Environnement : La révolution verte ne se fera pas toute seule et certainement pas avec un seul homme

Fatigué et épuisé, Amar rentre en France

Suivi sur Finalscape, le défenseur de la nature tirerait – il sa révérence ?

Certainement pas. Il a besoin de recul le bougre et on lui l’accorde sans contrepartie.

Amar Adjili, ce sont des milliers d’heures qu’il voue à l’environnement et à l’amour qu’il octroie aux générations qui nous suivent. Ce Franco-Algérien qui se fiche des différences de nationalités n’a de cesses que de se battre pour une fleur  même si celle-ci devait être la dernière.

On lui doit un combat contre la pollution, on lui doit la restauration d’un écosystème dans des cités, on lui doit tout simplement l’espoir.  Mais un seul homme est-il capable de supporter les erreurs d’une civilisation toute entière ?

Amar, Tu as fait le maximum et tu dois à présent penser à toi, ta famille et tes amis.

Ton message même si il n’est pas compris par le plus grand nombre, tu l’as lancé tel une bouteille larguée dans l’immensité des océans. À présent, c’est à l’humanité de le recevoir même si pour l’instant elle n’en est pas digne.

Mon cher Amar, ici tu seras toujours suivi, soutenu et admiré.

Un Big Love à toi ainsi qu’aux dizaines de petites mains bénévoles qui te suivent.

Respect et courage. N’abandonnes surtout pas. Tu n’as pas idée de l’importance de ce que tu as entrepris jusqu’ici et saches que l’encre qui m’a permis d’écrire ce message est issue de mes larmes.

Merci mon cher Ami.

Après de nombreuses tentatives d’assainissement du littoral méditerranéen et notamment en Algérie, le constat d’échec est cinglant ; non pas dû au manque de volonté de la part des citoyens mais plutôt par un manque de volonté des politiques qui se soucient bien plus de leur postérieur que de la faune environnementale. L’Algérie n’est pas à blâmer puisque la plupart des pays la suivent ou la dépassent allègrement. Hypocrisie quand tu nous tiens !

Il y a HONTE en la demeure !

Stéphane Guibert / Finalscape pour Amar Adjili

 

Quand grève pour le climat rime avec hypocrisie !

La rime n’est pas au rendez-vous et pourtant si l’on se réfère à l’actualité et comme nous l’invite Greta Thunberg, cet enfant soldat :

“Nous devons avoir peur !”

La peur engendre la panique et l’inéligibilité en matière de prise de conscience. Si vous avez peur, c’est que vous n’êtes pas en mesure de prendre des décisions.

Greta Thunberg nous invite, cautionnée par de multiples intervenants du Green Washing  à ne plus nous poser de questions car toutes les inquiétudes à ce sujet seront désormais reléguées dans la complosphère ou dans la paranoïa ambiante.

Ayez peur, votre fin est proche !

Quel beau message n’est-ce pas ?

Ne pensez pas, ne pensez plus! Tout est là !

Enfant soldat, Greta Thunberg  nous subjgugue  avec des de verbes et de citations à n’en plus finir en nous incitant à nous renier nous-même.

Le climat est désormais relégué en religion et toutes celles et ceux qui ne s’y rangent pas seront considérés comme étant des  hérétiques.

Elle n’est pas belle la vie ?

Vidéo :

Retour sur un environnement qui après nettoyage redevient aussi sale qu’il l’était au début. Alors laissez-moi rire…

Grève pour le climat, bande de bouseux ! Les mots dépassent votre pensée. On a jamais été aussi proche de la fin qu’aujourd’hui.

Bouffez donc votre merde !

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape (octobre 2019)

ENVIRONNEMENT : Opération fleurissement et nettoyage au village de Chénoua à Tipaza

Amar Adjili, l’ami de la nature et des enfants

“Et v’la, l’aménagement du quartier de Douar Hamiti à Tipaza est presque terminé.”

Une vraie réussite du collectif IKLIL et des habitants de la cité. Nous allons continuer à planter des arbres fruitiers, des plantes pollinisatrices, médicinales et des plantes à graines pour le retour des oiseaux et des abeilles dans la ville, puis nous continuerons les projets artistiques de fresques murales et autres.

Et pour rappel :

De Tipaza à Mostaganem, sur les plages, dans les quartiers, les bois et les rivières, Amar Adjili ramasse sans relâche les déchets. En un an, l’action de ce don Quichotte de la dépollution a mobilisé des centaines de volontaires et réveillé les consciences.

Quand il s’est attaqué au nettoyage de Chenoua-Plage, à Tipaza, à 70 km à l’ouest d’Alger, personne ne faisait attention à Amar Adjili. Pour le commun des mortels, il était, au mieux, un excentrique qui trouvait du plaisir à ramasser les ordures, au pire, un malade mental qui devait être interné dans l’asile psychiatrique le plus proche. Ce barbu s’échinant à ramasser les monceaux d’immondices et les cadavres de bouteilles que les gens laissaient derrière eux sur des kilomètres de plage ne pouvait être que fou. « Pauvre homme ! Dieu le guérisse ! » soupiraient certains en le regardant.

En mars 2016, lorsque Amar Adjili débarque au pays de ses ancêtres depuis sa France natale, il est tout de suite frappé par l’état de saleté et de pollution dans lequel se trouve l’Algérie, où il comptait reprendre son activité de construction (en matériaux écologiques).

Lire la suite

Environnement : Profond respect aux amoureux de la vie et de la nature

Petit rappel car chaque seconde compte

Pendant que certains se gavent de smartphone, d’illusions et d’artifices, d’autres triment pour la planète.

Un coup de chapeau à celles et ceux qui sont lucides et le cas présent : Amar Adjili, l’homme qui murmurait à l’oreille de la nature.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Heureusement que les amoureux de la vie sont parmi nous !

Vibrant hommage mon ami et ne baisse pas les bras.

Stéphane / Finalscape

Environnement : L’homme dans toute sa splendeur

AMAR ADJILI

L’homme qui murmurait aux oreilles de la nature

“De loin je vois que du plastique, et presque pas de sable de plage. C’est à Chenoua, là ou j’avais débuté en 2015.”

Environnement : El meghaier, la décharge en pleins Sahara

El meghaier, la décharge en pleins Sahara. Ici se nourrissent les ânes.

Amar Adjili, défenseur inconditionnel de la nature et de l’environnement nous met face à nos actes de consommateurs.

Beaucoup de gens pensent qu’ils crèvent de faim mais il y a tellement de gaspillage alimentaire que c’est du plateau servi pour eux mais malheureusement, avec du plastique qu’ils ingurgitent !

Connaissez vous la Nappe de l’Albien ? La  plus grande nappe phréatique d’eau douce au monde , et c’est sous cette décharge qu’elle se trouve. Imaginez la surface en km2 d’ordures sur tout le territoire saharien ; Cela ne vous inquiète-t-il pas ???

Réagissez svp , notre pays est un dépotoir d’ordures que le gouvernement en place ne veut pas prendre en charge.
Cessez de consommer des produits emballés , et passez aux légumes et fruits , refusez le sac plastique , évitez les supérettes et la nature se portera mieux
Nous ne pouvons pas laisser le Sahara se remplir de déchets.

 

Environnement : Amar Adjili : Le jardin urbain permaculture

Amar Adjili :Le jardin urbain permaculture

Suivi sur Finalscape depuis quelques temps déjà, cet ami Algérien qui se donne à fond pour l’environnement et que je me fais un devoir et une joie de partager ne cesse de m’éblouir; Respect.

Un monde meilleur commence par de petits gestes ainsi que par l’amour que l’on témoigne envers son prochain et auprès de  son environnement. L’avenir pour nos enfants et petits enfants.

Stéphane Guibert / Finalscape

“Et v ‘la, premiers semis en bacs permaculture. Ça bouge, ça bouge, c’est de plus en plus animé ici… Aaah ! si vous saviez comment c’ était en avril (décharge à gravats et ordures ménagères).


Aujourd’hui, la famille s’agrandit et le jardin s’embellit. Tout cela grâce aux papas et enfants du quartier qui veulent en faire le plus bel endroit de Tipaza.


Je suis fier d’eux ! 😊


V’la mes amis ami(e)s 😘, je pense que vous avez deviné que c’est ma nouvelle façon de sensibiliser les gens à la protection de la nature , des animaux et au retour du potager.”

Amar Adjili

Vidéo : Un slideshow en “slow motion”, titre de la musique proposée dans ce clip que nous devons au groupe Allemand “SFF” Ce morceau est magnifique. (ndlr.)

Alger : Berceau de l’humanité, un homme recommence tout : La cabane de la vie (Vidéo)

Mise à jour : lundi 3 juillet 2019 – 12:00 –

Magnifique, ultime et royal, voila à quoi devrait ressembler notre humanité.

Entouré d’amis, de bénévoles et d’enfants, Amar suit un destin peu commun puisqu’il s’agit de celui de la terre, notre maison, notre patrimoine.

“La cabane”, c’est ce que nos yeux d’enfants s’accordent à ouvrir sur un monde imaginaire, un monde inondé par l’amour et l’abondance. Bienvenue au paradis

Je vous invite à suivre cet homme qui de par ses actions au quotidien, nous donne le ton tout en redonnant à notre espèce, quelques lettres de noblesse.

Stéphane Guibert / Finalscape/ SOS Climat / Tous pour la vérité/ Anonymiss France / VK

Lire la suite

Environnement : La sagesse et l’humilité au service de la nature (À méditer)

Alger, ville nouvelle, ville propre

Des gestes simples, un amour désintéressé pour la vie et notre futur.

“C’est de la folie d’avoir défier le soleil aujourd’hui mes amis amies, se baigner en mer aurait été plus sage.

Ce qui est sûr, est qu’on a fait un bien fou à ce parc Sidi Brahim Telemli.
Le plus dur était de déménager les déchets vers un point de ramassage, 400 mètres plus loin, à monter descendre ces charges lourdes avec ce soleil plombant brûlant , mais que je suis fier de ce que nous avons fait aujourd’hui.
Puis avec les superwomens et les superpotes, on s’est donné rendez-vous samedi prochain dans ce même parc pour enfin le débarrasser de ces déchets.

Alors, des volontaires pour le 6 juillet ???”

Mise en ligne : Stéphane Guibert pour Amar Adjili et Finalscape

Environnement : L’arbre qui cachait une montagne d’ordures

Et si on positivais un peu !

Suivi depuis plusieurs mois sur Finalscape, mon ami Amar Adjili n’a de cesse que d’œuvrer pour la nature. Encore un exemple de bravoure et de volontarisme qu’il faut saluer et encourager.

L’avenir est entre les mains de gens comme lui et celles de son entourage.

Big Love mon Ami et pour toujours !

Stéphane Guibert / Finalscape