, revoici Didier Marouani et son groupe SpAce qu’il n’est plus nécessaire de présenter sur Finalscape avec ce titre en live : “A symphonic space dream“, titre qui on s’en souvient avait été plagié par Philipp Kirkorov.

(Didier Marouani me confie à l’instant qu’une plainte a été déposée auprès du tribunal de Moscou pour plagiat le 18 Mars dernier. La première audience est fixée au 20 Mai. Didier Marouani me donne l’autorisation de suivre le cours du procès et de le relayer. Affaire à suivre donc…)

Actif sur la scène internationale depuis des décennies, le célèbre compositeur ne cesse de faire preuve de créativité avec ses musiciens :

  • Marc HAZON : Batteur
  • Jeff BOURASSIN : Guitare
  • Manu CHAMBO : Synthétiseur
  • Jeff Parent : Synthétiseur
  • Dominique GREFFIER : Bass et Chant
  • Didier Marouani : Compositeur et synthétiseur

Stéphane Guibert pour Finalscape et Didier Marouani

Didier Marouani VS Philipp Kirkorov : Un plagiat avéré !

Didier Marouani sur Finalscape >>>

Site officiel >>>

Culture & Cinéma : De Malcolm à scènes de ménages

Il était une voix : Marion Game

Qui ne connait pas la Sitcom “Scènes de ménages” avec notamment ce couple mythique, acariâtre et déjanté incarné par Marion Game (Huguette) et Gérard Hernandez (Raymond) ?

Dans ce billet, je vais m’attarder sur la carrière de Marion Game, cette  actrice complète aux mille et un charmes dont la voix qu’elle prête à d’innombrables acteurs lors de doublages nous est familière. Souvenez-vous de la série culte “Malcolm” et de la mère d’une famille américaine atypique incarnée par l’actrice JANE KACZMAREK. Marion Game est la comédienne française qui se cache derrière ce personnage en le doublant de manière magistrale.

Un hommage discret mais Ô combien sincère rendu au talent qu’on doit lui reconnaitre.

Un hommage également rendu à ce groupe : They might be giants avec le titre : “Boss of me” (Générique de la série Malcolm) que je vous propose dans son intégralité si vous me faites l’amitié de lire la vidéo.

Stéphane Guibert / Finalscape

Culture & Cinéma : Un amour de fan Inassouvi !

Ike Eisenman

Adolescent et cherchant ma voix, cet acteur  était ma raison d’être. De l’inconditionnel au plus que parfait !

“De Burbank à Genève”,  Une longue histoire d’amitié malheureusement inassouvie.

La magie du net répare heureusement cette lacune.

Un beau gosse propulsé par Hollywood et que j’ai le plaisir de suivre aujourd’hui via les réseaux sociaux.

Les films et les séries dans lesquels il a tourné m’ont fait aimer à la passion le pays de l’oncle Sam, pays qui a failli me convaincre et me faire tout quitter pour lui alors que j’avais à peine 20 ans.

Amoureux d’un acteur alors que mon orientation sexuelle se dirige vers la gent féminine, quel paradoxe !

Ike Eisenman que j’espère rencontrer un jour fait partie de mon histoire secrète, cette histoire d’un amour pour le cinéma et une étoile que je ne m’explique pas. C’est aussi et surtout un clin d’œil que je dédie à son charisme d’acteur avéré, un clin d’œil aussi à toutes ces illusions qui ont bercé ou devrais-je plutôt dire bouleversé ma vie d’adolescent. Un clin d’œil à cet homme dont le talent continue encore et toujours à séduire au delà du septième art.

Stéphane Guibert / Finalscape